Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 1

***

Chapitre 1 : Au Labyrinthe de la Nouvelle Lune

Partie 1

Je m’étais retrouvé avec un peu de temps libre. Aujourd’hui, j’avais été convoqué par la guilde des aventuriers, alors j’avais supposé que le paiement de la carcasse de Tarasque était dû. C’est dans cet esprit que j’avais prévu de rendre visite au forgeron, à l’armurier et même à un marchand général à la fin de l’opération. À cette fin, je m’étais assuré d’avoir suffisamment de temps pour accomplir mes tâches. Bien que la vente de la Tarasque m’ait permis d’obtenir pas mal d’argent, la somme que j’avais reçue était à peine suffisante pour le planning extravagant que j’avais initialement prévu pour aujourd’hui.

Ah, oui. Un échec de ma part..., pensai-je.

D’autre part, pendant que je me rendais chez le forgeron et le marchand général pour acheter à Alize du matériel et des armes de base pour un aventurier, le voyage chez l’armurier était de nature personnelle. Bien sûr, j’avais beaucoup de vêtements, accumulés tout au long de ma vie en tant que Rentt Faina, un être humain normal. Inutile de dire qu’il n’y avait presque pas d’ouvertures à l’arrière. On pouvait donc s’attendre à ce que mes ailes aient de la difficulté à sortir de ces vêtements — et c’était un peu un euphémisme.

C’est dans cet esprit que j’avais décidé d’acheter des vêtements sur mesure. Tout avait été fait sur mesure, et adapté aux spécifications qui lui permettraient de braver les dangers des donjons. Par conséquent, il était beaucoup plus coûteux. J’avais supposé que le paiement de la Tarasque serait plus que suffisant, mais, bien sûr, je m’étais largement trompé.

Bon sang ! pensai-je.

Pour empirer les choses, les vêtements que j’avais à l’origine étaient déjà en lambeaux et avaient désespérément besoin d’être réparés. En raison de mon revenu relativement faible au début de l’aventure, je n’avais presque pas fait d’achats inutiles et, en plus de cela, je portais les vêtements sur moi depuis un bon moment maintenant — à travers mes évolutions en goule et en Thrall. Ils étaient pour le moins sales, avec moins de détritus que d’habitude coincés dans le tissu. Après tout, il n’était pas normal de trouver du sang et des fragments de chair dans les vêtements.

Je faisais ma lessive tous les jours… mais ce n’était pas le problème ici. Maintenant que j’étais presque impossible à distinguer d’un être humain normal, la simple pensée de moi portant les vêtements que j’avais portés quand j’étais encore plus monstrueux… Eh bien, c’était une pensée difficile dans tous les cas. C’était une occasion comme une autre, alors je m’étais mis en route pour acheter des produits de remplacement.

Malheureusement… ce n’était pas prévu.

La question principale, bien sûr, était celle des pièces de monnaie. Je recevrais une bonne somme pour la dissection et la vente de la carcasse, oui, mais si je devais commander des vêtements sur mesure, je n’aurais presque plus rien pour les armes, l’équipement, etc. d’Alize ? Sans parler des frais de soutien scolaire de Lorraine.

Je m’étais soudain senti sous une immense pression financière. Je sentais le poids de la dette écraser mon être.

Ah, être un individu avec de multiples dettes… Dire que je devrais vivre comme ça, la main sur la bouche et les épaules endettées… Quels péchés, exactement, avais-je commis dans ma vie antérieure pour justifier cela ? Je n’avais pas pu m’empêcher de penser que j’aurais dû vivre une vie plus pieuse et plus droite dans ma précédente incarnation.

Eh bien… En tout cas, je suppose que c’est comme ça. Plutôt que de me plaindre à plusieurs reprises que j’avais peu d’argent, je devrais plutôt élaborer une sorte de plan. Oui, un plan pour gagner une somme d’argent considérable. Tôt ou tard, la carapace intacte de la Tarasque se vendrait, et quand elle se vendrait, j’aurais la chance d’avoir une aubaine remarquable. D’ici là, je n’aurais plus qu’à continuer à vivre ma vie au jour le jour, en économisant là où je le pouvais…

Mais hélas…

C’est précisément à cause de ces schémas de pensée que je me trouvais actuellement dans cette situation malheureuse.

J’avais secoué la tête. Si je devais vivre ma vie en fonction de la prochaine aubaine à venir, je n’aurais jamais d’importantes économies à faire fructifier.

Rentt : n’es-tu pas un individu qui est capable de retenue ? Tu as économisé assez d’argent pour acheter une pochette magique avant. Si tu t’y mets, économiser de l’argent n’est pas une tâche impossible. Il y a sûrement un moyen pour moi de résoudre ce problème. Quelques… idées… Hmm. Réfléchis, Rentt… Pour économiser… pour économiser.

Quel était le moyen le plus simple pour un aventurier d’économiser de l’argent… ?

Ah, oui — la fourniture de matériel. Un aventurier présenterait à l’artisan les ingrédients appropriés lors de la création d’un nouvel équipement, recueillis par ses propres mains.

Du moins, c’est ce que je pensais. Cependant, en raison de la nature actuellement unique de mon corps et du fait que l’équipement dont j’avais besoin était en grande partie fabriqué selon mes spécifications, il m’était difficile, au mieux, de rassembler les matériaux appropriés.

Prenons mon épée, par exemple : un instrument capable de canaliser le mana, l’esprit et la divinité. Un tel exploit ne serait certainement pas possible sans quelques matériaux rares et difficiles à obtenir. Pour empirer les choses, peu d’artisans seraient aussi désireux d’éduquer un aventurier spécifiquement sur la façon dont leur équipement a été fabriqué. Cela rendait les choses difficiles, car je ne savais même pas quoi apporter aux artisans en premier lieu. Je pouvais passer une commande, puis me faire dire par l’établissement ce que je devais aller chercher, même ainsi, à moins d’avoir reçu des instructions explicites sur ce que je devais apporter, je ne pouvais pas simplement le supposer. Seul un artisan compétent sait ce qu’il faut pour fabriquer un objet. Cela rendrait problématique toute tentative d’économiser sur la construction de mes armes et de mon équipement.

Mais pour Alize…, pensai-je.

Oui, elle pouvait utiliser une arme plus puissante, ou du moins une arme qui répondait à mes attentes en termes de qualité. Mais il n’était pas nécessaire que sa toute première arme soit trop fantaisiste, la raison étant que si un aventurier devait utiliser une arme spécialement construite dès le début, il en deviendrait dépendant, ce qui conduirait éventuellement à des déséquilibres dans ses prouesses martiales. En fait, il y avait de grandes chances que cet aventurier devienne un aventurier qui manquait cruellement d’adaptabilité. Bien que cela n’ait pas été fatal pour un aventurier, il faut se préparer à toutes les éventualités. Pour elle, je devrais éloigner Alize de ce piège potentiel.

Tout bien considéré, rassembler à la main le matériel pour l’équipement d’Alize n’était pas une mauvaise idée. Matériaux moyens avec des performances moyennes… C’est ce que j’avais décidé de rassembler. Ce n’était pas du tout une tâche onéreuse et, heureusement, j’avais un peu de temps libre. Je pourrais très bien utiliser tout l’après-midi pour parcourir le Labyrinthe de la Nouvelle Lune.

Hmm…, si les recherches duraient plus longtemps que prévu, je retournerais probablement chez Lorraine demain matin. J’avais supposé que je devrais faire un voyage de retour et lui faire savoir cela. Je n’avais pas besoin de dormir, après tout. Même si je devais travailler toute la nuit, je continuerais à bouger jusqu’à ce que je manque complètement d’endurance. Mon endurance était devenue quelque peu inépuisable, un fait que j’avais découvert après avoir vécu de cette façon jusqu’à présent. Un trait particulier des morts-vivants, pourrait-on dire. La tension mentale pourrait s’accumuler avec le temps, mais ce serait la seule sorte d’épuisement dont je devrais parler si on en arrivait là.

Maintenant que j’avais une idée de ce que je voulais faire, je m’étais tourné vers Lorraine pour en discuter avec elle à son domicile.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire