Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 20

***

Chapitre 5 : Preuve d’Inhumanité

Partie 20

Après que la lumière avait commencé à s’estomper lentement, je m’étais rapidement tourné pour observer mon environnement, préparé à une attaque venant de n’importe quelle direction. Je ne pouvais pas aussi exclure la possibilité que ce cercle soit un piège, avec des monstres ou d’autres monstres à l’affût. Cependant…

D’après ce que j’avais pu voir, il n’y avait pas de monstres ici, et encore moins de pièges. Au lieu de cela, je m’étais retrouvé dans une pièce désordonnée et encombrée. Toutes sortes d’objets traînaient, certains pourrissant sur le sol. Tous les signes indiquaient que cet endroit avait été habité à un moment donné — en fait, il ne semblait pas du tout appartenir au Donjon.

Plusieurs étagères bordaient le mur — même une table et un lit étaient présents. Ce qui semblait être un jouet souple gisait sur le sol près de moi. Lorsque j’avais tendu la main pour le toucher, le jouet s’était effondré en poussière, ne laissant aucune trace de sa forme précédente. Je ne pouvais que supposer que cet endroit n’avait pas été touché pendant des années, peut-être même des siècles.

Cependant, ce qui avait retenu mon attention, c’était le lit au bout de la pièce — ou, pour être précis, ce qui dormait sur ce lit. Quelqu’un avait dormi leur dernière nuit ici il y a très, très longtemps, et même aujourd’hui, il avait continué son sommeil éternel.

Un ensemble d’os blancs reposait, un peu sereinement, sur le lit. Il n’y avait pas de lumière dans les orbites creusées du crâne, ce qui restait de ses yeux regardait droit vers le plafond, et ses mains squelettiques se serraient contre sa poitrine. Au premier coup d’œil, l’individu en question semblait être mort paisiblement dans son sommeil.

Un bouquet de fleurs séchées avait été placé près de son oreiller. J’avais tendu la main pour les toucher, pour être salué par la vue de ces fleurs qui se transforment en poussière sous mes yeux.

Qu’est-ce que… c’est cet endroit ?

Quelqu’un avait déjà vécu ici — je pouvais le voir — mais je n’avais jamais entendu parler d’un être humain vivant aussi profondément dans un Donjon de quelque sorte que ce soit.

Pour commencer, est-ce que quelque chose comme ça était même possible… ?

Je n’en avais aucune idée. Cependant, l’existence même de cette pièce avait prouvé une chose : si cette pièce existait, son propriétaire devrait aussi exister et y habiter à un moment donné.

Mais même ainsi… Je n’avais rien vu qui ressemblait à un trésor autour de moi. Quelle était la signification profonde de cet endroit ?

Avec cela à l’esprit, j’avais fouillé la pièce, regardant à travers les débris comme tout bon aventurier. Mais rien de notable n’avait été trouvé. Après avoir fait tout ce chemin… J’avais supposé qu’il y avait de vieux livres sur ces étagères ?

En jetant un coup d’œil sur les étagères, bon nombre des livres en question semblaient être des tomes de référence qui étaient très probablement indéchiffrables, sauf par les spécialistes les plus compétents. Curieusement, au milieu de ces volumes se trouvait ce qui semblait être des livres d’images minces. Est-ce qu’un enfant vivait ici ?

Il s’agissait, bien sûr, de livres très anciens. Si j’emmenais certains d’entre eux, j’étais sûr qu’ils vaudraient une bonne quantité de pièces.

Hochant de la tête, j’avais tendu la main pour les livres anciens — .

« … Toi, là-bas. Qu’est-ce que tu crois exactement faire ? » Une voix avait retenti de derrière moi.

Derrière moi… ? C’était anormal, voire impossible. J’avais été constamment sur mes gardes après tout, ne sachant pas ce qui se trouvait dans les profondeurs de cette pièce.

Je n’avais pas d’autre choix que de faire demi-tour. Le propriétaire de la voix aurait pu m’attaquer soudainement — mais à la place, il m’avait parlé, comme s’il s’attendait que je me retourne.

Lentement, je m’étais tourné vers la direction de la voix. C’était une femme : à première vue, elle n’avait pas l’air très spéciale. Des cheveux doux et blancs, des yeux bleus et un sourire doux et apaisant — telle était la femme qui se tenait devant moi dans cette petite pièce. Elle portait une robe noire, peut-être une sorte de magicien.

La femme m’avait parlé une fois de plus : « Je te le redemande : qu’est-ce que tu fais exactement ici ? »

C’était une voix calme, douce et apaisante, presque comme la voix d’un adulte qui interroge un enfant.

Moi, cependant, j’avais cessé de respirer. Pendant un moment, j’avais été saisi par un intense sentiment de nervosité, de tension…

Si je devais le dire simplement : cette femme était une mauvaise nouvelle.

J’avais fait confiance au sentiment instinctif sur lequel j’avais compté pendant la plus grande partie de ma vie, de sorte que je pouvais facilement dire cela sans aucune hésitation. Mais la femme se tenait devant le cercle magique, scellant ainsi mon seul moyen d’évasion.

Je n’avais aucune idée de ce que je devais faire. Je suppose que le seul choix que j’avais était de répondre à sa question, c’était la conclusion à laquelle j’étais arrivé après beaucoup de réflexion frénétique.

J’avais offert ma réponse à la femme : « … J’étais juste… Je cherche autour de moi… Tout ce qui a de la valeur… Je suis un aventurier, donc… »

« Hahaha. Valeur, valeur, valeur… Tout ce qui a de la valeur… Je vois. Alors, tu es un voleur ? Alors, j’espère que tu es prêt à mourir ici ? » déclara-t-elle.

« Quoi… ? » m’écriai-je.

« Tu as l’air troublé. Mais oui, bien sûr. Je comprends. Je comprends, mais… il y a des choses que je ne peux tout simplement pas pardonner. Je ne veux pas souiller cet endroit… Mais à cette fin, je suppose que je n’aurais qu’à te tuer — il n’y a pas d’autre moyen, » déclara-t-elle.

Après ça, la femme avait légèrement levé la main, la pointant vers moi. Je n’avais aucune idée de ce qu’elle faisait quand, presque instantanément, j’avais remarqué la quantité effrayante de magie se condensant dans la paume de sa main. Instinctivement, j’avais mis toutes mes capacités dans la magie et les compétences défensives. Avec un bouclier de magie, le renforcement de mon corps avec l’esprit, et l’infusion de ma lame avec la Divinité, je serais sûrement capable de repousser toute attaque.

Bien sûr, j’avais l’intention si possible d’esquiver l’attaque. L’agression de la femme, cependant, avait été beaucoup plus rapide, beaucoup plus précise.

Des flammes intenses jaillissaient de sa paume, qui s’écrasèrent sur mon être. C’était comme le souffle d’un Dragon, alors que la force s’enfonçait en moi comme un boulet de canon — telle était la puissance de son impact. C’était beaucoup plus lourd, plus puissant que le coup d’un simple squelette géant.

J’avais été envoyé dans un vol plané, m’écrasant dans un mur à proximité. J’avais senti une pointe de douleur dans mon dos. J’étais content d’avoir bloqué une seule attaque, mais la bataille était loin d’être terminée. J’avais immédiatement senti le même type de magie se rassembler une fois de plus dans la paume de la femme — la mort elle-même était condensée en boule de feu sur une courte distance devant moi.

Alors que je luttais pour me lever, la femme s’approcha lentement, la paume de sa main levée avec une intention meurtrière. Je ne pouvais pas me défendre contre le prochain coup.

Malgré tout, je ne pouvais pas abandonner et j’avais commencé les préparatifs pour une autre couche de protection magique. Je n’arriverais probablement pas à le faire à temps… Mais ensuite, j’avais remarqué le regard de la femme, qui s’était posé sur moi. Ce qui s’était ensuite produit était inattendu, car les mouvements de la femme s’étaient arrêtés là.

« … Toi… Ton… corps… ? » On dirait qu’elle avait une question pour moi.

Mon corps ? Qu’en est-il ?

Alors que mon corps était protégé par une vague de magie et d’esprit, ma robe avait été enflammée par la boule de feu précédente. La plupart de mes vêtements étaient maintenant brûlés, révélant les morceaux pourris de mon corps de Thrall. Peu importe comment on le regardait, j’avais à peine l’impression d’être humain avec des morceaux de chair pourrie et parfois séchée sur mon corps. La femme semblait surprise de cela.

Mais bien sûr qu’elle le serait, seuls les monstres ressembleraient à ça.

« … Quoi... Même moi… N’a pas choisi de… devenir comme ça. Pensez-vous que… J’aime… ressembler à ça ? » lui demandai-je.

Je n’avais aucune illusion quant à la situation. Il n’y avait aucun moyen d’échapper à cette femme. J’étais condamné à mourir dans cette pièce, alors je pourrais aussi bien dire ce que je voulais dire. C’est peut-être la dernière fois que j’aurais l’occasion de le dire.

La femme, cependant, ne semblait pas en colère contre mes paroles. À la place, elle baissa la main, les traces de magie s’estompant de sa paume.

« … Mais oui. Bien sûr… Je vois. Il semblerait que je me sois trompée — un malentendu. Je m’excuse. »

La femme… s’excusait-elle auprès de moi ?

« Oh… Je vois que ta robe a malheureusement pris feu. Je n’ai pas de robe de remplacement sous la main… Je pourrais peut-être t’offrir ceci à la place. Elle est bien faite, et je crois qu’il te serait utile. »

En disant cela, la femme avait enlevé sa robe noire, l’avait pliée et me l’avait remise.

« Ah, une dernière chose a noté : c’est une pièce d’une grande importance pour moi. Je suppose que même toi, tu comprendras que cet endroit est spécial. Pourrais-je te demander de ne pas parler de cette pièce à quelqu’un d’autre ? » demanda la femme, me regardant avec une expression sereine.

La femme savait sûrement que je serais d’accord, car après tout, elle m’avait laissé vivre en échange de garde secret l’emplacement de cette pièce. Ce que je n’avais pas compris, c’est comment la femme connaissait cette pièce et pourquoi je n’avais pas le droit de le signaler à qui que ce soit. Pour commencer, même si l’on n’était pas un aventurier, découvrir un secteur inexploré dans un Donjon était une grande découverte — on pouvait s’enrichir suffisamment pour durer toute une vie, alors il était normal que la personne moyenne rapporte cette information à la guilde.

« Toi… Tu ne veux pas que… le dise à la guilde… ? » lui demandai-je.

« Oui, je suppose que ce serait mieux ainsi. Plus précisément, si tu n’étais pas présent, il n’y aurait aucun moyen d’entrer dans cette pièce. Tu es arrivé ici par ce cercle magique, n’est-ce pas ? Ce cercle ne s’activerait que si tu y entres, » répondit-elle.

C’était ce que la femme avait à dire, en plus des nombreuses autres choses qu’elle avait ensuite mentionné que je n’avais aucun moyen de comprendre. Tel était l’écart de puissance entre nous, même Lorraine, qui était une mage de classe Argent, ne pourrait pas se comparer à sa force. Si je lui avais donné une réponse qu’elle n’appréciait pas, la mort serait sûrement sa réponse — je pouvais déjà l’imaginer.

Cependant, avancer dans le rang d’aventurier était aussi mon rêve. À l’origine, j’avais l’intention d’utiliser Loris pour rapporter le secteur inexploré, me redonnant à son tour l’or que je lui avais prêté à l’aide du cristal magique du squelette géant. Maintenant, avec mon apparence quelque peu humaine, j’avais pensé qu’il était possible de rapporter cette information à la guilde à un moment où il y avait moins de monde. Cela augmenterait certainement mon rang et mon influence au sein de la guilde, ce qui me rapprocherait de l’objectif de devenir un aventurier de la classe Mithril.

Du moins, c’est ce que je pensais. Cependant, cette femme ne voulait pas que je fasse quoi que ce soit du genre…

Comme si elle comprenait ce que je ressentais à propos de la situation, la femme avait recommencé à parler une fois de plus :

« … Cela étant dit, je suppose que tu ne voudrais pas rentrer les mains vides. Je comprends. Les aventuriers sont toujours à la recherche de résultats tangibles ou de réalisations. Peut-être qu’il ne s’agirait pas d’un remplacement, mais il te sera certainement utile. Qu’en penses-tu ? » me demanda-t-elle.

« C’est… »

L’objet qui m’était offert semblait être une sorte de parchemin ancien — il était aussi remarquablement vierge. D’un coup d’œil, je pouvais en déduire qu’il s’agissait probablement d’un artefact littéraire ancien. Malheureusement, il n’avait pas l’air de valoir une fortune.

Mais la femme avait continué son explication :

« Il s’agit d’un artefact qui cartographie automatiquement les secteurs du Donjon dans lesquels son propriétaire a mis les pieds — un objet magique connu sous le nom de Carte d’Akasha. Pour l’instant, rien n’est écrit dessus, mais cela n’est dû qu’au fait que le propriétaire précédent a effacé les cartes archivées. Il serait sûrement utile à un aventurier comme toi… Qu’en penses-tu ? »

Si ce que la femme avait dit était vrai, c’était vraiment un objet utile. En fait, il était surprenant qu’un tel article puisse exister — si j’envisageais de le vendre, l’établissement d’un prix juste à lui seul poserait un défi de taille.

Mais bien sûr, cela supposait que ce que la femme avait dit était vrai. Un tel objet fantastique pourrait-il exister dans notre monde ?

 

 

« Considères-tu au moins ma demande si je te prouvais la validité de mes revendications ? » demanda-t-elle.

J’avais hoché la tête à la question de la femme. Si la carte fonctionnait comme la femme le prétendait, la posséder rendrait certainement mon exploration du Donjon beaucoup plus facile. Je suppose que cela valait la peine d’écouter ses demandes, même si je restais sceptique sur toute l’affaire.

« Alors, canalise ta magie dans le parchemin…, » déclara-t-elle.

J’avais fait ce qu’on m’a dit, et — .

« … Incroyable… »

Je ne pouvais que retenir mon souffle imaginatif lorsque les lignes pointillées sur la surface du parchemin précédemment vierge formèrent finalement une carte détaillée de la Réflexion de la Lune. Même les petits détails et les notes que j’avais écrites sur ma propre carte abîmée étaient apparus, se dressant soigneusement sur le parchemin.

« Je suppose que nous avons un accord ? » me demanda-t-elle.

« … Oui. Je suppose que oui, » lui répondis-je.

Bien que je sentais toujours une forte envie de signaler ce secteur inexploré à la guilde, il y avait de fortes chances que cette femme viendrait me retirer la vie si je le faisais. Après tout, elle essayait sans aucun doute de me tuer il y a quelques minutes à peine — je ne pouvais pas aller à l’encontre de ses paroles, même si je le voulais.

« Je vois. C’est très agréable. Alors, je devrais te raccompagner, au moins jusqu’à l’entrée, » déclara-t-elle.

« Hein ? » m’exclamai-je.

Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit d’autre, la femme avait activé une sorte de magie de translocation. Immédiatement après ça, j’avais trouvé une vision déformée devant moi. Souriant avec douceur en faisant des signes de la main, son expression semblait nettement différente du visage meurtrier qu’elle avait porté plus tôt dans notre rencontre.

« … Eh bien, dans ce cas, prends soin de toi… C’est peut-être un peu idiot de dire cela à quelqu’un comme toi, » déclara-t-elle.

Avec ces paroles d’adieu, elle était partie, et je m’étais vite retrouvé à l’entrée de la Réflexion de la Lune.

Est-ce que ce n’était qu’un rêve ?

J’avais regardé vers le sol : ma robe était en effet différente, et j’avais un vieux morceau de parchemin dans ma main.

… Qu’est-ce que c’était ?

Je n’arrêtais pas de penser aux événements qui venaient de se produire. Je n’avais plus l’intention d’explorer plus aujourd’hui et alors que les pensées inquiètes de ces affaires récentes me remplissant l’esprit, j’étais lentement retourné à Maalt.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire