Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : Artisanat magique

Partie 1

J’étais maintenant capable d’utiliser la magie, probablement au niveau d’un vrai mage. Bien que j’aie été techniquement capable de le faire, j’avais quand même trouvé tout cela très difficile, principalement parce que mes connaissances théoriques sur la magie étaient très insuffisantes. Un peu d’étude de ma part était nécessaire, puis le reste devrait naturellement venir. J’avais demandé à Lorraine de me donner des cours particuliers sur le sujet et, avant même de m’en rendre compte, je prenais des leçons avec Alize.

Pour sa part, Lorraine m’avait rapidement accepté comme son étudiant, bien qu’elle m’ait dit que je devais payer le double des frais.

Deux fois ! Et elle l’a dit sans hésitation !

Lorraine voulait simplement dire que je devais payer ma juste part, non pas que je devais payer le double du taux en vigueur. Vu qu’elle donnait des cours particuliers à Alize et à moi, ce n’était pas trop déraisonnable. Je me demandais si je méritais un petit rabais, étant donné que je m’occupais de toutes les tâches ménagères de cette maison depuis aussi longtemps que je me souvienne.

Mais je suppose que ce n’est pas quelque chose qu’un parasite comme moi devrait dire…

Pour commencer, il n’y avait que deux options réalistes lorsqu’il s’agissait d’apprendre la magie : soit on devait devenir disciple d’un mage célèbre, soit on devait fréquenter une académie de magie. Les deux choix impliquaient des dizaines de pièces d’or — ce n’est pas une petite somme, en aucun cas. Les honoraires de Lorraine étaient caritativement bas en comparaison — peut-être un peu trop bas.

Quoi qu’il en soit, je pouvais dire en toute confiance que Lorraine nous avait déjà accordée une sorte de remise… C’est ainsi qu’Alize et moi étions assis devant Lorraine, à écouter sa toute première leçon. D’ailleurs, le programme d’études avait un nom : « Le premier cours en Magie ~ l’Art de la Magie expliquée ! Même un gobelin l’aurait compris…, » Lorraine avait elle-même inventé le titre.

Déjà, Lorraine avait une question pour nous. J’avais fait signe pour y répondre, pour être interrompu par une voix joyeuse.

« Oui ! Je sais ! »

C’était Alize, elle levait la main avec empressement.

Lorraine, impatiente de jouer le rôle, pointa sa baguette en bois sur son élève tout aussi enthousiaste.

« Alors, Alize. Allez-y, » déclara Lorraine.

Alize s’élança de sa chaise et lui donna sa réponse en toute confiance. « Oui ! Pour pouvoir utiliser n’importe quelle forme de magie, il faut du mana ! »

« Bien joué. Vous pouvez vous asseoir, Alize, » déclara Lorraine.

J’avais été laissé de côté…

Ce n’était pas comme si je ne connaissais pas la réponse. J’avais juste… été lent à lever la main.

Oui. C’est tout ce qu’il y avait à faire.

« C’est comme Alize l’a dit. Le mana est nécessaire pour toutes sortes de magie. Il est également intéressant de noter que le fait d’avoir de grandes réserves de mana ne signifie pas qu’un individu deviendrait automatiquement un grand mage. Cependant, tous les grands mages s’efforcent d’obtenir une capacité de mana plus grande et plus efficace. La raison en est simple… »

« Oui ! Moi ! Je sais ! »

J’avais coupé la parole à Lorraine au milieu de la phrase, en agitant désespérément la main en l’air. Alize, qui était assise calmement à côté de moi, m’avait jeté un rapide coup d’œil de côté, murmurant quelque chose sur mon immaturité. Cependant, je n’y avais pas prêté beaucoup d’attention.

Rentt Faina détestait perdre. Une défaite, c’était bien, mais la prochaine fois, je m’en sortirai très bien.

Le regard de Lorraine s’était déplacé de ma main levée, puis vers l’expression exaspérée d’Alize. Elle soupira, pointant sa baguette en bois vers moi à contrecœur.

« Oui, allez-y, Rentt…, » déclara Lorraine.

Un ton de voix tout aussi exaspéré.

« Avec une petite capacité de mana, » avais-je rapidement répondu à la question, « les types de sorts qu’un individu peut utiliser sont limités. Par exemple, ils seraient limités aux cantiques et autres sorts faibles, parfois appelés magie de base. Ils seraient également incapables d’utiliser n’importe quel type de sort d’attaque — de telles circonstances sont courantes. En fait, j’étais pareil, il y a longtemps. »

« Oui, bien joué. N’êtes-vous pas content, Rentt ? » demanda Lorraine, manifestement pas impressionnée.

Cependant, les derniers éléments de ma réponse semblent avoir attiré l’attention d’Alize.

« Hein ? Vraiment ? Vous ne pouviez rien faire du tout dans le passé, Rentt ? » s’interrogea-t-elle, ne prenant pas la peine de cacher sa surprise.

Quoi ? Alize me voit-elle comme une sorte d’être tout puissant et surhumain ?

Elle n’avait pas adopté sa façon plus décontractée de parler après que je lui aie dit que c’était très bien d’être elle-même. Même Lorraine était d’accord avec l’idée — du moins, en dehors des heures de cours. Quand Alize étudiait la magie, elle devait s’adresser à Lorraine en tant que « professeur » et observer toutes sortes de respects sociaux… un étrange ensemble de règles auxquelles même moi, j’étais tenu.

Selon Lorraine, de telles pratiques étaient courantes dans le système scolaire dont elle avait fait partie dans sa jeunesse.

Je me demande comment étaient les écoles dans le royaume de Yaaran.

Je n’avais jamais été dans un lieu d’apprentissage auparavant, donc je ne connaissais pas la réponse. Les leçons données par la guilde de l’aventurier étaient aussi relativement décontractées, et tout le monde était traité de la même façon, peu importe son âge ou son expérience. En comparaison, l’insistance de Lorraine sur ces méthodes d’adressage était curieusement rafraîchissante.

« Je ne suis pas omnipotent, Alize. En fait, il y a beaucoup de choses que je ne peux pas faire, même maintenant, » déclarai-je.

Alize ne semblait pas très convaincue. Lorraine intervint, acquiesçant d’un signe de tête pendant qu’elle parlait.

« Vous voyez, ma chère Alize… Rentt est le genre de personne qui fait ce qu’il peut faire. S’il ne peut pas faire quelque chose, il en est totalement incapable. Il est, bien sûr, raisonnablement capable et compétent dans de nombreux domaines maintenant… malgré tout, il a ses défauts. Vous comprenez, Alize ? Bien sûr, les aventuriers cachent généralement leurs déficiences lorsqu’ils se lancent dans leurs activités… Telle est la nature des choses, » déclara Lorraine.

Alize hocha lentement la tête, apparemment toujours incrédule. En ce qui concerne Lorraine, Alize continua.

« Donc Rentt ne pouvait pas utiliser de magie sauf pour… la magie de base dans le passé… ? » demanda Alize.

« C’était la réalité, oui. Rentt n’a pas été capable d’utiliser des sorts compliqués, du moins jusqu’à récemment. Pour la plupart des gens, leurs réserves de mana restent stagnantes après la puberté, n’augmentant ni diminuant avec le temps. Il existe toutefois des exceptions. Une personne peut voir sa capacité de mana augmenter soudainement en raison de circonstances spéciales. »

Je suppose que c’était une bonne façon de cacher la vérité. Lorraine avait déjà trouvé une justification pour la raison pour laquelle je suivais ses cours. Selon Lorraine, il valait mieux mentionner une telle raison en présence d’Alize le plus tôt possible.

« De quel genre de circonstances s’agit-il ? » demanda Alize.

Comme je m’y attendais, Alize avait été attirée par les circonstances soi-disant spéciales responsables de ma soudaine augmentation de la capacité de mana. Lorraine semblait plus que préparée à sa question.

« Une liste exhaustive est impossible. Je peux, cependant, penser à quelques exemples communs, tels que… la consommation d’un élixir spécial, peut-être, ou peut-être la mort d’un monstre particulièrement fort. Certains individus peuvent aussi recevoir des bénédictions divines d’une sorte ou d’une autre, tandis que d’autre part, on peut former un pacte avec un démon, échangeant une partie d’eux-mêmes contre le pouvoir… Et ainsi de suite, » déclara Lorraine.

Alors que la capacité de mana de la plupart des individus était restée relativement stagnante, il était tout à fait possible de l’augmenter avec des moyens spéciaux. Cependant, toutes ces méthodes étaient risquées, et elles coûtaient souvent très cher. En plus, il y avait la question de la chance, quelque chose pouvait, contre toute attente, tourner très mal.

Par exemple, un élixir de mana serait difficile à trouver et, même si c’était le cas, il serait vendu aux enchères à des prix astronomiques. Il faudrait tuer une bête aux proportions légendaires pour obtenir de tels pouvoirs — un exploit difficile, dans tous les cas. Quant à la bénédiction des fées et du divin… une question de chance. Mais encore une fois, les individus chanceux ne courraient pas les rues. Enfin, les contrats avec des entités démoniaques étaient dangereux dans tous les sens du terme, et le nombre de vies qu’un individu pouvait hypothétiquement avoir n’avait souvent aucune importance. Même moi, j’aurais déjà augmenté ma capacité de mana dans la vie si c’était si simple.

J’avais continué à tuer des monstres et à absorber leurs pouvoirs, mais l’augmentation était au mieux minime. J’avais tué des Gobelins et d’autres créatures pendant une décennie, mais je ne me sentais pas différent.

Même ainsi, tuer des monstres était probablement la voie la plus simple, mais j’avais fini par me faire manger et tuer à un moment donné, alors il y avait eu ça.

« Je n’ai rien fait de spécial, dans mon cas. Peut-être que c’était juste une question de chance qu’elle ait soudainement augmentée, » déclarai-je à Alize.

Comme l’avait dit Lorraine, des exceptions étaient possibles dans de très rares cas. Il était impossible de dire que de tels événements ne pouvaient absolument pas se produire, et cela concordait parfaitement avec les explications de Lorraine. Les connaissances d’Alize sur la magie étaient encore assez limitées, après tout.

« Oh… c’est vrai ? C’est pour ça que vous prenez des leçons avec moi, Rentt…, » déclara-t-elle, apparemment convaincue.

Je suppose que le jour viendrait où Alize finirait par réaliser que j’étais étrange ou différent d’une certaine façon, mais c’était une explication pour une autre fois…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire