Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 7

***

Chapitre 3 : Une nouvelle arme et une force nouvelle

Partie 7

« Argh… ! Quoi... Qu’est-ce que c’est que ça !? Comment pouvons-nous le vaincre ? Comment est-il arrivé dans ce lac d’eau douce… !? » cria Amiris, alors que son bateau se balançait violemment dans les vagues.

Même si je ressentais la même chose, je ne pouvais pas hésiter. Les aventuriers ne pouvaient pas abandonner si facilement.

En ce qui concerne Amiris, j’avais donné mes instructions : « Amiris, allez immédiatement sur le bateau de Ryuntus. »

« Mais… Vous êtes sérieux !? Allez-vous vous battre… contre ça !? » s’écria Amiris.

Une expression incrédule, je n’en attendais pas moins. N’importe qui mettrait en doute ma santé mentale. Pourtant, dans le passé, j’avais été face à face avec un dragon. Y avait-il quelque chose de plus grave à craindre ?

À l’époque, je ne pensais qu’à m’échapper. Maintenant, cependant…

« Vite, maintenant Amiris. Vous devez changer de bateau, » ordonnai-je.

J’avais sauté de mon bateau en courant à la surface de l’eau. Saisissant Amiris dans son navire sacrificiel, je l’avais jetée dans le bateau de Ryuntus, me préparant pour la bataille qui arrivait.

« Ehhhh !? » Une réaction simultanée de la sœur qui avait été jetée, et du frère qui l’avait attrapée s’était fait entendre.

Moi, cependant, je n’étais pas parti de là. Au lieu de cela, j’avais dégainé mon épée, et j’avais face vers le kraken. Je m’étais préparé alors que je m’étais mis en position de combat en tenant ma lame en l’air.

On pouvait se demander pourquoi j’étais sur l’eau. J’avais aussi demandé à Lorraine de me fabriquer un objet magique avant de venir ici. Cependant, il s’était avéré qu’elle avait quelque chose qui correspondait à l’objectif depuis le début.

Lorraine, qui s’intéressait au festival, avait voulu venir, mais elle n’avait pas pu le faire, car elle avait dû compiler des documents pour un client. Quand j’avais appris que cette fois-ci, ma destination était un lac, Lorraine m’avait simplement donné l’objet magique approprié, et c’était tout. Comme on s’y attendait de Lorraine — les alchimistes étaient de grands amis à avoir.

« Rentt ! Ne faites rien de fou ! Si… Si c’est impossible, je vais abandonner et devenir un sacrifice, alors… ! » déclara Amiris.

J’étais reconnaissant pour les inquiétudes d’Amiris, mais je ne pouvais pas céder face à ses lamentations douloureuses, pas après avoir fait tout ce chemin.

En serrant la poignée de mon arme, j’avais frappé mon pied sur la surface de l’eau, me propulsant, la lame et tout le reste, vers le kraken.

◆◇◆◇◆

C’était… grand. C’était un fait que j’avais compris en approchant du kraken. Son corps et ses tentacules étaient couverts de bave, et si je devais deviner, il faisait au moins dix mètres de long.

Cependant, par rapport aux variantes qui habitaient la haute mer, celui-ci se situait du côté le plus petit de la plage de taille. D’après ce que j’avais appris dans certains livres, les krakens océaniques étaient capables de plier des navires gigantesques et des navires en deux en un seul coup, et mesuraient généralement de 30 à 50 mètres de long. Ça aurait dû être leur taille normale.

Celui-ci était plus petit — beaucoup plus petit.

 

 

Une rafale de tentacules m’avait fait sortir de mes pensées. Le kraken m’avait vu et avait cherché à m’écraser.

Vu le nombre de tentacules, c’était tout à fait une tâche difficile d’esquiver chacun d’entre eux. Ils n’étaient cependant pas impossibles à esquiver. Grâce aux bottes de marche sur l’eau spécialement fabriquées par Lorraine, j’avais pu me déplacer facilement, marchant sur la surface de l’eau comme si c’était un sol solide.

Sans prévenir, le kraken avait ouvert la bouche, apparemment dans l’intention de me lancer quelque chose. Piétinant rapidement la surface du lac, j’avais esquivé sur le côté, pour voir que j’avais évité de justesse une grosse boule de feu, le projectile faisant monter la vapeur d’eau de là où je me tenais juste.

« Un kraken… crachant du feu ? » demandai-je.

Une étrange combinaison !

En riant de l’absurdité de la situation, je m’étais propulsé une fois de plus vers l’avant, me rapprochant finalement de ma cible. D’un saut puissant, j’avais positionné mon épée au-dessus de ma tête, tranchant l’un des tentacules avec une frappe puissante.

Et alors que je l’avais fait — .

Riiip !!

Ce n’était pas le son qu’un invertébré faisait quand il était coupé.

« Qu… Quoi !? Qu’est-ce que c’est que ça ? Le kraken… ! » s’écria Amiris.

J’entendais la voix d’Amiris sur les vagues, elle semblait surprise.

« Pourquoi… ? » Même Ryuntus avait quelque chose à dire.

J’avais supposé qu’ils pensaient la même chose. Le kraken dans lequel j’avais enfoncé ma lame avait rapidement disparu. À sa place, il restait un grand morceau de tissu et un récipient en bois plusieurs fois plus grand que les bateaux sacrificiels que nous avions utilisé. L’équipage de ce navire était composé de quelques hommes.

Ce n’était pas un kraken.

« Espèce de salaud ! Ne vous foutez pas de nous ! Tuez-le ! TUEZ-LE !! »

Me montrant du doigt, les hommes criaient d’une manière animée avant d’envoyer un certain nombre de flèches et d’attaques magiques dans ma direction générale.

Ils étaient loin d’être compétents. Évitant facilement les attaques allant vers moi, je m’étais propulsé en l’air une fois de plus, atterrissant sur leur vaisseau d’un seul bond. Dans une série de mouvements familiers, j’avais assommé les hommes un par un, et j’avais fini par rengainer mon épée.

◆◇◆◇◆

« Alors… Quoi… ? Qu’est-ce que… tout ça ? » demanda Amiris, toujours visiblement confuse.

« Ce sont les individus qui ont fait des demandes déraisonnables au village. Et aussi, Amiris, cet homme ne vous est-il pas familier ? » demandai-je, en montrant du doigt l’un des hommes maintenant soumis.

Finalement, Amiris s’en aperçut, étonnée. « Le… Le marchand ambulant ! »

« C’est tout à fait exact, » déclarai-je.

« Mais… pourquoi ? » demanda Amiris.

Ryuntus et Amiris me regardaient fixement, incapables de croire leurs yeux. En réponse, j’avais donné un bon coup de pied au commerçant retenu avec les bottes de marche sur l’eau spécialement fabriquée par Lorraine.

« Réponse… lui, » ordonnais-je.

Lentement, et un peu à contrecœur, le marchand ambulant se mit à parler.

Selon lui, les marchands avaient eu vent du festival, et bientôt ils décidèrent d’en profiter. Leur méthodologie était simple : ils faisaient semblant d’être le Seigneur du Lac et enlevaient tout sacrifice offert, avant de la vendre comme esclave ou comme marchandise. À cette fin, les hommes avaient un mage qui coopérait avec eux, ainsi qu’un marchand qui connaissait bien les routes souterraines de la traite des esclaves. Bien qu’à l’origine ils ne soient qu’un marchand ambulant et son escorte, ils avaient été vaincus par la cupidité, et ils avaient décidé d’exploiter les gens de ce village.

Le bateau lui-même était un simple bateau de pêche emprunté à un autre village sur le lac.

Les marques sur les portes avaient aussi été laissées par les hommes en question, pas par les Kelpies. En raison de la peur collective qui s’était emparée des villageois, personne ne s’en était rendu compte.

Une entreprise assez complexe…

L’illusion du kraken n’était qu’une image projetée sur le tissu par le mage. Les tentacules, aussi, n’étaient rien de plus que des cordes contrôlées et déplacées par magie. Il va sans dire que la boule de feu du bec du kraken n’était rien de plus qu’une boule de feu ordinaire, une mesure prise pour faire face aux escortes qui accompagnaient les malheureux sacrifices. C’était apparemment la première fois que la boule de feu ne fonctionnait pas. Bien sûr, toute l’image d’un kraken crachant du feu était au mieux risible.

Bien que ces hommes aient planifié leurs mauvaises actions avec un effort considérable, ils n’étaient manifestement pas assez forts pour tenir tête à ceux qui avaient plus de force qu’un villageois effrayé.

« Alors… qu’en est-il des filles qui ont été “mangées” jusqu’à présent… ? » demanda Ryuntus.

Le marchand répondit honnêtement à la question de Ryuntus : il semblerait qu’elles étaient toutes dans la cale du navire. Alors qu’elles kidnappaient des filles depuis deux mois environ, elles n’avaient pas l’intention de faire une vente qu’une fois qu’elles auraient atteint un certain nombre, au grand bonheur des filles maintenant sauvées.

« Rentt… saviez-vous cela… depuis le début ? » demanda Amiris.

« Eh bien, c’était suspect jusqu’à un certain point. D’après mon expérience personnelle, le vrai Seigneur d’un lieu ne déciderait jamais soudainement de devenir indiscipliné ou déraisonnable. Quand nous sommes passés devant ce marchand ambulant dans le village, j’ai remarqué l’odeur du sang, » déclarai-je.

C’était tout à fait conforme au fait que j’étais un mort-vivant qui vivait du sang — non pas que je pouvais l’expliquer à Ryuntus et Amiris.

Dans tous les cas…

« Avec cela, le mystère est résolu. Je suppose donc que la demande a été satisfaite adéquatement, non ? » demandai-je.

« Bien sûr ! »

« Oui !! »

Les réponses du frère et de la sœur avaient été presque simultanées.

◆◇◆◇◆

L’explication du commerçant étant satisfaisante, nous avions avancé sur le lac jusqu’au village de Todds, mais nous avions été accueillis par un tumulte prévisible et important. Amiris, qui était censée avoir été sacrifiée, était vivante. Avec elle se trouvaient les filles enlevées, et les marchands ambulants, liés de la tête aux pieds.

Après avoir expliqué que nous avions découvert la vérité derrière les récents incidents, les villageois m’avaient remercié abondamment et m’avaient même offert de signaler l’incident à la guilde afin que je sois reconnu pour mes efforts.

J’avais poliment refusé.

À première vue, j’avais prétendu que c’était dû à la nature de la demande, qu’elle n’avait pas été acceptée par les voies officielles de la guilde et qu’en tant que telle, ce n’était pas quelque chose dont je pouvais me vanter. En réalité, je ne voulais pas être lié à cet enlèvement. Si on apprenait que j’avais démantelé un réseau d’esclavagistes-kidnappeurs, ça ne servirait qu’à me rendre plus soupçonneux. Même si je résolvais l’incident en question, je pourrais facilement être soupçonné de « résoudre » un problème dont j’étais en premier lieu « responsable ».

J’avais l’air suspicieux, mais je n’y pouvais pas grand-chose. En tout cas, j’avais décidé de ne rien faire d’inutile. Les villageois, convaincus que j’étais juste modeste, étaient tout à fait contre au début, mais je devais remercier Ryuntus et Amiris de les avoir convaincus du contraire. Les frères et sœurs m’avaient remercié abondamment, mais c’était peut-être moi qui devrais les remercier à la place.

Les villageois avaient suggéré de refaire la fête, ne serait-ce que pour exprimer correctement leur gratitude au Seigneur du Lac. Ce serait une affaire beaucoup plus simple, sans plus de sacrifices comme Amiris qui flotterait dans les profondeurs du lac. Malgré sa simplicité, l’atmosphère dans le village de Todds était maintenant nettement différente, non plus maussade, mais plutôt lumineuse et pleine d’espoir. Si ma mémoire était bonne, c’est ainsi que le festival devait se dérouler au départ.

Au milieu des villageois qui célébraient, une petite tache au fond du lac avait attiré mon attention. Une jeune fille translucide sur le dos d’un Kelpie… Le vrai Seigneur du Lac, ou peut-être une illusion élaborée de la lumière. En un instant, ils avaient disparu, et le silence était revenu à la surface du lac.

◆◇◆◇◆

« Vous partez… franchement, vous devriez rester un peu plus longtemps…, » déclara Amiris en se tenant devant la calèche.

« C’est exact… Et le festival s’est aussi prolongé ! » Ryuntus continua.

J’avais secoué la tête. « Je suis un aventurier. Il reste beaucoup de travail à faire. »

Comme ma petite excursion au lac n’était pas considérée comme un travail officiel, j’avais dû faire face à quelques échéances administratives. La guilde n’aurait pas beaucoup de bonnes choses à dire sur un aventurier de la classe Bronze qui n’avait pas fait un travail significatif, et cela signifiait qu’un retour rapide à Maalt était de mise.

« Comment se fait-il que vous fassiez du bon travail, mais que vous ne vouliez pas qu’on vous le crédite ? C’est juste… étrange, » déclara Amiris.

« Vraiment ? De telles choses ne sont pas aussi rares qu’elles en ont l’air. Quoi qu’il en soit, je m’en vais maintenant, » j’avais posé une main sur la poignée du véhicule.

« Rentt… ! »

Je m’étais retourné à la mention de mon nom, et sans prévenir, Amiris sauta vers moi, ses lèvres picorant le côté de mon visage…

Ou, devrais-je dire, mon masque.

 

 

« Quoi — Amiris… ? »

Je pouvais entendre la voix tremblante de Ryuntus.

« Quoi ? C’est un geste de remerciement, d’accord ? » répondit Amiris, alors que son visage était d’un rouge profond.

Un petit échange chaleureux, en effet.

« Un peu surprenant, mais merci, Amiris de ce geste gentil. Si jamais vous vous retrouvez à Maalt, venez me voir. Je serai votre guide…, » déclarai-je.

« Ok... ! » déclara Amiris.

« Prenez soin de vous… et vous aussi. Ryuntus, » déclarai-je.

« Ouais. Merci beaucoup, Rentt… Je viendrai certainement la prochaine fois que je serai à Maalt… ! » déclara Ryuntus.

Je hochai la tête, je leur fis signe de la tête et montai enfin dans la calèche. Sa destination n’était autre que la ville de Maalt.

Pour une raison ou une autre, j’avais presque eu l’impression qu’une vie entière s’était écoulée depuis que j’avais franchi ses portes…

◆◇◆◇◆

« Attends, ne me dis rien, Rentt que tu aies fait tout ce chemin pour charmer le cœur d’une petite fille ? » demanda Lorraine.

Un dîner avec Lorraine s’imposait après mon long départ de Maalt. Mais les paroles de Lorraine m’avaient presque fait cracher mon repas.

« … Ne sois pas bête, Lorraine. Ce n’est rien de la sorte, » répondis-je.

« C’est une blague, Rentt. Mais tu vois, cette fille, c’est sûr…, » commença Lorraine.

Je savais ce que Lorraine allait dire, alors j’avais arrêté sa phrase.

« Elle oubliera bientôt quelqu’un comme moi très rapidement, » déclarai-je.

Telle était la vie d’un voyageur errant.

Les filles des villages ruraux avaient leur propre bonheur, car elles trouveraient un jour un partenaire approprié dans leur village, se marieraient et auraient probablement des enfants. L’image même de la joie d’un villageois rural.

Inutile de dire que dès le début, il n’y avait pas de place dans une image aussi heureuse pour des individus comme moi.

Lorraine soupira en me faisant des gestes avec son ustensile pendant qu’elle parlait.

« Toi, Rentt…, tu devrais être puni sévèrement pour tes péchés, » déclara Lorraine.

C’était pour le moins regrettable. Vraiment regrettable, mais…

C’était comme ça que c’était.

Je leur offrirais quand même une visite guidée de Maalt si jamais ces frères et sœurs venaient me rendre visite, c’était le moins que je pouvais faire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre, le petit dessin est sympa 😁

Laisser un commentaire