Pensiez-vous qu'un autre monde motiverait un NEET? – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 4

***

Chapitre 5 : Le plan du NEET

Partie 4

Face au sourire glacial de Paulette Bonaparte…

« — »

Tifalycia avait été agressée par un sentiment qui lui faisait trembler son corps.

Tant qu’ils étaient résidents de ce monde, ils ne pouvaient que se recroqueviller devant la pression exercée par la Destinée que Paulette possédait.

Et, de plus.

Joli, si clair.

Inciter habilement avec les mots.

En conséquence, les choses évoluèrent selon les plans de Reiji, Tifalycia fut vraiment étonnée.

Elle croyait de plus en plus que chaque événement, y compris elle-même, se déroulait en fonction de son but.

Malgré cela, elle n’avait pas l’impression qu’on la forçait à agir.

C’était tout au plus eux qui bougeaient de leur propre volonté, et le résultat avait pris forme comme il le voulait.

Donc, sérieusement, pour le dire simplement.

— Une personne rusée.

Comme s’il pouvait voir à travers les pensées de Tifalycia…

{Alors s’il te plaît, n’hésite pas à faire ce que tu veux.}

À la fin, la voix de Reiji ne pouvait plus être entendue.

À partir de là, il fallait agir de sa propre volonté pour tout.

Se sentant nerveuse comme si ses épaules devenaient plus lourdes en même temps qu’elle s’en rendait compte, Tifalycia ferma les yeux.

Ce dont elle se souvient… c’était les choses qui s’étaient passées pendant ce mois-là.

Après avoir convoqué le héros qu’était Reiji, les jours où l’on jouait se poursuivaient.

Parmi les souvenirs qui ne pouvaient être considérés que comme maussades.

Elle se souvenait consciemment de ces « affrontements » alors qu’elle n’arrêtait pas de défier et de perdre face à Reiji.

Comment a-t-il, pendant un mois, continué à la faire perdre — ?

« Je suppose qu’on peut y aller maintenant, non ? » La voix de Paulette se fit entendre.

Tifalycia ouvrit les yeux. « Alors, j’aimerais décider de la méthode actuelle de l’Épreuve de Force. »

« Avant ça, » elle interrompt le héros de Beastia.

Elle, la dirigeante de Liberator parla.

« S’il vous plaît, laissez-moi-le déclarer à nouveau, » déclara Tifalycia.

Face au regard déterminé de Tifalycia, Paulette répondit calmement. « Bien sûr. Allez-y. »

Des mots entièrement calmes, des Gestes et une expression identique.

Face au héros qui était excellent dans tous les aspects, la fille Absence avait parlé. « La dirigeante de Liberator, Tifalycia Cleargreen défit le Héros de Bestia, Paulette Bonaparte, dans une Épreuve de Force. La méthode pour l’Épreuve de Force est — . »

« … ! »

Une attaque anticipée en recourant à la négligence.

En le faisant passer pour une simple déclaration, c’était en fait pour présenter la méthode de l’épreuve de force.

Tifalycia avait poussé sa main droite vers l’avant comme prévu, et avait ouvert sa main en forme de poing avec sa paume vers le haut…

« Un tirage à pile ou face. »

Et montra à Paulette la pièce d’argent d’un monde étranger reposant sur sa paume.

♥♥♥◆♥♥♥

« La méthode de confrontation est… un tirage au sort unique… ? » demanda Paulette.

On pourrait dire qu’il s’agissait d’une méthode très simple ou trop facile.

« En utilisant une méthode aussi simpliste, voulez-vous dire que vous voulez parier le destin de votre pays, votre race sur lui ? » demanda Paulette.

Paulette marmonna ainsi dans l’étonnement, tandis que Tifalycia hocha la tête d’un air raide.

« Je comprends que votre doute soit fondé. Cependant, pour faire une rapide confrontation dans ce lieu sans outils ni objets sans violence directe, les méthodes sont très limitées, » déclara Tifalycia.

« La violence directe est interdite » était une règle utilisée dans la guerre héroïque.

Elle continuerait probablement à s’appliquer dans l’actuelle Épreuve de Force.

« Même si les méthodes sont limitées, n’y a-t-il pas d’autres moyens ? Pourquoi faut-il tirer à pile ou face ? » demanda Paulette.

« Parce qu’il n’y a pas de tirage au sort, et c’est difficile de tricher, » déclara Tifalycia.

Une réponse instantanée.

Cela signifiait que c’était une réponse préparée.

« Bien sûr, il y a beaucoup d’autres méthodes. Toutefois, je pense que c’est assez simple et facile, sans qu’il soit nécessaire de décider de règles détaillées, sans possibilité de tricherie, n’ayant que deux résultats extrêmes, il y a très peu de moyens de satisfaire à ces conditions, » déclara Tifalycia.

C’était… certainement raisonnable.

Si l’on prend l’exemple de l’épreuve de force « Qui suis-je ? » entre Paulette et Reiji, la bonne ou la mauvaise réponse à cette question soudaine pourrait déterminer le résultat, mais une explication adéquate devait être ajoutée à la bonne réponse.

Sur ce point, « Devinez le côté qui est tourné vers le haut dans un tirage au sort » était simple.

« Aussi — avec un pile ou face d’une seule pièce de monnaie, il portera le poids de la victoire ou de la défaite de la race. Pouvez-vous ne pas ressentir le sens de cette méthode non conventionnelle ? » demanda Tifalycia.

Vers le sourire raide de Tifalycia — Paulette rit. « Malheureusement, j’ai ma propre préférence. »

Le sens n’était pas important.

Il vaudrait mieux qu’il n’y ait pas de sens.

Paulette ne serait donc pas d’accord avec ce qu’elle avait dit.

Parier sur le sort de sa propre race avec un pile ou face d’une seule pièce de monnaie était fou.

Et le fait qu’une méthode aussi peu conventionnelle sorte de la bouche de Tifalycia, ce serait un mensonge si Paulette n’était pas tentée.

La raison en était qu’elle voyait clairement l’ombre de Reiji derrière elle.

« — Très bien. Je vais faire cette épreuve de force. » Paulette avait accepté volontiers.

« … Puis, cette pièce — . »

Tifalycia poussa un soupir de soulagement, et était sur le point de lancer la pièce elle-même comme si c’était naturel…

« Attendez un peu », mais elle avait été interrompue.

En un instant — Dans l’espace que Tifalycia ne bougeait plus, Paulette avait pris la pièce dans sa main.

« Qu-Quoi — ? » demanda Tifalycia.

Voyant Tifalycia paniquer comme prévu, Paulette rétrécit les yeux.

« Ah, la méthode de l’épreuve de force est un tirage au sort unique, non ? Ça ne vous dérange pas si je tire à pile ou face et que vous le devinez ? » demanda Paulette.

Paulette s’arrêta une fois, et leva les coins de sa bouche. « Où est-ce que c’est que le faire de cette façon n’est pas bon ? »

Ces mots étaient remplis de certitude.

Le ton de Paulette avait fait taire Tifalycia de façon maladroite.

Voyant cette réaction facile à comprendre, Paulette avait pensé à la fille Miko à l’oreille de renard par réflexe.

Bien que le pays venait d’être fait, la jeune fille qui était une dirigeante d’un pays n’était qu’au même niveau que la Miko.

Paulette était un peu déçue, mais sans le montrer en surface…

« Alors, c’est décidé. »

Juste après avoir confirmé que la petite formation magique se répandait, elle lança la pièce avant que Tifalycia ne puisse dire quoi que ce soit.

« Ah — . »

La pièce tourna rapidement en l’air avant d’être attrapée.

Paulette montra le poing après avoir attrapé la pièce, et demanda.

« Alors, le côté tourné vers le haut, pile ou face — pouvez-vous faire une supposition ? » demanda Paulette.

Il n’y avait pas eu de mouvement contre nature dans la série d’actions de Paulette.

C’était un tirage à pile ou face très normal. Un test de chance simple et rapide.

En premier lieu, un tirage au sort ne comportait pas de conditions compliquées.

Il s’agit seulement de lancer la pièce de monnaie, de l’attraper en plein vol et de demander si le côté tourné vers le haut était soit pile, soit face.

Par conséquent, il n’y avait pas de place pour la tricherie tout comme l’avait dit Tifalycia — c’était le malentendu.

Non, il serait impossible de tricher normalement.

En fait, il n’y avait probablement pas d’astuce pour cela dans le monde originel de Paulette.

C’est vrai, si c’était dans le monde originel où elle avait été convoquée sous le nom de Napoléon Bonaparte et dotée de pouvoirs surnaturels connu sous le nom de Realtà.

Tifalycia Cleargreen, ou plutôt Houbami Reiji, auraient pu être soulagées que la Realtà de Paulette ne puisse fonctionner sur Tifalycia.

C’est pourquoi ils n’avaient pas envisagé une telle possibilité.

La Realtà était « Impossible n’est pas français ».

Il y avait la possibilité qu’une telle autorité absolue puisse fonctionner sur Paulette elle-même.

L’exploit de rendre possible l’impossible permettait de déchaîner les restrictions sur le corps physique de Paulette Bonaparte et de voir le côté de la pièce qui tournait rapidement dans les airs.

— Révéler ce que vous voulez vraiment cacher ?

Ce n’est pas possible.

L’atout devait rester caché jusqu’à la fin.

Avec une vision dynamique étonnamment rehaussée, Paulette savait que la face de la pièce tournée vers le haut dans sa main était « Face ».

Et cette connaissance avait pu faire de la place pour la tricherie dans le test simple et rapide de la chance qu’était le tirage au sort.

C’était parce que la façon d’ouvrir la main à pile ou face n’avait pas été décidée.

On supposait déjà que la personne qui lançait la pièce ne connaissait pas le côté de la pièce dans la main, il n’y avait donc aucune raison de le spécifier.

Bien sûr, Paulette n’avait pas l’obligation d’ouvrir la main normalement qu’elle plaçait comme ça. Si Tifalycia disait « Pile », elle déplacerait sa main droite sur le dos de sa main gauche et ouvrirait, et si c’était « Face », il n’y aurait aucun problème si elle utilisait l’astuce en ouvrant directement pour tourner sa main vers le haut avant l’ouverture.

En d’autres termes, comprendre correctement l’état de la pièce dans la main, c’était le côté qui lançait, et non le côté de celui qui devine, qui aurait l’initiative claire de la changer avec « Choix du Magicien ».

— Le résultat… est décidé avant le début du combat.

« C’est tellement approprié. »

Au moment où Paulette avait atteint la situation actuelle avec son atout encore caché, sa victoire n’avait pas pu être ébranlée.

C’est vrai, c’était vraiment décidé avant le combat.

La pitoyable fille, qui ne le remarqua pas, plissa ses sourcils.

Elle réfléchissait

Alors que sa pensée touchait à sa fin.

« … Je choisis… “Face”, » déclara-t-elle.

Elle… avait décidé.

En un instant, Paulette soupira dans son cœur.

… Avec ça, c’est fini.

Honnêtement, elle voulait voir la stratégie que Reiji avait enseignée à cette fille.

Cependant, étant donné que la personne elle-même était exactement comme ça, ce n’était probablement pas quelque chose à laquelle elle aurait hâte de répondre.

Quel dommage ! — tout en pensant cela…

— Vous avez manqué un facteur décisif

Elle avait tourné la main droite.

— Et à cause de ça, vous ne pouvez absolument pas gagner contre elle.

… Les mots de Reiji…

Je l’ai vu comme un simple juron.

Est-ce vraiment bien ?

Ce doute… résonnait du fond du cœur de Paulette.

Ses sens aiguisés par la Realtà devinrent encore plus aiguisés.

Elle avait involontairement vu l’expression de Tifalycia.

Son visage qui ne pouvait être perçu que comme de la panique… ne montrait que du soulagement.

Un sourire s’était formé.

Elle l’avait vu — à cet instant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire