Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 12

***

Chapitre 2 : Et une requête tout aussi singulière.

Partie 12

« V-Vraiment !? » Je n’arrivais pas à croire ce que je venais d’entendre.

« Oui…, » répondit Laura. « Eh bien, pour commencer, le Marais des Tarasques est tout un défi, même pour les aventuriers les plus expérimentés, n’est-ce pas ? Si cela vous motive à vous donner à fond, Monsieur Vivie… alors quelque chose comme ça serait un petit prix à payer. »

« Quelque chose comme ça, » ? « ça », ce dirigeable représenterait une petite fortune s’il était vendu, telle était sa valeur ! Pour l’écarter comme s’il ne s’agissait que d’un petit changement dans le contrat… Comme c’est audacieux de leur part !

Je ne sentais rien d’autre qu’un profond sentiment de gratitude envers Laura. Elle avait imprégné mon corps et mon âme. En ce moment, moi, Rentt Faina, j’étais prêt à jurer ma loyauté éternelle et inébranlable à cette jeune femme.

Mais bien sûr, c’était inutile…

« Je suppose que si l’on s’embête à demander, on peut trouver de bonnes affaires, » déclarai-je, en essayant d’obscurcir le fait que j’étais aux anges lors de cet arrangement.

Je me demande si Laura avait vu à travers ma mascarade… Alors qu’elle avait l’air jeune, la férocité de la logique qui l’habitait dans ses yeux la peignait comme une adulte raisonnable. La sagesse dans son regard suggérait presque une histoire sanglante de batailles menées contre divers chefs de puissantes familles de marchands et de nobles qui possédaient des continents entiers. Je me demandais combien de défis il fallait surmonter pour arriver à un tel point dans la vie, et quelles expériences étaient nécessaires pour un tel exploit. J’avais du mal à l’imaginer.

En tenant compte de tout cela, je n’avais pas un seul doute dans mon esprit que Laura avait déjà lu mon esprit d’un bout à l’autre. C’était une dame digne de ce nom, me suggérant seulement de m’offrir le petit dirigeable après m’avoir vu gigoter et me plaindre sans fin. En fait, j’avais fait un mauvais travail pour cacher ma joie — ah, je pourrais bientôt le tenir dans mes mains une fois de plus ! Malgré tout, Laura me regardait calmement, sans dire un mot…

Ce n’était pas un comportement enfantin, ou je ne pensais pas que ça l’était. Les aventuriers étaient le genre d’individus à utiliser tous les moyens possibles pour saisir ce qu’ils cherchaient, même si ces moyens étaient une série de comportements enfantins visant à ce que leur hôte ait pitié d’eux et leur accorde l’objet de leurs désirs.

Vous êtes vraiment pathétique, Rentt Faina…

Mais non, je ne pouvais pas refuser, je devais l’avoir.

Oh, petit dirigeable. Tu es à moi, et seulement à moi. Je ne te donnerais jamais à personne…

Eh bien, plaisanteries mises à part... Mais était-ce vraiment une blague ?

Peut-être… Je m’étais tourné vers Laura, poursuivant notre conversation. Laura semblait un peu troublée au fur et à mesure que la conversation avançait.

« Bien que tout aventurier de classe Argent digne de ce nom n’aurait pas de mal à récupérer les fleurs, le voyage là-bas pose certains… problèmes, comme vous le savez, j’en suis sûre. Certains vêtements et équipements ne survivraient pas au voyage, en plus de la menace toujours présente du poison. Comme certains poisons agissent lentement, il peut être difficile de prévoir et de se préparer à de tels événements. Et puis il y a les Tarasques… Oui, elles peuvent généralement être évitées si l’on transporte de l’eau bénite avec soi, mais il y a aussi des cas où des monstres individuels deviennent incroyablement agressifs à cause des guerres de territoire entre leurs espèces. Au vu de tout cela, j’avais vraiment envie d’engager un aventurier de classe Or, mais hélas, il faudrait faire un voyage dans la capitale pour un tel rendez-vous…, » déclara Laura.

Chacun des points soulevés par Laura était parfaitement logique. Bien qu’il existe des aventuriers capables de tout ce qui précédait, on ne les trouverait pas dans une ville rurale comme Maalt, peu importe la richesse ou la puissance du client. Moi, à mon tour, je serais une trouvaille assez rare pour les Latuules, car il se trouve que mes capacités correspondaient à ce qu’ils recherchaient, et m’engager serait mutuellement bénéfique.

Un raisonnement convaincant. Mais il y a quelque chose qui avait attiré mon attention.

« … Je comprends votre point de vue. Je ne suis pas contre l’acceptation de la demande. Cependant… avec le fait que vous avez besoin de consommer des extraits de Fleur de Sang du Dragon sur une base régulière… Peut-être, Laura, souffrez-vous de… la Maladie de l’accumulation du Miasme ? » demandai-je.

Laura semblait décontenancée, surprise par ma question.

« Vous connaissez le nom de cette maladie, Monsieur Vivie… ? Alors, la raison pour laquelle vous vous êtes aventuré dans le marais en premier lieu…, » déclara Laura.

Je voulais répondre à la question de Laura, mais j’avais l’obligation de garder secrets les renseignements personnels de mon client. Je pouvais lui dire que j’avais accepté une demande de même nature, mais je ne pouvais pas divulguer plus de détails que cela. Et pourtant, Laura était parvenue à une certaine déduction avec le peu d’informations qu’elle avait sur moi — une autre démonstration de l’influence des Latuules sur Maalt. S’ils souhaitaient obtenir des informations, elles leur parviendraient sûrement par l’un ou l’autre canal.

Quoi qu’il en soit, je resterais fidèle à mes principes.

« Cela, je ne peux pas vous le dire, » déclarai-je.

Laura semblait comprendre le sens de mes mots. « Je m’excuse, j’ai l’air d’avoir dépassé les bornes. Mais avec ceci, je suis sûre que vous comprenez ma situation, Monsieur Vivie. Bien que la maladie d’accumulation du miasme puisse être traitée de façon permanente dans ses premiers stades avec l’extrait de Fleurs de Sang du Dragon, la maladie ne peut plus être guérie une fois qu’elle atteint un stade terminal. Je n’en mourrais pas subitement, mais en échange, j’ai besoin d’essence fraîche de la Fleur de Sang du Dragon régulièrement. D’où ma demande. »

J’avais hoché la tête en entendant les mots de Laura. Si je lui demandais d’en dire plus, ce serait moi qui dépasserais ses limites.

Je ne connaissais pas grand-chose de la maladie de l’accumulation du miasme — de penser qu’elle deviendrait permanente à un stade ultérieur… Sœur Lillian de l’orphelinat avait eu la chance d’avoir été guérie si tôt.

Un seul voyage pour cueillir quelques fleurs était une chose, mais des voyages réguliers pour un approvisionnement constant en étaient une autre. Je suppose que je l’avais peut-être vraiment fait cette fois-ci, en répondant à une demande d’une telle ampleur.

Quoi qu’il en soit, je comprenais maintenant les circonstances de Laura, et j’avais une bonne compréhension de la demande en question, en plus des récompenses proposées. Accepter cette demande ne semblait pas hors de question et, oui, les récompenses étaient tout à fait correctes.

Je m’étais tourné vers Laura, j’avais pris ma décision.

« J’accepte cette demande, mais j’aimerais que le contrat soit modifié pour refléter les conditions mises à jour sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord tout à l’heure. Si cela vous convient, Laura, ou peut-être devrais-je dire honorable cliente, » déclarai-je.

J’avais tendu la main et Laura l’avait prise dans la sienne en souriant.

« Je vous en suis très reconnaissante. Vous nous rendriez un grand service. J’ai hâte de travailler avec vous à partir de maintenant, Monsieur Vivie. Ah, oui, et vous pouvez continuer à m’appeler Laura, » déclara Laura.

J’avais l’intention de traiter Laura avec une couche supplémentaire de formalité après que le contrat ait été mutuellement accepté, mais il semblait que ce n’était pas nécessaire.

« J’ai compris, Laura. Est-ce que c’est correct ? » demandai-je.

Face à mes mots, le sourire de Laura s’était légèrement élargi, et elle acquiesça, apparemment satisfaite.

◆◇◆◇◆

« … Est-ce vraiment d’accord ? » avais-je demandé à Isaac alors qu’il marchait à côté de moi, m’escortant lentement vers les portes du manoir.

« Oui, ça ne la dérange pas vraiment. “C’est quelque chose qu’on finira par lui donner, et cela ne change pas grand-chose le moment quand on le lui donnera.” Du moins, c’est ce que Lady Laura a dit, » déclara Isaac.

Les yeux d’Isaac se concentraient sur la même chose que les miens, celle d’un petit dirigeable volant. En raison de la force de mon mana qui ne le maintient en l’air que pendant une dizaine de minutes, Laura lui avait insufflé un peu de magie qui lui était propre, assez pour le faire voler pendant une heure, et peut-être un peu plus. Honnêtement, le cristal lui-même possédait déjà une grosse valeur, et était plus que suffisant comme récompense. Pour les Latuules, cependant, le dirigeable et le cristal ressemblaient à de l’argent de poche.

Quant à Laura elle-même, elle se reposait dans le manoir.

Isaac était le seul à m’accompagner aux portes. Bien sûr, je n’étais pas un enfant, et le jeune en moi voulait protester, ou du moins dire que je n’avais pas besoin d’escorte. Hélas, le labyrinthe de haies de roses se tenait entre Maalt et moi, je ne pouvais que m’y perdre à nouveau. Maintenant que je connaissais les secrets du labyrinthe, je pouvais utiliser la méthode que j’avais découverte auparavant, bien que cela me prendrait encore beaucoup de temps. J’aurais fini d’ici le prochain lever du soleil, peut-être…

Mais j’avais Isaac avec moi. Alors qu’il s’approchait, les murs mêmes du labyrinthe de haies de roses semblaient s’animer, s’agençant de telle ou telle façon pour former un chemin droit pour nous. C’était presque comme si le labyrinthe lui-même avait choisi d’éviter Isaac… et par extension, moi.

« C’est vraiment une chose étrange qui se déroule là, non ? » me demandai-je.

Comme pour répondre à ma question, Isaac tendit la main, déroulant lentement ses doigts. Dans la paume de sa main, il y avait ce qui semblait être une sorte de rocher rond. Elle avait une apparence familière… Maintenant que j’y pense, il ressemblait un peu à l’appareil à distance qui était jumelé à mon modèle réduit de dirigeable.

Isaac n’avait pas tardé à donner une explication. « Si l’on tient cela et que l’on se concentre correctement, on peut remodeler le jardin à son goût — dans une petite mesure, du moins. Il serait impossible d’effectuer des changements… majeurs. »

« Des… changements majeurs ? Comment pourrait-on faire quelque chose comme ça ? » demandai-je.

« Seule Lady Laura sait comment faire. Je ne suis pour ainsi dire pas au courant des détails, » répondit Isaac.

Je ne pouvais pas savoir si Isaac disait la vérité, mais, pour l’instant, cela importait peu. Il était sage de garder le secret, de peur que des individus mal intentionnés ne tentent d’utiliser le labyrinthe à leurs propres fins. Je n’allais pas dire à tout le monde à la taverne les secrets de la famille Latuule, car les rumeurs ne se répandraient pas si on restait suffisamment discret. La décision d’Isaac était bonne.

« Il semblerait que nous ayons atteint notre destination, » déclara Isaac en nous arrêtant devant les portes du manoir.

Le petit dirigeable étant posé au sol, j’avais donné un petit coup sur son flanc. Comme pour répondre à mon geste, il s’était minimisé, se contractant en taille. Avec ça, je pouvais le tenir parfaitement dans la paume de ma main. C’était l’une des nombreuses fonctions dont Laura m’avait si gentiment parlé, et même si elle avait beaucoup d’autres fonctions cachées, je n’étais pas sûr d’avoir un jour la chance de les essayer toutes.

Dans tous les cas, le fait de pouvoir avoir une forme plus compacte était pratique. Je ne voulais pas vraiment que le dirigeable plane autour de moi à Maalt, et je ne voulais pas non plus porter sa forme entièrement déployée pendant mes déplacements.

« … Le garde du portail n’est plus là, » déclarai-je.

« Oui. Il monte la garde de l’aube au crépuscule. La nuit, les portes sont verrouillées et le labyrinthe devient extrêmement complexe pour s’assurer que personne n’entre dans la zone, » répondit Isaac.

Personnellement, c’était déjà un labyrinthe difficile, donc si la situation devenait plus complexe qu’elle ne l’était déjà, toute personne malheureuse qui s’y aventurerait serait sûrement prise au piège pendant une bonne partie du lendemain.

Une perspective vraiment effrayante… !

« J’ai une question. Que dois-je faire lors de prochaines visites ? » demandai-je.

Si possible, je voulais vraiment éviter ce labyrinthe, d’autant plus que je ne pourrais pas choisir un deuxième cadeau.

Isaac semblait un peu surpris, comme s’il voulait me le dire avant, mais il avait apparemment oublié au cours de notre courte conversation.

« Ah, oui, oui. Si le gardien est présent lors de votre visite, il prendra contact avec le manoir. Après quoi, je me rendrai personnellement ici pour vous escorter. Soyez rassuré, Monsieur Vivie, » déclara Isaac.

Une réponse rassurante. Sur ce, j’avais fait un signe de la main à Isaac, puis j’avais marché sur le chemin et en laissant les portes du manoir derrière moi. La prochaine fois que je visiterai ces terres, je viendrai avec des Fleurs de Sang du Dragon.

C’était un sentiment mélancolique de devoir retourner dans le marais. Au contraire, j’étais maintenant équipé de l’eau bénite de haute qualité qu’Isaac m’avait donnée.

Ça ne peut que devenir plus facile à partir de maintenant…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire