Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : Au Labyrinthe de la Nouvelle Lune

Partie 3

C’est ainsi que j’arrivai au Donjon de la Nouvelle Lune. Bien sûr, tout cela dans le but de se procurer du matériel pour fabriquer l’arme d’Alize.

Les squelettes et les slimes étaient fréquents au premier étage, et les orcs au second — tels étaient les noms de ces zones compartimentées. Comme le nombre total d’étages du donjon restait inconnu, je ne savais pas trop comment appeler son niveau le plus profond. Quoi qu’il en soit, c’était un donjon assez profond. En revanche, le Donjon de la Réflexion de la Lune semblait se terminer au tout premier étage… sans tenir compte des zones inconnues et de cet étrange téléporteur, je suppose, mais ce n’était pas le sujet. Selon les connaissances du grand public, c’était le seul étage connu du Reflet de la Lune.

« Mon temps sous les feux de la rampe… Qui sait quand et où…, » j’avais murmuré à personne en particulier.

Dans le passé, j’avais pris la peine de parcourir de longs chemins détournés autour du premier étage, tout cela pour remplir la Carte d’Akasha. Maintenant, cependant, je m’étais retrouvé à me promener tranquillement dans les couloirs. Bien qu’il s’agisse de l’étage le moins profond du donjon, des monstres étaient, comme d’habitude, apparus. On pouvait tuer sauvagement certains des monstres qui se montraient, et ainsi faire comprendre aux habitants de cet étage qu’ils n’avaient aucune chance de gagner. Un aventurier marchant calmement, cependant, serait très probablement agressé d’une façon ou d’une autre, quelle que soit sa force innée.

Je m’étais retrouvé en train de marcher sans me soucier de rien, vu qu’Edel se battait contre des gobelins et des slimes justes devant mes yeux. Comme j’avais l’intention d’effectuer une fouille approfondie du donjon aujourd’hui, j’avais amené Edel pour aider à faire cette recherche. Sa petite taille l’aiderait à trouver et à récupérer plus facilement des matériaux minuscules dans la région. De façon inattendue cependant, Edel avait à la place choisi de se rendre utile dans ses capacités martiales. Il n’était pas exactement un énorme atout pour mon potentiel de combat, peu importe sa grande taille, il était toujours un Puchi Suri. Les capacités de combat d’un Puchi Suri étaient inférieures à celles d’un gobelin ou d’un slime, même un enfant d’environ dix ans avait une chance raisonnable d’en vaincre un tant qu’il avait une arme quelconque. Le Puchi Suri était vraiment le type de monstre le plus faible. Même s’il y a eu une belle démonstration de force pendant notre rencontre avec la Tarasque, j’avais supposé que c’était le résultat du fait qu’Edel avait volé mes réserves de pouvoir pour se renforcer. En gros, tant que je ne fournissais pas de mana à Edel, il y aurait une limite à ses capacités.

Mais la réalité était bien différente. J’étais, à ce moment-là, en train de restreindre sensiblement la quantité de pouvoir que je partageais avec Edel. Bien qu’Edel ait d’abord pris une bonne partie de mes réserves sans aucune indication, j’avais découvert après coup que j’étais capable de contrôler et de limiter le flux d’énergie de moi-même vers mes familiers. Mais quoi qu’il en soit… J’avais maintenant vu Edel s’attaquer aux gobelins et aux slimes sans trop de problèmes.

Le petit corps d’Edel… n’était plus si petit. Il avait, disons, la taille d’une tête de gobelin moyen. Il avait couru librement dans tous les sens autour des monstres, escaladant les murs et se jetant sur les monstres, les frappant de plein fouet en même temps.

En tant qu’aventurier de la classe Bronze, j’avais dû insuffler de l’Esprit à mon attaque unique et bien placée pour exposer un noyau d’un slime. Les slimes étaient des créatures gênantes. Edel, d’autre part, avait commencé à tourner pendant ses changements brusques de corps, utilisant la force centrifuge résultante pour disperser le corps du slime en une fine gelée. Les fragments de slime s’étaient trouvés incapables de se reformer, et étaient maintenant stationnaires sur le sol.

« … Gigi ! »

Un gobelin s’était mis à bafouer, comme s’il était déconcerté par la puissance destructrice du claquement du corps d’Edel. Mais avant qu’il ne puisse réagir, Edel s’était déjà rapproché, et le gobelin s’était trouvé dans l’impossibilité d’éviter l’attaque de mon familier. Avec une rotation très intense et à grande vitesse, tout le corps d’Edel s’était écrasé directement dans la tête du gobelin, le pulvérisant ainsi. De mon point de vue, c’était presque comme si la tête du gobelin avait été explosée par une force massive.

C’était un spectacle des plus grotesques…

◆◇◆◇◆

« … Linpio. »

D’un geste de la main quand l’incantation sortit de mes lèvres, une lumière douce et brillante enveloppa Edel pendant un bref instant. Dès que cela était apparu, la lumière s’était estompée, ne laissant que masse de noir total — eh bien, il était dès le départ d’un noir total — un Edel propre, sans taches de sang sur sa fourrure. Comme il était couvert de sang de gobelin, de boyaux et de bouts de slime pulvérisé il y avait quelques instants seulement, il était impératif que je le fasse nettoyer.

Même ainsi… le nettoyer maintenant pouvait avoir été un effort gaspillé. Nous avions croisé de nombreux monstres lors de notre voyage ici, et nous en rencontrerions sans aucun doute d’autres au fur et à mesure que nous nous aventurions plus profondément, alors sûrement qu’Edel redeviendrait sale assez tôt.

Cependant, je ne m’inquiétais guère des traces de sang et des détritus de monstres. C’était une évidence — j’avais aussi balancé mon épée ici et là, et disséqué les monstres que nous avions tués. Les aventuriers dans les donjons n’avaient pas vraiment de hauts standards d’hygiène.

Mais dans le cas d’Edel… les circonstances étaient encore une fois légèrement différentes. Sa forme d’attaque de base était de s’attaquer à ses ennemis tout en tournant à grande vitesse. Le but était de pulvériser l’ennemi avec sa vitesse et sa force centrifuge. Avec ces considérations à l’esprit, il était facile de conclure qu’Edel se salirait à nouveau de la même façon relativement facilement. J’avais supposé que je devrais le nettoyer avec Linpio chaque fois que c’était possible.

Linpio était un type de magie facilitant mon existence que j’avais appris récemment. La magie offensive était une chose, mais tant que l’on comprenait la théorie, la structure et l’incantation de la magie, on serait capable de la lancer. J’avais donc appris beaucoup de ces sorts de Lorraine, et j’avais maintenant une longueur d’avance sur Alize dans ce chapitre-là. Mais je ne connaissais ces sorts que depuis peu de temps, donc je n’avais pas l’habitude de lancer la plupart d’entre eux et j’avais encore beaucoup de mouvements inutiles et de retards dans l’exécution.

Mais si j’avais à lancer Linpio encore et encore, je préférerais me battre seul, ne serait-ce que parce que c’était plus simple quant à mes réserves de mana. Bien que j’étais sûr que la quantité de mana utilisée diminuerait si je m’habituais davantage au sort lui-même, ce n’était pas quelque chose que je pouvais maîtriser du jour au lendemain.

« N’as-tu pas d’autres moyens d’attaque, Edel ? » demandai-je.

Incapable de trouver une solution, j’avais décidé de demander directement son avis à Edel. Bien que le combat seul me semblait la meilleure alternative, j’avais réalisé qu’il était également impératif pour moi d’observer la tactique d’Edel sur le terrain. La possibilité d’une attaque combinée valait la peine d’être envisagée. Au contraire, je devrais continuer à observer comment Edel s’était attaqué à ces monstres plus faibles, puis réfléchir aux positions et aux attaques que je pourrais utiliser si j’entrais dans la mêlée. Je voulais du temps pour réfléchir. Edel, lui aussi, semblait s’arrêter à mes paroles, comme s’il y réfléchissait. Sans prévenir, il avait sauté en l’air, fixant le cadavre d’un gobelin tombé au champ d’honneur… puis lui avait tiré dessus. Presque instantanément, une énorme entaille se fraya un chemin à travers le corps du gobelin.

« Un sort… ? Est-ce de la magie, Edel ? » demandai-je.

J’avais reçu une affirmation mentale. Penser qu’Edel avait maîtrisé l’utilisation de la magie offensive avant son maître… Je n’avais pas pu m’empêcher de ressentir un certain degré d’ennui.

C’est trop demandé à ton maître, avais-je pensé brièvement. Il y avait, cependant, quelques différences entre la magie utilisée par les monstres et la magie utilisée par les humains. D’une manière générale, les deux étaient les mêmes : des phénomènes matérialisés par la volonté et le mana. Mais les humains avaient construit la magie avec une sorte de structure, la comprenant et la construisant, et ils allaient essentiellement jeter des sorts à l’aide d’incantations. Dans le cas d’un monstre, le mana était souvent instinctivement transformé en une sorte de phénomène direct. La plupart des monstres étaient comme ça, bien que l’intensité de cette magie ait varié. D’autres monstres humanoïdes, tels que les gobelins et les vampires, étaient connus pour utiliser quelque chose qui ressemblait davantage au système magique des humains.

Cela dit, la plupart des monstres étaient probablement nés avec cette connaissance instinctive de la conversion du mana. Par exemple, la raison pour laquelle un gobelin pouvait se battre sur un pied d’égalité avec un homme adulte alors qu’il avait la moitié de sa taille était due à l’activation subconsciente d’une magie fortifiante renforçant son corps. De même, il y a eu des histoires de vampires capables de charmer un humain avec une faible volonté juste en regardant dans les yeux de l’humain, en le convainquant de les servir. C’était aussi une application de la magie : un sort de charme jeté avec ses yeux.

En d’autres termes, Edel avait peut-être acquis au bout du compte une partie de cette capacité de mana vers un phénomène magique. Alors que les Puchi Suris normaux n’étaient capables de rien d’autre qu’une sorte de renforcement corporel semblable à celui des gobelins, les évolutions élémentaires des Puchi Suris étaient un peu différentes. Prenez, par exemple, un Puchi Suri de Feu, le Fuu Suri. Il était capable de souffler depuis l’intérieur de son corps des boules de feu petites, mais fonctionnelles, bien qu’on ne lui ait jamais appris à utiliser la magie. Malgré cela, ces monstres faibles étaient naturellement capables de lancer des sorts, mais cela n’était en aucun cas des sorts écrasants en puissance. Les yeux de charme d’un vampire, la petite boule de feu d’un Fuu Suri, l’attaque du souffle d’un dragon… Ils étaient tous le résultat de certains organes spécialisés dans les yeux ou la gorge de la créature. C’était grâce à la présence de ces organes que ces attaques soient efficaces ou puissantes. Même si l’on supposait qu’un monstre connaissait toutes les structures et incantations appropriées pour un sort, et qu’il devenait donc capable de lancer des sorts magiques, il serait toujours mieux servi par des sorts d’amélioration corporelle.

Avec Edel, l’utilisation du mana n’avait aucune importance. Comme il était un Puchi Suri sans aucun organe spécialisé, il n’aurait pas dû être capable de faire ce qu’il venait de faire. Si je devais deviner, certains changements physiques se sont produits en Edel au moment où je suis devenu un vampire mineur. Strictement parlant, il n’était probablement plus un simple Puchi Suri. Du moins, c’est ce que j’avais cru comprendre. Quant à savoir où exactement ce changement s’était manifesté dans le corps d’Edel… Un simple coup d’œil sur lui m’avait vraiment suffi pour le voir.

Edel me ressemblait beaucoup.

En clair… Edel avait développé une sorte de structure en forme d’aile.

Mais bien sûr, ils ne lui sortaient pas depuis son dos. Au contraire, il avait fait pousser des membranes sur sa face inférieure, s’étendant du bas-ventre aux pattes postérieures, un peu comme un écureuil volant. Je suppose qu’il était capable de glisser si cette membrane était tendue.

Curieux, j’avais demandé une démonstration et, contrairement à moi, Edel était capable de voler relativement facilement. La structure de ses membranes de vol était pour le moins étrange, mais Edel était capable non seulement de glisser, mais aussi de planer en silence. Comparées à mes ailes en vol stationnaire, à mes accélérations violentes et à mes ailes capables de servir de torche, celles d’Edel étaient nettement supérieures quand il s’agissait de voler.

J’avais eu l’impression de pouvoir réfléchir à la question pendant plus d’une heure. Comment est-ce possible que le familier ait des spécifications plus élevées que son maître ? Était-ce les intentions des Dieux ? Ou peut-être une logique sous-jacente et inexplicable du monde ?

J’avais senti ma foi diminuer.

Malgré tout, je n’avais pas l’impression que ma divinité a diminué de quelque façon que ce soit. D’autre part, les esprits qui m’avaient conféré leurs bénédictions ne désiraient probablement pas la foi ou l’adoration en premier lieu. Je ne pourrais jamais vraiment savoir, bien sûr. Il était impossible d’obtenir une confirmation, étant donné tout le temps qui s’était écoulé. Cependant… J’avais réfléchi à la raison pour laquelle Edel avait été capable de manœuvrer si librement dans les airs.

Principalement, il y avait une différence de poids entre Edel et moi. Avec ma permission, Edel pourrait même puiser dans les mêmes réserves de mana, d’esprit et de divinité que moi. Au contraire, Edel, qui n’était qu’un sixième de mon poids, avait très probablement trouvé qu’il était beaucoup plus facile de flotter en comparaison. C’est pourquoi il avait pu se déplacer à sa guise, sans trop se soucier des dépenses énergétiques. De plus, Edel était né monstre, donc il lui était venu naturellement à dominer ses pouvoirs.

Comme c’est enviable.

Comme je limitais actuellement la quantité de ressources qu’Edel pouvait recevoir, ses mouvements ne comportaient pas trop d’acrobaties aériennes. Si j’augmentais le montant d’un petit pourcentage, cependant, Edel était sûr de commencer à s’envoler dans les airs. Dire qu’Edel, qui n’avait ni tuteur ni leçons de quelque sorte que ce soit, devenait lentement de plus en plus fort… Au contraire, sa croissance avait déjà largement dépassé la mienne !

C’est terrible…

Mais, si Edel en était capable, moi aussi, je serais capable de faire la même chose, bien qu’avec un peu de pratique. Je ferais bien de faire une note mentale sur ce chemin particulier de l’autoamélioration…

Au milieu de mes contemplations, j’avais réalisé que j’aurais dû demander à Edel de me montrer la magie qu’il venait d’utiliser. Bien que je n’aurais plus beaucoup de travail à faire si Edel devenait plus fort qu’il ne l’était déjà, je ne pouvais nier qu’il était un atout précieux, et je ne pouvais pas me plaindre de cette récente tournure des événements. Quoi qu’il en soit, je devais comprendre sa puissance d’attaque brute, la quantité de mana utilisée, sa portée et sa propagation, et si Edel était capable d’utiliser tout autre type de magie.

« Je suppose qu’on devrait chercher un gobelin ou un slime…, » avais-je suggéré, avec l’intention de mener nos expériences sur ce monstre insoupçonné. Mais Edel avait refusé, me communiquant mentalement qu’il voulait démontrer ses prouesses sur un orc.

Les orcs n’étaient pas faibles. À en juger par les mouvements d’Edel alors qu’il combattait les gobelins et les slimes, j’avais pensé qu’affronter un orc serait un peu trop pour lui à ce moment-ci.

« Serait-ce prudent, Edel ? Les orcs n’ont rien à voir avec les gobelins ou les slimes, » déclarai-je.

Edel m’avait répondu simplement que s’il était en danger, tout ce que j’avais à faire, c’était d’intervenir et de l’aider.

Honnêtement… Qui est le maître ici, Monsieur Souris, c’était ce que j’avais pensé… mais je suppose qu’une telle expérience n’était pas totalement déraisonnable. Même si Edel était devenu plus fort et était maintenant capable d’utiliser la magie offensive, j’étais encore plus puissant en termes de force de combat. J’avais supposé que le fait qu’Edel dépendait encore de moi était quelque chose de bien.

Exaspéré, je ne savais plus ce que je devais dire.

« … D’accord, c’est bon. Nous trouverons alors un orc, » déclarai-je à Edel, qui était actuellement monté sur ma tête, alors que je poursuivais ma descente vers l’étage suivant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire