Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 7

***

Chapitre 1 : Au Labyrinthe de la Nouvelle Lune

Partie 7

Je devais encore chercher un Ent Jyulapus et en récolter le matériel nécessaire pour qu’Alize et moi puissions fabriquer chacun notre propre baguette. Quant aux cristaux magiques… Dans le pire des cas, nous pourrions utiliser une partie de la récolte des Kesems Kofus.

Honnêtement, j’aurais préféré un cristal de meilleure qualité. Les cristaux récoltés sur des Kesems Kofus étaient les moins impressionnants au troisième étage de la Nouvelle Lune, car ils étaient petits, un peu translucides et n’avaient pas beaucoup de pouvoir en eux. Si je devais recueillir des cristaux, quelque chose de plus respectable serait préférable.

Lorraine avait cependant mentionné qu’il serait préférable d’utiliser un cristal magique qui ne provenait pas d’un Ent Jyulapus pour nos baguettes. Cela avait un sens d’un point de vue alchimique, car le cristal était généralement monté sur le bout de la baguette. Avoir un cristal d’un autre monstre servirait à amplifier considérablement son rendement magique. Si un cristal du même type que le reste était utilisé, le mana dans la baguette se rassemblerait simplement à un endroit et stagnerait, rendant le focalisateur difficile à utiliser. Une baguette bien équilibrée devait être ajustée et calibrée par son artisan. Alize et moi, on nous enseignait ces compétences dans le processus de fabrication, bien sûr, mais la partie difficile était en fait de rassembler les matériaux de différents monstres. Dans certains cas, une baguette fabriquée à partir d’un seul type de monstre était plus efficace, mais les bases nécessitaient quelques variations ici et là.

Malgré tout…

C’était plus facile à dire qu’à faire, surtout si l’on considère que c’était le troisième étage. Tout ce que j’avais à faire était de faire de mon mieux. Plus qu’un étage, Rentt…

Avec tout cela dit et fait… il était vraiment difficile de localiser un Ent Jyulapus. C’était des adversaires redoutables, il était donc logique qu’il soit tout aussi difficile de les retrouver. Surtout dans une forêt dense comme celle-ci. Une fois qu’ils se seraient fondus dans leur environnement, il serait presque impossible pour un amateur de distinguer un Ent Jyulapus d’un arbre ordinaire.

Les Ents Jyulapus étaient le résultat de la collecte et de l’accumulation de mana dans un arbre. Essentiellement, il s’agissait de monstres nés d’arbres, donc les regarder ne servirait à rien, puisqu’il s’agissait essentiellement de la même chose. Cependant, en raison de la nature de leur création et du mana accumulé en eux, un mage chevronné serait capable de distinguer d’un coup d’œil un ent d’un arbre, mais je n’étais pas capable de faire une telle chose.

Il y avait aussi d’autres moyens, par exemple, un objet magique qui ressemblait à des lunettes et rendait le mana légèrement visible à son utilisateur. Cependant, ces objets étaient coûteux et ne duraient souvent qu’une seule utilisation. Pour être précis, de tels objets étaient enchantés pour ne durer qu’une journée tout au plus, et je n’avais pas l’intention de payer pour une chose aussi frivole.

Finalement, la recherche s’était avérée difficile, et je m’étais retrouvé à souhaiter avoir acheté en premier lieu un tel objet… Une considération inutile en ce moment, sans doute.

C’est pourquoi je m’étais tourné vers ma solution finale, la plus drastique. Cela laissait beaucoup à désirer au service de la sécurité, mais il me restait peu de choix. Ma solution : J’avais commencé à balancer mon épée dans tout, arbustes compris. Que se passerait-il si une de mes attaques heurtait un Ent Jyulapus ? Le résultat était en fait tout à fait prévisible.

Un Ent Jyulapus était à l’origine un arbre à un moment donné de sa vie, mais il était maintenant transformé en monstre. À l’exception de quelques exemples notables, les monstres étaient habituellement des créatures vicieuses et violentes. S’ils devaient être pris dans une embuscade ou frappés par un objet…

« … JYUUUURRRRRRRRUUUVVVAAAA !! »

Un grondement, à peine audible par un arbre, retentit d’une plante arbustive relativement petite, semblable à un arbuste, que mon épée avait frappée. Dans des circonstances normales, les branches et les vignes ne devraient pas pouvoir bouger, mais elles étaient maintenant en train de se débattre, visiblement vivantes. Rapidement, ces mêmes vignes se balancèrent sur moi comme un fouet, tandis que les branches du monstre s’étendaient et se jetaient sur moi comme si c’était une lance en bois. Il était évident en voyant ça que l’arbre en question était prêt à m’attaquer.

À l’origine, les vignes et les arbres ne s’entendaient pas vraiment. Cela semblait cependant quelque peu changé, probablement parce que l’arbre était devenu un monstre. L’arbre et la vigne me visaient, comme si elle tentait de m’étrangler et de me transpercer à mort. Je préférerais fortement ne pas mourir par l’une ou l’autre de ces méthodes…

Un désir du fond du cœur, en effet. J’avais continué à couper les vignes qui me frappaient, tout en évitant les branches tranchantes qui étaient envoyées dans ma direction avec quelques torsades bien placées. Heureusement, ce qui semblait être la partie centrale de l’Ent Jyulapus semblait être un tronc de bois plus épais, de sorte que le monstre ne pouvait pas se déplacer librement.

Les vignes que j’avais coupées glissaient comme des serpents avant de se planter dans le sol, cultivant de nouvelles racines là où elles le pouvaient.

Pourquoi ne veux-tu pas mourir ? Pensai-je.

La vitalité de cette chose est vraiment impressionnante, c’est ce que j’avais pensé à dire, mais un mort-vivant comme moi ne devrait vraiment pas être celui qui parle.

Est-ce que le fait de m’étrangler et de me percer à plusieurs endroits me tuerait ? Pour tuer un monstre qui avait des propriétés vampiriques, il fallait lui percer le cœur avec une arme en argent, ou enduite d’eau bénite — c’est ce que disaient les histoires populaires. En réalité, les vampires mineurs pouvaient effectivement être traités de cette manière spécifique. Si ma mémoire était bonne, il y a eu aussi quelques cas où de telles mesures avaient réussi à tuer des vampires moyens.

Cependant, je n’avais pas entendu parler de vampires au-delà de ce niveau tué par de telles méthodes. En fait, je n’étais même pas sûr que c’était une possibilité. Je devrais être plus prudent avec de l’argent et de l’eau bénite.

Maintenant que j’y pense, j’étais à peine affecté par l’eau bénite, alors qu’en est-il de l’argent. Mais même alors dans mon cas… J’avais manipulé de l’argent pendant certaines expériences de Lorraine et je ne me sentais pas mal à l’aise de le faire. J’avais l’air très, très différent des vampires normaux, à en juger par toutes nos différences. Est-ce que cela signifiait alors que je mourrais si j’étais étranglé ou percé ? Je n’avais absolument aucune idée…

Sans tenir compte de mes pensées de divagations sur mon propre physique, je m’étais senti un peu soulagé. J’avais coupé quelques morceaux de vigne et des branches du monstre, ce qui me laissait un peu de répit. Les racines poussant des vignes tombées semblaient pousser lentement, mais leur croissance était encore bien visible. Dans tous les cas, elle poussait beaucoup plus vite qu’une plante normale. Est-ce qu’ils deviendraient de nouveaux Ents Jyulapus si je les laissais tranquilles… ?

Le plus important, c’était le monstre devant moi. Comme son apparence le suggère, un Ent Jyulapus était un arbre qui était devenu un monstre — un arbre monstre en mouvement, pour ainsi dire. Un visage des plus vicieux et haineux avait fait surface sur un tronc particulièrement épais, marquant peut-être le noyau du monstre. C’était très dégoûtant et à peine agréable à regarder. Des vignes étaient enroulées le long de ses branches et de son tronc, et ses yeux et sa bouche étaient éclairés par une faible lumière qui vacillait au fur et à mesure de ses déplacements. C’était un mystère de savoir quand ils étaient apparus, si c’était quand c’était encore un arbre, ou après qu’il soit devenu un Ent Jyulapus.

 

 

D’après les tomes que j’avais lus, certains spécimens de ce type de monstre étaient accompagnés de vignes, d’autres non. Si je devais deviner, cet arbre était probablement entrelacé avec des vignes bien avant qu’il ne devienne un monstre. L’Ent Jyulapus devant moi, qui essayait encore de m’empaler avec des branches de bois acérées, avait un peu de blanc sur son bois, donc c’était probablement un bouleau au début.

Quoi qu’il en soit, je n’avais pas beaucoup de connaissances en matière de foresterie et d’arbres, donc je n’avais aucun moyen de vérifier si ce bois en particulier se prêtait à la fabrication de baguettes. Selon les réponses de Lorraine à ce sujet, tout bois provenant d’un Ent Jyulapus augmenterait le potentiel de puissance de sortie d’une baguette. C’était visiblement évident dans la façon dont le monstre était capable d’utiliser son propre corps comme armes, branches, vignes, et tout.

J’avais frappé mon épée avec une certaine force, mais l’arbre ne s’était pas cassé en deux. Je pouvais infuser du mana ou de l’esprit dans mon arme pour la couper, mais on pouvait en dire autant de la plupart des matériaux en bois. En d’autres termes, je n’avais pas à m’inquiéter de la capacité ou de la résistance du bois.

Quant à la quantité de bois dont j’avais réellement besoin… Vu que nous faisions des baguettes courtes, je ne pouvais pas nous voir utiliser plus de quarante centimètres de matière première. Je n’avais vraiment pas besoin de plus que ça. Mais dans ce cas, j’avais eu la bonne idée de me procurer plusieurs spécimens à cette fin, car je ne pouvais pas passer trop de temps sur un seul monstre.

De mes affrontements répétés avec l’Ent Jyulapus, une chose était claire : il n’avait pas de moyens d’attaque particuliers. Tout ce qu’il avait fait, c’est de flétrir ses vignes ou d’essayer de me percer avec ses branches, et peut-être aussi un claquement de corps, si on s’en approchait. C’était tout ce qu’il y avait à faire. Donc, si on s’en tenait à cette routine, une offensive totale me semblait adaptée à mes objectifs.

Croyant mes suppositions vraies, j’avais attendu la prochaine attaque de l’Ent Jyulapus. J’avais esquivé soigneusement la rafale de branches du monstre alors qu’elles s’envolaient vers moi, en coupant certaines d’entre elles en morceaux en cours de route. En réduisant la distance, j’avais enfoncé mon épée profondément dans l’orbite du monstre, une ouverture facile sur son visage grotesque.

L’espace derrière le visage du monstre semblait creux et vide, mais il y avait plus que ce que l’on pouvait imaginer. Pour être précis, ce creux vide était le corps principal de l’Ent Jyulapus en lui-même. Le monstre n’était pas seulement un arbre ou quelques morceaux de bois, la vraie forme d’un Ent Jyulapus était celle d’un esprit amorphe, logé dans le creux. Cela signifiait que ce monstre en particulier avait une faiblesse flagrante. Dans des circonstances normales, on s’attaquerait à cette partie particulière de l’Ent, mais peu de personnes l’avaient fait.

Il fallait s’y attendre, cependant. Après tout, le soi-disant noyau de ce monstre était un esprit immatériel. Une attaque physique normale ne serait pas capable de lui infliger beaucoup de dégâts. Mais il y avait un moyen purement physique d’abattre un Ent Jyulapus, en détruisant complètement son tronc.

La raison pour laquelle de telles attaques étaient efficaces était que l’esprit à l’intérieur d’un Ent Jyulapus était très instable, et n’avait pas beaucoup de prise sur le plan matériel. Si le tronc qu’il possédait était détruit, il perdrait un milieu sur lequel il pourrait se lier et, ce faisant, cesserait d’exister. Ce n’était pas exactement la meilleure façon de récolter le bois d’une Ent. Même si je n’avais pas vraiment besoin d’autant de bois du monstre, je voulais rassembler autant de matériaux que possible. S’il nous restait du bois, il se vendrait plusieurs fois plus cher que le bois normal. Maintenant, j’avais toujours « économiser de l’argent et faire de l’or » à l’esprit, donc je n’avais pas l’intention de le détruire physiquement. Alors, qu’est-ce qu’on déploie contre un adversaire immatériel, imperméable aux attaques physiques ?

Le mana et l’Esprit étaient des options. À moins qu’un aventurier ne soit armé de l’un des deux, combattre un ennemi immatériel était impossible. Habituellement, le moyen le plus efficace de combattre les esprits était la Divinité. Cependant, les individus qui manipulaient la divinité étaient rares, et il n’y avait pas de méthodes communément connues pour tuer des monstres avec elle.

Néanmoins, j’avais déjà un plan en tête. En enfouissant mon épée au fond de son orbite, je vais canaliser et enduis mon arme de mana. Presque immédiatement — .

« GIGGGIIIAAAYAAAAA !! »

Un gémissement aigu avait jailli de l’ouverture un peu dérangeante de la bouche de l’Ent Jyulapus. Au fur et à mesure que le gémissement s’était apaisé, une substance noire et torride s’était échappée du corps de l’Ent, presque comme une traînée de fumée, avant de se dissoudre dans l’air et de disparaître complètement. Avec cela, la lumière dans les yeux et la bouche de l’Ent s’était lentement estompée. Alors que la tension s’évanouissait de ses branches et de ses vignes, le monstre s’effondra, son corps tombant sur le sol avec un bruit sourd.

J’avais supposé qu’il était maintenant tué.

Les vignes au sol, elles aussi, avaient cessé de faire pousser leurs racines aussi rapidement qu’auparavant, revenant à un rythme de croissance plus normal. Au moins, je ne pouvais pas les voir grandir visuellement de là où je me tenais.

Le corps principal de l’Ent Jyulapus, maintenant sur le côté, était pratiquement intact. Je pouvais dire en toute confiance qu’il y avait plus qu’assez de matériaux pour que sa carcasse sans vie puisse être retirée. Après avoir fait un rapide tour d’horizon de mon environnement et confirmé qu’il n’y avait pas de monstres dans mon entourage immédiat, j’avais agi pour ramasser le matériel que je venais chercher.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire