Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Chapitre 2 : Contrat magique

Partie 3

Honnêtement, malgré les assurances répétées de Sheila et son apparente sincérité, j’avais encore des doutes. Sheila avait suggéré ça à Rentt Faina, un humain. Ancien humain. Reviendrait-elle sur sa parole si elle découvrait que j’étais un Mort-Vivant ? Je n’en savais rien, et je n’arrivais pas à me débarrasser de ce sentiment.

Cependant…

Sheila s’était donné la peine de préparer un contrat magique contraignant. Le fait que je doutais encore d’elle était une insulte à sa détermination. Et il serait difficile d’aller à l’encontre des termes exprimés sur un tel contrat, mais pas impossible. Il y avait de nombreuses façons de le défaire ou d’y échapper, mais aucune d’entre elles n’était facile ou triviale.

En fait, j’avais déjà compris à quel point Sheila était sérieuse sur toute cette affaire dès le moment même où elle avait sorti le parchemin. Même si le contrat était rompu d’une manière ou d’une autre, il restait la question de la pénalité. Quel serait son poids exact ?

« … Personnellement, j’aimerais te croire, Sheila. Tu pourrais penser que je suis un pinailleur sur les détails, mais quelle serait la pénalité… ? » demandai-je.

Sheila m’avait regardé droit dans les yeux et m’avait immédiatement offert sa réponse.

« Je n’ai aucune intention de rompre cet accord, alors n’importe quelle pénalité est acceptable. Même si cela signifie me faire quitter la Guilde des Aventuriers, ou faire de moi une esclave personnelle… N’importe quoi. C’est très bien pour moi, » répondit-elle.

Personnellement, j’avais estimé que ces deux sanctions étaient excessivement lourdes. Bien que je craignais d’être traqué comme une sorte de monstre rare, dépouiller Sheila de son poste de membre du personnel de la guilde après tout ce qu’elle avait fait pour l’atteindre n’était rien de moins que cruel. Quant à la transformer en esclave… C’était tout simplement absurde. D’abord, la propriété des esclaves n’était pas légale ici.

Tandis que je réfléchissais à ce qui serait une pénalité plus raisonnable, Sheila avait déjà posé le parchemin sur la table au milieu de la pièce. Elle avait commencé à écrire avant que je puisse dire quoi que ce soit en signe de protestation. Peu de temps après, Sheila avait tenu le parchemin devant moi. Les mots suivants étaient écrits en lettres propres sur le parchemin :

« En cas de rupture de ce contrat, Sheila Ibarss démissionnera volontairement de son poste au sein de la Guilde des Aventuriers et de toutes les organisations associées. En outre, elle effectuera également les démarches nécessaires pour renoncer à son libre arbitre et à ses droits dans un territoire où la propriété des esclaves est reconnue, en remettant sommairement ses droits de propriété à Rentt Faina. »

Non, non non non non non. C’en était trop. C’était impossible pour moi de signer quelque chose comme ça… !

Bien que j’aie voulu protester, le contrat était déjà écrit. Nous devrions acheter un autre parchemin pour fixer de nouvelles conditions et mettre le feu à celui-ci.

Du moins, c’était ce que je voulais dire, mais je n’étais pas aveugle quant à la détermination présente dans les yeux de Sheila. C’est ce qu’elle était prête à abandonner pour entendre ce que j’avais à dire, et il semblerait que Sheila ait pris sa décision à ce sujet il y a longtemps. Apparemment, je n’avais plus mon mot à dire.

Le fait qu’elle m’ait traîné dans cette pièce et qu’elle se soit patiemment tenue ici pendant que j’hésitais sans cesse, et maintenant ce contrat… Il n’y avait pas moyen que je ne puisse pas l’affirmer avec elle, à ce rythme.

En soupirant, je m’étais tourné vers Sheila. « … Je comprends. Confirmons le contenu du contrat et signons-le. Je te dirai tout après ça. »

Sheila avait finalement souri en réponse à ma révérence. « Oui ! Je vais écrire tous les autres termes appropriés maintenant, alors attend une seconde… »

C’est ainsi que Sheila avait expliqué et discuté les détails pertinents, peut-être avec un peu trop de joie, et finalisé le contenu du contrat. Confirmant que tout était en ordre, Sheila avait rédigé le reste du contrat à une vitesse stupéfiante, la plume d’oie dans sa main bougeant comme un drapeau dans le vent.

◆◇◆◇◆

« Ainsi, je n’ai… pas le… choix, je vais tout te le dire, » déclarai-je.

Même si je me sentais un peu forcé dans tout cela, les autres conditions du contrat étaient toutes justes et raisonnables. Même alors, avoir quelqu’un dans la guilde qui coopérait avec moi était quelque chose que je pouvais difficilement laisser passer. Mais n’importe quel être humain vivant pourrait-il s’en sortir s’il comprenait ma situation actuelle… ?

C’était ma plus grande inquiétude. Sauf Sheila, une telle personne existerait-elle ? Telle était la réalité de la situation.

Peut-être que cette circonstance était inévitable. Quoi qu’il en soit, je m’étais trouvé un peu en paix avec la situation actuelle.

Mais par où dois-je commencer ? C’était un sujet difficile, peu importe comment je l’abordais, mais peut-être serait-il plus facile de commencer dès le début. Une partie du contrat stipulait que Sheila ne pouvait révéler ma véritable identité à personne sans mon consentement écrit, alors je suppose qu’il n’y avait plus lieu de s’inquiéter.

En soupirant, j’avais lentement abaissé la partie à capuchon de ma robe. La chose la plus commode à faire était d’enlever complètement la robe, mais je n’avais pas eu le courage de le faire devant une jeune femme. Quoi qu’il en soit, le simple fait de voir mon visage tout seul serait un choc suffisant pour la plupart des gens.

Même si je n’avais pas exactement un trou dans la tête, la chair sur mon visage était pourrie et, à certains endroits, encore sèche. Comparé à l’époque où j’étais encore une goule, c’était beaucoup plus proche de l’être humain — pour un mort-vivant, en tout cas.

« Quoi… !? C-Ceci… Qu’est-ce que…, » Sheila, la tête dans un mélange de confusion et de peur marchait lentement autour de moi, me jetant un coup d’œil de tous les côtés.

Devant moi une fois de plus, j’avais changé la forme de mon masque pour montrer mon visage à Sheila. Si je devais dire, c’était l’endroit qui avait le plus d’impact visuel sur mon être puisque la moitié inférieure de mon visage n’était rien de plus que des dents, des gencives à moitié pourries et une mâchoire en quelque sorte intacte.

Lorraine, érudite des monstres, était très habituée à ce genre de choses et n’avait pas l’air très surprise. Sheila, par contre, n’avait pas l’air de très bien apprécier le paysage. Son visage était maintenant d’un bleu pâle, et ses genoux semblaient frissonner lorsqu’elle s’était assise sur le sol, ne pouvant plus se tenir debout.

« … Vas-tu bien ? » demandai-je.

Bien que je lui aie demandé gentiment, la pâleur du visage de Sheila ne s’était guère estompée. Je suppose qu’elle était trop choquée pour parler.

« … Tu vois, c’était peut-être mieux de ne pas du tout avoir demandé. J’ai l’air monstrueux… Non ? » demandai-je.

Sheila secoua rapidement la tête devant mes paroles. « Ce n’est pas vrai ! » cria-t-elle, avant de continuer d’une voix plus douce.

« … Ce n’est pas… vrai. Je n’en avais aucune idée, Rentt… Aucune idée que quelque chose de si… horrible te soit arrivé… Mais je détestais encore plus ne rien savoir. Je suis surprise, mais… Je suis heureuse de savoir maintenant…, » déclara Sheila.

J’étais soulagé que Sheila ne m’ait pas crié dessus pour que je remonte ma capuche.

« Eh bien… ? Qu’est-ce que tu en… penses ? » demandai-je.

Sheila fit une pause avant de répondre.

« … Comment puis-je dire ça… ? Tu sembles très blessé… Non, gravement blessé… Et ne peux-tu pas être guéri ? Mais il y a de la magie curative, ou des potions de haute qualité… Qu’en est-il de l’Église ? Les prêtres devraient pouvoir faire quelque chose…, » déclara Sheila.

On aurait dit que Sheila ne comprenait pas toute l’étendue de mon état. Je n’avais pas d’autre choix que de m’expliquer.

« Non… Ce n’est pas comme… ça. Je suis devenu… un monstre. Ce corps… est celui d’un… Thrall, » déclarai-je.

Bien que je l’aie expliqué si rapidement, et en termes simples, cela avait semblé avoir pris beaucoup de temps à Sheila pour comprendre ce que je viens de dire.

« Hein ? C’est-à-dire… Quoi ? » s’exclama Sheila.

J’avais continué mon explication.

« Il y a quelque temps, comme tu le sais, je suis allé explorer le donjon de la réflexion de la lune. J’ai trouvé une zone inexplorée et j’y suis moi-même allé, mais j’ai soudain rencontré un dragon à l’intérieur et je suis mort. Quand je me suis réveillé, j’étais devenu un squelette. N’ayant pas le choix, j’y ai vaincu d’autres monstres. Et puis à travers l’Évolution Existentielle, j’ai évolué. Et maintenant, je suis un Thrall, qu’en penses-tu ? Histoire intéressante, n’est-ce pas ? » demandai-je.

C’était une façon de le dire qui se déprécie, mais je ne pouvais pas nier que c’était en fait quelque chose d’intéressant. J’avais souri avec ironie malgré moi.

« Non… Quelque chose comme ça s’est passé… ? Non…, » Sheila, toujours sans voix, secoua lentement la tête. Mais c’était la réalité.

Le citoyen moyen ne croirait jamais une telle histoire au départ, alors une réaction comme celle-ci n’était rien de moins que ce à quoi je m’attendais. À en juger par la réaction de Sheila et son état actuel, j’avais supposé qu’elle avait besoin d’un peu de temps pour accepter ce que j’ai dit.

« Je comprends que tu sois confuse d’avoir entendu une telle chose venue de nulle part, alors prends un moment et réfléchisse-y de mon point de vue. Crois-tu vraiment que c’est bien de coopérer avec quelqu’un comme moi ? Bien sûr, je n’ai pas l’intention de faire du mal aux gens. Tout ce que je veux, c’est continuer à travailler en tant qu’aventurier. Je suppose qu’il est difficile pour toi de me faire soudainement confiance bien que nous ayons signé un contrat, si les deux parties sont d’accord, il peut être annulé. En tout cas, je devrais y aller. Pour aujourd’hui, tu devrais penser à si tu peux me faire confiance en tant que personne, » déclarai-je.

Après ça, je m’étais retourné, avec l’intention de quitter la pièce.

Si Sheila refusait de coopérer avec moi, pour quelque raison que ce soit, alors tout ce que j’avais à faire était de défaire le contrat et d’entreprendre les préparatifs appropriés pour quitter Maalt. Il n’y avait pas besoin d’entraîner Sheila avec moi, elle avait sa propre vie à vivre.

Dans un tel cas, le fait d’avoir tout raconté à Sheila signifiait que le fait de rester à Maalt pouvait mener à mon arrestation. Tout ce que j’avais à faire, c’était d’émigrer dans une autre région, ce qui n’était pas du tout un problème. Tant que j’étais prêt à couper tous mes liens sociaux, je pouvais très facilement vivre seul. Quant à Lorraine… Je suppose qu’elle viendrait avec moi, à condition que je lui demande gentiment.

Alors —

« S’il te plaît, attends ! » Sheila cria encore une fois, comme pour m’empêcher de partir.

Je m’étais retourné, regardant Sheila dans les yeux.

« Je… Je te crois. Je crois en toi, Rentt… Même si tu devenais un monstre… tu ne ferais pas de mal aux autres… Je veux dire, tu as toujours été si gentil, Rentt ! Alors je… Je vais coopérer. Je vais travailler avec toi, » dit Sheila, d’une voix qui était presque suppliante. Lentement, elle se dirigea vers moi en titubant, me saisissant les mains avec un peu de force.

« Rentt… à partir de maintenant, si tu as des problèmes avec la guilde, parles-en avec moi… Je suis sûre… Je suis sûre que je serais en mesure de t’aider…, » déclara Sheila.

Sur ce, Sheila avait finalement relâché sa prise, me regardant avec un léger sourire sur son visage.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire