Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 7 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Sauvetage

Partie 4

« Eh bien, ce magasin a l’air suspect, » nota Lorraine.

« Je suis d’accord, » avais-je dit, en hochant la tête.

Après avoir marché un moment, Lorraine et moi étions arrivés à un magasin dans une ruelle éloignée de la rue principale. L’enseigne à l’entrée portait le nom qu’Augurey, mais elle était couverte de vignes et extrêmement difficile à lire. S’il n’avait pas décrit en détail l’emplacement du magasin, nous serions sans doute passés devant. Mais maintenant que nous l’avions trouvé, il n’était pas question de partir. J’avais timidement ouvert la porte. Elle s’était déplacée avec un fort grincement.

En jetant un coup d’œil à l’intérieur, j’avais été surpris de trouver une pièce agréable, pleine de meubles élégants. Une variété de plantes décorait la boutique, mais pas au point de devenir une horreur. Les tables et les chaises étaient bien usées et de couleur ambre, mais elles étaient polies et de bonne qualité. Au comptoir se tenait un vieil homme maigre aux cheveux gris courts et bien rangés. Il faisait la vaisselle comme il l’avait fait mille fois.

« C’est une surprise, » déclara Lorraine. « Si quelqu’un comme Augurey vient ici, je pense qu’il se démarquerait. » Je n’avais pas pu m’empêcher de hocher la tête, mais on ne sait jamais quels sont les goûts d’une personne.

En tout cas, j’avais approché l’homme qui semblait être le propriétaire.

« De quoi avez-vous besoin ? » avait-il demandé.

« Nous devions rencontrer un aventurier nommé Augurey, » avais-je dit. Je voulais savoir s’il était déjà là, et s’il n’y était pas, je voulais savoir où l’attendre.

L’homme avait semblé reconnaître ce que je voulais dire et m’avait fait un signe de tête. « Il n’est pas encore là, mais venez par ici, s’il vous plaît » dit-il et il nous conduisit à des sièges au fond de la salle. Il était difficile de voir cet endroit depuis l’entrée, c’était donc un bon endroit pour éviter d’attirer l’attention. « Voulez-vous commander quelque chose ? » Lorraine et moi avions donc commandé des boissons au hasard, que nous avions reçus un peu plus tard. Elles étaient assez bonnes pour que si je travaillais dans la capitale, je fréquente volontiers cet endroit. J’avais été heureux d’être présenté à une si belle boutique.

Après avoir attendu si longtemps que nous avions fini nos verres, nous avions entendu la porte s’ouvrir en grinçant et le propriétaire dire quelque chose. Puis nous avions entendu quelqu’un marcher vers nous.

« Désolé de vous avoir fait attendre, » déclara Augurey en se montrant. « Comment trouvez-vous cet endroit ? Je l’aime beaucoup moi-même. »

Son apparition nous avait choqués, Lorraine et moi. « Qu’est-ce que vous portez ? » avais-je demandé.

« Quelque chose de bizarre dans mes vêtements ? » dit Augurey en penchant la tête.

Pour être honnête, il n’y avait rien de bizarre à leur sujet. C’est ce qui était si étrange. Je pensais que peu importe ce que portait Augurey, il serait toujours aveuglément tape-à-l’œil, mais maintenant il avait l’air tout à fait normal. Il portait un manteau marron et sa tenue était composée de couleurs sombres. Même ses chaussures étaient assorties. Il ne restait plus l’ombre de son apparence brillante et frappante d’autrefois.

Nous avions regardé Augurey comme si quelque chose n’allait pas chez lui, ce qu’il avait dû remarquer, car il avait ri. « Écoutez, même moi je sais comment lire l’ambiance. Cette tenue ne serait pas appropriée ici. D’ailleurs, je dois vous considérer tous les deux. Vous avez dit que vous ne vouliez pas vous démarquer, alors j’essaie de vous aider. Était-ce inutile ? »

Je pourrais dire que j’avais été surpris d’entendre cela de sa part, mais je ne l’avais pas été. Il était comme ça aussi à Maalt. Il n’avait pas l’air très perspicace, mais il savait toujours où mettre la limite. Il semblait ne pas pouvoir être prévenant, mais il était toujours réservé quand cela comptait. Cela n’avait pas changé depuis son arrivée à la capitale, de toute évidence.

« C’est bien. Je suis désolé que nous vous ayons inquiété, le cas échéant. Avez-vous fait un rapport à la guilde ? » avais-je demandé.

« Oui, je l’ai fait, » répondit Augurey alors qu’il était assis sur une chaise. « J’ai collecté deux pièces d’or pour cela. Tenez. » Augurey avait dit à l’avance qu’il nous donnerait la totalité de la récompense, ce n’était donc pas si inattendu, mais je ne savais pas quoi penser du fait qu’il le fasse.

« Êtes-vous sûr ? » avais-je demandé. « Je sais que tout ce travail était pour vous et tout le reste, mais la récompense est payée par le tailleur. Je pense que vous avez le droit d’en prendre une partie. »

« Peut-être, mais une promesse est une promesse. Et j’ai dit que j’offrirais quelque chose de plus, alors en voici une autre. » Augurey avait ajouté une troisième pièce d’or et nous les avait remises.

J’avais regardé Lorraine pour voir ce qu’elle en pensait, mais il semblait qu’elle voulait accepter sa générosité. Puis j’avais regardé de près le visage d’Augurey, il semblait plus sérieux que d’habitude. Cela ne semblait pas être une bonne idée de refuser, alors j’avais décidé d’accepter les trois pièces d’or.

Quant à savoir si c’était une récompense appropriée pour la collecte de la garance d’esprit de feu, elle était en fait assez élevée. À Maalt, une pièce d’argent aurait suffi pour ce travail. C’était le genre de travail que tout aventurier de la classe Fer ou de la classe Bronze pouvait accepter, c’était donc tout naturel. Créer des emplois à Maalt pour collecter une grande quantité de cette plante et la vendre ensuite dans la capitale aurait pu être un moyen décent de faire des bénéfices, mais il y avait suffisamment de produits similaires disponibles pour les remplacer, donc cela ne se passait pas si bien. La garance n’était pas particulièrement recherchée, à moins que quelqu’un comme Augurey n’insiste pour en obtenir pour des raisons particulières. Ainsi, même si elle valait beaucoup d’argent, il n’y avait probablement pas beaucoup de gens qui voulaient l’acheter. En gardant cela à l’esprit, c’était peut-être un prix approprié. Il était difficile de trouver quelqu’un qui voulait de la garance, mais il était également difficile de trouver quelqu’un qui le collectionnerait.

« Alors, nous le prendrons volontiers, » avais-je dit. « Je pense que c’est une trop grande récompense, alors laissez-moi au moins payer la nourriture ici. » J’avais prévu de payer avec une partie de l’argent de la récompense que je viens de recevoir, bien sûr.

Augurey ne semblait pas s’en soucier. « Oh, merci. Ça ne vous dérange pas si je commande quelque chose ? La nourriture ici est vraiment excellente. »

Soit dit en passant, les boissons que nous avions commandées étaient un article de luxe appelé arouzal. Il était fabriqué à partir des racines écrasées d’une plante appelée kazuki, mélangées à un liquide extrait de haricots séchés et torréfiés appelés loa. L’appareil d’extraction était très particulier et difficile à utiliser, de sorte que cette boisson pouvait avoir un goût très différent dans n’importe quel magasin, mais celui-ci avait été un succès. Mais si vous n’étiez pas si exigeant sur la saveur, cette boisson était disponible un peu partout. Mais comme elle était relativement populaire à Yaaran, la population locale était souvent pointilleuse sur le goût. Selon les habitants d’autres pays, elle était apparemment trop amère pour être bue quoiqu’il arrive, mais Lorraine semblait l’apprécier. En fait, elle le buvait si souvent qu’elle semblait presque accro. Elle avait même une machine d’extraction à la maison. Cela lui en coûtait beaucoup de s’en procurer une pour son usage personnel, mais c’est dire à quel point elle aimait cette boisson. Les gens qui n’aimaient pas tellement le goût avaient tendance à ajouter du lait ou du miel, y compris moi, parce que c’était trop amer. Mais Augurey semblait la boire directement.

« Commandez ce que vous voulez, » avais-je dit. « Mais dans ce cas, on devrait peut-être aussi prendre quelque chose. »

« C’est vrai, » déclara Lorraine. « J’avais un peu faim. »

Nous avions appelé le propriétaire et lui avions demandé de nous préparer quelque chose.

 

◆◇◆◇◆

« Oh, regardez l’heure. Je dois y aller, » déclara Augurey. J’avais regardé dehors et j’avais remarqué que le soleil se rapprochait de l’horizon. Nous avions presque fini de manger et nous étions passés à la conversation.

Il s’est avéré que j’avais beaucoup en commun avec Augurey. Nous n’avions jamais été à court de sujets de discussion. Nous étions tous deux des aventuriers solitaires et nous avions déjà bu ensemble à plusieurs reprises, alors je me sentais à l’aise avec lui. Mais c’était notre première rencontre de son point de vue, alors peut-être qu’il avait été rapide à se faire des amis.

« Oui ? Alors, devrions-nous partir ? » avais-je demandé.

« Ça sonne bien, Rentt. N’oubliez pas que vous payez pour tout, » répondit-il.

« Bien, j’ai compris. Hm ? » J’avais répondu, remarquant tardivement que quelque chose était étrange. J’avais levé les yeux de mon portefeuille et j’avais vu Augurey sourire et Lorraine me regarder comme si j’étais un idiot.

« Je le savais. Donc je suppose que vous êtes Lorraine, non ? » Augurey le lui avait demandé.

Elle s’était dit pendant un instant qu’il était inutile de le cacher. « Oui, c’est moi. Mon Dieu, quand l’as-tu compris ? »

« À l’instant, si je devais dire. Je n’étais pas tout à fait sûr, mais la façon dont “Pourpre” s’est battu ici était exactement comme Rentt. Si je ne l’avais pas vu se battre, je doute que j’aurais remarqué quoi que ce soit. »

« Son habileté à l’épée est-elle vraiment si unique ? » demanda Lorraine.

« Non, je dirais en fait qu’il n’y a pas grand-chose d’unique à ce sujet. Je suppose qu’on peut dire qu’il a l’air très propre. Comme s’il faisait tout dans les règles. Tout semble très pratiqué, alors peut-être pourriez-vous considérer cela comme unique. Quoi qu’il en soit, pourquoi visitez-vous la capitale déguisés ? »

Je ne savais pas comment réagir, mais il fallait que je dise quelque chose. Je ne pouvais pas mentionner le cercle de téléportation, donc il n’y avait pas moyen d’être totalement honnête, mais j’avais décidé de dire ce que je pouvais.

« Il y a des raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas laisser de traces de notre passage ici. En ce qui concerne la raison pour laquelle nous sommes venus dans la capitale, je suppose qu’on peut dire que nous faisons du tourisme, » avais-je dit. C’est la même affirmation que j’avais faite au garde à la porte, mais elle n’était pas fausse. Gharb et Capitan nous avaient amenés ici de nulle part, et si nous faisions quelque chose, c’était du tourisme. Ça et la visite du quartier général de la guilde.

« J’aimerais savoir quelles sont ces raisons. Mais, bon, je suppose que demander à un autre aventurier trop d’informations est contraire aux règles. Vous voulez donc que je me taise à ce sujet, je suppose ? » demanda Augurey, en comprenant l’idée sans qu’on ait à s’expliquer. Il était tout aussi prévenant lorsque nous avions rencontré le chevalier et la princesse, donc il était logique.

« Nous te serions reconnaissants de le faire. »

« J’ai compris. Si vous êtes toujours mal à l’aise, nous pourrions utiliser un contrat magique, » avait-il proposé, mais c’était ma faute s’il l’avait découvert.

« Non, je te fais confiance, » avais-je dit en pensant à la façon dont je devrais être plus prudent à l’avenir. « Mais maintenant que tu le sais, tu pourrais te retrouver en danger, alors je te recommande vraiment de ne rien dire. »

Le simple fait que nous soyons ici ne prouverait pas que nous avions utilisé un cercle de téléportation, mais si quelqu’un le découvrait, il y aurait de fortes chances qu’il essaie de l’obtenir par tous les moyens possibles. Si cela se produisait, nous ne serions pas les seuls à avoir des problèmes. Augurey n’avait qu’une quantité infime d’informations, mais cela suffisait pour qu’il soit lui aussi menacé.

« Je pense que nous devrions alors utiliser un contrat magique, » suggéra Augurey, un peu effrayé par ce que j’avais dit. « Si nous en utilisons un bon, il devrait empêcher toute petite erreur. »

Avec cela, nous étions partis pour obtenir un contrat magique.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire