Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 7 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : Vistelya, la capitale

Partie 3

Je m’étais demandé pourquoi je voulais l’aider. Il n’y avait aucune chance de voir cela autrement que comme le problème d’Augurey. S’il avait pu obtenir le colorant en un mois, il aurait dû attendre.

« Est-ce tout ? Alors, au revoir, » avais-je dit en essayant de partir.

Cependant, Augurey refusa de relâcher son emprise. « Non, non, nous n’avons pas fini ! Pourquoi ne pas m’aider !? Je vous donne toute la récompense ! Je serais votre garde ! Ce travail devrait être un jeu d’enfant ! » Augurey me supplia désespérément. Ses cris attiraient l’attention, alors j’avais renoncé à essayer de me libérer.

Son offre était certainement en ma faveur, mais quand même. « Il y a des raisons pour lesquelles nous ne voulons pas prendre les emplois de la guilde, » avais-je dit. « En plus, je viens de vous dire que nous sommes en lune de miel. Nous n’avons pas beaucoup de temps à perdre. »

J’avais décidé que le convaincre d’abandonner serait la meilleure option. Augurey était insistant, mais il n’était pas complètement déraisonnable. Si je m’expliquais, je pensais qu’il comprendrait. Non pas que nous étions en lune de miel, mais il était vrai que nous n’avions pas beaucoup de temps. Nous devions retrouver Gharb et Capitan plus tard.

Mais contre toute attente, Augurey avait continué à refuser de renoncer. « Il y a des raisons, dites-vous ? On dirait qu’accepter un travail de la guilde serait en soi un problème. Dans ce cas, que se passerait-il s’il s’agissait simplement d’une demande personnelle de ma part ? Et en ce qui concerne votre lune de miel, vous pourrez aller là où aucun n’est allé auparavant ! »

« Vous êtes terriblement tenace, » avais-je dit. « Avez-vous tant besoin de ces herbes ? Pourquoi ne pas attendre un mois ? »

Augurey secoua la tête et supplia d’un ton grave. « Je les veux le plus vite possible. Je vous en prie. Je vous paierai encore plus que la récompense indiquée ici. Cela ne devrait pas prendre longtemps. Je sais qu’elles poussent dans une forêt non loin d’ici, donc tant que vous pouvez distinguer les herbes, cela devrait être fait en quelques heures. »

Je ne l’avais presque jamais vu agir ainsi à Maalt. Je ne savais pas qu’il était si obsédé par les vêtements, mais en regardant ce qu’il portait, je n’aurais pas dû être surpris.

« Penses-tu que nous y arriverons à temps ? » avais-je demandé à Lorraine.

« Si ce n’est que pour quelques heures, alors probablement. Ne me dis pas que tu vas vraiment accepter, » avait-elle dit. Elle n’avait pas l’air très enthousiaste à l’idée, mais Augurey avait fait pas mal de choses pour moi à Maalt. Il m’avait parlé de quelques beaux endroits pour chasser et m’avait indiqué les endroits où je pourrais trouver des monstres. Je ne pouvais pas refuser une demande aussi passionnée de sa part. La nature frivole de sa demande était quelque peu étonnante, mais peut-être était-il dans une crise que nous, les gens ordinaires, ne pouvions pas comprendre.

« Si je n’ai pas à faire passer la demande par la guilde, alors je suppose que je suis prêt à aider, » avais-je dit. « Mais s’il semble que nous allons être en retard pour nos plans, nous devrons y retourner. Aussi, ne parlez pas trop de nous aux gens. Nous ne voulons pas nous démarquer. »

« Bien sûr. Merci ! Alors j’accepterai le poste moi-même, et vous m’aiderez simplement avec une demande personnelle. Mais vous dites que vous ne voulez pas vous démarquer ? Quand vous portez ça ? Honnêtement, la raison pour laquelle je vous ai approché est que je pensais que vous comprendriez ma passion, » déclara Augurey, confus.

Il est vrai que nos vêtements s’étaient beaucoup distingués. Mais contrairement à ceux d’Augurey, nous portions la dernière mode populaire de l’Empire. Je voulais m’assurer qu’il savait que nous n’étions pas comme lui, mais avant que je puisse lui expliquer cela, il était allé au comptoir.

« Es-tu sûr de toi ? » demanda Lorraine. « Ils ne tiendront pas de registres tant que nous ne passerons pas par la guilde, oui, et je suppose que cela va tuer le temps jusqu’à ce que nous ayons besoin de nous retrouver, mais quand même. »

« Je ne suis pas moi-même très intéressé, mais je lui suis redevable dans une certaine mesure. Cela ne me dérange pas de l’aider un peu tant que nous n’exposons pas nos identités. Ce sera un travail facile de toute façon. »

« Tu es trop gentil pour ton propre bien, » déclara Lorraine.

« Je suppose. Désolé, Lorraine. Nous avons eu la chance de voir la capitale, mais maintenant je nous ai donné du travail à faire. »

« C’est bien, je suis allée à la capitale plusieurs fois. Il ne me reste pas grand-chose à voir, » déclara Lorraine.

« Vraiment ? Si tu veux aller quelque part, tu peux y aller pendant que je suis avec Augurey. Il ne cherche pas d’aide pour se battre de toute façon, il a juste besoin de quelqu’un qui connaisse les herbes, » avais-je dit. Apparemment, Augurey était devenu assez fort pour être un aventurier de la classe Argent depuis la dernière fois que je l’avais vu. Il devait être bien plus fort qu’il ne l’était à Maalt, donc il n’y avait pas de besoin particulier pour que Lorraine et moi l’accompagnions.

« Bien que j’aimerais bien ne pas en parler, je pense que tu vas cracher le morceau si tu y vas seul, » avait déclaré Lorraine, en soulignant mon imprudence. Je venais d’accepter une demande sans grande raison, donc je ne pouvais pas discuter.

« Désolé. Je me rattraperai plus tard. »

« Oh, tu le feras ? Alors, emmène-moi dîner dans un restaurant appelé All Flevne, dans la rue principale de Maalt. J’ai toujours voulu essayer leur dîner complet à un moment donné, » dit-elle.

Ce restaurant était réputé pour être le plus cher de Maalt. Les prix étaient, bien sûr, exorbitants. Un dîner complet de là-bas ne serait pas impossible à payer de nos jours, et vu tout ce que je demandais à Lorraine, j’avais l’impression de lui devoir au moins ça.

« Bien sûr, nous pourrons y aller la prochaine fois que nous serons à Maalt, » avais-je dit, à la surprise de Lorraine.

« Je plaisantais. Es-tu sûr ? » demanda-t-elle, l’air inquiet maintenant. Mais en tant qu’aventurier, je ne pouvais pas revenir sur ma parole.

Je m’étais cogné la poitrine et j’ai dit. « Laisse-moi faire. Tu pourras manger autant que tu veux. » Puis j’avais souri.

 

◆◇◆◇◆

« Je crois que ce devrait être l’endroit, » chuchota Augurey alors que nous marchions dans une forêt hors des murs de Vistelya.

Une fois qu’Augurey avait terminé les formalités administratives pour accepter la mission à la guilde, nous étions immédiatement partis. Cela faisait un peu plus d’une heure depuis lors. Comme Augurey nous l’avait dit plus tôt, il semblait que cela prendrait quelques heures au total. Il savait qu’il fallait se renseigner à l’avance sur la destination, comme tout aventurier de la classe Argent, et nous ne nous étions donc jamais perdus en chemin. Heureusement, la forêt était proche de la capitale, donc peu de monstres se trouvaient dans la région à ce moment-là. Les types de monstres qui apparaissaient ici étaient parfaits pour l’entraînement des nouveaux soldats, et ils étaient donc fréquemment exterminés. C’est pourquoi il était relativement sûr de se promener ici. Du point de vue d’un aventurier, cependant, ils éliminaient systématiquement notre source de revenus. Mais cela signifiait aussi que la guilde de la capitale avait des emplois plus durs et plus gratifiants que les autres de la région. Il était donc difficile pour les nouveaux aventuriers de travailler dans la capitale, ce qui présentait des avantages et des inconvénients.

« Il semble qu’il y ait beaucoup d’herbes différentes ici, » avais-je dit. « Nous cherchons la garance de l’esprit du feu, n’est-ce pas ? »

« Oui, mais je ne pourrais pas dire à quoi cela ressemble. Ils se ressemblent tous pour moi, » répondit Augurey, la tête dans les bras. Il regarda les plantes, mais ne put les distinguer.

Il y avait beaucoup de petites plantes à fleurs jaune-vert, et au premier coup d’œil, elles semblaient toutes identiques. Mais je savais qu’elles étaient toutes différentes. « On peut identifier la garance de l’esprit du feu par la forme de ses feuilles et de ses fleurs, le nombre de feuilles, la forme de la tige, le parfum et les racines. C’est une bonne occasion pour vous d’apprendre cela, » avais-je dit en expliquant les caractéristiques uniques de la plante à Augurey. Il y avait trois ou quatre types de plantes similaires, et elles poussaient toutes à peu près aux mêmes endroits. Elles pouvaient être difficiles à récolter, mais pas si vous saviez comment les distinguer. Je les avais décrites à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’Augurey puisse également les distinguer après quelques tentatives.

« Je vois, donc c’est comme ça qu’il faut faire. J’ai appris quelque chose aujourd’hui, » avait-il dit.

Je ne lui avais pas enseigné pour son bien. Je l’avais fait pour que de telles demandes ne restent pas sans réponse dans la capitale. Augurey était un aventurier solitaire, mais il était relativement compatissant, donc il transmettrait probablement cette information à la génération suivante.

Si la garance de l’esprit du feu était destinée à être utilisée pour la teinture, alors il devait vouloir que les vêtements soient rouges. La teinture pouvait être recueillie à partir des racines séchées de la plante, produisant une couleur rouge vif. Elle était aussi rouge que le soleil couchant les jours où la puissance des esprits du feu était particulièrement forte, d’où son nom. Il était maintenant habillé de couleurs arc-en-ciel, mais cela donnait apparemment des vêtements d’un rouge éclatant. Je n’aimais pas ce look, mais il n’y avait pas de compte à rendre pour le goût.

« Alors, devons-nous revenir ? Je pense que vous en avez assez, » dit Lorraine.

Augurey et moi avions fait un signe de tête. Cela suffirait amplement pour la teinture, nous n’avions donc aucune raison de rester ici plus longtemps.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire