Murazukuri Game no NPC ga Namami no Ningen toshika Omoenai – Tome 1 – Épilogue

***

Épilogue

« Yoshio ! Tu as un autre colis ! »

J’étais descendu à l’appel de ma mère, l’anxiété me traversant. Elle tenait un paquet assez petit.

Je le savais.

Il y avait une étiquette sur le paquet qui disait « Produits périssables ». Ce n’était pas tout à fait inexact.

« Qu’est-ce que c’est ? De la viande ? Encore des fruits ? », demanda maman avec excitation tout en regardant la boîte.

Il fallait quand même bien que je lui explique, tôt ou tard. J’avais posé la boîte sur le kotatsu dans le salon. Je l’avais ouvert. Au centre des couches de papier bulle se trouvaient quelque chose de blanc et de long. C’était le même œuf que j’avais vu sur l’écran hier. Je l’avais ramassé. Il était plutôt dur, surtout si l’on considérait que les personnes qui avaient posté hier avaient dit que les œufs de lézard ou de serpent avaient tendance à être mous.

« Un œuf ? Il ne ressemble pas à un œuf de poule », dit maman.

« Hmm… c’est probablement un œuf de reptile. »

J’avais observé attentivement sa réaction, mais elle ne semblait pas mécontente.

« Tu leur as demandé de t’envoyer un reptile de compagnie pour que tu puisses te rapprocher de Sayuki ? »

« Hein ? »

Pourquoi une telle chose gagnerait-elle les faveurs de Sayuki ?

« Elle aime les reptiles. Ton père aussi. Je suppose que ce genre de chose est courant dans la famille. »

« Je ne savais pas… »

« Ton père avait un lézard domestique avant qu’on vive ensemble. Je ne les aime pas, alors il l’a laissé à ses parents quand nous nous sommes mariés. Mais Sayuki les aime aussi, c’est pourquoi elle en garde un dans sa chambre. »

Vraiment ?!

Je n’avais pas mis les pieds dans la chambre de Sayuki une seule fois au cours des dix dernières années, il n’était donc pas étonnant que je ne le sache pas. Ce devait être aussi des créatures silencieuses, puisque je ne l’avais jamais entendu.

« Je m’y suis habituée maintenant. Je peux même voir pourquoi elle l’aime tant ! »

« Oui… »

Tout d’abord, j’étais choqué d’être si ignorant des hobbies de ma sœur. Deuxièmement, j’étais étonné qu’un reptile vive dans la chambre juste à côté de la mienne et que je n’en aie jamais rien su.

Quoi qu’il en soit, grâce à son amour des choses à écailles, le problème de l’œuf avait été résolu assez facilement. J’avais décidé de lui demander comment l’élever lorsqu’elle rentrerait du travail. Pour l’instant, je l’avais enveloppé dans une serviette pour le garder dans ma chambre. Sur Internet, on m’avait dit que les œufs de reptiles devaient être manipulés avec précaution en raison de leur fragilité, mais celui-ci était très résistant. Il était également important de le garder dans une atmosphère humide.

Après avoir placé l’œuf avec précaution sur mon bureau, j’étais redescendu. J’avais pris une cuvette et je l’avais remplie de la terre que nous gardions pour le potager, puis j’avais aspergé la terre d’eau. J’avais placé l’œuf par-dessus.

C’était tout ce que je pouvais faire pour l’instant. Pour le reste, je devais le demander à Sayuki. Je lui avais envoyé un message rapide pour lui faire savoir que je voulais qu’elle m’aide à faire quelque chose quand elle rentrerait. Elle m’avait répondu presque immédiatement.

« Je rentrerai tôt. Je pourrai donc manger avec vous. »

C’était rapide. N’était-elle pas censée travailler ? J’aurais pensé qu’elle aurait été réprimandée pour avoir utilisé son téléphone au travail, mais peut-être que ce n’était pas un problème.

Quoi qu’il en soit, le problème de l’œuf étant réglé, je pouvais me concentrer à nouveau sur l’événement de demain. Non pas que je puisse faire autre chose que de donner à mes villageois un petit avertissement dans la prophétie.

« Eh bien, j’ai fait ce que je pouvais, je suppose donc que le reste est entre les mains du destin… C’est plutôt ironique. »

J’avais gloussé pour moi-même, regrettant à moitié le fait qu’il n’y avait personne autour de moi pour partager cette ironie.

*****

Comme promis, Sayuki rentra à six heures. Papa étant aussi rentré tôt, cela signifiait donc que nous étions tous ensemble pour le dîner, ce qui était agréable. Il y a un mois à peine, je n’aurais pas cru que cela soit possible. Sayuki et nos parents mangeaient ensemble, mais j’étais toujours celui qui manquait. Sans le sentiment de culpabilité qui m’assaillait lorsque je dînais seul, mon cœur se réchauffait et la nourriture avait bien meilleur goût.

J’avais prévu de demander à Sayuki son avis sur l’œuf après le dîner, mais comme papa était là et qu’il aimait aussi les reptiles, j’avais décidé de leur demander leur avis à tous les deux tant que j’en avais l’occasion.

J’avais posé mes baguettes.

« J’allais aussi demander à Sayuki, mais je peux avoir ton avis sur quelque chose, papa ? »

Ils m’avaient regardé fixement. Pour je ne sais quelle raison, Sayuki avait l’air un peu en colère, tandis que Papa essayait clairement de garder son habituel visage impassible. J’avais vu le bout de ses lèvres se retrousser un peu.

« Vas-y », dit-il.

« C’est en rapport avec le message que tu m’as envoyé ? », demanda Sayuki.

« Mon village m’a envoyé une sorte d’œuf de reptile. Il semble que les reptiles soient devenus assez populaires dans le village. Je suppose qu’ils considèrent que cela fait partie de leur développement. »

J’avais travaillé tard la nuit dernière pour créer une histoire pour le village. Heureusement, ils avaient semblé y croire.

« Ils m’ont demandé si je voulais essayer de m’en occuper, et j’ai dit oui. Vous aimez aussi les reptiles, non ? »

J’avais posé la question comme si je me souvenais de ce fait à leur sujet depuis des années. J’espérais que maman ne dirait rien.

« Eh bien, ce n’est pas comme si j’étais une experte, mais je pourrais probablement t’apprendre une chose ou deux », dit Sayuki.

« N’hésite pas à demander ce que tu veux. J’ai même un vieux terrarium avec tous les accessoires dans la remise si tu le veux. », dit papa.

J’avais été surpris de voir à quel point ils étaient prêts à m’aider. J’avais récupéré l’œuf à l’étage et je le leur avais montré pour avoir leur avis.

« Il ressemble vraiment à un œuf de reptile, mais la coquille est un peu dure. Tu pourrais avoir affaire à un gecko ou à un crocodile. », dit papa.

« Un crocodile ? Comme un de ces petits ? Est-ce que c’est légal ? »

Sayuki ajouta son grain de sel.

Je pouvais voir qu’ils devenaient excités maintenant. Il n’avait pas fallu longtemps pour que je perde la trace de ce qu’ils disaient. Ils parlaient du type d’éclairage et de température dont il aurait besoin et de l’espèce (que je ne reconnaissais pas) à laquelle il pourrait appartenir. J’avais écouté du mieux que j’avais pu, ne donnant qu’un « euh huh » ou un « ça a l’air bien » robotique lorsqu’ils me demandèrent mon opinion non éclairée.

Après tout cela, nous avions dégagé un espace dans ma chambre et installé le terrarium pour la créature, en le remplissant de sable et de bois secs. Ils avaient même fait un petit bassin pour qu’il ait tout ce dont il pourrait avoir besoin. Tout cela provenait de vieux équipements que papa et Sayuki possédaient déjà. Peut-être que cela me semblait plus impressionnant parce que j’étais un novice, mais c’était comme s’ils avaient créé un tout autre monde à l’intérieur de cet aquarium. Une fois qu’il fut installé, ils commencèrent même à prendre fièrement des photos de lui sous tous les angles. J’avais à peine fait le travail moi-même, j’avais donc noté mentalement d’acheter quelque chose de sympa pour eux deux la prochaine fois que je serai près du magasin.

« Assure-toi de nous faire savoir quand il éclot ! Je suis curieux de voir ce que ce sera », dit papa.

« Moi aussi ! N’oublie pas de me le dire aussi ! », dit Sayuki.

« Compris. »

Je n’allais pas contester ce qu’ils disaient alors que je n’avais pas la moindre idée de ce que je faisais. J’avais vraiment de la chance de les avoir. Et même les choses se sont passées ainsi que par hasard, c’était un autre exemple de l’impact du Village du Destin dans le renforcement des liens dans notre famille. Peut-être y avait-il vraiment un Dieu du Destin qui veillait sur nous.

Grâce à papa et à Sayuki, je pouvais maintenant porter mon attention sur l’événement arrivant. Et comme tout semblait aller bien dans le village pour le moment, je m’étais décidé à aller dormir afin d’être sûr d’être debout avant dix heures demain.

*****

Je m’étais réveillé à neuf heures le lendemain matin. Ne sachant pas ce qui m’attendait, je commençais à m’inquiéter. Je m’étais dit qu’il fallait être prêt à tout. J’avais pensé à utiliser le golem pour essayer de communiquer directement avec mes villageois, mais avec seulement des gestes à ma disposition, ça ne marcherait probablement pas. Je pouvais toujours essayer d’écrire un message dans le sable, mais je ne pouvais pas supposer que nos langues soient les mêmes. Bien sûr, ils comprenaient les prophéties que j’écrivais en anglais, mais il n’y avait aucune garantie qu’elles n’étaient pas traduites par une sorte de technologie de jeu vidéo. Même sans tout cela, le golem était cher à faire fonctionner et je devais l’utiliser avec parcimonie.

Si je voulais communiquer avec mes villageois, la prophétie quotidienne était le seul moyen. C’était une limitation ennuyeuse par moments, mais je supposais que cela faisait partie de ce qui rendait le jeu intéressant.

Je ne voulais pas avoir à quitter mon ordinateur une fois que l’événement aurait commencé, j’étais donc descendu pour prendre des collations. Tout le monde était déjà parti. De retour en haut, j’étais allé voir mes villageois. Ils étaient agités, clairement sur les nerfs à cause de l’avertissement que je leur avais envoyé hier.

Dans une heure, quelque chose allait se passer. Un mélange d’excitation et d’anxiété m’avait traversé pendant que j’attendais. Je voulais croire que cet événement n’allait pas être un autre Jour de Corruption, mais je n’aurais pas cru que les développeurs puissent faire quelque chose comme ça.

J’avais gardé les yeux sur l’écran pendant que je mangeais mon casse-croûte. À ce moment-là, j’avais entendu un bruit familier : un cafard.

Argh.

J’avais pris un magazine sur mon bureau et je m’étais levé lentement, en espérant qu’il ne sentirait pas l’aura meurtrière qui émanait de moi. J’avais balayé le sol, mais il n’était pas là. J’avais vérifié les murs, rien.

C’était peut-être mon imagination ?

J’avais reposé le magazine, prêt à baisser ma garde, quand je l’avais entendu à nouveau. J’avais écouté aussi fortement que possible pour repérer sa position. Ce fut alors que je remarquais que l’œuf dans le réservoir se balançait légèrement.

« Est-il déjà en train d’éclore ? ! Qu’est-ce que j’ai fait ? ! Attends, Sayuki m’a laissé une note… »

Alors que je le cherchais, une simple fissure était apparue dans l’œuf. Puis une autre. Et encore une autre. Bientôt, l’œuf entier avait été couvert de fissures. J’avais arrêté ma recherche et j’avais regardé l’œuf. Une partie de la coquille s’était détachée, révélant une petite bouche. Puis d’autres tombèrent. J’avais pu voir une tête, des pieds, un corps et une queue.

« C’est jaune… »

À part son ventre, la créature était d’un jaune vif qui semblait scintiller sous la lumière de l’aquarium. Sur son visage mince se trouvait une paire de grands yeux avec des iris verticaux. Sa peau avait une texture rugueuse et elle marchait à quatre pattes. Sa queue était aussi longue que la partie principale de son corps.

Il n’y avait aucun doute sur le fait que c’était un lézard. J’avais poussé un petit soupir de soulagement, ce n’était donc pas un serpent. Bien que je ne sois pas un fan des reptiles, celui-ci était plutôt petit et mignon. La façon dont ses yeux bougeaient de gauche à droite en observant son environnement était adorable. Malgré mes craintes initiales, j’étais sûr de pouvoir l’élever avec l’amour qu’il méritait.

Je l’avais étudié. Je l’avais vu jaune avant, mais en y regardant de plus près, c’était plutôt une couleur dorée. En fait, la façon dont il brillait n’était pas un effet de la lumière, mais sa peau naturelle. Il y avait également deux petites bosses qui dépassaient de l’arrière de sa tête. Ses pattes arrière étaient un peu plus épaisses que ses pattes avant, et il avait de grandes écailles d’aspect dur. Il ressemblait à quelque chose que j’avais déjà vu dans une encyclopédie sur les dinosaures.

« Oh, c’est vrai ! Je suis supposé prendre une photo de ça. »

J’avais pris une photo rapide avec mon téléphone et je l’avais envoyée à Sayuki et à Papa. Ils m’avaient dit auparavant que quoi qu’il arrive, il devrait être bien dans ce terrarium. J’espérais donc qu’il serait heureux là-dedans pour le moment.

« Ça va aller, hein ? »

Le lézard semblait hocher la tête pour me répondre, bien que je sois sûr que c’était une coïncidence. Au moins, il était obéissant.

« Attends juste que l’événement soit terminé, puis je reviendrai te donner un nom. »

J’avais vérifié l’heure. Il était dix heures moins trois. Prenant une profonde inspiration, je m’étais assis devant mon ordinateur, prêt pour le début de l’événement.

J’étais tellement absorbé par mon anticipation que j’avais fait abstraction de tout ce qui m’entourait. À l’époque, je n’avais aucune idée de la façon dont cette petite créature qui me regardait depuis le terrarium était sur le point de changer toute ma vie, et mon sens de la réalité.

 

Bonus : Postface (extraits)

(NdT : Ce roman est tellement différent des autres que j’ai voulu voir ce que l’auteur en dirait. J’ai trouvé son explication suffisamment intéressante pour vous en donner une assez grosse partie du texte. J’ai juste retiré les remerciements.)

… Ce n’est pas une histoire que l’on trouve dans un manga typique, avec un jeune garçon qui devient un héros. Il s’agit plutôt d’un homme d’une trentaine d’années qui lutte pour remettre sa vie sur le bon chemin.

Yoshio n’a jamais réussi à trouver un emploi et, malgré ses regrets, il n’a pas le courage de faire le premier pas. Ce n’est que grâce à un jeu vidéo qu’il va pouvoir trouver ce courage. C’est un résumé assez simple de l’histoire.

Je crois, sur la base de mes propres expériences, que même ceux qui sont incapables de faire quoi que ce soit pour eux-mêmes peuvent être motivés pour faire quelque chose pour le bien de quelqu’un d’autre, et je pense que cela vaut pour beaucoup de gens.

Mon objectif dans ce travail n’est pas de dire aux chômeurs qu’ils doivent trouver un emploi. Il me suffirait que mes lecteurs dans une situation similaire à celle de Yoshio réalisent qu’ils ont plus de potentiel qu’ils ne le pensaient.

En dehors de Yoshio, j’aimerais parler de l’histoire elle-même. Je vais essayer d’éviter les spoilers pour ceux qui aiment lire la postface en premier.

Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un isekai, et le personnage principal n’est en aucun cas surpuissant ! Il s’agit simplement d’un NEET enfermé qui joue à un jeu vidéo mystérieux. Je sais que cela ne semble pas très excitant, mais croyez-moi quand je dis que ça l’est ! Comme je l’ai écrit, j’ai essayé de rendre l’histoire attrayante malgré son cadre très ordinaire. C’est tout ce que je peux dire sans trop en dévoiler, alors n’hésitez pas à lire par vous-même !

Si vous avez déjà terminé l’histoire, qu’en avez-vous pensé ? Avez-vous eu un personnage préféré ? En tant qu’auteur, j’espère que vous vous attacherez à Yoshio, mais personnellement, Carol est mon personnage préféré. Mais ne vous méprenez pas, je ne suis pas un lolicon !

Sans elle, l’histoire aurait probablement fini beaucoup plus sombre qu’elle ne l’est. Je pense que Carol a beaucoup fait pour remonter le moral de ceux qui l’entourent, y compris Yoshio. Elle a aussi beaucoup d’importance dans l’histoire en tant que personnage principal.

J’aime aussi beaucoup les autres personnages, bien sûr, et je suis très attaché aux cinq villageois principaux. Il y a Gams, un homme fort et fiable, sa sœur Chem, qui lui porte une affection inhabituelle, Rodice, qui semble faible au premier abord, mais qui a la tête froide, et sa femme Lyra, joyeuse et courageuse.

Chacun de ces personnages contribue à l’histoire à sa manière. Dans la partie de l’histoire qui se déroule dans la vie réelle, nous avons Yoshio, sa sœur Sayuki et ses parents, ainsi que le patron et les collègues de Yoshio. Aucun d’entre eux n’est un personnage de second plan; chacun a son rôle à jouer. L’histoire avance sous l’influence du jeu et des événements de la vie réelle, j’espère donc que vous apprécierez ces deux parties parallèles et leurs personnages.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre et le mot de l'auteur. 3 contre un que le reptile est un Dragon 😜

  2. Merci pour ce chapitre et vivement la suite de cette histoire vraiment génial

Laisser un commentaire