Neechan wa Chuunibyou – Tome 5 – Chapitre 6 – Partie 3

***

Chapitre 6 : Première semaine de novembre : Yori est si populaire

Partie 3

L’homme était connu sous le nom du « Roi ».

C’était un surnom qui pouvait être utilisé pour se moquer, mais dans son cas, c’était un signe de respect. Puisqu’il n’y avait pas d’intention ridicule dernière ce surnom, le Roi l’accepta lui-même.

Subaru n’aurait jamais pensé qu’il pourrait parler au Roi en face à face.

Le Roi était une légende.

Personne ne connaissait son âge avec certitude, mais Subaru avait entendu dire qu’il était un jeune homme. Il y avait même des rumeurs qui disaient qu’il était encore au lycée. Pourtant, malgré sa jeunesse, il commandait plus d’un millier d’hommes et avait même affronté les yakuzas. Il avait la main dans de nombreuses activités louches, et en investissant ses économies accumulées, il s’était bâti une fortune.

Cette même légende se tenait devant Subaru en ce moment même. Ils se trouvaient dans une pièce d’un nouveau bâtiment moderne : un immeuble de bureaux avec toutes les installations les plus modernes. Le Roi était assis avec les jambes croisées sur un bureau d’aspect cher.

Comme les rumeurs le disaient, le Roi ressemblait à un jeune homme. Il semblait avoir à peu près l’âge de Subaru et était un peu petit, mais l’aura de violence qui planait autour de lui atténuait toute différence de hauteur.

Le Roi était entouré d’hommes au garde-à-vous. Ils étaient tous habillés différemment : certains portaient des costumes, d’autres des chemises sans manches malgré la saison. Les poches des costumes avaient l’air étrangement gonflées, et toute peau visiblement exposée était couverte de tatouages.

Subaru s’inclina instinctivement. L’homme devant lui semblait être un leader né. Il était clair rien qu’en le regardant qu’il était quelqu’un de spécial.

Comment les choses s’étaient-elles passées ?

Après tout, Subaru n’avait pas réussi à abandonner Yoriko Sakaki. Mais il savait que s’il essayait de s’en prendre aux frères et sœurs Sakaki sans plan, il finirait probablement de la même façon qu’avant.

Il avait besoin d’un plan, alors il avait décidé de parler à l’un des garçons plus âgés qu’il fréquentait à l’école. Plutôt que d’aller au lycée, celui-ci avait rejoint le milieu criminel.

Si Subaru avait eu le choix, il aurait préféré rompre les liens avec cet homme. L’apparence délinquante de Subaru n’était là que pour être la mode, et c’était une façon pratique de lui donner un air mystique à son école préparatoire, mais cela ne voulait pas dire qu’il voulait vraiment s’impliquer dans le monde criminel.

Néanmoins, Subaru avait décidé de demander de l’aide à ce type. Il lui avait tout raconté et lui avait même montré une photo de Yoriko.

Cette photo avait fait le tour de la région jusqu’à ce qu’elle parvienne enfin, semble-t-il, au Roi. Puis, pour une raison inconnue, le Roi avait appelé Subaru pour le voir.

Le silence régnait dans la pièce.

Le corps de Subaru était figé alors qu’il se demandait ce qu’il devait faire. Certes, dans une telle situation, il serait inapproprié qu’il parle en premier. Son ami s’était assuré qu’il comprenait que s’il rendait le Roi en colère, il serait mort (littéralement) sur le champ. Il avait le sentiment que c’était vrai. Il ne pouvait absolument pas se permettre de dire la mauvaise chose.

« Subaru Wakei, c’est ça ? » demanda le Roi. La voix du jeune homme était plus aiguë et plus forte qu’il ne l’avait imaginé. « Tiens-toi droit. Tu rends difficile le fait de te parler. »

« Oui, monsieur ! » Subaru s’était redressé.

« La raison pour laquelle je t’ai appelé ici… eh bien, je voulais passer par les canaux appropriés, » déclara le Roi.

« Les… canaux appropriés ? » Subaru avait fait écho, ne comprenant pas.

« Yoriko Sakaki. Je l’aime bien. Je l’aime vraiment beaucoup. Je la veux, et je l’aurai, mais puisque c’est toi qui l’a portée à mon attention, je me suis dit que je te devais un remerciement. »

Subaru avait eu une vague idée que ce pourrait être le cas lorsqu’il avait été appelé. Ce n’était absolument pas ce qu’il voulait, mais ce n’était plus de son ressort. Le Roi fera tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir ce qu’il veut, et il n’y avait rien que Subaru puisse faire pour lui barrer la route.

« Bien sûr, les mots sont une très mauvaise façon d’exprimer sa gratitude. Voyons… et si je te la donnais après ça ? Tu en tireras quand même du plaisir à ce moment-là. » Le Roi acquiesça de la tête, comme s’il avait l’impression de lui avoir offert un marché très généreux.

Subaru ne pouvait pas s’y opposer, et pour être honnête, il se sentait surtout soulagé que le Roi ne lui fasse rien. En même temps, un sentiment sombre et vulgaire de joie commençait à se manifester à l’intérieur de lui. Une pensée terriblement égoïste lui traversa l’esprit.

C’est de ta faute, Yoriko Sakaki…

✽✽✽✽✽

Une camionnette blanche s’était arrêtée en faisant hurler ses pneus, bloquant le passage de Yuichi.

Yuichi ne voulait pas avoir à frapper tous les attaquants qui le poursuivaient, alors il s’était précipité vers la camionnette en un instant et avait frappé la porte coulissante en réponse.

La porte s’était enfoncée vers l’intérieur, ce qui avait suffi à l’empêcher de s’ouvrir. C’était la seule façon d’entrer ou de sortir de la banquette arrière, ce qui signifiait que les quatre ou cinq gars étaient coincés à l’intérieur. Ils pouvaient encore essayer de sortir par la fenêtre, mais ils étaient suffisamment ralentis pour que Yuichi puisse les frapper alors qu’ils sortent.

Il soupçonnait que le conducteur resterait dans la voiture, dans l’intérêt d’une fuite rapide, et il avait donc également frappé la porte côté passager. Il ne restait plus que la porte du côté du conducteur qui pouvait s’ouvrir.

Yuichi attendit quelques instants, puis la fourgonnette grinça, comme il s’y attendait.

Le chemin de Yoriko vers l’école passait par un quartier résidentiel tranquille. Sachant maintenant que leurs ennemis s’organisaient, il avait demandé à Karen et Aiko de prendre d’autres chemins, ce qui laissait frère et sœur seul ensemble.

« Grand Frère… Je suis désolée, » dit Yoriko. « Je ne pense pas qu’ils te battront un jour, mais j’ai mal géré l’affrontement initial. Je regrette ce que j’ai fait. »

D’habitude, quand ils étaient seuls ensemble, Yoriko semblait toujours s’amuser pour une raison inconnue, mais ici, elle s’était excusée auprès de lui avec un air vraiment repentant.

« J’ai aussi mal géré les choses. » Yuichi tapota doucement sa tête. « Ne t’inquiète pas pour ça, d’accord ? »

Les gens qui étaient après Yoriko agissaient de cette manière organisée depuis un certain temps déjà. Yuichi ne savait pas pourquoi cela se produisait, mais il avait plus ou moins identifié le groupe qui s’attaquait à lui. C’était la raison pour laquelle il avait laissé partir le minibus. Il l’avait marqué avec un émetteur au cas où, mais ils appartenaient probablement à la même organisation.

C’était une bande de méchants délinquants. Ils étaient composés principalement de jeunes gens, et apparemment des criminels qui étaient prêts à tuer avaient aussi rejoint leurs rangs.

« Je ne m’attendais pas à ce qu’ils s’organisent à ce point. » Yuichi ne comprenait pas pourquoi ils allaient aussi loin pour une collégienne célibataire.

« Mais que devrions-nous faire ? » plaida sa sœur.

« Tu n’as pas à t’inquiéter, Yori. Je peux tous les battre s’il le faut. »

« D’accord ! Je ne m’inquiéterai pas ! » Semblant vraiment ne pas s’inquiéter du tout, Yoriko s’était accrochée à Yuichi, retournant à son attitude habituelle.

Quand même… qu’est-ce qui se passe ici ? se demanda Yuichi.

Les gens avec qui il traitait ne semblaient pas hésiter à recourir à des activités criminelles. Il avait réussi à arranger les choses jusqu’à présent, mais il n’avait pas vraiment réglé quoi que ce soit. Ils pourraient en envoyer d’autres.

S’ils réalisaient qu’ils ne pouvaient rien faire à Yuichi, ils pourraient commencer à s’en prendre aux gens dans sa vie.

Yuichi commençait à penser qu’il ferait mieux de prendre ses propres mesures, et vite.

✽✽✽✽✽

Le Roi ne s’attendait pas à ce qu’une fille célibataire au collège lui cause autant de problèmes. Il avait pensé qu’il pourrait envoyer quelques hommes la chercher, la pousser à l’arrière d’une voiture, et c’est tout.

Au début, il avait cru que les rapports de ses subordonnés étaient une plaisanterie, mais il savait aussi qu’ils étaient conscients de ce qui se passerait s’ils plaisantaient avec lui. Ses subordonnés avaient signalé que toutes leurs escouades d’attaque avaient été vaincues. Ils avaient tous été repoussés par le grand frère, Yuichi, qui était toujours aux côtés de Yoriko.

Les hommes qu’il avait envoyés n’avaient aucune expérience des arts martiaux, bien sûr, mais ils étaient habitués au combat. Ils n’hésiteraient pas à recourir à la violence, et ils étaient suffisamment experts en la matière. C’était impensable qu’ils puissent perdre contre un seul lycéen.

Pourtant, c’était la vérité, et les interroger ne le mènerait nulle part. Le Roi fit donc appel à des subordonnés plus puissants.

Sur le chemin de l’école, sur le chemin du retour, à la maison…

Même s’ils étaient forts, ce n’étaient que des enfants. Ils devaient bien baisser leur garde à un moment donné. Et pourtant, chaque fois, les attaques avaient été repoussées. Cela n’avait aucun sens.

Toutes les attaques qu’ils avaient montées sur le chemin de l’école avaient échoué.

L’escouade qu’il avait envoyée pour attaquer les Sakaki avait été anéantie en route vers leur destination.

Le succès semblait improbable. Il avait fait exécuter les subalternes qui avaient échoué, mais même lorsque leurs successeurs avaient su qu’ils se battaient pour leur vie, cela n’avait pas changé les résultats.

Comme les yakuza, pour eux, la réputation était tout. Ils ne pouvaient laisser personne les sous-estimer. Les gens savaient qu’ils enfreindraient volontiers la loi ou tueraient s’il le fallait. Cette connaissance avait inspiré la peur, et cette peur était un outil qu’ils pouvaient utiliser. Les frères et sœurs Sakaki n’avaient pas eu peur, bien au contraire, ils n’avaient apparemment pas été dérangés du tout.

C’était comme s’ils avaient jeté de la boue au visage du Roi.

La situation s’était tellement aggravée qu’il ne pouvait plus y avoir de retour en arrière.

L’incapacité du Roi à enlever une jeune fille serait perçue par les habitants de la pègre comme une fissure dans ses fondations de fer. Il devait avoir Yoriko Sakaki, quoi qu’il en coûte. Pour le Roi, c’était maintenant une question de vie ou de mort.

Il ne pourrait plus y avoir de demi-mesures.

Ce serait le comble de l’idiotie que de continuer à envoyer des hommes à leur poursuite. Mais comme le Roi avait sous-estimé les frères et sœurs Sakaki, il avait agi comme un idiot.

Il avait donc dû utiliser tout ce qu’il avait. Les petites équipes ne faisaient pas le travail. Ce n’était pas suffisant pour se rassurer sur le fait que les choses allaient s’arranger.

Il devait envoyer toute l’armée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire