Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 2

***

Chapitre 1 : Au Labyrinthe de la Nouvelle Lune

Partie 2

« Rentt, une arme pour Alize ? Oui, tu dois en préparer une… Mais est-il vraiment nécessaire d’assembler les matières premières ? » La réponse de Lorraine fut la suivante. Je l’avais informée de mes pensées à mon retour.

Elle était tout à fait d’accord. Au contraire, elle exprimait ses pensées sur le sujet. En fait, ce n’était pas difficile de comprendre pourquoi elle se sentait ainsi. Dans la plupart des cas, l’équipement pour les nouveaux aventuriers était généralement fait par des forgerons et des armuriers, ce qui n’était guère difficile à fabriquer.

Cependant…

« C’est une question d’argent, Lorraine. J’ai pensé à faire des économies, en quelque sorte, et j’ai décidé de moi-même rassembler le matériel…, » répondis-je.

« Ah, c’est vrai ? Je comprends alors. Dans ce cas… tu n’as pas encore vendu la carcasse de la Tarasque, non ? » demanda Lorraine.

En fait, Lorraine l’avait probablement déjà compris ce matin même, et il s’était avéré que tout s’était passé comme elle l’avait prédit. J’avais continué mon explication, tout en me sentant un peu découragé par la précision des déductions de Lorraine.

« Oui… L’affaire devient en effet très gênante…, » déclarai-je.

« Hmm ? Explique-toi, Rentt, » déclara Lorraine.

J’avais supposé que même Lorraine n’avait pas envisagé l’ensemble du tableau, étant donné les tournants étranges des événements récents. Lorraine restait curieuse, la tête penchée d’un côté pendant que j’expliquais ce qui s’était passé exactement dans la chambre de dissection de la guilde. Au fur et à mesure que je le faisais, l’expression de Lorraine s’était peu à peu transformée en une expression d’inquiétude et d’exaspération.

« Il semblerait que se mêler d’affaires étranges soit devenu une habitude pour toi, Rentt…, » déclara-t-elle.

Plutôt exaspérée.

« Ne sois pas comme ça, Lorraine. Pour commencer, c’est le commissaire-priseur qui me l’a demandé. La carcasse ne se vendrait pas toute seule si elle était simplement laissée là. Il s’agit également d’un établissement important et quelque peu respectable, de sorte qu’en veillant à ce que nos intérêts concordent, nous obtiendrions plutôt… des gains considérables à long terme. Tu ne trouves pas ? » demandai-je.

« Oui, oui, oui. Je suppose qu’il y a des mérites à tout cela, et ce n’est pas exactement une situation que l’on peut simplement ignorer. Cependant, considère ceci, Rentt : le risque que ta véritable identité soit découverte est très réel. Dans ce cas particulier… ce serait le seul démérite, mais quand même assez important, » répondit Lorraine.

Je ne pouvais guère contester la validité de ses déclarations. Cependant, tant que je continuerais à vivre à Maalt, je serais finalement forcé de faire face à l’un ou l’autre problème. Quand j’y pense de cette façon, j’avais eu l’impression qu’être plus audacieux dans toute l’affaire de la vente aux enchères était la bonne voie à suivre.

J’avais exprimé ces pensées à Lorraine.

« Je comprends ton point de vue, Rentt. Hmm… Personnellement, je le déconseillerais, mais il est vrai que ces deux problèmes se présentent comme des développements inévitables. Si ce n’est pas ici, alors un autre endroit, une autre fois… Tu aurais tout autant de chances d’être découvert. Si l’on devait y penser de cette façon particulière… Je suppose que ton idée ne serait pas vraiment un mauvais choix, » déclara Lorraine.

Lorraine semblait avoir compris mon raisonnement. Mais elle n’avait pas encore fini.

« Si tu sens le moindre danger, Rentt, fui aussi vite que tu le peux. Ce n’est pas quelque chose à quoi j’aime penser… mais tu vois, même les vampires mineurs valent une somme assez importante. Je ne nierai pas l’existence d’individus qui cherchent à les capturer vivants. Si tu te lances dans tout cela dans le but de vendre quelque chose lors d’une vente aux enchères, alors tu peux t’attendre à te retrouver comme l’un des articles du catalogue… Je ne peux même pas en rire, Rentt. Si ce moment devait arriver, alors je t’aiderai à fuir Maalt… à fuir au-delà des frontières de Yaaran. Alors… reste prudents, Rentt, » déclara Lorraine,

L’expression de Lorraine était grave. J’avais hoché la tête profondément en réponse. « Je comprends… »

Cependant, quelque chose que Lorraine avait dit avait attiré mon attention.

« Combien, exactement, pourrais-tu vendre un vampire pour… ? » demandai-je.

Pendant un moment, Lorraine avait de nouveau eu l’air exaspérée, peut-être parce que je semblais peu préoccupé par les dangers auxquels je risquais de m’exposer. Mais elle y avait vite réfléchi, puis m’avait répondu sérieusement. « Eh bien… Il pleuvrait des pièces de platine, Rentt. Je suppose que ce n’est pas une somme assez colossale pour s’y baigner, mais certainement pas une somme qu’une personne ordinaire pourrait espérer payer…, » les sourcils de Lorraine se plissèrent, puis elle continua son cheminement de pensée. « Toi… Rentt. Ne veux-tu pas me dire… que tu essayes de te vendre pour de l’argent ? »

 

 

Le regard de Lorraine semblait espéré quant à moi alors qu’elle rétrécissait les yeux.

« Ne sois pas bête, Lorraine ! » J’avais secoué la tête dans la panique. « Il n’y a aucune chance que je puisse faire quoi que ce soit de la sorte ! »

« Non, Rentt. » Lorraine s’était empressée de continuer. « Pas de cette façon — au moins, pas entièrement… Plus dans le sens d’échantillons de sang ou de chair. Il y a une possibilité que tu le fasses, enfin, je suppose… »

J’avais dégluti. Lorraine avait raison — j’y avais pensé… à un moment donné. Juste un tout petit peu. Je n’y avais pensé que très légèrement. Le sang de vampire avait une grande valeur médicinale pour les nobles, voyez-vous. Elle était considérée comme un élixir de vie éternelle, d’immortalité. Bien que je ne sois pas sûr de l’effet que le sang aurait sur moi, j’étais sûr d’obtenir une belle somme d’argent si jamais j’essayais de vendre une fiole à une vente aux enchères. Le commissaire-priseur aurait certainement des moyens de déterminer l’authenticité du sang, de sorte qu’il serait en mesure de vérifier s’il provenait vraiment d’un monstre. Un vampire, pour être précis. Tant qu’on avait assez d’argent, il était possible d’envoyer un échantillon directement à l’Institut de Recherche de Monstres à Yaaran, la capitale. Là, l’échantillon pourrait être testé de manière adéquate pour en vérifier l’authenticité. En tant que tel, j’avais pensé que c’était un moyen rapide et facile de gagner de grosses sommes d’argent.

Mais je n’étais pas tout à fait imprudent, et j’y avais réfléchi plus attentivement. Bien que le sang des vampires ait eu l’effet de conférer l’immortalité à un individu, notamment en les transformant en morts-vivants, il avait aussi un autre but, son but original, peut-être : le sang d’un vampire était utilisé pour créer des sous-fifres, des familiers.

Selon ce raisonnement… un individu qui avait bu mon sang deviendrait-il un autre de mes familiers ? Tout comme Edel, le Puchi Suri, l’avait fait.

Comme… Edel ? Ce serait… le plus troublant. Mais je devrais mettre cette pensée de côté. En tout cas, avoir une augmentation du nombre de familiers, juste comme ça…

Logiquement, nous pourrions supposer que seuls les riches et les puissants seraient capables d’acheter quelque chose d’aussi cher que le sang de vampire, ou du moins qu’ils le désirent consciemment. Ce serait certainement un gain net d’avoir soudainement un sous-fifre ayant un pouvoir financier et social, mais je n’arrivais pas tout à fait à me faire à l’idée d’être soudainement capable de commander un autre individu de cette façon. « Tu travailles pour moi maintenant, je dirais… » Non. Ce n’était pas bon. Je ne pouvais pas m’imaginer avec une telle disposition.

Non… plutôt impossible. C’était ce que j’avais ressenti dans l’ensemble.

Finalement, j’avais secoué la tête, comme si ces pensées ne m’avaient jamais traversé l’esprit.

« Non, je n’ai jamais eu de telles pensées. Je pensais justement aux dangers que cela comporte… L’argent est une mesure facile à comprendre. J’ai été juste… légèrement pris par l’image, » déclarai-je.

Honnêtement parlant… l’idée même qu’il pleuve des pièces de platine était terrifiante en soi. En aucun cas, je ne devrais me faire prendre.

L’estimation monétaire de Lorraine, cependant, tenait largement compte du fait que j’étais un cas particulier. Par comparaison, le vampire mineur le plus commun rapportait toujours une bonne quantité de pièces, quoique moins ridicule, puisqu’on les voyait plus souvent, même s’il s’agissait de monstres rares. Ils étaient aussi incroyablement difficiles à capturer — c’était la vérité.

La plupart des vampires avaient tendance à vivre dans une sorte de groupe, communément et collectivement appelé « clan », avec le vampire le mieux classé dominant tout le reste. Généralement, c’était un vampire moyen agissant en tant que leader de facto, dictant les actions des vampires mineurs sous son commandement. À leur tour, pour décrire un scénario commun, les Thralls et les serviteurs humains allaient obéir aux vampires mineurs. Dans un tel cas, même s’il fallait capturer un vampire mineur, il y avait toujours l’influence de son chef, le vampire moyen, à considérer. Par exemple, son sang pourrait être contrôlé à distance, et on pourrait le rendre fou, puis le faire exploser par son chef, peut-être lorsque le vampire mineur était détenu par ses ravisseurs. Après avoir été dépouillée de ses pouvoirs par le vampire moyen qui l’avait créé, sa force vampirique n’aurait nulle part où aller, et les forces qui en résulteraient l’empêcheraient de maintenir sa forme humanoïde. Du moins, c’était l’une des explications du phénomène, la véritable raison de ce phénomène n’étant pas encore connue à ce jour.

L’importante leçon à retenir était que les vampires mineurs pouvaient mourir au moment même où ils étaient capturés, ou peut-être peu de temps après avoir été capturés. Leurs pouvoirs leur seraient retirés par des vampires de rang supérieur, puis ils exploseraient et les morceaux volants de chair et de fluides corporels n’auraient plus de propriétés vampiriques. Il était donc facile de comprendre la difficulté de les capturer. Vraiment, c’était plus la futilité de l’affaire même si l’on devait les capturer.

Mais dans mon cas… il n’y aurait pas de vampire de haut rang pour me faire exploser même si j’étais pris. En tenant compte de tout cela, même les matériaux provenant d’un vampire mineur seraient considérablement rares et coûteraient très cher. En excluant les cas spéciaux comme moi, les seuls vampires qui pouvaient être capturés étaient les vampires mineurs solitaires qui résidaient naturellement dans les donjons. À l’exception de ces individus, la plupart des vampires mineurs avaient un chef et appartiennent à une communauté.

Je comprenais maintenant à quel point j’étais rare. Je serais sûrement chassé et attrapé.

Terrifiant…

En termes simples, les matériaux de vampires trouvables avaient été récoltés soit d’un chef, soit de vampires mineurs qui n’avaient pas été dépouillés de leurs pouvoirs par leurs supérieurs lors de leur capture. Quant à la fiole que j’avais obtenue de la famille Latuule, je ne pouvais pas en être absolument certain. Cependant, je n’avais pas senti de présence dans mon esprit jusqu’à présent, alors j’avais supposé que c’était du sang du dernier d’une communauté. Bien sûr, il y avait toujours la possibilité que je sois tout simplement trop loin, ou que les pouvoirs en moi combattent activement cette prétendue domination… Quoi qu’il en soit, tant qu’il restait en sommeil ou sous contrôle, il n’y avait pas lieu de s’en faire trop.

Laura m’avait averti des dangers, donc s’il se passait quelque chose… J’avais supposé que je devrais traverser ce pont quand j’y serai arrivé. À ce moment-là, j’avais l’impression que je ne pourrais pas atteindre mon prochain stade d’Évolution Existentielle si je n’avais pas bu le contenu de la fiole. En fin de compte, je n’avais pas pu trouver d’autre solution ou voie à suivre, et le regretter après coup ne m’aurait mené nulle part.

« Est-ce que c’est vrai… ? Très bien, alors. En tout cas… fais attention, Rentt. Oh, oui, tu vas rassembler du matériel, n’est-ce pas ? Dans ce cas, j’ai moi-même quelques demandes. Tu peux déduire les frais pertinents de tes frais de scolarité, » déclara Lorraine.

En disant cela, Lorraine avait dressé une liste d’objets qu’elle voulait, y compris quelques minerais magiques et d’autres, divers matériaux. Il ne m’avait pas fallu longtemps pour comprendre quels étaient ses objectifs, à en juger par les articles qu’elle avait demandés.

« Penses-tu aussi à offrir quelque chose à Alize ? » demandai-je.

« C’est bien vrai. Si je dois lui apprendre la magie… elle aura sûrement besoin d’un focalisateur magique, si ce n’est plusieurs. En premier lieu, j’avais aussi l’intention de donner des conférences sur la création de focalisateurs magiques… d’où les matériaux. »

« Je suppose que c’est la raison pour laquelle tu as demandé plusieurs des mêmes choses…, » déclarai-je.

Mais à mon avis, c’était un peu faux. Les sorts, ou peut-être la magie en général, bénéficient des effets d’un focalisateur magique, qui permet au mage de lancer des sorts plus facilement, et amplifie également le résultat magique. Dans certains cas, certains types de sorts nécessitaient d’abord un focalisateur magique et, à cette époque, on s’attendait à ce qu’un mage soit capable de faire son propre focalisateur. C’est pourquoi les mages avaient généralement une connaissance de base de l’alchimie. C’était bien d’acquérir de l’expérience pratique, et c’est probablement la raison pour laquelle Lorraine avait voulu éduquer Alize sur ce sujet particulier.

J’avais après tout aussi été inclus dans la leçon, et bien sûr, il y avait du matériel pour trois personnes. C’était clair comme de l’eau de roche.

« Voilà l’essentiel, oui. La première arme de quelqu’un est une chose spéciale, Rentt. J’ai pensé qu’il serait bon pour Alize d’essayer ça, » déclara Lorraine.

À en juger par la façon dont Lorraine l’avait décrit, je pouvais en déduire que la création de son premier focalisateur n’était pas ce qu’un mage ordinaire pouvait faire. Un focalisateur magique exigeait un certain degré de technique et d’habileté, de sorte que même un focalisateur de base de rendement moyen n’était en aucun cas une simple affaire. Pour que Lorraine apprenne à Alize comment s’y prendre… j’avais supposé que c’était aussi le souhait de Lorraine que son élève apprécie ses leçons et son entraînement. Moi aussi, je voulais qu’Alize ait du plaisir.

« Ne fais-tu pas la même chose, Rentt ? » Lorraine avait poursuivi. « Tu prétends rassembler des matériaux au nom de l’épargne, mais est-ce vraiment tout ce qu’il y a à faire ? Si tu voulais vraiment quelque chose de normal, une fiole de sang ici et là serait plus qu’assez pour le faire. Cependant, tu as décidé de rassembler des matériaux par toi-même, tout cela pour créer une arme — un cadeau pour Alize. Et nous finissons tous les deux par faire exactement la même chose. Comme c’est étrange… »

Étrange, non ? Était-ce vraiment, maintenant… ? Non, je ne le pensais pas.

« N’est-ce pas quelque chose qu’un maître ferait pour son élève ? En fait, on dit que c’était la tradition, il y a longtemps, que la première arme d’un étudiant soit un cadeau de son maître, » déclarai-je.

De nos jours, il était plus courant pour un étudiant de se procurer sa propre arme. C’était tout à fait logique, étant donné que la pratique de prendre des étudiants ou des disciples sous son aile devenait de plus en plus rare. En outre, ceux qui avaient des tuteurs privés étaient souvent bien nantis.

« Une ancienne tradition, oui. » Lorraine hocha la tête. « Peu s’engagent dans la pratique maintenant… mais je suppose qu’il n’y a pas de problème pour nous de faire revivre la tradition. »

Lorraine avait souri face à sa propre suggestion.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire