Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 8 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Chapitre 2 : Là où était le vampire

Partie 3

J’étais resté en retrait et j’avais protégé les aventuriers débutants tout en observant. Le combat s’était étonnamment bien déroulé, mais cette surprise venait des vampires, pas de Nive. C’était un combat à deux contre un, on aurait pu penser qu’ils auraient l’avantage, mais Nive était une aventurière de classe Or, à la limite de la classe Platine. Elle était un cran ou deux au-dessus de l’aventurier moyen, et la plupart des vampires mineurs ne représentaient aucune menace pour elle. Cela dit, ils s’étaient battus mieux que prévu. Cependant, peut-être que Nive se retenait.

Les griffes de Nive avaient attaqué le garçon vampire par le haut, mais il avait esquivé sur le côté à une vitesse inhumaine et avait visé le cou de Nive avec une dague rouge. Nive avait vu cela, avait ri, et avait incliné son cou pour l’éviter à la dernière seconde.

Comme si elle attendait ça, la fille vampire avait déplacé une faux rouge vers le cou de Nive. Je pensais que même Nive aurait du mal à s’en sortir, mais la faux s’était arrêtée juste devant son visage. Elle avait attrapé la lame avec ses dents. Nive avait secoué la tête et avait jeté la fille vampire au loin, puis elle l’avait suivie alors qu’elle s’élançait dans les airs. La fille s’était écrasée contre le mur, et alors qu’elle tentait de se remettre, Nive lui avait tranché le cou. Les griffes avaient tranché la tête de la fille, et j’avais pensé que même un vampire devrait mourir après ça.

Mais au moment où la tête avait touché le sol, elle et son corps s’étaient dissous en une masse noire qui avait pris la forme de chauves-souris. Les chauves-souris avaient volé loin de Nive et avaient fusionné, redevenant la fille. Elle haletait, mais son corps était intact. Nive n’avait pas l’air particulièrement surprise.

« La division, hein ? » dit Nive. « Vous devez être des vampires de renom. Vous m’aviez l’air d’une mauviette, mais je suppose que vous avez plus de compétences que je ne le pensais. Vous semblez même avoir des San Arms. C’est amusant. »

La division était une capacité spéciale généralement associée aux vampires moyens ou supérieurs. Elle permettait de diviser le corps en chauves-souris ou autres animaux de l’ombre. Ce qui est étonnant, c’est que le vampire peut se remettre de ses blessures sans que rien ne reste. On disait que cela les rendait imperméables aux attaques physiques. C’est une des raisons pour lesquelles il est difficile de tuer les vampires moyens. Cela pouvait signifier que ces deux-là étaient des vampires moyens, mais je n’en étais pas sûr.

Honnêtement, je ne savais pas ce qu’étaient les San Arms, mais d’après ce que j’entendais, c’était une autre capacité spéciale des vampires. Je n’avais ni l’un ni l’autre, pour autant que je sache, mais je n’avais jamais essayé de les utiliser. Je savais que la Division était inaccessible aux vampires inférieurs, donc je n’y avais jamais pensé avant. Maintenant, je pense que ça pourrait valoir le coup d’essayer plus tard.

« Je ne m’amuse pas. Qui êtes-vous, bon sang ! » avait crié la fille vampire.

« Ne le voyez-vous pas ? » répondit Nive. « Je suis un aventurier, et je suis ici pour vous tuer. Vous pourriez aussi bien vous rendre. Si vous me dites tout ce que vous savez, je pense qu’ils vous laisseront au moins franchir les portes du Paradis. »

Elle n’avait pas oublié la partie concernant la collecte d’informations, heureusement. Elle était une aventurière de haut rang, il était donc logique qu’elle soit beaucoup plus méticuleuse que moi. Elle avait également analysé le comportement des vampires, et bien qu’elle soit généralement difficile à lire, elle prenait assez souvent des décisions logiques.

Cependant, elle n’avait pas dit qu’ils pouvaient aller au paradis. Elle n’avait pas non plus proposé de les laisser vivre, mais je suppose que c’était évident. Ils auraient toujours besoin de sang humain pour survivre.

« Jiziu, ne l’écoute pas. Les humains ne savent rien », dit le garçon vampire à la fille.

« Wugong, mais je… »

« Occupe-t’en plus tard ! »

Le garçon vampire avait bondi sur Nive. Le nombre de dagues était passé à sept, et toutes, sauf celle qu’il tenait dans sa main, flottaient dans l’air. Ce devait être les San Arms. Leurs lames étaient rouges et elles semblaient différentes des armes ordinaires. Elles avaient volé vers Nive, mais elle s’était écartée d’elles en dansant. Elle avait après tout dû y aller doucement avant.

« C’est tout ? » dit-elle, l’air imperturbable. « Vous n’êtes pas tout à fait comparable aux vampires moyens, mais vous pouvez utiliser la Division et les San Arms. Très intéressant. Cependant, vos compétences manquent cruellement de précision. »

Nive avait commencé à se déplacer plus agilement. Elle avait brisé toutes les dagues d’un coup de griffes, s’était rapprochée du jeune vampire en un instant et lui avait tranché la tête. Au même moment, elle avait tranché la fille vampire par le milieu. Bien sûr, cela s’était passé de la même façon qu’avant. Ils s’étaient tous deux transformés en chauve-souris et avaient retrouvé leur état d’origine, comme s’ils n’avaient jamais été blessés.

« Ne perdez pas votre temps, nous ne mourrons pas, » dit le garçon vampire, sa voix résonnant dans tout le donjon.

« Vous ne voulez pas ? » demanda Nive.

« Non, on nous a accordé des pouvoirs. Normalement, il faut être un vampire moyen pour utiliser la Division, ou un grand vampire pour manier les San Arms. Vous avez vu, n’est-ce pas ? Peu importe combien vous nous coupez ou poignardez, nous reviendrons en un seul morceau. »

« Je vois, oh vraiment ! ? »

Nive avait sauté sur le garçon vampire et l’avait découpé en morceaux, avant que la même chose ne se reproduise. La même chose pour la fille vampire.

« Assez ! c’est sans espoir ! » dit le garçon.

« Abandonnez maintenant ! » dit la fille.

Ils avaient continué à attaquer Nive, mais elle était restée parfaitement calme. En fait, elle avait même souri.

« Abandonner ? » demande-t-elle. « C’est ridicule. Il n’y a que deux raisons pour lesquelles j’arrêterais de chasser les vampires : si je meurs, ou si chacun d’entre vous meurt ! »

Je ne savais pas si c’était de la folie ou de la conviction. Je ne savais pas pourquoi elle était si obsédée par les vampires, mais c’était une fixation exaspérante. Le regard dans ses yeux disait qu’elle poursuivrait toujours les vampires, jusqu’au bout du monde même.

Nive avait combattu les vampires pendant un moment jusqu’à ce qu’ils se regardent dans les yeux. C’était après plusieurs douzaines de rounds de Nive les tranchant pour qu’ils reviennent à la vie.

« Je le savais, » déclara Nive en gloussant. J’avais regardé où elle regardait et j’avais vu ce dont elle parlait. Les doigts des vampires se désintégraient.

« C’est quoi ce bordel ! ? » dit le garçon.

« Pourquoi ? Guéris ! » dit la fille.

Ils avaient utilisé à plusieurs reprises la Division pour restaurer leurs bras, mais leurs doigts continuaient à s’effriter en sable.

« Vous êtes trop ignorant, » dit Nive. « La division permet de se métamorphoser ainsi que de retrouver son état d’origine, mais on ne peut pas l’utiliser éternellement. »

« De quoi parlez-vous ? » demanda le jeune vampire en tremblant.

« Tout a ses limites, vous savez, peu importe ce que vous êtes. Étonnamment, même les monstres ne peuvent échapper à leurs limites. Les dieux l’ont fait ainsi, mais même leur pouvoir ne va pas plus loin. Cela signifie que la Division a aussi ses inconvénients. C’est ce qui arrive quand on l’utilise trop. Chaque vampire moyen le sait, mais je suppose que vous ne le saviez pas. »

« Mais M. Shumini n’a rien dit à ce sujet, » déclara la fille vampire.

« Est-ce votre chef ? Eh bien, je le détruirai plus tard. Je suis sûre qu’il ne l’a pas fait exprès. Si vous connaissiez les inconvénients, vous auriez hésité à l’utiliser. Vous ne vouliez pas risquer vos vies et je suppose qu’il avait besoin d’un moyen pour vous faire combattre. Vous deviez être utilisés et éliminés. Quelle tristesse ! »

« Ce n’est pas vrai ! Il n’est pas comme ça ! » s’écria le garçon, ne voulant pas accepter la dure vérité.

« Il a dit que nous pourrions un jour nous faire un pays ! Il a dit que nous aurions une vie heureuse là-bas ! » gémit la fillette.

« Ça a l’air d’un beau rêve, » dit Nive. « Comme un conte de fées qu’une mère raconterait à son jeune enfant. Doux, gentil, aimant, et tout ça n’est qu’un mensonge. Maintenant, laissez-moi vous envoyer à vos morts. Au moins, vous pourrez reposer en paix. »

Nive avait fait un pas vers eux, puis un autre. Ses mots et leurs propres corps en décomposition les avaient laissés dans un état de confusion. Incapables de bouger ou de parler, ils l’avaient simplement regardée s’approcher.

« Faites de beaux rêves. Je suis sûre que les ténèbres vous accueilleront à bras ouverts, » déclara Nive et elle trancha la tête du garçon immobilisé. Il ne s’était pas transformé en chauve-souris cette fois. Sa tête et son corps s’étaient transformés en sable jusqu’à ce qu’il ne reste plus que cela. Puis elle s’était approchée de la fille à une courte distance.

« Oh, Oh, je —, » balbutia la jeune fille en fixant les griffes de Nive.

« Avez-vous écouté les supplications des humains que vous avez tués ? J’en doute, » dit Nive. Puis elle avait coupé la fille en deux. Elle se désintégra également, et les particules de ce qui avait été son corps se dispersèrent dans l’air.

Maintenant que les deux vampires étaient partis, Nive s’était approchée des thralls à moitié formés et les avait regardés d’un air pensif. « Myullias, c’est votre tour, » dit-elle. « Venez par ici. Rentt, pouvez-vous aussi aider ? »

Il était temps pour Myullias et moi de les purifier avec notre divinité. Nive pouvait aussi utiliser la divinité, mais elle n’était pas douée pour la purification. Je suppose que personne n’est bon à tout.

« Êtes-vous sûre ? » lui avais-je demandé. « Ils ne sont pas encore complètement formés, mais ce sont toujours des thralls. Ne voulez-vous pas le faire vous-même ? » Je voyais Nive comme quelqu’un qui n’aurait jamais refusé la chance de tuer un vampire, donc je ne pensais pas qu’elle serait prête à passer ce devoir à d’autres.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire