Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 11

***

Chapitre 4 : Le Donjon de la Réflexion de la Lune et des restrictions gênantes

Partie 11

Les problèmes liés au fait de trouver un humain coopératif et la dette de l’homme étant tous deux réglés par le cristal magique géant, j’avais décidé de lui demander son avis sur ce qu’il fallait faire à partir de maintenant. Cependant, cela étant dit, j’avais déjà une réponse claire en tête :

Nous devions nous déplacer. Plus précisément, nous devions quitter les limites de la Réflexion de la Lune et retourner à Maalt. L’homme avait, après tout, obtenu ce pour quoi il était venu, et il n’y avait plus aucune raison de l’exposer au danger. Même moi, je n’avais pas pu m’empêcher de penser qu’il serait gênant de le voir continuer à explorer le Donjon avec moi.

Bien que la Réflexion de la Lune ait été principalement habitée par des monstres normaux tels que les gobelins, les squelettes et les slimes, l’exception occasionnelle existait, comme l’avaient démontré les événements précédents. Si un autre squelette géant apparaissait, je ne serais pas en mesure de garantir la sécurité de l’homme, et encore moins sa vie. C’était la raison pour laquelle j’avais suggéré que nous devrions retourner à Maalt. L’homme, sans montrer le moindre désaccord, avait rapidement suivi mes traces.

Bien qu’il y avait certainement des préoccupations quant à la façon dont nous allions revenir, j’avais déjà résolu ce problème pendant que l’homme dormait. Un cercle magique était apparu après la défaite du squelette géant, il n’y avait rien de tel auparavant. Même si je n’avais pas testé le cercle pour voir où il allait, j’avais pensé qu’il était raisonnable de supposer qu’il nous aurait simplement ramenés dans la pièce qui nous avait envoyés dans cette salle. Même si ce n’était pas le cas, tout ce que nous avions à faire était de chercher une autre issue — l’absence de sorties de la chambre signifiait que nous n’avions pas vraiment le choix.

En entrant dans le cercle, nous avions été transportés dans la pièce d’où nous venions, à mon grand soulagement. Après cela, le chemin du retour s’était déroulé relativement sans incident. C’était probablement parce que l’homme était maintenant considérablement différent, car sa force, son courage et ses nerfs semblaient tous plus tempérés.

C’était peut-être parce que nous avions été témoins du squelette géant, ou parce que je lui avais enseigné les rudiments de la vie d’aventurier, mais l’homme était resté calme même lorsqu’un monstre était apparu. Il avait aussi une compréhension plus concrète de ce qu’il devrait faire dans une telle situation. Bien qu’il ne pourrait pas encore gagner contre un monstre dans un combat en tête-à-tête, il avait atteint un stade où il pouvait mettre une certaine distance entre lui et un monstre et chercher rapidement une occasion de s’échapper. S’il continuait à acquérir de l’expérience à ce rythme, il progresserait sans aucun doute vers au moins la classe Bronze en deux ans environ. Heureusement, cela n’était pas nécessaire pour l’homme.

J’avais toutefois jugé nécessaire qu’il comprenne au moins les bases du combat, étant donné qu’il ferait des courses et des affectations à la guilde en mon nom à partir de maintenant. Les travaux d’une certaine difficulté devaient encore être rendus par Lorraine, mais l’homme devait au moins avoir l’air capable d’explorer les étages les moins profonds du Donjon ou la forêt par ses propres moyens. C’était une attente raisonnable.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire