Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Chapitre 4 : Le pire des scénarios

Partie 4

Après avoir confirmé avec Lily qu’il n’y avait plus de sosies parmi les chevaliers et les soldats de l’Alliance laissés derrière, nous avions immédiatement commencé à nous déplacer. Heureusement, l’équipe d’exploration avait déjà éliminé les monstres en chemin, et notre déplacement se déroulait donc sans encombre. Nous devions atteindre le site de la contre-offensive aussi vite que possible. Si nous ne le faisions pas, le plan qui portait tout le destin de la forteresse pourrait subir un revers majeur.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Maître ? » demanda Lily en courant à mes côtés. Elle me regardait avec une expression anxieuse. « Tu fais une drôle de tête. »

« Ce n’est rien. C’est juste que je n’aime pas ça. »

« N’aime pas quoi ? » demanda Lily, en penchant la tête et en clignant des yeux avec curiosité.

« Nous sommes sur la défensive en ce moment. L’incident avec le sosie est une chose, mais toute la situation donne l’impression que nous sommes toujours en train de rattraper le temps perdu. Il serait préférable de supposer qu’au moins, tout ce qui s’est passé jusqu’à présent se déroule exactement comme notre “ennemi” le voulait. »

« C’est logique. »

« Dans cette hypothèse… N’as-tu pas l’impression que le timing est un peu trop bon pour que ce genre de crise se produise juste après notre arrivée à la forteresse ? »

« Attendez une minute, Takahiro, » avait coupé Shiran en nous entendant. « Voulez-vous dire que la visite des sauveurs a été le déclencheur de cette attaque ? »

« Je dis juste que c’est possible. »

En bref, c’était la même chose que lorsque Kei avait disparu. C’était la toute première fois que cela arrivait, et cela s’était produit lorsque nous, les étudiants, étions arrivés à la forteresse. Là, nous avions eu une attaque par une grande armée de monstres, également un événement sans précédent. Il n’était pas si étrange de soupçonner une relation entre notre arrivée et l’attaque.

« Tant qu’il y a des doubles infiltrés dans la forteresse, la possibilité que ce ne soit que des monstres en liberté est quasi nulle. Il y a un cerveau derrière cette attaque, un “ennemi”. Si tout se passe exactement comme ils l’avaient prévu, le cours actuel des événements pourrait être assez mauvais. »

« Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« S’ils prennent de telles mesures à cause de notre arrivée à la forteresse, alors ils savent manifestement que l’équipe d’exploration est là aussi. »

« Vous ne pouvez pas dire… ! Ils s’attendent déjà à ce que nous nous reposions sur le pouvoir des sauveurs !? » Shiran avait écarquillé les yeux en réalisant où je voulais en venir.

« Il est impossible qu’ils n’anticipent pas la plus forte force de combat de la forteresse pour participer à cette bataille. »

« … En d’autres termes, la situation est devenue plutôt grave. »

« Oui. C’est un bon plan d’utiliser l’équipe d’exploration comme pivot pour lancer une contre-offensive — dans des circonstances normales, du moins. Mais si l’ennemi connaît la présence de l’équipe d’exploration, son efficacité devient quelque peu suspecte. Ils auront absolument une contre-mesure prête s’ils ont commencé tout ça en sachant que les gars de l’équipe d’exploration étaient là. »

« Ce n’est pas possible… »

« J’ai peut-être trop réfléchi. »

J’avais ajouté ça parce que ça semblait être un choc pour Shiran. En vérité, une grande partie de ce que je disais n’était rien d’autre que des suppositions. Tout était basé sur l’hypothèse que tout ceci était dû à l’arrivée des élèves à la forteresse. J’avais encore des doutes sur la façon dont ils pouvaient traiter avec l’équipe d’exploration. De toute façon, ce sont des tricheurs qui possèdent d’énormes pouvoirs dans ce monde.

J’avais l’habitude de théoriser le pire des scénarios en raison de mes expériences jusqu’à présent, donc cela pourrait n’être rien de plus qu’une anxiété inutile. Néanmoins, je pensais qu’il était préférable d’être prêt à affronter le pire. « Être prudent est une bonne chose, » m’avait dit la commandante. J’étais tout à fait d’accord.

Mes pensées s’étaient mises en marche alors que je m’élançais vers l’escalier menant au sommet des remparts intérieurs aux côtés des chevaliers. Si c’était moi, comment ferais-je face aux tricheurs ? D’après ce que j’avais pu voir du comportement des monstres, l’auteur de cet incident possédait probablement une capacité similaire à la mienne. En tant que tel, il n’y avait pas de personne plus apte à penser comme lui.

Et après avoir réfléchi, et réfléchi… la conclusion à laquelle j’étais arrivé était : c’était impossible.

C’est une chose à laquelle j’avais déjà pensé concernant ma propre capacité. Utiliser les monstres comme force était un pouvoir bien trop faible par rapport aux tricheurs ordinaires, et ce, de toutes les manières possibles et imaginables. S’il n’y avait qu’un seul tricheur, il était théoriquement possible d’envoyer des dizaines ou des centaines de monstres contre lui sans se soucier des pertes. Cependant, ces sauveurs du monde avaient de nombreux alliés au Fort de Tilia. Les vaincre dans de telles circonstances n’était pas possible à moins de créer une situation où les sauveurs ne pourraient pas utiliser leurs tricheurs…

« … »

Non, attends. N’y a-t-il pas un seul moyen… ? Un moyen de les tuer éventuellement ? Mon idée m’avait donné un frisson dans le dos. C’était impossible. Cela ne pouvait pas arriver. Même dans le pire des cas, c’était bien trop horrible. Si j’avais raison, l’opération de contre-offensive était garantie d’échouer. Pour commencer, prendre des contre-mesures contre les tricheurs serait après tout complètement inutile.

« On y est presque ! » cria quelqu’un.

J’avais soudainement levé la tête et j’avais vu l’entrée des remparts du mur intérieur en haut de l’escalier.

« Lily, prépare-toi. »

« … C’est d’accord. »

Sa voix était raide, ayant peut-être senti ma tension. Nous nous étions placés côte à côte avec les chevaliers et avions franchi la porte. Nous nous étions mis sur nos gardes, mais il n’y avait pas de monstres.

« … ! »

J’avais dégluti. Une sensation de picotement parcourait ma peau comme si mes muscles se contractaient. Une énorme quantité de mana convergeait au-dessus des remparts. Toute personne capable de ressentir le mana pourrait dire à quel point le pouvoir exercé ici était anormal. L’ampleur de la chose aurait fait pâlir n’importe qui.

Après être montés sur les remparts, nous avions commencé à courir vers la terrifiante concentration de mana. Il était clair que les acteurs principaux de cette scène étaient présents. Le nettoyage préventif avait apparemment déjà été terminé. Nous ne pouvions pas voir de monstres. Au lieu de cela, nous avions repéré une foule de soldats et de chevaliers. Un vieil homme familier avait remarqué le groupe de chevaliers de l’Alliance et s’était tourné vers nous. C’était le général Greene, le responsable de cette forteresse. Les étudiants étaient à côté de lui.

« Oh ! Majima ! Mizushima ! »

L’élève de la classe supérieure qui semblait être le pacificateur de la classe, Miyoshi Taichi, nous avait remarqués et avait couru vers nous avec un sourire empli de soulagement. Les trois autres élèves qui faisaient partie de sa clique l’avaient suivi.

« On dirait que vous allez bien. Merci, mon Dieu. Je n’arrivais pas à vous repérer, alors j’étais inquiet. »

« Miyoshi, comment va le… Où est l’équipe d’exploration !? »

« Hein ? O-Oh. Ils sont juste là. »

Miyoshi Taichi avait désigné les deux garçons avec confusion. J’avais reporté mon attention sur eux alors qu’un énorme glyphe vert couvrait le ciel au-dessus de nous. En face d’une large ligne de soldats, je pouvais voir un écolier de petite taille se tenir sur le bord des remparts. Le glyphe s’étendait depuis le bâton qu’il tenait au-dessus de sa tête.

« Ok ! Je suis prêt ! »

C’était Watanabe Yoshiki, de l’équipe d’exploration. À côté de lui se tenait son collègue, Juumonji Tatsuya, qui avait une épée dans une main et un glyphe rouge dans l’autre.

« C’est parti ! »

 

 

Le glyphe vert rayonnait d’une lumière éblouissante. Les soldats et les chevaliers surveillaient les environs pendant que l’équipe d’exploration construisait sa magie, mais tous les yeux étaient désormais rivés sur le spectacle qui se déroulait devant eux. Cela allait de soi. Ils étaient probablement en train de penser qu’ils se trouvaient tous dans une scène tout droit sortie des légendes des sauveurs.

Même moi, je l’avais trouvée frappante, alors elle allait certainement laisser une grande impression sur les habitants. D’après ce que m’avait dit Kei, les habitants de ce monde étaient limités à ce que nous appelons la magie de grade 3, ce qui signifie que la magie de grade 5 était un saut au-delà de l’inaccessible pour eux.

Ce garçon tenait un tel miracle dans ses mains. S’il en avait envie, il pourrait réduire cette forteresse entière en ruines. En fait, même si je savais qu’il le brandissait contre les monstres, le présage de destruction était si massif qu’il me faisait craindre que la forteresse ne subisse des dommages majeurs.

« Connaissez la douleur de ceux que vous avez tués ! » Watanabe déclara triomphalement en agitant son brillant bâton.

C’était comme le marteau de Dieu. Le coup ultime qui demandait du temps à celui qu’on appelle un sauveur pour se préparer.

L’atmosphère avait tremblé.

C’était une magie du vent de niveau 5. Tout et n’importe quoi seraient emportés par le vent dans un coup de vent absolument violent.

Mais… juste avant que cela n’arrive, quelque chose s’était élevé dans le ciel.

C’était comme une balle, lancée par un enfant, qui s’arquait lentement dans l’air.

Ce n’était autre que la tête de Watanabe.

« Hein ? »

Il n’avait sans doute aucune idée de ce qui s’était passé. Une expression de stupéfaction était restée sur son visage. C’était bien trop soudain et inattendu, à un degré cruel. Tout le monde pouvait dire ce qui s’était passé en un coup d’œil, mais les pensées de chacun s’étaient complètement figées. C’était quelque chose qui n’aurait jamais dû être autorisé à se produire.

Aah… C’est vraiment le pire… Juumonji, qui venait de décapiter Watanabe, tourna à la place le glyphe qu’il était censé tirer sur les monstres vers le groupe d’humains. Il n’y avait plus le temps de s’enfuir.

« Mettez-vous à l’abri ! »

Est-ce que quelqu’un pourrait même réagir à mes cris ? Juumonji avait activé sa magie de feu de grade 4. Le glyphe cramoisi dispersa un nombre incalculable de boules de feu dans les airs. Ça ressemblait à la fois où j’avais été attaqué par une meute de plus de trente renards souffleurs, mais en termes de puissance de feu pure, ça dépassait de loin ça.

Une des boules de feu avait volé vers un groupe d’étudiants. Je pouvais voir l’enfant maltraité, Kudou Riku, debout, hébété, qui regardait le feu arriver. « Les forts font ce qu’ils veulent. » C’est ce qu’il avait dit un jour. Même lui n’aurait pas pu imaginer que sa fin serait si misérable.

Les boules de feu s’étaient déversées sur les soldats et les chevaliers qui s’étaient rassemblés pour protéger l’équipe d’exploration. Il n’y avait aucune discrimination. Il n’y avait nulle part où fuir. Plus d’une centaine de boules de feu avaient explosé, transformant les remparts intérieurs du Fort de Tilia en un enfer brûlant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire