Neechan wa Chuunibyou – Tome 5 – Chapitre 6 – Partie 5

***

Chapitre 6 : Première semaine de novembre : Yori est si populaire

Partie 5

Subaru avait tranquillement regardé Yuichi se battre. Il était assis dans les sièges-spectateurs en face de ceux dans lesquels Mutsuko et Yoriko étaient assises, sans que l’un d’eux remarque sa présence.

La tendance de la lutte avait été claire dès le début.

Yuichi Sakaki était un monstre.

Ceux qui avaient juré fidélité au Roi, dans leur ferveur, ne s’en étaient peut-être pas rendu compte, mais sur la ligne de touche, le résultat avait été évident dès le départ. C’était difficile de croire que Yuichi Sakaki était au lycée comme lui et qu’il était même humain.

Pas une seule attaque contre lui n’avait touché. Ils avaient attaqué par le côté, ou derrière, mais tout était pareil. C’était comme s’il pouvait tout voir avant que ça n’arrive.

Peu importe le nombre d’hommes que tu as jetés contre lui, tu ne peux pas gagner.

Subaru avait quitté le terrain.

S’il ne pouvait pas battre Yuichi Sakaki dans un combat, cela voulait juste dire qu’il ne devait pas se battre. Il y avait plein d’autres moyens de l’atteindre.

Subaru ne se souciait plus de Yoriko Sakaki, il lui fallait juste trouver un moyen d’expulser l’obscurité qui l’entourait.

Alors que le soleil se levait, Subaru se dirigeait vers la maison de Sakaki.

Ce serait très simple. Yuichi ne serait pas là en ce moment. Il avait une bouteille en plastique pleine d’essence dans une main et un briquet dans l’autre.

S’il ne pouvait pas le battre dans une bagarre, il pourrait encore le rendre malheureux. C’était ce que pensait Subaru. Peu importe si l’incendie criminel était un crime grave.

C’est Subaru qui avait poussé la bande du Roi au bord de la destruction, de sorte qu’il était possible qu’un membre de la bande du Roi veuille l’éliminer. Même si le gang avait été détruit, le Roi était un chef bien-aimé, et les restes du gang pourraient venir voir Subaru pour se venger.

En d’autres termes, Subaru était au bout du rouleau. Il était mort quoiqu’il arrive. Un crime de plus ne changerait rien.

Après un certain temps, Subaru était arrivée chez les Sakaki. Il était passé par la porte pour entrer dans la cour. Même s’il était tôt le matin, il y avait une femme au travail, arrosant gaiement les plantes.

Elle était la mère des frères et sœurs Sakaki, une jeune et belle femme qui ressemblait à Yoriko à certains égards.

Subaru était devenu fou à ce moment-là. D’habitude, il ne pensait jamais à ce qu’il imaginait maintenant. Le désir bestial et tourbillonnant provenant des ténèbres à l’intérieur de lui s’éveilla, et il y abandonna son corps.

S’il était fini de toute façon, il n’y avait rien qu’il ne pouvait pas faire.

Subaru avait fait un pas en avant pour attaquer la mère des frères et sœurs Sakaki.

✽✽✽✽✽

Tamako Sakaki était connue comme une belle femme avec une personnalité décontractée et un air toujours doux.

Elle était chaleureuse et sociable, donc tout le monde l’aimait, et elle s’entendait bien avec les voisins. Si quelqu’un en ville lui demandait une faveur, elle l’acceptait sans poser de questions, même si elle était imposante, ce qui signifiait que les gens comptaient souvent sur elle.

Elle connaissait très bien le design intérieur et extérieur et avait même fait de la décoration d’intérieur l’un de ses passe-temps. Cela s’étendait à la maison Sakaki elle-même, au sujet de laquelle elle était très exigeante, au point qu’elle avait importé beaucoup de choses.

L’artisanat était un autre de ses passe-temps, et elle excellait aussi dans ce domaine. L’intérieur de leur maison était jonché d’ornements faits à la main.

Elle était également obsédée par le jardinage, ce qui signifiait que sa maison avait reçu les éloges des voisins pour son extérieur et son intérieur. Quand Noël arrivait, elle avait même installé des présentoirs de lumières.

Mais ce que Tamako appréciait encore plus que tout cela, c’était ses trois enfants. Tamako aimait profondément ses enfants, et si elle était forcée de choisir, elle mettait toujours ses enfants au-dessus de ses passe-temps.

Elle semblait être le genre de personne qui n’avait aucun souci au monde. Mais en vérité, elle avait des soucis.

L’une d’elles était que ses enfants ne semblaient pas se soucier beaucoup de la maison. Son fils aîné et sa fille avaient souvent joué à la dure, même à l’intérieur, et avaient souvent cassé des choses quand ils le faisaient. Quand cela arrivait, elle les réprimandait toujours, mais pas trop fort. Elle ne voulait pas non plus que ses enfants stagnent, elle voulait qu’ils grandissent à l’aise avec ce qu’ils étaient. C’était la philosophie parentale de Tamako.

Elle avait un soupçon persistant qu’ils grandissaient un peu bizarrement en conséquence, mais c’était mieux qu’eux grandissant, toujours préoccupé par ce que les autres pensaient d’eux.

Yuichi était particulièrement inconsidéré quand il s’agissait de la pelouse. Une fois, il avait même complètement piétiné toute la pelouse en faisant une sorte d’entraînement aux arts martiaux, tuant toute l’herbe et empêchant une nouvelle croissance. Mais plutôt que d’être en colère, elle avait été triste. Même Yuichi avait dû le regretter, et après, ils avaient plus ou moins gardé leur chahut à l’écart de la cour.

Il était tôt le matin. Tamako était la seule à la maison. Ses trois enfants étaient partis quelque part, semble-t-il, mais ils étaient tous de jeunes gens responsables, alors elle n’était pas très inquiète pour eux.

Son mari passait la nuit au travail, à cause de la sortie d’un nouveau système, ou quelque chose comme ça. Son mari travaillait dans l’informatique, donc il était souvent occupé avec de telles choses.

Il n’était pas inhabituel pour elle de se retrouver toute seule, alors pour l’instant, elle arrosait simplement sa pelouse, comme elle le faisait habituellement.

Elle avait entendu un bruissement derrière elle.

Un autre visiteur félin ? Ils l’avaient laissé dans un sacré pétrin, parce que les chats du coin avaient abîmé le jardin dernièrement, mais elle se sentait aussi mal à l’aise de les repousser.

Elle devait juste s’assurer de les gronder. Même un chat serait raisonnable si vous lui parliez correctement. Tamako s’était retournée, prête à le faire, mais n’y avait rien trouvé du tout.

✽✽✽✽✽

Mutsuko avait dit que le système d’alarme de sa maison avait été déclenché, alors ils étaient rentrés à la maison en courant tous les trois.

Ils passèrent par la porte pour entrer dans la cour, et virent leur mère Tamako s’occuper tranquillement du jardin.

« Ma sœur, je ne vois rien…, » commença Yuichi.

Mutsuko désigna silencieusement le côté de la porte.

Une créature humanoïde faite de rondins se tenait là.

C’était un homme en bois, une marionnette grandeur nature que Mutsuko avait créée après avoir vu un vieux film de kung-fu.

Ça avait l’air un peu ridicule, mais c’était incroyablement fort, et il avait même frappé Ibaraki quand il avait essayé de jeter un coup d’œil sur les filles dans le bain pendant leur camp de formations d’été.

Leur mère Tamako avait été très stricte sur le fait de ne pas le vouloir dans le jardin, mais Mutsuko l’avait quand même mis en place la veille, disant qu’il ferait fuir les chats.

Mutsuko avait ensuite montré du doigt le sol sous l’homme en bois.

Il était debout sur quelque chose qui s’était enfoncé dans la terre meuble du parterre de fleurs. Yuichi plissa les yeux et vit que c’était Subaru, l’homme qui avait essayé de faire des avances à Yoriko. Il avait dû essayer d’attaquer la maison alors qu’il n’y avait personne à la maison, et voilà le résultat.

« Pourquoi est-il coincé comme ça ? » demanda Yuichi.

« C’est en mode capture, » répondit Mutsuko. « Ça le retient pour qu’il ne puisse pas s’échapper. »

Yuichi avait décidé de ne pas demander quels autres modes il avait. Cela ne pouvait rien être de bon.

« Maman n’a même pas remarqué ? » chuchota-t-il après une pause.

« Oui, on dirait bien… »

« Selon quel genre de programmation fonctionne-t-il ? N’est-ce pas un peu dangereux ? » chuchota-t-il.

« Il est doté d’un système de reconnaissance faciale à la fine pointe de la technologie, alors ne t’inquiète pas, » murmura Mutsuko. « Il n’attaquera pas la famille. »

« Et si ce n’était pas quelqu’un de suspect, mais juste un visiteur régulier ? »

« Oups. »

« Ne dis pas “oups” comme ça ! »

« Tout ira bien, » murmura Mutsuko. « Il peut faire des jugements sur la malice par le biais de choses comme la fréquence cardiaque et la chaleur corporelle… »

« Ce n’est plus un simple hommes en bois, d’accord ? » Yuichi siffla.

Tous les deux continuaient à se chuchoter des mots l’un à l’autre. Tamako ne semblait pas se rendre compte que l’homme en bois avait bougé, alors ils voulaient s’assurer qu’elle ne s’en aperçoive pas.

Yuichi avait couru vers Tamako pour essayer de la distraire. « On est de retour, maman. J’ai entendu un bruit étrange. S’est-il passé quelque chose d’étrange ? »

« Oh, bienvenue à la maison. » Tamako inclina la tête d’une manière presque féminine. « “Quelque chose d’étrange” ? »

« Est-ce que quelqu’un, tu sais… est passé ? » demanda-t-il.

« En fait, je pensais avoir eu un visiteur félin, mais j’ai regardé et il n’y avait personne. J’ai dû l’imaginer. »

« Un chat, hein ? Oui. C’était probablement un chat. Si tu le dis, maman. »

Pendant que Yuichi attirait l’attention de Tamako, Mutsuko avait ramené l’homme de bois à sa place habituelle. Mais s’ils déterraient la personne enterrée sous terre, ils le remarqueraient probablement.

« Oh ? Mutsi, Yori, vous êtes toutes les deux avec lui ? Je ne sais pas où vous étiez, mais j’aimerais que vous m’appeliez si vous rentrez tard, » déclara leur mère.

« Ah, euh, désolée, » dit Mutsuko. « Je t’appellerai la prochaine fois. »

« Et je ne pense vraiment pas que cette poupée en bois soit belle dans le jardin, » dit leur mère. « Je sais que Mutsi voulait bien faire, mais j’aimerais que tu l’enlèves. »

Elle n’était pas fâchée, mais Yuichi ne pouvait pas discuter quand elle la regardait comme ça. Mutsuko était dans le même cas, et s’était donc levée pour se tenir à côté de lui avec une expression désolée.

Alors qu’ils ne savaient plus quoi faire, Yoriko s’était approchée. « Maman, j’ai faim. Le petit-déjeuner est-il prêt ? »

« Oh ! Je n’ai même pas encore commencé le petit-déjeuner ! Vraiment, c’est parce que vous ne m’avez pas dit que vous alliez rentrer maintenant à la maison ! Je vais le faire tout de suite, » déclara leur mère.

La question de Yoriko semblait avoir complètement attiré l’attention de Tamako sur le sujet du petit-déjeuner.

« Je vais t’aider, maman. Allons-y, » Yoriko avait pris la main de Tamako et l’avait tirée. Tamako gloussa de joie et se laissa tirer. Elle avait dû penser que Yoriko avait très faim.

Tamako et Yoriko étaient entrées dans la maison. Mutsuko avait suivi tout de suite après, en réfléchissant.

« Euh… Alors quoi, je dois tout nettoyer tout seul ? » Yuichi avait poussé un soupir.

Il avait sorti un Subaru enterré du parterre de fleurs. Grâce à la douceur du sol, il ne semblait pas particulièrement blessé, mais tout ce qu’il pouvait faire était de regarder dans l’air. Cela avait dû être un choc énorme pour le système.

Yuichi avait tiré Subaru sur ses pieds et l’avait dépoussiéré, puis l’avait guidé hors de la pelouse. Subaru avait suivi avec obéissance.

« Laisse Yori tranquille à partir de maintenant, d’accord ? » dit Yuichi. « Ce que tu as traversé, c’est le mode “facile”. Si tu essaies encore de nous poursuivre, ça va empirer. »

Subaru acquiesça docilement, mais Yuichi se sentit mal à l’aise. Il réagissait instinctivement. L’esprit du garçon semblait vide.

Pourtant, l’horrible traitement qu’il avait subi restera probablement quelque part dans sa mémoire. Espérant au moins que ce serait le cas, Yuichi avait renvoyé Subaru sur le chemin externe.

« Alors… suis-je censé reboucher le jardin tout seul ? » demanda Yuichi, regardant avec étonnement le trou en forme humaine dans le parterre de fleurs.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire