Pensiez-vous qu'un autre monde motiverait un NEET? – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : NEET, inversion du maître et du serviteur

Partie 3

Puis, constatant que cela ne résoudrait rien, elle cria de nouveau. « E-Enlevez-le ! S’il vous plaît, enlevez-le ! Et faites-le d’une façon qui ne me fera pas sauter le cou !! »

« HAHAHAHAHA — Eh bien, n’ai-je pas dit que c’est impossible ? Je ne connais pas non plus de méthode pour l’enlever sans qu’il explose, » répondit Reiji.

« P-Pourquoi cette…, » balbutia-t-elle.

« Il n’y a pas de problème pour toi, même si tu ne l’enlèves pas, hein ? Ne t’inquiète pas pour ça, » déclara Reiji.

« Je vais m’inquiéter !! Il n’y a aucune chance que je ne m’inquiète pas pour ça !? S’il vous plaît, pensez à ça de mon point de vue ! » déclara-t-elle.

« Aah, c’est ça, » d’une façon inattendue, la voix de Reiji était devenue froide. « Ce que je veux te dire, c’est bien ça. »

« … Hein ? » demanda-t-elle.

« Eh bien, j’ai entendu parler de Héros, de contrat, et de diverses autres choses, et si je résume tout cela… Tu es devenue mon maître que par ta propre décision, n’est-ce pas ? » demanda Reiji.

Sans que l’autre ne le sache.

Reiji, qui était censé être allongé, s’était levé.

Face à elle, il avait parlé avec un sourire sarcastique. « Le fait de venir dans ce monde est considéré comme une reconnaissance automatique du contrat, non ? N’est-ce pas selon tes dires comme parvenir à une compréhension et à un accord mutuels au moment où l’autre répond à la convocation ? Sans choix, être convoqué unilatéralement et établir un contrat — peux-tu vraiment l’accepter ainsi ? Essaie donc maintenant d’y penser de mon point de vue. »

Il haussa les épaules et se retourna.

Lentement, il avait replacé sa tête comme avant.

« En plus, c’est dans la faction faible actuellement sans Héros, et elle est aussi une membre de la royauté ruinée bien qu’elle ait hérité de la lignée royale, » murmura Reiji, mais assez forte pour que l’autre puisse l’entendre.

« Pourquoi —, » balbutia-t-elle. Pourquoi… le fait-il ?

Avant qu’elle n’ait pu lui demander, Reiji avait plissé ses yeux d’un regard aiguisé.

« Regarder les yeux de la personne à qui tu parles, montrer des réactions légèrement visibles, et parler d’une voix forte et claire — voilà les traits qui indiquent que tu as une personnalité sérieuse et honnête, » continua Reiji. « Une personne honnête possède une forte tendance à éviter les mensonges par instinct. Si tu es un membre de la royauté qui possède une possibilité de causer un malentendu, tu dois inconsciemment changer tes paroles pour l’exprimer correctement. »

« — »

Tandis que Tifalycia ouvrait les yeux en état de choc, alors que des faits qu’elle ignorait elle-même étaient signalés un à un, il continuait calmement comme s’il observait toutes ses réactions.

« Le fait d’être forcé d’avoir une personne impuissante comme maître ainsi que le fait d’établir un contrat que d’un côté tout en gardant l’initiative — même si je souhaitais moi-même vivre dans un autre monde, je ne me sentirais pas bien dans une telle situation, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

Il ria bêtement après ça.

Seuls ses yeux la fixaient froidement.

Tifalycia pensa alors qu’elle devrait y réfléchir plus attentivement.

Et si…

Et si, depuis le moment où il avait été convoqué à la chapelle, et jusqu’à maintenant, s’il n’avait agi qu’en fonction de la situation actuelle…

Il avait démontré une attitude démotivée à la surface, tout en observant le monde calmement, sournoisement, en réfléchissant à l’individu connu sous le nom de Tifalycia, et si c’était le cas — .

— Non, pas de si.

La réalité était exactement comme ça.

Reiji avait clairement simulé la situation actuelle.

Quant à savoir pourquoi — Si Tifalycia avait été acculée par ces solides arguments jusque-là, elle n’aurait pu continuer qu’avec une seule phrase.

« … Alors, que dois-je faire… pour que vous l’acceptiez ? » demanda-t-elle.

Le contrat établi entre le Héros de l’Invocation du Héros et l’Invocateur n’était que vaguement en train de nommer l’Invocateur comme maître, et le Héros comme serviteur.

Selon le contrat, le Héros aurait le sceau gravé sur lui et ne pourrait pas changer de maître, ce qui signifiait qu’il ne pourrait pas partir chez une race en dehors de la race à laquelle il appartenait, mais — il n’y avait aucune restriction en dehors de cela.

C’était suffisant à l’origine.

Les Héros ne se souciaient pas du contrat, ils ne voulaient que le champ de bataille où ils pouvaient démontrer pleinement leurs propres capacités, profitant de l’action.

Cependant, il était différent.

Tifalycia elle-même n’avait pas pu s’empêcher de reconnaître l’injustice relevée par Reiji, d’où la nécessité d’une certaine révision comme si un compromis était nécessaire entre le héros et l’invocateur.

Quel genre d’exigence déraisonnable se manifesterait… ?

Alors que Tifalycia déglutissait et tendait son corps en étant sur ses gardes…

« Désolé de t’avoir fait peur, » Reiji agita la main avec désinvolture pour faire disparaître l’atmosphère tendue qui régnait jusque-là. « Je ne me plains pas vraiment d’avoir été convoqué, d’accord ? »

« … Ha ? » s’exclama-t-elle.

« La vérité est que ce qui m’inquiète le plus en ce moment, c’est celui qui va me financer dans cet autre monde. Tu n’as pas l’air fiable, peu importe comment je te regarde, pas vrai ? » demanda Reiji.

« Qu… »

« C’est la vérité, n’est-ce pas ? Je l’ai déjà dit avant ça, » déclara Reiji.

Certes, elle sentait aussi qu’elle avait un problème après s’être fait dire tout ça par un NEET.

« C’est pour ça que je te demande ce que je dois faire pour que vous l’acceptiez ! » déclara-t-elle.

« Hmm, voyons voir, quelque chose de trop ennuyeux serait un problème… Aah c’est vrai, » Reiji était passé d’un comportement de pensée profonde à un tapotement de la paume de la main.

« J’aurai une simple “épreuve de force” avec toi, » déclara-t-il.

« … une “Épreuve de force” ? » demanda Tifalycia.

« N’est-ce pas une bonne idée ? C’est une méthode claire et facile à comprendre, » répondit Reiji.

« … C’est quoi exactement ce genre de méthode ? » demanda Tifalycia.

Face à la question de Tifalycia, il sortit son portefeuille de sa poche et le tourna habilement pour faire tomber une pièce sur sa paume.

« Et si on devinait la face sur laquelle tombe la pièce ? » demanda Reiji.

« C’est vraiment… simple, mais… que pouvez-vous savoir le résultat ? » demanda Tifalycia.

Gagner ou perdre n’avait aucune pertinence.

Comme Tifalycia le demandait dubitativement.

« Tout et n’importe quoi, » Reiji avait souri avec une confiance mystérieuse en disant ça. « La raison pour laquelle un Héros est convoqué est pour la guerre héroïque. En d’autres termes, il n’y a rien de plus facile à comprendre qu’un affrontement. L’affrontement est évidemment aussi lié à la chance. Je m’inquiète de ta fiabilité sur ce point. C’est pourquoi je veux me sentir soulagé. Pour que je puisse paresser en étant sous tes ordres sans réserve. »

« … Non, s’il vous plaît, soyez réservé à ce sujet, » elle se mit à réfléchir, tout en répliquant à lui.

La guerre héroïque était certainement une guerre de « Épreuve de force », et le résultat pourrait être affecté par la chance.

Comme il était interdit de tuer, la victoire n’allait pas être décidée uniquement par la force au combat. Compatibilité, chance momentanée… En fait, la chance pouvait parfois aussi être considérée comme le facteur le plus important pour déterminer le résultat.

Vouloir vérifier la chance de l’invocateur qui le ferait combattre dans la guerre héroïque pourrait aussi être compréhensible.

Cependant, elle voulait aussi éviter de déterminer sa chance avec cette pièce.

« Aah, au fait, le résultat n’est pas pertinent, » déclara-t-il.

« Hein ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr, ce serait génial de gagner. Mais l’objectif cette fois, c’est seulement de me soulager, n’est-ce pas ? Alors, ça ira si tu me laisses penser que je peux te suivre, » déclara Reiji.

« … Juste ça, n’est-ce pas ? » demanda Tifalycia.

« Bien sûr que oui, » répondit-il.

— Oh quoi. Elle s’était demandé quel genre de demande bizarre il allait faire.

Fondamentalement, il disait qu’il voulait tester si Tifalycia était un maître convenable pour lui.

Je suis contente…, pensa-t-elle.

Voyant Tifalycia se tapoter la poitrine avec soulagement, Reiji avait parlé avec un sourire éclatant. « Ohoh, tu me prenais pour qui ? Je ne suis qu’une personne démotivée, qui ne fait que ce que j’ai envie de faire, une personne normale, tu vois ? »

« Ah, ce n’est pas tout à fait normal, et c’est ça qui est le pire, » Tifalycia avait répliqué calmement en insistant sur ce point. « Cependant, même si je suis grossière, et j’ai un doute. En tant qu’invocateur, et en tant que maître. Avez-vous d’autres demandes bizarres ? »

« Non, non, je l’ai déjà dit, essaie d’y penser de mon point de vue. En tant que maître — la personne dont il faut écouter inconditionnellement les paroles, j’espère que la personne peut être supérieure à moi. N’est-il pas évident de le penser ? » demanda Reiji.

Cela ne pouvait être considéré que comme naturel.

« … Certainement, » déclara Tifalycia.

En voyant Tifalycia hocher la tête, il avait continué.

« Alors, contrat établi ! » Reiji frappa soudain des mains et tendit la main, ce qui avait surpris Tifalycia.

C’était une main plus mince que ce à quoi elle s’attendait. En le regardant jouer à pile ou face, Tifalycia avait parlé.

« … Ah, s’il vous plaît, attendez un moment. De quel côté est la face de cette pièce ? » demanda Tifalycia.

Si elle ne l’avait pas d’abord confirmé, il n’y aurait pas de confrontation à discuter.

« Désolé, je ne te l’ai pas dit. La tête est le côté avec ce dessin, le pile est le nombre… oh tu ne peux pas savoir que c’est le nombre hein. Quoi qu’il en soit, c’est de ce côté, » déclara Reiji.

Il pourrait y avoir une possibilité de faire une erreur en regardant simplement, alors elle l’avait prise avec sa main, avait retourné la pièce, et avait confirmé les dessins des deux côtés.

« Bien que les deux côtés ne ressemblent qu’à des dessins, mais… Je comprends la différence, » déclara Tifalycia alors qu’elle lui rendit la pièce.

Reiji parlait joyeusement. « Alors, sans plus attendre, “Est-ce que le haut de cette pièce est pile ou face ?” — devine-le. »

La pièce reposait au-dessus de sa paume.

Il avait tendu sa main comme ça et il avait demandé.

Tifalycia avait surveillé toutes ses actions et avait confirmé qu’il ne ferait rien d’autre. « … Ha ? »

« Est-ce que le haut de cette pièce est pile ou face ? »

Non, sans tenir compte du fait que c’était pile ou face…

La paume de Reiji…

Elle… était ouverte, peu importe son apparence.

« Euh.... Votre main… est encore ouverte, » déclara Tifalycia.

« Oui, c’est ouvert, » déclara Reiji.

« … Euh… Je peux la voir, vous savez ? » déclara Tifalycia.

« Tu peux bien la voir. — et alors ? » demanda Reiji.

Reiji inclina la tête comme s’il demandait s’il y avait un problème.

Cette expression calme avait vraiment énervé Tifalycia. « … Me traitez-vous comme une idiote ? »

« Idiote ? Pas vraiment, » répondit Reiji.

« Dans ce cas, posez une bonne question. Je n’accepterai pas la victoire d’un duel avec ce genre de résultat évident, » Tifalycia avait parlé sans cacher sa colère en montrant la pièce de monnaie posée sur sa paume.

« Hein ? » Reiji avait montré une réaction de gêne évidente et avait souri.

Sans bouger la paume de sa main, il parlait. « Alors “Est-ce que le bas de cette pièce est la face ou pile”. Qu’est-ce que tu penses de ça ? »

« — »

Il avait un ton peu motivé. C’était une façon de parler qui relayait clairement son attitude peu sérieuse.

Le sang de Tifalycia lui monta à la tête et elle commença à réfléchir sérieusement à la façon de répondre à Reiji pour l’impressionner.

« Je vais te donner un indice. Tu donneras certainement la mauvaise réponse, » déclara Reiji.

Il avait une voix calme et un regard perçant.

En regardant ce visage souriant, mais sans intention de sourire, Tifalycia ouvrit les yeux comme si de l’eau froide se déversait sur sa tête.

… Si elle y pensait mieux, Tifalycia avait convoqué le héros NEET Reiji.

Il était négligent et démotivé, et il n’était pas quelqu’un de bien.

Un tel individu, bien que le résultat ne soit pas pertinent, choisirait-il une confrontation aussi évidente ?

— Il n’y avait aucune chance que cela se produise.

En premier lieu, le fait de déterminer la qualité du maître avec un peu de chance à l’aide d’une pièce de monnaie n’était pas approprié.

Dans ce cas, la réponse idiote de l’« Épreuve de Force » devait avoir un piège.

« Le bas de cette pièce est-il pile ou face ? »

C’était une situation où le sommet montrait la « Face ». En d’autres termes, il s’agissait d’une situation où n’importe qui pouvait dire que l’arrière était « Pile », alors pour quelle raison avait-il posé la question sur l’arrière ?

Voyant Tifalycia réfléchir sérieusement, Reiji avait parlé. « Oups, tu sembles être en détresse tout d’un coup. Qu’est-ce qui aurait pu se passer ? »

En entendant ces paroles provocatrices, Tifalycia n’avait fait que déformer son expression sans parler.

C’était clairement pour perturber ses pensées. Une obstruction était apparue — en d’autres termes, c’était la même chose que d’admettre qu’il y avait un piège dans l’Épreuve de Force.

Comme prévu, il y avait quelque chose à propos de la pièce.

C’était très probablement le plan pour la victoire assurée de Reiji.

Et il était fort possible qu’il teste la capacité de Tifalycia à juger, à observer et à déduire dans la réalisation de ce plan.

S’il y a un tour… un plan de victoire assurée…, réfléchit…, pensa-t-elle.

Tifalycia avait même oublié de respirer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire