Neechan wa Chuunibyou – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Monika et son joyeux groupe

Partie 2

C’était le deuxième jour de la deuxième période.

Pour une fois, Yuichi allait à l’école à pied avec Mutsuko.

« Hé, Yu, c’était quand la dernière fois qu’on est allés à l’école ensemble ? » Mutsuko semblait encore plus enthousiaste que d’habitude.

« C’était bien avant d’aller au lycée, » dit-il. L’idée d’aller à l’école à pied avec sa sœur aînée l’embarrassait. Mais en même temps, en voyant Mutsuko si ouvertement heureuse, Yuichi s’était demandé s’il n’était pas trop têtu.

« Je parie que tu es tout : “Si nous allions à l’école ensemble, tous nos amis répandraient des rumeurs à notre sujet ! C’est embarrassant !” » Mutsuko avait déclaré la phrase — Yuichi était sûr qu’il l’avait déjà entendue quelque part auparavant — avec enthousiasme.

« Non, mais quel genre de gars au lycée veut aller à l’école à pied avec sa grande sœur tous les jours ? » demanda-t-il.

« Veux-tu dire qu’il y a quelque chose d’embarrassant à ce que les frères et sœurs aillent à l’école ensemble ? » Mutsuko avait mis une main sur sa poitrine avec une indignation exagérée.

« C’est moins que nous sommes frères et sœurs et plus que tu es embarrassante ! » il avait riposté ainsi.

Comme d’habitude, la mise en scène de Mutsuko — sans tenir compte de ce que les gens autour d’elle pensaient — avait fait d’elle le centre de l’attention. C’était difficile d’ignorer quelqu’un qui réagissait de façon excessive à tout ce qui se passait au volume maximum.

Alors qu’il commençait à regretter sa décision d’aller à l’école à pied avec elle, Aiko les avait rejoints. « Bonjour ! »

Néron était à côté d’elle, en forme de chien, comme il l’avait été hier. Néron avait décidé de servir de garde du corps jusqu’à ce qu’elle arrive à l’école. Aiko s’était réveillée en vampire, même si elle était encore incomplète, ce qui signifiait que les habitants du monde des ténèbres avaient maintenant les yeux sur elle. Yuichi ne connaissait pas toute l’histoire, mais il avait entendu dire que certaines personnes pourraient essayer de la tuer.

« Noro ! As-tu dit avoir vu quelque chose de bizarre dans le ciel ? Qu’en est-il maintenant ? » demanda Mutsuko avec empressement, abordant le sujet dès son arrivée.

Aiko leva les yeux vers le ciel au-dessus de l’école. « Je… Je suppose que je ne peux pas le voir maintenant. Mais c’était la même chose hier. Après avoir quitté la cour de l’école et fait demi-tour, je ne pouvais plus la voir. »

« On ferait mieux d’aller sur le toit et de jeter un coup d’œil ! » déclara Mutsuko. « Rendez-vous là-haut pendant la pause déjeuner ! Oh, et pendant qu’on est là-haut, peut-être qu’on pourrait déjeuner en nous tenant proches de l’armure ? »

« C’est quoi, ce plan ? » demanda Yuichi. « D’ailleurs, d’autres personnes n’iraient-elles pas sur le toit pendant le déjeuner ? L’armure tombée pourrait causer une grande agitation… »

Mais il y avait déjà une agitation en cours.

Alors que Yuichi atteignait l’entrée de l’école, la première chose qu’il vit à l’intérieur fut une grande foule d’élèves, regardant dans le ciel et se parlant entre eux. Se sentant mal dans ses tripes, Yuichi passa rapidement par la porte.

« Là-bas ! Il y a quelque chose qui plane ! »

« Quoi ? Es-tu sûr que tu n’es pas fou ? »

« Quoi ? Alors, suis-je aussi folle ? Il y a manifestement quelque chose là-dedans ! »

« Je ne comprends pas une seule chose dont vous parlez ! »

L’atmosphère était un peu dangereuse. Yuichi leva les yeux vers le ciel comme les autres, mais il ne pouvait rien voir.

« Ah… En fait, je peux le voir…, » Aiko arriva à côté de lui, et leva les yeux vers le ciel.

« C’est incroyable ! » cria Mutsuko. « Qu’est-ce que c’est ? Un château à l’envers ? Je vois les murs du château, mais il ne semble pas y avoir beaucoup de choses liées à sa défense… hmm, je ne peux pas identifier le style architectural, mais je suppose que c’est moins un château et plus un palais, hein ? Un truc de style ? »

« Hein ? … Sœurette, tu peux le voir ? » demanda Yuichi.

« Hein !? Je n’y crois pas ! Yu, tu ne le vois pas ? » dit Mutsuko d’un ton théâtral taquin.

« Merde ! Je me sens tellement exclu…, » déclara Yuichi.

Il semblait que tout le monde ne pouvait pas le voir, ce qui signifiait que les élèves rassemblés autour de la porte étaient divisés en ceux qui le pouvaient et ceux qui ne le pouvaient pas. Il semblait qu’il y avait plus d’étudiants qui ne pouvaient pas le voir, mais suffisamment d’entre eux le pouvaient pour qu’on ne puisse pas le considérer comme un mensonge, ou comme une invention de leur imagination.

« Je me demande ce qui se passe ici…, » Yuichi plissa les yeux en levant les yeux vers le ciel au-dessus de l’école, mais rien n’avait changé. Il ne voyait toujours rien.

Avoir un château flottant dans le ciel était à tous les coups une situation bizarre, mais c’était tout ce que c’était. Cela ne semblait pas avoir d’incidence sur les élèves sur le terrain, d’aucune façon.

Bien sûr, aucun des élèves n’était tellement obsédé par le château bizarre qu’ils étaient prêts à être en retard en classe, alors le chaos s’était corrigé naturellement.

C’était aussi un sujet de conversation à l’intérieur de l’école, mais comme il n’y avait aucune preuve, aucune discussion n’avait pu le résoudre. Ceux qui avaient pu voir le château avaient fini par renoncer à essayer de convaincre les autres qu’il était là.

« Sakaki, n’avais-tu pas promis de passer à mon restaurant ? » Tomomi attendait devant la classe avec le sourire aux lèvres. Pensant que ce n’était pas un sujet à discuter en classe, Yuichi avait conduit Aiko et Tomomi à un palier dans l’une des cages d’escalier les moins populaires.

« J’avais oublié. Désolé. » Yuichi n’avait pas beaucoup réfléchi à la promesse unilatérale de Tomomi. Il était rentré chez lui avec Aiko et avait plutôt mangé dans un autre restaurant.

« Wôw, tu es si doué pour faire croire que c’est la fin de la conversation. Vraiment incroyable, Sakaki…, » Tomomi était en colère, mais l’attitude de Yuichi lui avait, semblait-il, retiré toute lutte.

« Je suppose que c’est pour ça qu’il n’a pas honte…, » dit Aiko.

Yuichi était un peu contrarié d’entendre même Aiko dire ça.

« Eh bien, si tu as oublié, tu as oublié, » dit Tomomi. « Mais pourrais-tu sérieusement passer après le club aujourd’hui ? Je veux entendre la suite de l’histoire. »

« OK. » Yuichi avait acquiescé après qu’elle lui ait mis la pression. En tout cas, il serait probablement bon pour eux d’en parler. Elle savait peut-être quelque chose qui pourrait lui être utile.

Le déjeuner était finalement arrivé.

Yuichi et les autres — Mutsuko, Aiko et Natsuki — s’étaient dirigés vers le toit, la boîte à lunch en main.

Dès leur arrivée, Yuichi avait immédiatement fait le point sur la situation. L’armure qui était tombée là hier avait disparu, et les autres étudiants sur le toit ne montraient aucun signe de panique.

« Elle est partie, » dit Aiko.

« Ouais, parti, » répondit Yuichi avec nonchalance, puis alla vérifier l’endroit où l’armure était tombée la veille. Il y avait pas mal de dégâts au sol, mais ce n’était pas une preuve infaillible que quelque chose était tombé là.

« Il n’est pas là ! As-tu dit qu’elle est tombée ici ? » La déception de Mutsuko était évidente, ce qui faisait que Yuichi se sentait légèrement coupable, même s’il n’avait rien fait de mal.

« C’est vrai, mais… hé Noro, » dit Yuichi. « Y a-t-il encore un château en l’air ? »

« Ouais… hein ? J’ai l’impression qu’il s’est agrandi… Est-ce qu’il descend ? » déclara Aiko avec confusion en levant les yeux vers le ciel.

« Vois-tu quelque chose, Takeuchi ? » demanda Yuichi.

« Rien, » dit Natsuki, regardant le ciel aussi.

« Qu’est-ce que cela pourrait signifier ? Quelqu’un a-t-il emporté l’armure ? » se demanda Yuichi.

Selon Kanako, l’armure était assez lourde, environ 30 kg. Ça aurait dû faire beaucoup de bruit si quelqu’un l’avait trouvé allongé là.

« Je vois, » commença Mutsuko. « Le manque d’agitation indique que quelqu’un l’a emportée discrètement avant qu’elle ne soit découverte par le corps étudiant. Ce serait la pensée logique. Mais ! » Elle avait levé le petit doigt, et son expression était celle de quelqu’un sur le point de soulever un brillant contrepoint. « Et si l’armure s’était levée toute seule et était partie au milieu de la nuit ? »

« C’était tout à fait logique, jusqu’au “mais” ! » s’exclama Yuichi. Si c’était une hypothèse légitime, alors rien n’était hors limites.

« Mais on ne peut pas dire avec certitude que ça n’est pas arrivé…, » murmura Aiko. Elle n’avait pas dû trouver étrange l’idée que l’armure s’en aille toute seule.

« Peut-être qu’il y a eu une agitation le matin, et qu’elle a été portée aux objets trouvés ? » Natsuki avait fait cette remarque, la tête froide.

Vu l’agitation autour du château volant ce matin-là, il était possible que l’agitation autour de l’armure ait été éclipsée par cela. Si c’est le cas, ils pourraient en savoir plus en se rendant au bureau des professeurs… mais « Avez-vous trouvé une armure sur le toit ? » serait une question difficile à poser.

« Peut-être que le propriétaire est venu du ciel et l’a ramassée ? » Aiko avait proposé cela, comme si elle essayait de lui proposer quelque chose qui lui venait à l’esprit.

« C’est plus logique que de prétendre que l’armure est partie quelque part…, » Yuichi commençait à avoir un sentiment contenant un certain malaise à propos de tout ça.

Après les cours, ils s’étaient dirigés vers leur salle de club.

Ils étaient entrés dans l’ancien bâtiment de l’école et avaient monté l’escalier en bois grinçant jusqu’au deuxième étage. Au fond du couloir se trouvait la salle de réunion du club de survie.

Le vieux bâtiment de l’école était utilisé pour les clubs d’arts libéraux, mais Yuichi ne savait rien des autres clubs qui s’y rencontraient. Tout ce qu’il savait, c’est que la salle du club de presse était à côté de la leur.

Comme d’habitude, la pièce était remplie d’un grand nombre d’objets. Kanako était assise à la longue table, la tête posée dessus. Son regard était lointain, ce qui n’était pas inhabituel, mais il y avait quelque chose de particulièrement apathique aujourd’hui.

« Orihara, tu n’es pas venue ici avec ma sœur ? » demanda Yuichi.

Kanako était assise alors qu’elle réalisait que Yuichi était là. « Il semble que ta sœur aide un ami avec une leçon. Elle a dit qu’elle viendrait bientôt. »

« … Ma sœur a des amis à l’école ? » L’idée avait provoqué un léger choc chez Yuichi. Il savait que Mutsuko avait des amis bizarres, mais il ne pouvait pas imaginer qu’elle s’entendait bien avec les gens ordinaires à l’école.

« Quelle grossièreté de dire, » dit Kanako en taquinant. « Je suis l’une de ses amies, tu sais. »

Kanako était techniquement un peu bizarre, mais Yuichi n’allait pas le dire tout haut.

« Sakaki le Jeune, que fais-tu ici tout seul ? » demanda Kanako. « Où sont Noro et Takeuchi ? »

« Elles sont de service de nettoyage aujourd’hui, donc je suis venu plus tôt. Quelque chose ne va pas, Orihara ? » ajouta Yuichi en s’asseyant en face d’elle.

Kanako avait toujours eu un air nonchalant à son sujet, et il était difficile de savoir ce qu’elle pensait — d’une manière différente du visage de poker de Natsuki — mais quelque chose à son sujet semblait différent aujourd’hui.

« Je suppose que j’ai quelque chose en tête. » Kanako lui avait fait un sourire triste.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire