Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 8 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Là où était le vampire

Partie 1

« Oh, bonjour. Je suis Nive Maris. »

« Je suis Lorraine. Je suppose que nous travaillerons ensemble. »

Nive avait tendu la main et Lorraine l’avait serrée. Lorraine avait affiché un air amer, et elle était visiblement confuse quant à la raison de la présence de cette personne. Elle ne détestait pas particulièrement Nive, mais étant donné que j’étais un vampire et qu’elle était une chasseuse de vampires, notre proximité avait probablement de quoi l’inquiéter. Je ne me serais pas associé à elle non plus si j’avais pu le faire, mais c’est Nive qui s’était accrochée à moi.

Lorraine n’avait pas fourni son nom de famille parce que c’était le même que celui que j’utilisais et qu’elle voulait éviter trop de questions. Mais certains aventuriers préféraient simplement travailler sous leur seul prénom, tandis que d’autres fournissaient leur nom complet, selon leur préférence. Les aventuriers étaient généralement turbulents, et certains pouvaient être des fauteurs de troubles, pour ne pas dire plus, donc il y avait toujours une partie qui préférait garder son nom de famille privé. C’était une coutume connue parmi les aventuriers et pas particulièrement inhabituelle. La plupart de ceux qui donnaient leur nom de famille voulaient que leurs origines et leur statut familial soient connus ou voulaient établir la confiance. C’était comme s’incliner en saluant quelqu’un plutôt que de simplement dire bonjour. De même, il était normal de ne donner que son prénom.

« Je suis Myullias Raiza. »

« Une sainte ? Je suis Lorraine. Je suis ravie de faire votre connaissance. »

Lorraine était plus polie avec Myullias qu’avec Nive parce que Myullias était une sainte et Nive une aventurière. Les aventuriers ne s’embarrassent pas de formalités, même lorsqu’ils s’adressaient à des personnes d’un rang supérieur. La plupart trouvaient ce langage ennuyeux. Tant que vous n’étiez pas excessivement grossier avec un aventurier, vous pouviez vous en tirer sans problème.

Mais les saints étaient une autre histoire. Ils avaient des adeptes religieux et de puissantes organisations qui les soutenaient. Certains saints seraient absolument livides s’ils étaient traités comme un aventurier. Cela ne s’appliquait pas aux saints de l’Église du ciel oriental, mais d’après ce que Lorraine m’avait dit, beaucoup de saints de l’Église de Lobelia et d’autres religions originaires des nations occidentales avaient tendance à être comme ça. C’est pourquoi Lorraine avait appris à être polie avec tous les saints. Elle n’était pas particulièrement croyante, mais elle voulait éviter les problèmes.

Je voulais visiter les nations occidentales à un moment donné, mais j’étais le genre d’aventurier qui trouvait les formalités ennuyeuses. Je devais demander à Lorraine ce à quoi il fallait faire attention avant de visiter, sinon les choses risquaient de mal tourner. Je n’aimais pas non plus avoir des ennuis, alors je devais m’assurer de ne pas attirer l’attention. Bien sûr, maintenant que je devais accompagner Nive dans un donjon, je faisais déjà tout pour ne pas avoir d’ennuis.

« Vous n’avez pas besoin d’être aussi poli avec moi. Traitez-moi comme n’importe qui d’autre, » déclara Myullias en souriant. Apparemment, elle était le genre de sainte qui ne s’en souciait pas. Elle était incontestablement une belle sainte quand elle était comme ça, mais elle s’était comportée comme une hannya avec Nive il n’y a pas longtemps.

Un hannya, d’ailleurs, était un monstre féminin d’une nation insulaire à l’extrême est. Le terme était utilisé par ceux de Yaaran pour désigner une femme furieuse, mais il avait des origines étrangères. Ces monstres étaient collectivement appelés oni, qui étaient similaires aux ogres, mais plus petits et plus intelligents. Ils avaient aussi leur propre culture, et certains coexistaient avec les humains. J’espérais en rencontrer un un jour. D’après ce que j’avais entendu, ils excellaient dans la métallurgie et le travail manuel, un peu comme les nains.

« Vous êtes sûre ? » demanda Lorraine à Myullias en hésitant. Lorraine était plus facile à vivre que la moyenne des femmes, mais elle restait réservée dans des moments comme celui-ci. Peut-être que les saints sont si difficiles à vivre pour les gens de l’empire. Je ne pouvais qu’imaginer le genre d’abus que les religieux commettaient là-bas. C’était effrayant rien que d’y penser.

« Vous êtes certainement sur les nerfs à ce sujet. Êtes-vous de l’empire, Lorraine ? » demanda Myullias.

« Vous pouvez le dire ? »

« Oui, je sais que les citoyens de l’empire parlent aux saints comme vous le faites. Je comprends ce que vous ressentez. Vous pouvez me parler de la façon la plus confortable pour vous, mais je veux que vous sachiez que vous pouvez parler librement et que cela ne me dérangera pas. Honnêtement, la façon dont ils traitent les saints peut avoir un sens pour les plus accomplis d’entre nous, mais je ne suis pas vraiment impressionnante en tant que sainte, et je ne pense guère que je le mérite. »

Lorraine plissa les sourcils devant l’attitude morose de Myullias. Elle avait dû remarquer que Myullias se comportait plus comme un roturier que comme une sainte classique. De plus, ce que Myullias avait dit était parfaitement acceptable à Yaaran, mais cela aurait pu être pris comme une critique de l’Église dans l’empire. Lorraine m’avait toujours dit qu’en règle générale, les saints devaient faire l’objet du plus grand respect. D’après elle, les roturiers devaient le faire, sinon on ne savait pas ce qu’on leur ferait. Ce que disait Myullias pouvait aussi provoquer une perte de confiance dans l’Église et la mettre dans une position difficile, mais elle le disait quand même. Peut-être que Nive avait déteint sur elle d’une certaine manière. Nive disait des choses encore plus effrontées, alors Myullias pourrait avoir perdu tout sens des convenances après avoir passé autant de temps avec elle.

« Si vous le dites, » déclara Lorraine. « Mais la prochaine fois que j’arriverai dans l’empire, j’ai intérêt à ne pas me retrouver persécutée pour avoir insulté Myullias Raiza. »

« Je sais comment les inquisiteurs peuvent être, » répondit Myullias avec un sourire. « Bien sûr, cela n’arrivera pas. De toute façon, j’ai décidé de considérer mon séjour ici comme des vacances, alors j’aimerais en profiter. »

Ce n’était pas le genre de chose qu’un saint dirait, mais Lorraine semblait y croire. Elle avait tendu une main pour demander une poignée de main à Myullias.

 

 

◆◇◆◇◆

 

« Très bien, par ici ! » Wolf avait crié vers nous depuis la porte principale de Maalt.

Nous nous étions dirigés vers la porte et avions vu une calèche venir vers nous à une vitesse considérable. Elle allait nous emmener au donjon de la Nouvelle Lune. La plupart des calèches fuyaient actuellement Maalt, et celles qui allaient aux donjons avaient fermé leurs services, donc il devait être difficile à trouver. Ou peut-être a-t-il forcé quelqu’un à coopérer.

« Ça vous y mènera directement, » dit Wolf. « Maintenant, montez. Je vais rester à Maalt pour pouvoir donner des ordres. » Puis il avait sauté du chariot et avait disparu en ville.

Dès que nous étions entrés dans le carrosse, le cocher s’était empressé de fouetter le cheval. Ce cheval avait six pattes, une espèce que l’on disait descendre de Sleipnir, et il était particulièrement rapide.

Il y avait une bonne distance entre Maalt et le donjon de la Nouvelle Lune, trop longue pour y courir, mais cette voiture nous y amènerait en un rien de temps. Nive aurait pu courir plus vite qu’un chariot, je suppose, mais pas moi. Ou peut-être que je pouvais y arriver, mais ce serait difficile de maintenir cette vitesse, alors je préférais monter sur un véhicule. De plus, il était impossible que Lorraine et Myullias puissent courir aussi vite. Si nous les laissions derrière nous, je suppose que Nive et moi pourrions nous précipiter vers le donjon par nos propres moyens, mais cela exposerait certains secrets que je préfère garder cachés.

Deux autres calèches étaient arrivées, et d’autres aventuriers étaient montés à bord. Wolf avait dit qu’il choisissait les meilleurs des meilleurs, mais il ne semblait pas s’attendre à ce que nous fassions le travail tout seuls. En nous comptant, il y avait trois groupes qui exploreraient le donjon de la Nouvelle Lune. Wolf faisait probablement confiance à Lorraine, mais j’étais un monstre, Myullias servait une Église, et Nive était Nive. La raison pour laquelle il ne voulait pas que nous y allions seuls était évidente. En termes de compétences de combat, je pensais que nous étions les meilleurs de Maalt, mais il y avait trop d’autres raisons de douter de nous. Cependant, Wolf semblait dépendre de moi de toute façon, et envoyer d’autres aventuriers n’était pas nécessairement une question de confiance. Il avait probablement certaines obligations en tant que maître de la guilde.

« Nous avons une équipe assez déconcertante ici, » murmura Lorraine. Myullias et moi avions hoché la tête, mais Nive s’était contentée de siffler pour elle-même. C’était une mélodie que je n’avais jamais entendue auparavant. Peut-être qu’elle savait aussi composer. Si c’est le cas, elle possède un ensemble de compétences ridiculement étendu.

 

◆◇◆◇◆

« Maintenant, tout le monde, que la chasse aux thralls commence ! » déclara Nive à l’entrée du donjon de la Nouvelle Lune avant de foncer à l’intérieur. Myullias lui avait emboîté le pas, suivi par moi et Lorraine.

« Myullias, vous n’avez pas l’air d’être une aventurière, mais il semble que vous avez eu un bon entraînement physique, » dit Lorraine en courant dans le sombre donjon.

« Oui, eh bien, les saints avec plus de pouvoir divin n’ont pas à faire cela, mais mes capacités de saint sont plutôt mineures, » répondit Myullias. « J’ai pensé que je serais un peu plus utile si j’apprenais à me battre. Mais comparé aux aventuriers professionnels, je ne suis pas à la hauteur. »

« Je ne me rabaisserais pas comme ça. Vous semblez avoir les bases plutôt bien en main, et vous êtes capable de suivre la plupart du temps la vitesse de Nive. Mais elle est de classe Or, et Rentt et moi sommes tous deux de classe Argent, ou du moins de force comparable. Vous pourriez trouver cela difficile, alors cela vous dérangerait-il si je vous améliorais physiquement ? »

La proposition de Lorraine visait à la fois à être prévenante et à utiliser Myullias au cas où Nive se déchaînerait à nouveau.

« Je veux bien, mais êtes-vous sûre ? » demanda Myullias. « Nous ne savons pas exactement combien de thralls et de vampires nous allons rencontrer. Vous devriez économiser votre mana. »

« Vous n’avez pas tort, mais j’ai du mana à revendre. De plus, Nive prend la tête pour nous de toute façon. Nous devons juste la suivre. »

Lorraine avait regardé Nive devant elle. Des squelettes, des slimes et d’autres monstres ordinaires étaient apparus, mais Nive les avait tous découpés en morceaux avec ses griffes. En la voyant écraser le crâne des squelettes et les réduire en miettes, j’avais l’impression de voir mes frères mourir sous mes yeux. C’était un peu déprimant. Je n’étais plus un squelette, mais c’était le premier corps que j’avais eu après être devenu un monstre, alors peut-être que je m’étais un peu attaché à eux. Mes évolutions ultérieures étaient des créatures comme les goules et les thralls, alors je regardais avec tendresse les moments où je n’avais pas de chair en décomposition.

« C’est ce qu’il semblerait, » dit Myullias, un regard stupéfait sur son visage alors qu’elle observait Nive de derrière. Nive venait de déchiqueter un autre squelette, tout en souriant. Si j’étais un squelette, je ne voudrais certainement pas m’approcher d’elle. « Alors, s’il vous plaît, faites-le. »

Lorraine avait enchanté Myullias avec un sort d’amélioration physique. Ce sort est plus efficace sur soi-même que sur les autres, mais le fait qu’il puisse être lancé sur les autres est très avantageux. On pouvait donner aux non-combattants une quantité décente d’endurance. Le sort était étonnamment compliqué, car il devait prendre en compte le mana de la cible ainsi que celui du lanceur, mais cela semblait être un jeu d’enfant pour Lorraine.

« Qu’est-ce que ça fait ? » demanda Lorraine.

Myullias avait un peu couru partout pour vérifier. « Je me sens beaucoup plus légère, » avait-elle répondu. « Merci. »

« C’est bien. Alors on va chercher Nive ? Je ne sais pas si je me fais des idées, mais elle semble de plus en plus rapide. »

Ce n’était certainement pas son imagination. Nive avait probablement senti des vampires ou quelque chose comme ça. Je ne sentais rien, mais en tant que vampire, j’avais l’impression de pouvoir sentir leur présence. Un vampire était proche.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire