Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 4

***

Chapitre 1 : Au Labyrinthe de la Nouvelle Lune

Partie 4

Je pouvais voir le soleil couchant au loin. Le soleil du soir avait noyé le monde dans le cramoisi. Ces couleurs du coucher du soleil céderaient inévitablement la place à un monde de ténèbres, mais ce n’était pas un spectacle mystérieux. Au contraire, c’était plutôt banal, répété encore et encore sur une base quotidienne…

Du moins, c’est ce que n’importe qui aurait dit… en supposant qu’ils n’étaient pas au fond d’un donjon.

« C’est assez étrange, n’est-ce pas… ? »

Et pourtant nous étions là, au deuxième étage du Donjon de la Nouvelle Lune.

Or, il n’était pas près d’être le soir, en fait, le soleil brillait probablement très haut dans le ciel à l’extérieur des limites du donjon. Il était évident de voir que le passage du temps dans la Nouvelle Lune, et peut-être les donjons en général, ne s’alignait pas avec celui du monde extérieur. Bien que j’en aie déjà entendu parler, c’était la première fois que je sentais un donjon se décaler dans les fuseaux horaires, vu que le précédent étage était parfaitement en phase avec le monde extérieur.

Si je devais le deviner, la nuit tombait sur cet étage quand le soleil se levait dans le monde extérieur, et vice versa. Cependant, c’était probablement un événement normal dans ce donjon particulier. Marcher jusqu’à un étage qui n’avait pas encore la lumière du jour à ses heures était une chose, marcher jusqu’à un nouvel étage dans l’obscurité noire en était une autre. Pour la plupart des aventuriers, ce serait une chose très troublante, mais il y avait de nombreuses façons de procéder. Par exemple, un mage particulièrement habile pourrait facilement jeter un sort qui lui permet de voir de nuit. Cependant, la plupart des aventuriers abandonneraient tout simplement à ce moment-là dans cette situation.

J’avais supposé que notre arrangement d’aujourd’hui n’avait pas eu de chance, car j’avais prévu de revenir la nuit, c’est-à-dire quand le soleil se levait à cet étage. Mais d’un autre côté, j’avais eu la chance d’être ici à ce moment-là. C’était maintenant le soir, et j’avais encore beaucoup de lumière pour la vision et le combat. Même si le soleil devait se coucher, mes yeux étaient d’un modèle spécial. Je voyais encore assez bien la nuit, je voyais beaucoup plus loin qu’un humain ordinaire. Au contraire, la vision d’un orc était plus proche de celle d’un humain. Cette situation était donc à mon avantage puisqu’il était plus facile de combattre un orc dans l’obscurité.

Comment Edel s’en sortirait-il ? Comme il était mon familier, sa vision nocturne devrait être améliorée.

« Orc… Orc… Orc. Où est-ce qu’on serait ? » avais-je fredonné, comme si je chantais une sorte d’étrange incantation pendant que je me promenais au deuxième étage de la Nouvelle Lune.

Autour de moi, il y avait des forêts et des plaines sous un ciel d’aspect naturel. Elle avait l’air si large qu’il était impossible de dire où ce ciel se terminait. J’avais entendu dire que les aventuriers pouvaient parfois découvrir un endroit à l’étage où le ciel se terminait, mais aussi des cas où ils n’arrivaient jamais à le trouver, peu importe les efforts qu’ils faisaient. Tout cela était censé être normal.

Alors que les orcs étaient très différents par rapport à l’humain moyen, les orcs normaux avaient tendance à errer en groupes, ou du moins à faire preuve d’assez d’intelligence pour se rassembler en petits groupes. Ainsi, localiser un orc mènerait rapidement au reste. Inversement, si un aventurier devait être découvert par un orc, il aurait très probablement à faire face à quelques autres individus en même temps. En tant que tels, les aventuriers progressaient habituellement prudemment dans ces régions.

Moi, par contre, j’étais à la recherche d’une telle situation. Bien sûr, si un type d’orc plus fort apparaissait en grand nombre, cela pourrait très bien signifier des problèmes, mais ce n’était que le deuxième étage. De tels monstres n’avaient aucune raison d’apparaître par ici. Mais… il était encore possible qu’un seul monstre spécial, d’une sorte ou d’une autre, apparaisse au deuxième étage. Si une telle chose devait arriver, je n’avais qu’à courir.

C’était peut-être dû au fait que tout allait si bien récemment que j’avais failli oublier, mais la raison pour laquelle j’étais comme je suis actuellement, c’était à cause d’une rencontre malheureuse avec le sommet de tous les monstres : un Dragon légendaire. De tels monstres spéciaux pourraient très bien exister, puisque j’en avais déjà rencontré un auparavant.

Encore une fois, je m’étais souvenu de faire attention. Si jamais j’étais contraint de dégainer mon épée, je pourrais calculer mes chances de victoire à ce moment-là. S’il m’était impossible de gagner, je n’avais qu’à courir, et ce serait une victoire en soi.

« Orc… Orc… Hmm ? Hein ? » murmurai-je.

J’avais tourné la tête brusquement. J’avais soudain été agressé par un sentiment étrange.

Quelque chose est… éteint.

Qu’est-ce que c’est, exactement, je me demandais, seulement pour réaliser que ma tête me semblait anormalement légère.

En levant la main vers ma tête, j’avais finalement réalisé ce qui me manquait. Ce qui était là avant n’était plus présent…

Edel était parti.

Où est-il allé… ?

J’avais aiguisé mes sens, en fouillant la zone. En raison de la connexion que nous partagions, un certain degré de concentration était tout ce dont j’avais besoin pour localiser l’endroit où il se trouvait. Ce faisant, j’avais senti une présence près de l’entrée de la forêt. Exaspéré, je m’étais approché de la destination.

« Edel… Je t’avais dit de ne pas…, » commençai-je.

Je m’arrêtai un peu plus tôt en séparant les sous-bois.

« … Braaaaagh !! »

« Gububu ! Buruuuuuuu !! »

« Gigibu ! Buuuruuuuuuu ! »

Des sons absurdes m’avaient salué. Autour d’Edel se trouvaient trois orcs, apparemment préoccupés par leur conversation. Leurs armes avaient été dégainées.

Tu es dans une situation difficile, Edel… ?

Pensant ainsi, j’avais décidé d’agir comme n’importe quel maître le ferait. J’étais sur le point d’intervenir quand je m’étais arrêté. Mes yeux étaient tournés vers les armes et les armures des orcs, qui étaient faites d’un matériau métallique.

C’était pire que je ne le pensais. Ce n’était pas des orcs normaux…

C’était des soldats orcs.

◆◇◆◇◆

 

Les soldats orcs étaient une sorte d’orcs puissants, un pas au-dessus des orcs normaux que l’on pouvait trouver dans les donjons. Ils étaient deux fois plus gros que les orcs normaux et avaient de l’équipement forgé en métal. C’était là leurs principaux traits distinctifs. Il y avait aussi le roi orc et les généraux orcs, des monstres beaucoup plus forts que le soldat orc armé de métal typique. Cependant, ces monstres apparaissaient à peine sur des étages bien plus profonds, et portaient des armes visiblement différentes.

Alors que les orcs entourant Edel étaient armés d’armes métalliques, leur équipement était principalement fait de bronze ou de métaux contaminés par diverses impuretés. De plus, leur équipement n’avait pas l’air particulièrement sophistiqué. Comparé à ces créatures, un général orc pourrait très probablement manier une arme de mithril — une pensée vraiment redoutable.

Un général orc possédait également une bonne dose de compétence en plus de son arme unique. Tout le monde s’accordait à dire que seul un aventurier de la classe Platine serait en mesure de l’affronter. C’était assez monstrueux. Pour empirer les choses, les orcs d’un calibre plus élevé dominaient et régnaient souvent sur ceux qui étaient plus faibles qu’eux. Selon la force de l’orc en question, on pouvait s’attendre à ce que les orcs sous son commandement soient plus forts et plus nombreux. Dans le cas d’un roi orc, il pourrait très bien contrôler tous les orcs de son territoire, et je ne pourrais guère penser à quelque chose de plus effrayant que cela.

Bien sûr, même un soldat orc avait un certain degré de leadership dominateur, un peu, mais certain néanmoins. Cependant, ils ne pourraient diriger que des orcs normaux, et seulement un ou quelques individus.

Enfin, leurs cris étaient également capables d’en appeler d’autres de leur espèce, le son résonnant loin à travers l’étage. Prendre trop de temps pour les vaincre pourrait être fatal. Si l’un d’eux était suivi par un grand groupe d’orcs, il serait extrêmement difficile de s’enfuir.

« … Edel ! »

C’est pourquoi j’avais dégainé mon épée, courant vers les soldats orcs qui avaient entouré Edel après une courte série de réflexions. Le message dans mes actions était simple : nous devions vaincre ces ennemis aussi vite que possible. Edel était d’accord mentalement, grinçant comme il le faisait.

« Chu ! Chu ! »

Avec une série de grincements, Edel avait commencé à puiser dans mes réserves de pouvoir, et j’avais relâché mon emprise sur tout ce qu’il pouvait supporter. Si j’avais été trop imprudent, Edel aurait très bien pu tout absorber de moi. Bien que je pensais être un peu plus avare à ce sujet, ce n’était pas le moment de m’inquiéter. C’est peut-être parce qu’ils avaient détecté le changement dans nos présences, mais les soldats orcs ne voyaient plus Edel comme une proie. Eux aussi se préparaient au combat, en prenant des positions de combat.

Mais les orcs étaient beaucoup trop lents. Déjà en contact étroit avec les monstres, j’avais choisi le soldat orc le plus arrogant d’entre eux — le chef peut-être — et j’avais rapidement enfoncé ma lame dans la nuque. Je pensais qu’il s’agissait d’une solide attaque en embuscade, mais le soldat orc que je visais avait réagi en levant son épée et en détournant mon coup.

Tu es plutôt bon…, pensai-je.

Finir le tout par une seule attaque rapide, c’était trop demander. Cependant, ce ne serait le cas que si je me battais seul.

Alors que le soldat orc s’était tourné vers moi et avait détourné mon attaque il y a quelques instants à peine, l’expression en était maintenant une de confusion marquée. Mais bien sûr, c’est ce que je ressentirais. Il avait déjà regardé dans ma direction auparavant, mais il regardait maintenant droit vers le ciel, comme s’il avait été lancé dans les airs d’une manière ou d’une autre.

La raison du changement soudain de perspective du soldat orc était parce qu’Edel s’était cogné contre l’une de ses pattes avec sa charge corporelle caractéristique, faisant trébucher l’orc et le faisant tomber en arrière. Bien qu’il ait eu un corps géant bien plus grand que celui de n’importe quel homme, il avait payé le prix en ayant son équipement métallique bien plus lourd. Son corps, alourdi par ces objets, s’était renversé de façon presque hilarante en perdant son équilibre. Il était tombé, la tête au sol. Le soldat orc, comme s’il comprenait qu’il était maintenant désavantagé, tenta de se relever… mais il était trop tard. Mon épée était de nouveau à son cou, prête à frapper.

Désormais enclin et dans une position maladroite, le soldat orc n’avait pas été capable de déplacer sa propre arme à temps. D’un seul geste, j’avais décapité le monstre d’un seul coup, en séparant nettement sa tête de son corps. La tête n’étant plus là. Une fontaine de sang jaillissait de son cou. Je n’avais pas pu m’empêcher de penser que c’était un tel gâchis. C’est tout à fait un repas délicieux, penserais-je, mais le champ de bataille n’était pas un endroit où l’on pouvait s’asseoir sans rien faire et siroter une fontaine de sang frais.

Tout cela s’était produit en quelques secondes. Les deux soldats orcs restants, cependant, comprirent rapidement ce qui s’était passé et se mirent à nous attaquer. Malheureusement, l’orc qu’Edel et moi venions de tuer était très probablement le chef de cet équipage hétéroclite d’orcs, comme je l’avais prédit.

Pendant un moment, on aurait dit que les orcs se demandaient lequel d’entre nous il fallait affronter, Edel ou moi. Presque immédiatement, cependant, ils s’étaient séparés, l’un d’entre eux s’en prenant à chacun de nous.

Edel et moi n’aurions pas pu demander un meilleur résultat. Après tout, j’accordais plus d’importance à la vitesse et à la technique qu’à la force, et Edel était d’un physique plus petit. La dernière chose contre laquelle nous voulions aller était un ennemi avec un avantage numérique. Si un seul orc venait sur chacun d’entre nous, il serait tout à fait faisable de les combattre. En fait, il nous avait même été possible de les vaincre seuls.

Un soldat orc s’était précipité vers moi avec son épée levée, comme pour frapper. J’avais fait un pas rapide vers son centre, frappant d’un coup sur sa main. Protégé par un gant métallique, mon coup n’avait pas réussi à couper la main de l’orc. J’avais cependant réussi à la désarmer, l’impact de ma frappe ayant fait tomber l’épée qu’elle tenait dans les mains du soldat orc. Paniquant, le soldat orc tenta de ramasser son épée, mais je n’avais pas l’intention de le laisser faire. Je frappai à nouveau l’orc d’un coup rapide, ne lui permettant pas de récupérer son arme. Le soldat orc semblait l’avoir anticipé, car il se penchait vers le bas, esquivant presque ma lame. Il s’était alors mis à rire et à renifler, comme pour se moquer de moi. Ce n’est pas la meilleure ligne de conduite pour cet orc en particulier, pensai-je.

Alors que le soldat orc tentait de se tenir debout, j’avais frappé l’épée qu’il avait essayé de ramasser avec un coup de pied solide, l’envoyant voler. L’épée, s’avançant en ligne droite, s’était rapidement encastrée à l’arrière de l’autre soldat orc qui était actuellement dans un combat avec Edel. Ce n’était pas une blessure profonde, bien sûr, mais quand même…

« Bugii ! »

Quel cri de douleur ! Selon moi — et encore une autre affirmation mentale d’Edel. « Ça va bien, » dit-il.

Qu’est-ce que tu es maintenant, souris ? Mon supérieur ?

Peu importe. Bien qu’il soit maintenant complètement désarmé, le soldat orc semblait déterminé à se battre jusqu’à la mort. Il avait levé les poings, adoptant une position de combat. Le monstre n’était rien de plus qu’un cochon à deux pattes, mais il semblait avoir l’esprit combatif d’un vrai guerrier. C’était quelque chose que je pouvais apprécier.

Malgré tout… c’est précisément pour cette raison que je n’avais pas pu me montrer indulgent envers mon adversaire. Sans aucune hésitation, je m’étais précipité sur le soldat orc, déchaînant une autre frappe de mon épée. L’orc, n’ayant plus aucun moyen de défense, tenta de bloquer le coup avec ses gants. C’était une tentative désespérée, mais hélas, le monstre n’avait pas assez de portée. Avec une fissure écœurante, ma lame était entrée en contact avec sa tête, fracturant le crâne du soldat orc.

Certains diraient probablement que la matière grise d’un orc serait délicieuse… mais qu’il serait difficile d’en tenir compte au combat. Si j’avais mis plus de puissance dans ce coup, j’aurais pu le terminer à ce moment-là, mais la recherche à laquelle j’avais participé aujourd’hui était loin d’être terminée. Au moins, je laisserais la tête et le cerveau d’un orc intact… Il n’y avait rien à faire d’autre.

Quoi qu’il en soit, les monstres étaient des créatures solides. Le soldat orc bougeait encore, malgré sa tête fracturée et son cerveau exposé. Partiellement lobotomisé, l’orc n’avait plus la capacité mentale de coordonner une attaque. Au lieu de cela, il s’agitait sur place, ses mouvements étaient désordonnés et négligents.

Je devrais le finir, pensai-je, levant mon épée pour un autre coup.

Comme prévu, décapiter un monstre était le moyen le plus rapide de le neutraliser complètement, alors je l’avais fait.

C’était enfin terminé.

C’était tout de même tout à fait différent de tuer un orc normal, bien que même moi, je ne pouvais pas nier la croissance que j’avais démontrée. Penser qu’un jour viendra où je pourrai tuer des soldats orcs avec aisance… Je ne l’aurais jamais cru, même si on me l’avait dit de ma vie.

Soudain…

Frappe !

Je m’étais tourné vers le son fort. Edel venait de terminer son combat avec l’autre orc à une courte distance de là, le son émis étant le coup de grâce. Comme si mon souhait précédent avait été exaucé, Edel avait tué l’orc non pas avec un plaquage de corps en rotation, mais avec de la magie, en lui tranchant proprement la tête au niveau de la gorge. J’avais regardé sa tête qui roulait, s’arrêtant alors que son grand corps s’effondrait sur le sol. Le soldat orc était maintenant mort.

Un Puchi Suri tue un soldat orc avec sa propre puissance… Peu importe comment je l’exprime, personne ne croira un tel conte…, pensai-je.

De telles pensées me traversèrent l’esprit pendant que je me tenais debout, observant le carnage qui se déroulait devant nous.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. J'ai hâte des étages inférieurs du donjon et des monstres rares. Je me demande aussi en quoi la souris pourra évoluer.

Laisser un commentaire