Neechan wa Chuunibyou – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : La vampire est en train de mourir quelque part par là

Partie 1

La petite fille, Mutsuko, regardait attentivement Yuichi.

Ils étaient assis sur le porche d’une maison japonaise classique de campagne. C’était la maison dans laquelle ils avaient vécu quand Yuichi était encore un petit enfant.

C’était la nuit, mais le porche était éclairé par la douce lueur d’une pleine lune se trouvant au-dessus d’eux.

C’était à la fin de l’été. Le bourdonnement des insectes était bruyant autour d’eux.

« Maman et papa n’y arriveront pas, » déclara-t-elle.

Yuichi ne comprenait pas ce qu’elle voulait dire, mais étant enfant, il avait supposé qu’il s’agissait de quelque chose de mortel.

Si sa grande sœur géniale, qui savait tout et pouvait tout faire, l’avait dit, cela devait être vrai.

Mais ce n’était pas une raison pour l’accepter.

« Pourquoi cela ? » demanda Yuichi.

« Un jour, il y aura un changement drastique... une catastrophe. Maman et papa ne pourront pas le supporter. Les adultes ne peuvent jamais le faire. Ils ne sont pas équipés pour faire face à des changements drastiques dans leur vie, » déclara-t-elle.

Yuichi avait vu son visage se plisser, alors que des larmes coulaient le long de ses joues. C’était trop. L’idée de ne plus jamais revoir ses parents bien-aimés était comme un pincement dans son cœur.

Elle avait continué avec un ton lugubre. « Je sais que ça fait mal de l’entendre, mais je ne peux le dire qu’à un certain nombre de personnes. Alors je t’ai choisi, » elle ne plaisantait pas.

« Yori... Et Yori ? » Il regarda leur petite sœur, Yoriko, qui dormait envelopper dans une couverture en tissu.

« Yori... elle n’y arrivera peut-être pas non plus, » Mutsuko avait réduit la force de ses paroles.

« Pas question ! Comment peux-tu dire ça ? Elle est encore si petite ! Ce n’est pas juste ! » déclara Yuichi.

« ... je ne pense pas qu’elle sera capable de le supporter..., » déclara sa grande sœur.

« Ne t’inquiète pas ! Je vais battre ce stupide chat... ce stupide chat tastophe ! Je te protégerai, toi, Yori, papa, maman et tout le monde ! » Yuichi avait fait un saut audacieux hors du porche, jetant un poing en l’air alors qu’il prêtait serment.

Les yeux de Mutsuko s’étaient remplis de larmes, émues par sa promesse courageuse.

« Eh bien... c’est exact. Ce n’est pas comme moi... Je ne suis pas du genre à me figer face au désespoir. D’accord ! Laisse ça à ta grande sœur ! Je vais te faire..., » déclara-t-elle.

Et c’était à ce moment-là qu’il s’était réveillé.

« C’était... un rêve, n’est-ce pas ? » Il pensait se souvenir de quelque chose, mais cela s’était volatilisé dès qu’il s’était réveillé. Le souvenir était maintenant flou, à des millions de kilomètres...

Il s’était assis et avait regardé par la fenêtre. Il faisait encore nuit dehors.

Il s’était retourné dans son lit pendant des heures, mais il avait fini par s’endormir. Mais maintenant qu’il était réveillé, ce n’était pas bon. Il n’arriverait pas à se rendormir. Il s’était alors dirigé vers le couloir, puis il était allé vers la porte de Mutsuko et avait frappé. Elle était la seule personne à qui il pouvait parler de la cause de son insomnie : sa « vision ».

Une partie de lui s’attendait à ce qu’elle dorme déjà, mais elle avait tout de suite répondu à la porte.

Elle était dans une tenue chinoise connue sous le nom de pao — communément appelé « vêtements de kung-fu » — qu’elle portait apparemment en pyjama. « Est-il temps de parler des jeux fétichistes sur les grandes sœurs !? » avait été la première chose qui était sortie de sa bouche.

« Non ! Et pourquoi tu veux ça ? » demanda Yuichi.

« Eh bien, je serais inquiète si c’était des jeux fétichistes de petites sœurs, » déclara Mutsuko.

« Ce n’est ni l’un ni l’autre ! » déclara-t-il.

« Oh, eh bien. Entre ! » déclara sa sœur.

Elle lui avait fait signe de rentrer et il s’était assis une fois de plus à côté du kotatsu. La pièce était toujours aussi encombrée.

« Hé... rappelle-moi ce que signifie “catastrophe” ? » demanda-t-il.

« Il s’agit d’une théorie mathématique. Elle est utilisée pour décrire des systèmes ordonnés perturbés par des phénomènes chaotiques abrupts et aléatoires. Il peut aussi faire référence à un changement désastreux dans une vie quotidienne... C’est ce que tu es venu me demander ? » demanda sa sœur.

« Oh, non, ce n’est pas important. Je suis venu te demander... comment l’as-tu appelé, mon lecteur d’âme ? Je commence à voir des choses encore plus bizarres..., » déclara-t-il.

Yuichi avait décrit sa première journée à l’école.

Bien sûr, il avait laissé de côté sa rencontre avec la « Tueuse en Série », Natsuki Takeuchi. Son affirmation selon laquelle elle massacrerait tout le monde à l’école s’il en parlait pesait lourdement sur lui. Et vu ce qui s’était passé au petit déjeuner ce matin-là, il doutait que Mutsuko puisse garder un secret. Il ne pouvait pas le lui dire.

« Très intéressant ! » Les yeux de Mutsuko brillaient.

« Euh, pourrais-tu, s’il te plaît, ne pas appeler ça intéressant ? » demanda-t-il.

« Alors les étiquettes ont changé ? » demanda Mutsuko.

« Ouais. Au début, ils ont tous dit “Camarade de Classe”, mais ensuite ils ont commencé à changer pour des trucs comme “As du But”, » répondit-il.

« Et puis tes yeux ont commencé à te faire mal, et tu as commencé à voir des trucs effrayants comme “Zombie” et “Vampire” ? Y avait-il aussi des extraterrestres, des voyageurs temporels ou des médiums ? » demanda-t-elle.

« Rien d’aussi étrange, du moins pour l’instant..., » bien qu’il ne puisse pas prétendre qu’un extraterrestre était plus étrange qu’un zombie.

« Eh bien, tu les verras bien assez tôt ! » déclara sa sœur.

« J’espère vraiment que non... Alors, ça te dit quelque chose ? » demanda-t-il.

« Bonne question. D’après ce que tu m’as dit avant, les mots semblaient représenter quelque chose au sujet de la relation d’une personne envers toi, mais..., » commença-t-elle.

« Je ne vois pas ce que “Sorcière” et “Vampire” auraient à voir avec moi, » protesta-t-il.

Bien sûr, « Grand Sœur » et « Ami » avaient décrit les relations avec Yuichi, mais la plupart des étiquettes ne correspondaient pas du tout à ce schéma.

« Je vois... ça veut dire qu’on est dans l’acte 2 ! Tu as atteint une nouvelle étape de tes capacités ! Mais pour ce qui est de ce que les étiquettes signifient maintenant... Hmm, j’aimerais que nous puissions obtenir un échantillon plus large... C’est presque comme le contenu de leur âme... Leur personnalité ou quelque chose comme ça..., » Mutsuko s’éloignait à nouveau dans son propre petit monde.

« Hé, reste avec moi, » déclara-t-il.

« Oh, désolée. Alors, que dit mon étiquette ? Comme avant ? » demanda-t-elle.

« C’est toujours écrit “Grande Sœur”, » répondit-il.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Pourrais-tu au moins me donner une étiquette plus intéressante ? » déclara sa sœur.

« Ce n’est pas ma décision ! » s’exclama Yuichi.

« Je vais réfléchir à ce que veut dire le Lecteur d’Âme... mais sois prudent, d’accord ? Tu pourrais commencer à voir des choses que certaines personnes préfèrent ne pas voir. Et s’ils savent que tu peux les voir, ils pourraient s’en prendre à toi, » déclara-t-elle.

Yuichi avait dégluti. Il ne pouvait s’empêcher de penser à la « Tueuse en Série », Natsuki Takeuchi.

« Voyons, comme si ça pouvait arriver. Ce n’est pas vraiment des zombies ou des sorcières, alors pourquoi m’attaqueraient-ils ? » demanda Yuichi.

« Qu’est-ce qui te fait penser ça ? » demanda sa sœur.

« Et bien, la société ne pourrait pas fonctionner avec toutes ces créatures bizarres..., » il avait essayé de le dire pour se convaincre lui-même, mais les mots lui semblaient creux.

« Vraiment ? Je me suis dit qu’ils pourraient faire en sorte que ça marche, tant qu’ils vivent tous incognito, » déclara sa sœur.

Natsuki avait aussi dit quelque chose comme ça. Sans la vision comme celle de Yuichi, qui le saurait ?

« Il n’y a probablement pas de quoi s’inquiéter. Tant que tu ne dis à personne ce que tu peux voir, les gens qui cachent leur identité n’auront aucune raison de s’en prendre à toi, » déclara-t-elle.

Yuichi avait été choqué. Natsuki était déjà après lui, et elle savait déjà pour le Lecteur des Âmes...

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda sa sœur.

« Oh, rien. J’ai compris, je ne le dirai à personne, » déclara Yuichi.

Yuichi était retourné dans sa chambre et il avait pris du temps pour se rendormir.

♡♡♡

Quelques jours s’étaient écoulés depuis ce premier jour à l’école.

Comme d’habitude, Yuichi était venu en classe.

Il avait regardé les bureaux et les étiquettes étaient toujours les mêmes.

« Protagoniste de Jeu de Drague » et « Amie d’Enfance de Jeu de Drague » étaient comme d’habitude collés l’un à l’autre. « Tueuse en Série », « Vampire » et « Fausse » ricanaient à propos de quelque chose. « Anthromorphe », la fille riche, se faisait entourer par les groupies qui s’étaient déjà rassemblées autour d’elle. L’inquiétante « Sorcière » regardait « Le Bien-Aimé de la Sorcière ».

La panique initiale de Yuichi à l’idée d’être entraîné dans quelque chose d’incroyable s’était calmée au fur et à mesure que ses journées s’installaient dans la routine. En d’autres termes, il ne s’était rien passé. Il n’y avait eu aucun incident suspect.

La « Tueuse en Série » Natsuki Takeuchi n’était pas venue vers lui, et ils n’avaient pas interagi au-delà des plaisanteries superficielles attendues de leurs camarades de classe. Leur relation n’était rien de plus que cela.

« Vampire », « Zombie » et « Anthromorphe » semblaient n’être que des étudiantes ordinaires.

Leur nature étrange était évidente aux yeux de Yuichi, mais apparemment, pas pour les autres. Même si elles l’étaient, la politique semblait être « vivre et laisser vivre ».

Donc je suis le seul à vivre dans la peur d’un tueur en série, hein ? Se demanda-t-il.

C’était absurde. Tout était en paix autour de lui, mais parce qu’il n’arrêtait pas de voir les étiquettes, il ne pouvait pas ne pas y penser.

Shota s’approcha de lui alors qu’il était perdu dans ses pensées. « Hé, ta grande sœur est super mignonne ! » Sa voix était remplie d’excitation. Il avait dû voir Mutsuko quand elle et Yuichi allaient à l’école ensemble.

« Oui, les gens disent ça d’elle, » mais avant que Yuichi puisse ajouter qu’il ne pouvait pas vraiment être objectif sur le sujet, il sentait que quelqu’un le regardait.

Il avait jeté un coup d’œil sur le siège à gauche et devant lui. Le regard appartenait à la « Sorcière », An Katagiri. Il perçait étrangement entre les trous de sa longue frange. Elle n’avait pas interagi avec lui, mais le regarder comme ça de temps en temps lui faisait encore ressentir des frissons dans toute sa colonne vertébrale.

Fous-moi la paix ! J’ai assez d’ennuis avec la tueuse en série ! pensa-t-il.

Heureusement (enfin, pour lui), son attention était généralement concentrée sur Takuro sur le siège à côté du sien. Yuichi se détacha de son regard et regarda de nouveau devant lui.

Il voulait aider Takuro, mais il craignait que son ingérence ne cause plus d’ennuis. Et de toute façon, elle ne lui faisait rien d’aussi horrible de ce que Yuichi pouvait voir. Tout ce qu’elle avait fait, c’était le fixer, lui parler à l’occasion et lui apporter des boîtes à lunch.

Yuichi avait parfois jeté un coup d’œil dans les déjeuners pour voir s’il y avait des signes suspects, mais non. Pas de triton rôti ou de racines sculptées pour ressembler à des humains. Juste des déjeuners faits à la main. Donc pour l’instant, il se contentait de regarder et d’attendre.

Bien sûr, si jamais Takuro était en danger, il essaierait d’intervenir... mais pour l’instant, c’était entre les deux « tourtereaux ». Il n’avait rien pu faire pour l’arrêter.

« Hé... Il se passe quoi avec cette nana ? » chuchota Shota à Yuichi, remarquant apparemment le regard effrayant d’An.

« Comment le saurais-je ? » Il ressentait la même chose, mais cela ne rendait pas la réponse plus facile.

♡♡♡

Après la classe, Yuichi avait été sur le toit, et avait regardé la cour entre les quatre bâtiments de l’école, profondément plongé dans ses pensées. Cette vue l’avait calmé pour une raison inconnue. C’était peut-être la verdure.

Les gens n’allaient pas très souvent sur le toit, alors c’était l’endroit parfait pour avoir une réflexion tranquille et agréable. Et comme toujours, l’objet de ses pensées était Natsuki Takeuchi.

Elle avait dit qu’elle ne tuerait pas des personnes qu’elle connaissait, mais elle avait aussi dit qu’elle tuait des individus tous les jours. Et si elle avait tué quelqu’un récemment ?

Ce n’était pas une bonne chose à faire, mais il ne lui semblait pas juste de la laisser faire ainsi.

Elle avait dit que si son identité était révélée, elle tuerait tout le monde et s’enfuirait. Et si c’était révélé d’une autre façon ? Il aurait besoin d’une contre-mesure en tête au cas où ça arriverait.

Mais la vraie question est... comment arrêter un tueur en série ? Se demanda-t-il.

Si elle n’était qu’une lycéenne normale, il pourrait probablement la battre lors d’une bagarre. Mais il y avait clairement plus que ça chez elle.

Le lendemain du jour où elle avait sauté par la fenêtre, il avait inspecté le mur à l’extérieur des toilettes. Il y avait eu une longue ligne, menant de la fenêtre au sol. Elle avait dû enfoncer quelque chose dans le mur pour ralentir sa descente. Aucune lycéenne normale ne pourrait faire ça.

Il ne pouvait pas vraiment savoir exactement ce qu’elle avait fait. Elle avait dû enfoncer une sorte de lame, alors il avait supposé que son arme de prédilection était le couteau, mais il pourrait s’agir d’autre chose.

J’aurais peut-être dû en parler à Mutsuko..., se demanda-t-il.

L’une de ses camarades de classe était une tueuse en série. Que dirait Mutsuko s’il lui disait ça ?

Elle sourirait et poserait des millions de questions..., bien sûr. Et il était évident quant à ce qui allait suivre : Elle voudrait qu’il combatte la tueuse en série.

Il ne voulait pas faire ça. Pourtant, garder tout ça pour lui était difficile. Il voulait un confident.

Il s’était demandé qui serait le confident idéal. Il fallait quelqu’un aux lèvres serrées, avec la puissance de combattre le tueur en série s’il le fallait.

Comme si quelqu’un comme ça allait me tomber dans les bras..., pensa-t-il.

Yuichi soupira.

Qui croirait qu’il y avait un tueur en série dans leur classe ? Personne d’autre que sa grande sœur.

Les pensées de Yuichi tournaient en rond.

À ce moment-là, il avait remarqué qu’une étiquette planait dans la cour.

C’était la « Vampire ». Ça bougeait. Il n’avait jamais vu une étiquette bouger toute seule.

Il avait mis ses yeux à rude épreuve jusqu’à ce qu’il puisse distinguer une forme floue sous l’étiquette, et là, il s’était finalement rendu compte qu’il s’agissait d’une personne. Plus précisément, une fille.

Cela doit être Aiko Noro, avait-il réalisé. La fille de sa classe.

Il était difficile de dire ce qu’elle faisait à cette distance, mais il y avait quelque chose d’étrange. Elle semblait faire des cercles dans toute la cour. Au début, il avait supposé qu’elle s’entraînait, mais il s’était rendu compte que ce serait une chose étrange à faire dans son uniforme scolaire. Il y avait aussi un air étrangement désespéré en elle.

Qu’est-ce qui se passe ici ? Se demanda-t-il.

Yuichi avait sorti des jumelles de son sac. C’étaient des jumelles militaires avec une vision nocturne, et il ne les transportait pas par choix. C’était une autre chose que Mutsuko lui avait fait subir.

Il avait utilisé les jumelles pour voir de plus près.

Le visage d’Aiko était tordu par la peur. Elle n’arrêtait pas de regarder derrière elle comme si elle était poursuivie, bien que Yuichi ne puisse rien voir derrière elle.

Soudain, quelque chose avait attrapé sa jambe, et elle était tombée. Une mare de sang avait commencé à se répandre autour d’elle.

 

 

« Euh !? » Yuichi avait saisi son sac et il était parti en courant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire