Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 6

***

Chapitre 5 : Preuve d’Inhumanité

Partie 6

« … Tu es réveillé, Rentt. »

Ce qui m’avait salué lorsque j’avais ouvert les yeux était un spectacle étrangement familier — le plafond de la demeure de Lorraine. Sa voix avait ramené un flot de souvenirs — un retour en arrière, comme on l’appellerait. Je m’étais lentement rappelé la chaîne d’événements qui m’avait conduit ici.

En organisant mes pensées sur la situation dans une certaine mesure, j’avais finalement ouvert la bouche pour parler.

« Ah… Je m’excuse pour ce que j’ai fait. Je ne me sentais pas tout à fait normal, » déclarai-je.

« Non, il n’y a pas de quoi s’inquiéter, bien que j’accepte ces excuses. Le plus important, c’est ce que tu ressens en ce moment. Te sens-tu… dominé par une force étrange ? Te sens-tu obligé de faire quelque chose… d’inhabituel ? »

J’avais secoué la tête à la question de Lorraine. Ce que je voulais dire par là c’était que rien ne semblait être étrange en ce moment.

Il y avait une chose : le léger parfum de sang dans la pièce provoquait un appétit en moi, mais il n’avait rien à voir avec l’état de désir cramoisi dans lequel j’étais auparavant.

Alors qu’elle déplaça une main sur son épaule, Lorraine semblait satisfaite de ma réponse.

« Est-ce que… c’est vrai ? Alors, c’est très bien… Et aussi, je devrais le dire encore une fois… Ne laisse pas ce qui s’est passé te déranger. Ce n’était qu’un malheureux accident. Cela étant dit, nous devrions quand même faire quelque chose pour ça… De quoi te souviens-tu ? »

Lorraine m’avait tendu la main, interrompant rapidement mes excuses. Si ce n’était pas pour son geste, je serais probablement bloqué sur mes excuses pendant un temps considérable.

Connaissant Lorraine depuis si longtemps, elle semblait parfois comprendre ce que je pensais sans que j’aie à le mettre en mots. Bien qu’un peu irritant par moments, je me trouvais maintenant reconnaissant de la compréhension de Lorraine. Après tout, je pouvais être moi-même proche de Lorraine — et c’est pour cela que je pouvais accepter ses paroles pour ce qu’elles étaient, et ne pas rester accroché à ce qui s’était passé.

Bien sûr, il serait impossible de l’oublier tout de suite, mais peut-être que cela s’estomperait avec le temps. Dans tous les cas, pour l’instant, je devrais m’efforcer de répondre aux questions de Lorraine —, en particulier, de ce que je me souvenais avant de perdre conscience.

Que voulait-elle dire exactement ?

J’avais perdu le contrôle de moi-même en rendant visite à Lorraine, tout ce qui se trouvait devant mes yeux s’estompait en un pourpre profond, et je l’avais frappée. Après cela… Hmm.

Non… Ce n’était pas bon. Il y avait trop de divergences étranges dans mes souvenirs. C’était comme un rêve surréaliste — je me rappelais avoir ressenti de l’excitation, comme si de lourdes contraintes avaient été enlevées de mon être. Je ne me rappelais pas avoir pris de décisions logiques.

Lorraine hocha la tête tandis que je continuais à décrire le peu dont je me souvenais.

« Oui, oui, oui. Bien sûr, bien sûr. Je pensais que ce serait quelque chose comme ça. Tu t’es comporté différemment de ce que tu ferais normalement. Pour commencer, il fallait peut-être s’y attendre… Ce n’est pas trop surprenant, compte tenu de tous les facteurs en jeu. Je l’avais sous contrôle, moi aussi. C’est très bien, » déclara-t-elle.

Me trouvant allongé sur le canapé de Lorraine, je lui avais demandé d’expliquer ce qui s’était passé entre-temps. Lorraine, qui avait été assise à côté de moi tout le temps, avait offert une réponse claire.

« Il n’y a pas grand-chose à dire. Quand tu es rentré chez moi, tu m’as soudainement attaquée, et je t’ai envoyé voler avec un sort. J’ai bien visé, tu sais ? Bien que cela ne t’aurait probablement pas frappé si tu avais été normal…, » répondit-elle.

Est-ce que c’était vrai ? Malgré son apparence, Lorraine était une personne compétente. Contrairement à ce qu’elle était avant, elle pouvait maintenant facilement explorer le Donjon moyen en étant seule — je ne pensais pas qu’esquiver sa magie serait un exploit insignifiant.

Lorraine continua, comme si elle lisait mon esprit : « Ce serait peut-être le cas si j’étais bien préparée à la situation. J’ai été prise au dépourvu et j’ai paniqué, tu sais. En temps normal, je n’approcherais jamais un monstre de près. Tu sais que je préfère attaquer de loin après les avoir observés en restant éloigné. Puisque tu étais si proche… même la magie était difficile à utiliser. C’était un geste désespéré de comprimer soudainement une grande quantité de magie en un coup concentré, est-ce que tu comprends ? Et bien… ça a marché, donc je n’ai pas à me plaindre. »

Malgré ses paroles, Lorraine semblait secouée. Bien qu’elle semblait calme et analytique au sujet de la situation, n’importe quelle fille normale serait au moins quelque peu troublée lorsqu’un ami proche se retournait soudainement contre elles — violemment, en plus. Mais Lorraine l’avait caché du mieux qu’elle le pouvait — peut-être par souci de mon bien-être.

« … Je voulais m’assurer que tu te sens bien ? Des problèmes quelque part ? Je voulais réduire la puissance du sort, mais je n’ai pas vraiment d’expérience dans ce domaine. C’était… trop soudain. Ressens-tu des blessures mortelles ou autres… ? » me demanda-t-elle.

En fait, je me sentais un peu mieux que d’habitude. Lorraine semblait soulagée de ma conclusion.

« Je vois. C’est un soulagement, alors. Même ainsi… tu as quand même besoin de repos. Après tout, tu viens juste de te remettre de mon coup. Du calme pour aujourd’hui. Je vais… nettoyer la chambre — aïe ! »

La chambre de Lorraine était en effet plus horrible qu’elle ne l’était habituellement, avec des livres, des meubles et d’autres choses semblables éparpillés au hasard dans chaque recoin. Lorraine, cependant, n’avait pas cherché à faire du nettoyage dans cet état. Debout, elle tenait son épaule bien serrée, le visage plissé par la douleur. Je n’avais pas la tête assez grosse pour ne pas comprendre pourquoi elle se comportait ainsi :

C’était la blessure que je lui avais infligée.

Je m’étais levé, en soutenant son corps avec mes bras.

« … Argh. J’ai failli tomber. Désolée pour le dérangement, Rentt…, » Lorraine avait rapidement tenté de s’éloigner, comme si elle voulait se tenir debout avec ses propres forces.

« Montre-moi… ta blessure…, » déclarai-je.

En disant cela, j’avais déplacé sa robe avec ma main. Une série de bandages tachés de sang s’était présentée à moi, appliquée un peu n’importe comment et de façon désordonnée, avec du sang trempé qui passait à travers les couches. Ce n’était pas beau à voir. Il était évident que Lorraine n’avait pas fait grand-chose pour elle-même — il s’agissait au mieux de premiers soins rudimentaires. J’avais exigé de savoir pourquoi Lorraine n’avait pas été dans un sanatorium ou un lieu de guérison.

« Si je leur montre quelque chose comme ça, ils voudraient savoir ce qui l’a causé… Ne t’inquiète pas pour ça. Je préparerai une potion ou deux plus tard. J’en ai en stock, mais elles sont prévues pour la vente à l’apothicaire voisin… donc je suis actuellement en rupture de stock. Ne t’inquiète pas… Je peux facilement faire quelque chose pour soigner une blessure après ça…, » déclara Lorraine.

Apparemment, c’était la justification de Lorraine pour vouloir nettoyer sa chambre d’abord — je l’avais arrêtée, bien sûr.

« Laisse-moi… faire, » je parlais de ce qui concernait le traitement de la blessure de Lorraine.

Bien que je ne connaissais aucune magie de guérison, j’avais assez de Divinité en moi pour aider. Loris en était un bon exemple. Une blessure de cette taille pouvait être facilement manipulée même sans potion.

Lorraine, comme d’habitude, parlait comme si elle avait déjà lu mes pensées. « Mais… ton corps… »

Il semblerait que Lorraine s’inquiétait plus pour ma santé qu’elle-même. Cependant, j’allais bien. Plus important encore, je devais soigner la blessure de Lorraine. Même si elle pouvait être facilement guérie avec une potion, une blessure de ce genre laisserait sûrement une marque.

Bien que même une potion bon marché puisse guérir ses blessures, le traitement qui en résulterait laisserait des imperfections, des cicatrices et autres sur la peau. Ainsi, les aventurières utilisaient couramment des potions coûteuses, en particulier pour éviter un tel problème. Mais Lorraine n’avait jamais été dérangée par de telles choses. En fait, jusqu’à présent, elle avait utilisé ses propres potions maison pour sa guérison personnelle. Sachant comment elle était, elle ne mettrait probablement pas beaucoup d’efforts dans ces potions. Cela la laisserait à son tour avec une cicatrice — ou, dans tous les cas, la possibilité était présente.

Je serais responsable de cette cicatrice, et je ne pourrais pas vivre avec ça.

Dans cet état d’esprit, j’avais posé une main sur l’épaule de Lorraine, la maintenant en place. Comme si elle s’était résignée à son sort, Lorraine soupira, faisant un visage en acceptant le traitement.

« … C’est la première fois que je suis guérie par la magie divine. C’est… très apaisant, tu sais. Je me sens… si chaude, » déclara-t-elle.

N’ayant jamais essayé de guérir mes propres blessures auparavant, je n’avais aucune idée de ce que je ressentirais. Mais j’étais reconnaissant du fait que cela ne semblait pas être un processus douloureux.

En regardant de plus près, il y avait des marques de dents claires sur l’épaule de Lorraine, ainsi que des marques rugueuses correspondant à une blessure par lacération. Comme je le pensais, une potion normale laisserait de vilaines cicatrices. Je devais mettre tout mon cœur à l’ouvrage. Je m’étais concentré, faisant surgir une bonne quantité de Divinité dans ma main. Lentement, la plaie avait commencé à s’estomper, sa peau se réparant au fur et à mesure qu’elle revenait à son état antérieur. L’épaule de Lorraine était maintenant lisse et blanc pâle, comme elle l’était auparavant.

Confirmant visuellement que sa blessure avait disparu, Lorraine avait appuyé sur son épaule de sa main libre, comme pour vérifier s’il n’y avait pas de blessures sous la surface.

« … Ça ne fait pas mal du tout. L’usage de la Divinité pour le traitement des blessures, hein… Comme prévu, c’est vraiment autre chose, » après une pause, Lorraine poursuivit, d’une voix plus douce, « … Je suppose que je ne peux plus dire que je suis une marchandise endommagée maintenant, hein. »

Bizarrement, Lorraine semblait un peu déçue à cette idée. Confus, j’avais regardé Lorraine, mais elle avait lentement secoué la tête.

« Non… ce n’est… rien — ? »

Il semblait y avoir quelque chose qui n’allait pas avec mon visage. Comme si elle avait enfin trouvé ce qu’elle voulait me dire, Lorraine avait parlé une fois de plus.

« Hey… Rentt. Ton masque… Est-ce que ça s’enlève… ? » demanda Lorraine, regardant mon visage avec incrédulité.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire