Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Chapitre 3 : Une nouvelle arme et une force nouvelle

Partie 1

« Oh, vous êtes là, hein ? Je sais ce que vous cherchez. C’est fait, » les traits rudes de Clope s’adoucirent légèrement en me saluant, le bord de ses lèvres se recourbant en souriant légèrement.

En jetant un coup d’œil dans un coin du magasin, j’avais suivi le regard de Clope. Bien sûr, mes yeux se posèrent sur une seule épée luisante, dont le tranchant était d’une brillante teinte argentée.

Je suppose que c’était tout à fait normal, car c’était l’épée que j’avais demandée à Clope.

« Est-ce que c’est… mon épée ? » demandai-je.

« Ouais, » Clope avait hoché la tête en réponse. « Mana, esprit, divinité… Elle a été forgée pour gérer les trois. La quantité de matériaux qu’il a aussi utilisé… Mais nous avons réussi à en obtenir suffisamment, d’une manière ou d’une autre. »

« J’offrirai une compensation pour toute dépense supplémentaire, » déclarai-je.

Connaissant Clope depuis longtemps, je connaissais ses principes, surtout lorsqu’il absorbait des coûts supplémentaires s’ils n’étaient pas indiqués à l’avance. Pour cette raison, j’avais proposé de payer ma juste part.

Cependant, Clope avait rejeté mes paroles d’un signe de la main, réfléchissant pendant un court moment avant d’offrir une réponse.

« … Hmph. Vous êtes toujours comme ça, n’est-ce pas ? J’ai compris. » Clope hocha la tête, comme s’il acceptait ma proposition.

« Oh, ouais… C’est une chose de le faire, mais c’est une lame spéciale, vous voyez. Ce n’est pas n’importe qui qui peut l’utiliser, alors j’aimerais que vous l’essayiez. S’il y a quelque chose qui ne vous satisfait pas, on peut arranger ça. C’est l’une de mes lames, et j’y mets tout mon cœur, après tout… Mais une arme pour les trois éléments, c’est vraiment autre chose. On ne sait pas ce qui pourrait arriver, » déclara Clope en me regardant droit dans les yeux.

Clope avait raison. Bien qu’il existe des aventuriers capables d’utiliser à la fois le mana et l’esprit, ceux qui pouvaient utiliser ces trois capacités, divinité comprise, étaient extrêmement rares. Le simple fait de pouvoir les utiliser tous les trois de la même façon, d’une manière pratique dans un combat réel, était pratiquement inédit. Une demande de cette nature serait un défi pour tout forgeron, même pour ceux qui valaient leur pesant d’or. Il était plus que naturel pour Clope de me demander de tester l’arme. Je serais surpris qu’il ne le fasse pas.

J’avais indiqué mon accord avec un signe de tête brusque.

« Dois-je aller dans votre cour à l’arrière ? » demandai-je.

Les clients qui visitaient l’établissement de Clope étaient souvent invités à y tester leurs armes. C’était un espace dégagé, avec plus qu’assez de place pour que je puisse me mouvoir avec une épée. Je pensais que Clope me demanderait d’y aller ensuite.

Clope renifla. « Oh, donc vous le saviez déjà ? C’est exactement ça. Par ici. »

Debout, Clope semblait amusé que je pose une telle question. C’était peut-être prévisible, vu que je connaissais déjà sa réponse. L’épée à la main, Clope m’avait conduit à l’arrière du magasin en passant par des portes familières.

Peu de temps après, Clope m’avait donné l’épée, et j’avais accepté l’objet des deux mains. Elle avait une bonne prise en main, comme si l’épée avait une vie propre, et choisissait de se coller fermement dans ma paume. Il aurait été impossible de faire quelque chose d’aussi bien ajusté si Clope ne connaissait pas déjà mes habitudes et mes préférences dans la vie.

Il n’y avait pas eu d’erreur : Clope avait fait ça pour moi en sachant exactement qui j’étais.

Peut-être que mon évolution vers un Thrall n’est pas après tout une si mauvaise chose. Cette pensée résonnait dans mon esprit lorsque j’avais resserré ma prise sur l’objet.

C’était un sentiment très différent, pas trop différent de celui de l’époque où j’étais une goule, mais bien différent de celui où j’étais encore un squelette. J’avais la chair sur les mains, car elles n’étaient plus sèches, mais des coussinets très épais qui, pourtant, n’étaient pas très vivants.

Quoi qu’il en soit, la sensation tactile et la prise que j’avais sur les objets revenaient lentement à ce qu’elle était dans la vie d’autrefois. C’était un bon signe, en effet.

« Que pensez-vous du maniement ? » demanda Clope.

« Plutôt bien. J’aimerais la tester en effectuant plusieurs attaques, » déclarai-je.

« Je vois. N’importe quelle cible, c’est bien, hein ? Je vais mettre un mannequin de bois ici. Donnez-m’en juste un peu de temps, » déclara Clope.

Peu de temps après, Clope était revenu avec un mannequin de bois, l’installant au milieu de la cour. Il y avait beaucoup de types de mannequins, même ceux qui portaient une armure de bambou. Un modèle en bois non armé était un choix de base, mais simple. Si j’avais entre les mains une arme légendaire faite de Mithril et d’Orichalcum, peut-être que quelque chose de plus sophistiqué serait justifié — par exemple, un mannequin avec une armure et des accessoires en métal. Cependant, l’arme que j’avais commandée n’était rien de la sorte, alors j’avais supposé qu’un mannequin de bois était correct.

Bien qu’il s’agisse d’un ordre spécial, c’était une arme normale dans la plupart des autres aspects. Si j’essayais de couper le métal une fois de trop, j’endommagerais sans aucun doute son tranchant. Cependant, cela ne tenait pas compte du fait que cette épée particulière pouvait être enchantée par le mana ou l’esprit. Je n’aurais plus à m’inquiéter d’endommager la lame, même si je n’avais pas en premier lieu l’intention de l’endommager sur un mannequin d’essai.

Préparant l’épée, j’avais stabilisé ma position, donnant à l’arme quelques bons coups sur place. Je devais m’assurer que son poids et son centre de gravité soient réglés avec précision — toute la procédure standard, bien sûr.

C’était ce que j’avais toujours fait après avoir accepté une commande nouvellement forgée de Clope.

Sans remarquer aucun problème, j’avais enveloppé l’épée d’une aura magique, la faisant descendre sur le mannequin. C’était un coup léger, presque sans effort, et avec un écho propre et fendu, l’épée avait tranché le bois.

Clope n’avait pas essayé de cacher sa surprise.

« … Hé hé hé hé, qu’est-ce que cela donne ? Est-ce que cela coupe beaucoup mieux, hein ? » demanda Clope.

Le point de comparaison dans ce cas ne serait nul autre que moi, ou du moins, quand Rentt Faina respirait encore. Bien que j’aie eu une certaine compétence dans la vie, ce que je venais de faire me dépassait. Je pouvais fendre du bois, mais ce n’était pas du tout une coupe nette. Si je devais le décrire, ce serait plus une attaque contondante, semblable à frapper le mannequin avec un objet métallique plutôt que de le couper avec une épée.

Les pièces fendues du mannequin de bois, en revanche, parlaient d’elles-mêmes. Les surfaces avaient été tranchées proprement, ce qui témoignait de la qualité de l’arme et, plus importante encore, de la compétence de l’utilisateur.

Comparées à ce que je pouvais faire à l’époque, mes compétences s’étaient considérablement améliorées, à un point tel que je pouvais être raisonnablement fier de mes progrès. C’est dans des moments comme celui-ci que j’avais pu ressentir et comprendre le chemin parcouru, c’était un exploit dont je pouvais être fier.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire