Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Courte Histoire Bonus 6

***

Courte Histoire Bonus : Rentt, Femme de ménage

« Le printemps est arrivé, hein… »

C’était il y a combien de temps ? C’était peut-être quelques années après avoir commencé à m’aventurer dans les donjons, non ? N’était-ce pas au printemps, quand l’air avait commencé à se réchauffer ? Je m’étais souvenu que c’était arrivé au cours d’un autre printemps.

L’hiver avait été rude, l’air lui-même étant tendu par le froid. Mais maintenant, le printemps était là. Je savais aussi que le fait de combattre des monstres sous les rayons chauds et confortables du printemps finirait par me faire commettre une erreur. C’est pourquoi j’avais choisi de rester à Maalt, et à la place, de m’occuper de tâches plus simples comme le nettoyage, la surveillance ou le transport de produits alimentaires. C’était aussi la raison pour laquelle j’étais présent à la guilde au moment où les nouvelles demandes étaient affichées sur les tableaux. C’était un peu après quand j’avais entendu cette voix…

« Hé ! Qu’est-ce que ça veut dire ? »

La voix était venue du comptoir des récompenses, où les aventuriers avaient remis les demandes complétées. C’était une voix jeune, et son propriétaire avait aussi l’air assez jeune — un nouvel aventurier, tout juste sorti des dossiers d’enregistrement de la guilde. À en juger par son expression, il était dans un état de panique, probablement dû à une demande qui avait mal tourné.

J’avais tendu les oreilles en écoutant la conversation.

« Même si vous dites cela… c’était une demande pour faire nettoyer un endroit. Mais il restait encore de la poussière à certains endroits… Il n’y a pas d’autre choix que de réduire les récompenses, » déclara l’employé.

« De la poussière ? Comment ça, “poussière” ? J’ai nettoyé cet endroit ! Je l’ai fait ! » déclara l’autre.

« J’ai bien peur que ce soit le client qui en soit le juge final, » déclara l’employé.

« Vous dites ça, mais non ! Oh, je comprends, c’est parce que je suis nouveau, alors ils s’en prennent à moi, hein !? Maintenant que j’y pense, c’est aussi arrivé il y a quelque temps, pour la même raison !! »

De leur échange, j’avais compris que l’aventurier et le client avaient tous deux certains problèmes qui leur étaient propres. Des aventuriers plus stricts diront peut-être que les jeunes étaient des imbéciles et qu’ils avaient tort — mais bien sûr, la discussion s’éloignerait dans cette direction. Après tout, si le client était trop pingre ou difficile, il aurait dû être assez intelligent pour le remarquer avant de signer le contrat. Se plaindre après qu’on ait signé le document ne faisait que faire tourner les choses en rond, c’était du moins ce qu’ils diraient.

Cependant, il était jeune, et ne comprenait pas grand-chose du métier d’aventurier. Il échouerait sûrement encore et encore, jusqu’à ce qu’il finisse par apprendre. Malgré cela, la réceptionniste avait du mal à s’y retrouver…

Je suppose que j’aurais aussi dû y aller, et accepter une demande ou deux. J’avais arraché quelques feuilles de demande pour les amener au comptoir. J’étais un aventurier qui avait l’habitude de faire toutes sortes de tâches tout au long de la journée. Malgré mes capacités, le fait d’en prendre trop à la fois pourrait être problématique, alors j’avais beaucoup réfléchi à mes décisions avant de m’y engager.

Même si la guilde était relativement vide à cette époque, il y avait beaucoup d’autres aventuriers qui s’occupaient des tâches ménagères, et un seul comptoir de réception était ouvert. Pour être précis, c’était le comptoir avec le jeune en colère, qui avait finalement cessé de se disputer à un moment donné.

La réceptionniste avait lu consciencieusement mes tâches.

« Oui… Une demande de nettoyage, chez Zant Currin. La récompense est de cinq pièces de bronze…, » déclara-t-elle.

Elle avait donc continué, et j’avais signé les formulaires pertinents. En entendant cela, le jeune, qui apparemment avait encore quelque chose à dire, s’était tourné vers moi.

« Tous ces gens se plaignent sans cesse. Ils trouveront de quoi se plaindre avec vous. Vous ne devriez pas accepter ces demandes, » déclara le jeune.

On aurait dit qu’il avait déjà reçu des demandes de ce client, mais j’avais secoué la tête.

« Je n’ai jamais reçu de plaintes. Quoi qu’il en soit, il est dans mon droit d’accepter cette demande, » déclarai-je.

« Vous… J’ai même été serviable…, » déclara le jeune.

Le jeune, maintenant visiblement agité, avait commencé à parler d’une chose ou d’une autre. Cependant, j’avais fini de signer tous mes formulaires, j’avais pris les documents avec moi et je m’étais tourné pour quitter la guilde.

Mais cela ne voulait pas dire que le jeune me laisserait tranquille. Au lieu de cela, il m’avait pourchassé, mettant une main sur mon épaule.

« Attendez ! » demanda-t-il.

« Qu’est-ce que vous voulez ? » demandai-je.

« Je viendrai aussi, » déclara-t-il.

« Pourquoi ? Vous ne ferez qu’interférer, » déclarai-je.

« Je vais vous aider !! » déclara-t-il.

« Je n’ai pas l’intention de partager la récompense, juste pour votre information, » déclarai-je.

« C’est très bien ! Ces types vont se plaindre. Je m’assurerai qu’ils ne puissent pas faire ça cette fois ! » déclara-t-il.

Et faire quoi, nettoyer plus dur ? avais-je pensé à lui demander, mais je m’étais finalement abstenu de le faire.

Je suppose que c’était très bien… Le jeune homme n’était rien de plus qu’un nouveau venu bruyant dans le métier, mais il semblait avoir quelques bons points. Même la réceptionniste, qui était maintenant à une bonne distance derrière le jeune, avait regardé dans ma direction et avait rapidement cligné de l’œil. Elle me demandait de montrer les ficelles du métier au nouveau venu, sans doute. Je pouvais refuser, bien sûr, mais le jeune lui-même avait dit qu’il n’avait pas besoin d’indemnisation, alors c’était tout.

Je m’étais tourné avec résolution vers le jeune.

« Vous suivrez mes instructions à la lettre. Et pas de déclarations étranges sur place. Assurez-vous de travailler dur, » déclarai-je.

« Bien sûr ! Je vais le leur montrer ! Je vais tout bien nettoyer ça…, » déclara le jeune.

Il aurait peut-être été plus impressionnant s’il avait dit ces mots devant des bandits ou des monstres.

Eh bien… peu importe. Nous étions allés chez le client.

Toutes les demandes que j’avais faites portaient sur le nettoyage des maisons, puisque c’était la saison des nettoyages de printemps dans la petite ville de Maalt.

Certaines de ces maisons étaient grandes, et le nettoyage n’avait pas pu être terminé en une journée. Je suppose que ce jeune s’était présenté l’un de ces jours-là et qu’il avait reçu des commentaires négatifs pour son travail.

◆◆◆

« Merci, Rentt. Vraiment… Et vous aussi, là-bas. Je ne l’ai jamais vu aussi propre ! En voilà un peu plus pour votre peine, » déclara le client.

Le client avait signé les formulaires de demande avant de me remettre, à moi et au jeune, deux pièces de bronze chacun. Dans des circonstances normales, les récompenses étaient déposées à la guilde de l’aventurier. Nous avions toutefois reçu de l’argent supplémentaire aujourd’hui — un pourboire, si vous voulez.

« Je vous remercie. J’espère que vous solliciterez à nouveau mes services, » déclarai-je.

Après ça, nous nous étions retournés, laissant la maison derrière nous. Nous avions terminé toutes nos tâches de la journée.

« Pas un seul…, » l’expression du jeune était de la perplexité. « Personne ne s’est plaint. Pas un seul… »

Le garçon ne semblait pas comprendre pourquoi c’était le cas.

« Savez-vous pourquoi ça s’est passé comme ça ? » demandai-je.

« Ouais… Je ne suis toujours pas très bon… dans ce que je fais…, » répondit-il.

Le nettoyage était une tâche simple, mais il y avait de nombreuses façons de procéder. Comment nettoyer certaines surfaces, frotter ou laver, meuler même les taches les plus tenaces... Tous étaient des notions de base en matière de nettoyage et d’entretien ménager. Le garçon n’avait pas de telles connaissances et, en tant que tel, effectuait un travail insatisfaisant. C’est pourquoi ses récompenses avaient été réduites.

Cependant, pour sa part, il avait observé ce que j’avais fait et avait suivi mes instructions du mieux qu’il avait pu. Il avait appris les méthodes et n’avait pas hésité à me demander s’il ne comprenait pas quelque chose. C’est pourquoi le client précédent avait fait l’éloge de son éthique au travail.

« C’est comme ça que ça se passe. L’expérience compte. Vous avez peut-être fait des erreurs dans le passé, mais ça devrait aller à partir de maintenant, » déclarai-je.

« Oui… Merci, Rentt. Non, merci, Monsieur Rentt… J’ai beaucoup appris de vous, » déclara le jeune.

« Ne m’appelez pas comme ça. Je n’ai pas vraiment l’habitude… De plus, nous partagerons équitablement les récompenses, alors ne vous inquiétez pas pour ça, » déclarai-je.

Bien sûr que je le ferais. Je n’avais jamais eu l’intention de priver le jeune de ses gains. Néanmoins, il protesta avec véhémence.

« Hein ? Non, non, c’est bon ! C’est bon, vraiment ! Pensez-y comme un cachet pour m’apprendre toutes les bases…, » déclara le jeune.

« Non, non, vous avez aussi travaillé dur. Prenez-le. La prochaine fois, vous réglerez vos demandes de la meilleure façon possible, puis apporterez cette pièce à la taverne pour prendre un verre. Ainsi, personne ne se plaindra de vous, » déclarai-je.

« Monsieur Rentt…, » déclara-t-il.

J’avais giflé le dos du jeune — pour une raison ou une autre, il avait cessé de parler en milieu de phrase.

« Eh bien ! En route pour la guilde. On doit encore les rendre. C’est comme ça qu’on voit qu’on a vraiment commencé sur le chemin de l’aventure, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Ouais ! » répondit-il.

Quelques années plus tard, ce même jeune homme atteindra le rang de classe Argent avant moi, puis partira en voyage, laissant Maalt derrière lui. Mais ce serait peut-être une histoire pour une autre fois…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire