Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Une nouvelle arme et une force nouvelle

Partie 2

Bien sûr, ce n’était que le premier d’une longue série de tests, je n’avais pas commandé sur mesure une épée qui pourrait utiliser mes trois capacités innées juste pour le spectacle. J’avais encore beaucoup à faire, alors je devrais essayer toutes les combinaisons possibles.

Clope, comprenant mes intentions, avait rapidement remplacé le mannequin tombé par un autre. Alors qu’il terminait ses préparatifs, j’avais commencé à canaliser mon mana dans l’épée, enveloppant sa lame de mon Aura.

La plupart des aventuriers habiles dans le maniement de l’épée utilisaient soit le mana soit l’esprit — parfois les deux. C’était un standard du métier, pour ainsi dire. Je n’étais pas capable d’exploits aussi compliqués avec ma magie. Augmenter mes frappes physiques avec une force magique était à la mesure de mes capacités, et le coup qui en résultait était plus qu’assez mordant pour mes besoins.

Il y avait plus encore : le mana, et la magie dans laquelle il est tissé, avait aussi la capacité de préserver le tranchant d’une lame, permettant de prolonger sa longévité et, plus important encore, de découper facilement les matériaux durs.

Avec un autre coup d’essai de ma nouvelle arme, j’avais trouvé que ma lame avait presque glissé à travers le mannequin avant de le fendre en deux, une expérience nettement plus douce que ma première tentative. Les innombrables capacités de la magie étaient redoutables. Il n’y avait guère de force dans cette frappe, mais elle avait tout de même coupé tout. En y regardant de plus près, j’avais découvert qu’il n’y avait pas un seul morceau de bois collé sur le bord de la lame. En fait, la frappe laissait une surface incroyablement lisse sur les moitiés séparées du mannequin.

Magnifique. 

Avec cela, je pourrais faire un combat efficace contre des monstres de type Pierre dans les niveaux les plus profonds des Donjons. J’étais plus que satisfait de ma nouvelle arme.

Ensuite, il y avait eu un test sur les applications de l’Esprit. Une fois de plus, Clope s’était mis à remplacer le mannequin en bois.

Je ne lui avais pas demandé de le faire en soi, Clope avait de lui-même simplement fait la corvée. Peut-être fallait-il s’y attendre, étant donné que nous nous connaissons depuis une dizaine d’années.

Retirant mon aura de mana, j’avais pris une profonde respiration avant de procéder à infuser mon épée d’esprit à la place.

En théorie, les bienfaits de l’esprit étaient quelque peu similaires à ceux du mana et de la magie, comme une lame imprégnée de mana qui reste tranchante et durable même après de longues périodes d’utilisation. Il y avait, cependant, d’autres phénomènes qui pouvaient être observés si on utilisait l’esprit d’une certaine manière.

Une fois de plus, j’avais levé mon épée, la balançant vers le mannequin. Immédiatement après que la lame ait commencé à séparer le mannequin de bois, j’avais libéré l’aura spirituelle dans mon arme. Avec un hurlement fort et éclatant, il avait rapidement explosé, faisant pleuvoir des morceaux de bois dans la cour de Clope.

C’était l’une des nombreuses applications de l’esprit : l’explosion contrôlée d’une cible une fois que la lame avait percé sa chair. D’une certaine manière, on pourrait dire que l’esprit était plus destructeur que les applications courantes du mana.

Les deux utilisations contrastaient considérablement l’une avec l’autre, où les praticiens de la magie préféraient utiliser des enchantements élémentaires sur leurs lames pour frapper les points faibles des monstres, les praticiens de l’esprit détruisaient simplement leurs cibles avec une force brute. Ces méthodes peuvent être considérées comme différentes pour résoudre un problème, chacune ayant ses propres fonctions appropriées.

Personnellement, j’avais préféré m’attaquer aux ennemis de type slime avec de l’esprit, tandis que les gobelins, les orcs, etc. étaient facilement éliminés par magie. En fin de compte, c’était une question de préférence individuelle.

Enfin, l’application de la divinité était la dernière, mais non la moindre. C’était une capacité qui avait produit des effets très différents des deux précédents, et pourtant, je m’étais trouvé incapable de décrire exactement ce qu’elle avait fait. Même la plupart des individus qui pouvaient canaliser la divinité, généralement les prêtres et autres, avaient du mal à expliquer comment leur propre application de la divinité fonctionnait.

De plus, les épéistes capables d’infuser leurs armes avec la divinité étaient incroyablement rares. Communément appelés paladins, ils étaient souvent chargés d’être le visage public de l’Église ou d’autres organisations religieuses, et n’interagissaient pas très souvent avec les membres de la plèbe. Il était tout à fait naturel que les particularités de la canalisation de la divinité par l’épée restent quelque peu inconnues, ou au mieux, peut-être mystérieuses.

Malgré tout, je suppose que l’acte éprouvé de simplement infuser sa lame avec la divinité avait fonctionné — et c’était tout ce que je pouvais faire.

On disait que la divinité était une sorte de pouvoir d’un autre monde provenant des dieux, ou d’autres esprits inférieurs. Par conséquent, les praticiens savaient instinctivement comment utiliser leurs capacités, même en l’absence de théories ou de méthodologies établies. Il y avait encore d’anciennes institutions dédiées à la recherche de ces techniques et compétences, mais c’était un savoir que je ne possédais pas et que je n’avais pas les moyens d’acquérir.

Quoi qu’il en soit, cela avait simplifié les tests. Sans plus attendre, j’avais canalisé ma divinité dans l’arme. La première chose à considérer lorsque l’on canalisait la divinité était de savoir si l’arme pouvait encaisser la tension d’un tel exploit, car la divinité avait le pouvoir de nettoyer et de ramener un objet à sa forme originale.

Cependant, cela signifiait que les armes forgées avec l’alchimie et d’autres moyens magiques seraient rapidement détruites par la nature même de la divinité, retournant de force à ses matériaux de base où elles deviendraient finalement quelques morceaux de minerai. Pour éviter qu’une telle chose ne se produise, on avait besoin des services d’un forgeron compétent. Cependant, la plupart des forgerons étaient incapables de forger des armes qui pourraient résister à la canalisation et l’utilisation de la divinité.

Clope, en revanche, était un forgeron de premier ordre. Mon arme ne présentait aucune irrégularité alors que la divinité passait à travers elle, et sa lame était enveloppée d’une douce lueur chatoyante.

En me tournant une fois de plus vers le mannequin, j’avais levé mon épée et j’avais encore une fois mis à l’épreuve ses capacités. L’ampleur de la résistance, ou l’absence de résistance était surprenante. Il n’y avait pratiquement pas de friction lorsque la lame avait glissé, même si on la comparait à mon utilisation de la magie. Je suppose qu’on pouvait s’attendre à cela de la part des dieux et des fées, ses capacités étaient vraiment distinctives.

Mais les autres effets de la divinité en avaient fait une capacité difficilement descriptible.

« … Hey. Quelque chose sort de ce mannequin…, » déclara Clope, regardant en bas les moitiés tombées de la cible en bois.

Curieux, je m’étais approché des morceaux, pour voir jaillir les germes les uns après les autres des morceaux du mannequin tombé.

S’agissait-il là d’un autre exemple des capacités réparatrices de la divinité ayant des conséquences involontaires ? J’étais aussi confus que Clope.

 

 

« … Avez-vous vu ça avec d’autres manieurs de divinité avant ça ? » demandai-je.

« Non, rien de la sorte. Ils disent que les capacités de chaque praticien diffèrent en fonction de ce qui leur a accordé ces pouvoirs au départ… Alors, d’où tenez-vous votre divinité ? » demanda Clope.

« J’ai réparé… un vieux sanctuaire… près de chez moi… dans le passé, » répondis-je.

« Hmm. Quel acte de piété, hein ? » demanda Clope.

« Il n’y avait pas beaucoup de sens à mes actions. J’en avais envie, c’est tout, » répondis-je.

En réalité, j’avais réparé le sanctuaire pendant mon temps libre, car je ne pouvais pas supporter de le regarder être dans un état de délabrement. Je suppose que le passant moyen ne s’était pas arrêté et n’avait pas pensé qu’il devrait réparer un sanctuaire cassé, ce qui expliquait pourquoi il était tombé en ruines. Le sanctuaire détruit était malheureusement tenu pour acquis… Du moins, jusqu’à ce que je le répare.

« Quelle qu’en soit la raison, » poursuivit Clope, « Je pense que c’est de là que vous tenez votre divinité ? Je parle de ce vieux sanctuaire. »

« … Oui, » répondis-je.

« On peut donc supposer qu’une sorte de fée des plantes vivait dans ce sanctuaire… ou quelque chose comme ça. C’est pourquoi votre divinité et son aura ont un tel effet. Vous souvenez-vous de cette sainte prêtresse qui est venue à Maalt il y a longtemps ? Ils ont dit qu’elle était bénie par un dieu de la guérison, qu’elle guérissait les gens de maladies mineures juste en les touchant. La vôtre… serait la version végétale, si je devais le dire, » déclara Clope.

L’explication de Clope était tout à fait logique. Bien que je me souvienne d’avoir aperçu la sainte prêtresse de loin il y a longtemps, je ne me sentais pas particulièrement bien ce jour-là, et je ne me souvenais pas de grand-chose de l’incident.

Si je devais le mettre en mots, la force de sa divinité était directement proportionnelle à la force de l’être qui l’avait accordée. Je me souvenais avoir lu un tel passage dans l’un des livres de Lorraine.

Dire que j’avais de toutes choses un don pour les plantes médicinales… Ce n’était pas une capacité très utile à avoir.

Clope, comme s’il lisait dans mes pensées, attirait encore une fois mon attention sur les pousses.

« Ces pousses sont bénies, vous savez. Ils produiront du bois aux propriétés divines s’ils sont cultivés. Pourrais-je les avoir ? » demanda Clope.

« Je ne pense pas qu’ils pourraient finir par pousser comme de vieux arbres normaux, vous savez, » déclarai-je.

« C’est très bien pour moi aussi. C’est un de mes hobbies, vous voyez. Peut-être qu’ils deviendront des arbres forts qui porteront des branches divines… ou non. Néanmoins, ce sont des choses rares. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je n’ai pas entendu parler de jeunes arbres bénis par les fées des plantes à vendre ces derniers temps, » déclara Paroles.

Les paroles de Clope avaient une certaine vérité historique pour eux, car il avait été dit que l’humanité n’avait plus reçu de bénédictions des dieux et des fées des bois ces derniers temps. Pour couronner le tout, les relations entre les deux races s’étaient détériorées ces derniers temps, et même, si ma mémoire était bonne, les deux races interagissaient autrefois en des termes relativement cordiaux.

— Une pensée pour une autre fois.

Je m’étais trouvé quelque peu surpris par l’habitude de jardinage de Clope. C’était peut-être quelque chose dont nous n’avions jamais parlé auparavant. Tandis que je me tenais debout, Clope s’était mis à remplacer une fois de plus le mannequin de la cible, cette fois avec un petit sourire sur le visage. Bien que je connaissais certains des passe-temps de Clope, je suppose qu’il avait vraiment un faible pour le jardinage quelque part dans ces mains trempées par le feu.

Penser que celui-là, avec son visage, aurait un hobby si encourageant. C’était indigne de ma part de dire une telle chose, oui, mais l’humeur nettement améliorée de Clope était indéniable.

Après avoir fini de préparer le mannequin, Clope s’était approché de moi, en faisant un geste d’une main libre.

« Eh bien, c’est assez, n’est-ce pas ? On remballe bientôt ? » demanda Clope.

J’étais resté debout un moment à penser à la question de Clope. Il y avait une dernière chose que je n’avais pas encore essayée.

« … Magie, Esprit, Divinité. Que se passerait-il si je canalisais tout dans cette épée ? » demandai-je.

« Écoutez-moi bien…, » le sourire de Clope, jusqu’alors content, se transforma un peu en une grimace lorsqu’il posa une main sur son menton, fermant les yeux dans une pensée profonde. « Avez-vous déjà entendu parler de quelqu’un capable de faire quelque chose comme ça ? Parce que je ne l’ai pas fait. Peut-être que quelqu’un quelque part le peut. Mais écoutez… on ne sait pas ce qui se passera si vous y allez et essayez. »

« … Est-ce préférable de ne pas le faire ? » demandai-je.

Comme l’avait dit Clope, ceux qui avaient utilisé ces trois aspects étaient quelque peu rares, sans parler d’une personne qui pouvait utiliser chacun d’eux en toute sécurité au combat. Nous pourrions rétrécir le cercle une fois de plus si nous pensions au nombre hypothétique de personnes qui pourraient canaliser en toute sécurité les trois éléments en un seul objet à la fois. Il fallait énormément de concentration pour qu’on puisse même canaliser un seul aspect dans une arme. Canaliser les trois à la fois pouvait en effet être trop pour un aventurier, même s’il s’agissait d’un aventurier compétent.

Malgré tout…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire