Monster no Goshujin-sama – Tome 2 – Chapitre 17 – Partie 2

Bannière de Monster no Goshujin-sama ***

Chapitre 17 : Les circonstances des elfes

Partie 2

Après avoir fini le petit-déjeuner, nous avions quitté la salle à manger.

Mikihiko avait dit qu’il nous emmènerait dans notre chambre, mais j’étais en train de comprendre lentement la structure interne, alors j’avais décliné l’offre en disant que ce n’était pas un problème tant que je retournais dans ma chambre.

Aligné épaule contre épaule avec Lily, j’étais retourné directement dans notre chambre.

Si vous exprimez grossièrement l’intérieur de cette forteresse où nous nous trouvions, elle avait une forme semblable à un pilier plat à plusieurs côtés avec 3 niveaux empilés sur le dessus. Nous étions dans la troisième plus basse division.

Nous avions remarqué que certains chevaliers vivaient aussi ici, et même lorsque nous revenions dans la chambre, nous avions croisé plusieurs fois des chevaliers d’apparence amicale. Ils s’étaient arrêtés et nous avaient chaque fois remerciés pour notre courtoisie, ce qui m’avait vraiment lassé. Il ne semblait pas y avoir de bâtiment où les soldats pouvaient rester et dormir, mais c’était un salut que nous n’avions pas eu l’occasion de rencontrer, sauf venant des soldats qui étaient de factions.

Un tumulte avait atteint mes oreilles alors que nous avions monté les escaliers et étions arrivés à l’étage où se trouvait notre chambre.

Il y avait des signes de dispute.

Même si nous étions désolés pour le contretemps, nous ne pouvions pas retourner dans notre chambre sans passer par cet endroit.

« Et maintenant ! ! Agaçant ! » cria Sakagami.

Alors que nous sortions du couloir, un étudiant aux cheveux blonds, Sakagami Gyouta qui avait fait une forte impression parmi les étudiants protégés, venait par ici avec les épaules bien relevées.

« Poussez-vous de là ! » déclara Sakagami.

Même si le différend était devenu dérangeant, nous avions obéi et nous nous étions retirés de son chemin.

Sakagami passa immédiatement devant nous. Il avait fait claquer sa langue et nous avait regardés en nous dévisageant, que ce soit parce qu’il s’en fichait ou parce que celle qui m’accompagnait était une femme.

C’était une atmosphère divertissante même si nous étions mêlés à cela, Sakagami avait continué à partir sans rien dire.

Les trois personnes de l’Unité Expéditionnaire étaient dans le couloir.

Et, un garçon était assis sur le dos avec une joue enflée.

Il était avec Sakagami en route vers cet endroit, et il semblait être un timide « enfant intimidé »...

« Franchement, les gars comme lui, » déclara Juumonji de l’Unité Expéditionnaire avec un regard de ressentiment et les bras croisés.

Pendant ce temps, Watanabe, un autre membre masculin de l’Unité Expéditionnaire, faisait se relever l’élève qui était tombé sur le dos pendant que son autre main tenait un bâton de combat.

« Est-ce que ça va ? » demanda Watanabe.

Ses actions avaient été étonnamment rassurantes. Bien qu’il soit proche d’un sorcier d’après ce que j’avais vu, la capacité physique de Watanabe en soi semblait être un « guerrier » qui excellait dans ses capacités magiques et physiques.

Watanabe avait alors guéri les blessures de l’élève de sexe masculin en appliquant la magie curative, puis il lui avait donné des conseils.

« Tu ferais mieux de ne pas trop t’approcher de ce type. De notre côté aussi nous le ferons, » déclara Watanabe.

« ... D’accord. Je te remercie, » déclara l’élève.

L’élève inclina la tête devant la remarque de Watanabe, puis se retourna.

Il portait une expression faciale vraiment sombre. Nous nous étions croisés.

Tout en regardant nonchalamment par-dessus son épaule et en les voyant partir, sa petite silhouette poursuivit Sakagami et disparut dans l’escalier. Les paroles de l’Unité Expéditionnaire ne semblaient pas lui être parvenues.

« C’est une chose gênante. Tu ne trouves pas ? » demanda Juumonji.

Regardant par-dessus mon épaule, Juumonji qui nous avait remarqués était venu me parler.

« Même si le moment est venu de coopérer, il est difficile d’obtenir leur coopération en raison du fait que leurs points de vue sont toujours fondés sur notre ancien monde, » déclara Juumonji.

Il semblerait que les gars de l’Unité Expéditionnaire aient semblé être troublés par tout ça. Bien qu’ils aient présenté un certain charisme et obtenu une force extraordinaire, ce n’était pas si simple d’« unifier les individus ».

« Au fait, où allez-vous à cette heure-ci ? » Juumonji nous l’avait demandé alors qu’il venait de le remarquer.

« N’avez-vous pas entendu l’information que tous les membres de l’Ordre des Chevaliers donnent et se répartissent pour effectuer une formation une fois le repas terminé ? » demanda Juumonji.

« Nous ne participons pas à la formation, » répondis-je.

Avec ma réponse, Juumonji, qui avait posé la question semblait surpris.

« Est-ce en raison de votre condition physique qui pourrait être mauvaise ? » demanda Juumonji.

« Ce n’est pas ce que je voulais dire, » répondis-je.

« Si ce n’est pas le cas, pourquoi ? » demanda-t-il.

Le ton de la voix de Juumonji ressemblait à celui d’une critique.

Je vois. Je comprends parfaitement.

Puisqu’il l’avait dit sur un tel ton, je comprenais pourquoi quand Mikihiko parlait de cette affaire en agissant ainsi. C’était donc la raison pour laquelle il semblait faire la moue comme ça.

C’était troublant parce qu’il parlait en toute hâte avec un état d’esprit positif. Il semblerait qu’il n’avait aucune intention malveillante...

Dans cette situation, il semblait bon de mettre fin rapidement et complètement à la conversation.

« Désolé, mais j’ai déjà un arrangement. Comme c’est ainsi, nous allons y aller, » déclarai-je.

J’avais commencé à marcher avec Lily. Juumonji était grimaçant, mais j’avais fait semblant de ne pas le voir.

« Ah, attendez une minute, » demanda Yuna.

Néanmoins, elle m’attendait à l’endroit où j’essayais de passer, sur l’un des côtés où je trouvais les trois personnes de l’Unité Expéditionnaire.

« Désolé, Juumonji-kun, Watanabe-kun. C’est juste une petite affaire. Pouvez-vous y aller ? » demanda Yuna.

Ainsi, la seule femme des trois personnes de l’Unité Expéditionnaire, qui était la « Grande Coureuse » Eno Yuna, avait parlé.

Qu’il s’agisse ou non d’une surprise pour lui aussi, Juumonji hocha la tête avec un visage qui omettait la méchanceté.

« Ah, d’accord. Je comprends. Ne sois pas en retard, puisque tu n’auras pas le temps de manger ton repas, » déclara Juumonji.

« Il n’y a pas une phrase qui dit “Je vais être en retard”, Juumonji-kun, » déclara Yuna en plaisantant. Les deux hommes qui l’accompagnaient étaient déjà partis, et elle se tenait devant Lily.

Il semblerait qu’elle avait des choses à faire, vis-à-vis de Lily... il semblait qu’elle avait des liens envers Miho Mizushima, qui était imitée par elle.

« Ça fait un moment, Mizushima-san. Bien que nous n’ayons pas beaucoup parlé, tu te souviens de moi ? » demanda Yuna.

« Bien sûr que oui. Même si après mon arrivée ici, je ne t’ai jamais parlé, hein, » répondit Lily.

Eno était en deuxième année, alors que Miho Mizushima et moi étions dans la même année d’école.

Je n’avais pas échangé de mots avec Yuna, et même si je reconnaissais son visage comme celui d’une camarade de classe, je ne me souvenais pas particulièrement de son nom.

Cependant, Miho Mizushima et les autres filles, même si elles n’étaient pas des amies particulièrement intimes, il semblait qu’il y avait encore un certain rapprochement pour avoir l’occasion d’échanger des mots.

J’avais compris qu’elle nous avait demandé de nous arrêter pour saluer en particulier sa connaissance, Miho Mizushima, mais j’avais immédiatement remarqué quelque chose d’étrange dans cette situation.

Eno semblait plutôt accorder une attention excessive vers moi. Elle n’arrêtait pas de me jeter des coups d’œil.

« Ou... ais, c’est pitoyable, » murmura Yuna.

... C’était quelque chose qui avait été dit comme une salutation méprisable.

Je me demandais si elle cherchait la bagarre. Je n’avais pas l’intention de la provoquer.

Sur ce point, Sakagami d’il y a quelque temps était plus imposant. Je n’avais pas du tout envie de me battre contre ces gars de l’Unité Expéditionnaire, à moins que Lily et les autres ne soient dévoilés par eux.

« Ah, non non. Ce ne sont pas tes affaires, » murmura Yuna, puis elle se serra les mains. Elle retourna son regard vers Lily.

« Tu connais Takaya Jun-kun, non ? » demanda Yuna.

Lily avait ouvert les yeux face aux paroles de Yuna. J’étais aussi pareil.

C’était l’ami d’enfance de Miho Mizushima, c’était le nom complet du garçon qui était membre de l’Unité Expéditionnaire.

« Takaya-kun est vivant. Au cas où, j’ai pensé que je devais te le dire, » déclara Yuna.

« Comme je le pensais, c’est pourquoi il a rapporté l’information sur l’effondrement de la colonie à l’Unité Expéditionnaire..., » déclara Lily.

« Ouaip. Takaya-kun l’a fait, » déclara Yuna.

L’ami d’enfance de Miho Mizushima était parti vers l’est pour demander l’aide de l’Unité Expéditionnaire, je l’avais déjà entendu de Kato-san. Il semblait qu’il avait atteint son but.

... Non. Il n’avait pas atteint son but. Parce que Miho Mizushima n’était plus dans ce monde. Même s’il était finalement arrivé à la base de l’Unité Expéditionnaire, cela n’avait même pas de sens.

« Comme je te connaissais, Mizushima-san, Takaya m’a demandé en se lamentant que je te protège. En ce qui concerne le résultat, je n’ai même pas eu besoin d’aller te sauver, » déclara Yuna.

« ... Qu’est-ce qu’il fait maintenant ? » demanda Lily.

« Il a été laissé à Ebénus, la forteresse à l’Est. Aller dans la mer des arbres tout seul, c’est bien sûr bien trop déraisonnable. De plus, parce que son corps était usé par sa marche forcée, il devait se reposer. Bien qu’il ait grommelé magnifiquement, il ne semblait pas pouvoir venir avec nous. Je pense qu’il lui faudra du temps pour arriver ici, » déclara Yuna.

En disant cela, Yuna regarda à nouveau d’un regard éphémère vers ma direction.

« ... Bien que tout cela deviendra pitoyable quand il arrivera ici. Quant à moi qui connais l’endurance de cet enfant, j’ai voulu le soutenir, mais cela semble assez mauvais pour sa relation, hein, » déclara Yuna.

En voyant la silhouette de Miho Mizushima qui se tenait à côté de moi, elle semblait avoir deviné notre relation. La vérité était un peu différente, mais dans tous les cas, il n’y avait aucun doute que c’était un développement cruel pour Takaya Jun.

« Eh bien, c’est à peu près toute l’“histoire de mon côté”. C’était agréable d’avoir l’occasion de te parler avant mon départ, » déclara Yuna.

Yuna avait déclaré ça avec un visage comme si un fardeau lui avait été enlevé des épaules. Lily lui avait exprimé sa gratitude.

« Merci beaucoup, Eno-san. D’ailleurs, qu’est-ce que ce “départ” ? » demanda Lily.

« Hm ? Mizushima-san, tu ne le sais pas ? Parce qu’il a été dit que nous mettrons en place la deuxième équipe de récupération avant même la fin de la journée, il a été décidé que nous les accompagnerons. Nous allons vers les cabanes, et plus tard, nous avons l’intention de visiter la colonie si nous avons le temps, » déclara Yuna.

C’est l’histoire que j’avais aussi entendue de Mikihiko.

Le départ avait eu lieu peu après le retour de Silane, comme on pouvait s’y attendre de la part de la « Grande Coureuse ». Elle était rapide.

« Ah, mais ayez l’esprit tranquille. Parce que ce n’est pas bon de laisser tous ceux qui sont restés dans la forteresse dans l’anxiété, on s’est arrangé pour que Juumonji-kun et Watanabe-kun restent, » déclara Yuna.

« Ça ne veut pas dire que tout le monde dans l’Unité Expéditionnaire y va, hein ? » demanda Lily.

« Ce n’est pas comme si j’étais la seule à avoir un potentiel martial. Mais au contraire, je suis la seule du côté rapide, mais... cela a été totalement refusé par l’Ordre des Chevaliers parce que “je ne sais pas ce qu’il y a dans la mer des arbres”, alors je ne peux pas y aller en solo. Même quelqu’un comme Juumonji-kun, et aussi Watanabe-kun ont été rejetés parce qu’ils étaient trop bruyants. » (Yuna)

Avec l’attitude de Yuna qui haussait les épaules, je ne pouvais pas percevoir quelque chose de semblable à une prise de conscience de la crise qu’elle pourrait subir en se dirigeant vers un endroit dangereux.

Ce n’était pas nécessaire.

Je l’avais vu hier — ou peut-être devrais-je dire, je m’étais souvenu de la bataille avec la Chenille Verte que « Je n’ai pas pu voir »... Il n’y avait pas de mensonges dans son surnom de la « Grande Coureuse », la capacité de combat d’Eno Yuna était écrasante si elle était dite en un seul mot. C’était une beauté malgré tout ça. C’était certainement à un point tel qu’« ils doivent être des héros ».

Ils se reflétaient comme étant fiables aux yeux des gens du monde parallèle et du « Groupe de Ceux Restés Derrière », mais elle se reflétait comme un objectif qu’il était incapable de supporter et rien ne pouvait être fait aux yeux de Mikihiko.

« Ah. Ce n’est pas bon. Désolé, Mizushima-san. Je dois y aller bientôt, » déclara Yuna.

Qu’elle ait remarqué où non qu’elle s’était enfermée profondément dans la conversation, elle avait dit cela et avait fait demi-tour.

« Alors, à tout à l’heure, » déclara Yuna.

Yuna avait commencé à courir en agitant la main. Ce n’était pas une vitesse qui ne se reflétait pas dans mes yeux, mais c’était une façon de marcher qui permettait de dire qu’elle était néanmoins une bonne marcheuse.

Cette silhouette qui partait de là avait disparu de l’autre côté du couloir en un clin d’œil.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire