Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 2 – Chapitre 8 – Partie 1

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Chapitre 8 : La voie des sœurs

Partie 1

Gerbera s’était dirigée directement vers le nid de l’arachnide en me portant. Ma conscience était encore dans le brouillard. Le monde me semblait si lointain. Je ne ressentais pas vraiment de douleur. Nous étions allés le plus vite possible sans rencontrer de monstres et étions arrivés au nid où Lily et les autres nous attendaient.

« Maître ? »

« S-Senpai ! »

Rose s’était retournée et avait crié d’une manière inhabituelle tandis que Katou était devenue complètement pâle.

« Maître ! » Lily avait sauté vers nous et m’avait pratiquement arraché des bras de Gerbera. J’avais été mis face contre terre où elle avait arraché mon armure et déchiré mes vêtements ensanglantés.

Lily fermait avec force sa mâchoire comme si elle retenait ses cris. Une lumière blanche avait immédiatement commencé à jaillir de sa main. C’était la magie de guérison dans laquelle elle était spécialisée. Le saignement de mes blessures par projectile avait commencé à s’atténuer. La magie était vraiment impressionnante. Une lumière chaude enveloppait mon corps et m’apportait un soulagement… pour un moment, au moins.

« Gaaaargh !? »

La cicatrisation progressait, ce qui signifiait que mes nerfs émoussés se rétablissaient — même si mes blessures n’étaient pas encore complètement guéries. La magie de guérison était généralement accompagnée d’un effet anesthésique, mais apparemment mon état actuel était au-delà de cela. Il n’y avait bien sûr rien d’aussi pratique que des analgésiques à portée de main.

Je n’avais pas d’autre choix que de serrer les dents et de le supporter. Katou avait crié quelque chose et Lily avait coincé son doigt dans ma bouche. Elle stabilisait ma mâchoire pour que je ne me morde pas la langue. Puis Lily avait crié. Des mains lisses et fermes avaient maintenu mon corps en place. C’était sûrement Rose, qui me coinçait alors que je me tordais de douleur. La seule voix que je ne pouvais pas entendre était celle de Gerbera.

Où est-elle allée ?

Cette pensée était restée dans la seule partie de mon cerveau qui avait été libérée de la douleur qui assaillait mon corps.

« D’une manière ou d’une autre, je peux gérer les brûlures grâce à la magie curative. Quant aux graines… »

Je pouvais entendre la voix emplie de tristesse de Lily. Elles étaient en train de discuter de quelque chose. J’étais pratiquement réduit à un animal et je n’avais plus les facultés de comprendre ce qu’elles disaient. Tout ce que je pouvais traiter, c’était la douleur.

« … Rose, ton couteau. »

Je n’entendais que des sons. Je ne comprenais pas ce qu’ils signifiaient. Je ne voulais pas comprendre.

« Désolée, Maître. »

Quelque chose — estentrainderentreren — moi —

« Guaah !? Aaargh !? Gaaah !? »

Ça fait mal… Ça fait mal, ça fait mal, ça fait mal, ça fait mal — !

Si c’était une véritable douleur, alors qu’est-ce que je ressentais il y a quelques instants ? J’avais l’impression que cette sensation était destinée à détruire mon être même. J’avais crié autant que je pouvais pour soulager mon agonie et ma souffrance. J’avais mordu aussi fort que je le pouvais et j’avais essayé de le supporter. Je risquais de mordre le doigt de Lily. Elle avait défait le mimétisme de son doigt et une substance visqueuse et malléable avait recouvert mes dents.

Comme la douleur parcourait mon corps, mes muscles avaient commencé à se contracter de façon anormale. Mon bras s’était mis à avoir des spasmes par réflexe, alors la main d’une marionnette l’avait maintenu en place, grinçant à chaque mouvement. La congestion du sang due à la contraction de mes muscles avait également fait que mon corps avait bondi de lui-même.

Estomac, épaule, clavicule, taille et cuisse. Elles arrachaient les graines une par une, alors que le bruit d’un objet dégoulinant d’un matériau lourd et humide résonnait dans l’air. C’était comme si j’étais en enfer.

Je voulais perdre conscience, mais je savais que c’était une mauvaise idée. J’étais comme un marin qui s’accrochait à la vie à bord d’un navire au milieu d’une tempête. Au moment où je relâchais ma prise sur ma conscience, je m’enfonçais dans les ténèbres pour ne plus jamais en sortir. Tout ce que je pouvais faire, c’était endurer la douleur.

Il suffit de supporter, et de supporter, et de supporter, et de supporter…

Je me demande combien de temps s’est écoulé exactement ? Au moment où je ne pouvais plus percevoir ma douleur comme telle, Lily avait terminé son travail sanglant. Elle avait encore une fois fait appel à la magie curative. La magie était vraiment géniale. Sans cela, je serais déjà mort plusieurs fois.

« Pas question. Pourquoi… !? »

Après avoir été réduit à l’état d’animal, il m’avait fallu pas mal de temps pour retrouver ma santé mentale.

« J’ai enlevé toutes les graines… J’ai refermé toutes ses blessures… J’ai soigné toutes les brûlures… Alors… Pourquoi… !? »

Je pouvais voir la lumière blanche de la magie curative à travers mes paupières. Grâce au traitement sérieux de Lily, la douleur qui me tourmentait tout le corps avait disparu. Cependant, mon corps était anormalement lent.

Se promener avait épuisé mon endurance, laissant mes muscles malmenés à l’abandon. La douleur m’avait presque fait dérailler. Ou du moins, je crois que c’était le cas, je ne pouvais pas vraiment me souvenir. Après cela, il était naturel pour moi d’être fatigué… Mais j’avais l’impression que ma lenteur n’était pas due à la fatigue.

Mon corps ne fonctionnait pas à un niveau fondamental. J’avais encore des tremblements. Mon corps était comme un bol avec un trou dedans. À cause de cela, je ne pouvais pas mettre de force dans mes muscles. C’était comme si mon propre corps appartenait à quelqu’un d’autre. Je ne pouvais même pas lever un seul doigt.

Un brouillard blanc se refermait sur le bord de ma conscience. Si je m’endormais, j’étais sûr de ne plus jamais me réveiller. Je ne pouvais pas me débarrasser de ce mauvais sentiment, même après que mes blessures aient été censées être guéries. Était-ce simplement parce que les blessures que j’avais subies étaient si graves ?

Je savais que la magie de guérison n’était pas omnipotente. La magie curative de Lily, au troisième rang, ne pouvait pas réparer des membres perdus. Lorsqu’elle avait elle-même souffert de blessures profondes, elle avait dû passer plusieurs jours à se rétablir. Et il était impossible de soigner les morts avec de la magie curative. Est-ce que cela signifie que mes blessures dépassaient ces limites ? Si oui, j’allais mourir ici même.

Je ne veux pas mourir… Je ne peux pas me permettre de mourir… Je n’ai toujours pas remboursé…

« … C’est de ma faute. »

C’est alors que j’avais entendu la voix de Gerbera. J’avais eu l’impression que cela faisait longtemps que je ne l’avais pas entendue. J’avais légèrement ouvert les yeux. Cela m’avait demandé beaucoup d’efforts.

Je pouvais voir Lily et Rose à côté de moi à travers mon mince champ de vision. La main droite de Lily avait repris une forme humaine et était toujours dans ma bouche, tandis que sa main gauche portait un glyphe de guérison et planait au-dessus de ma poitrine. Rose m’avait pratiquement monté dessus pour me coincer plus tôt, mais maintenant elle était assise à ma droite. Elle était probablement en attente au cas où je recommencerais à me débattre. Je pouvais voir Katou avec une expression raide, sa main sur l’épaule de Rose.

Où est Gerbera… ?

J’avais cherché pendant un moment en bougeant les yeux et je l’avais finalement trouvée. Elle était juste là, à trois bons mètres de moi. Ses huit jambes étaient repliées et son expression était complètement effondrée.

« C’est… ma faute… »

Ses épaules étaient abaissées alors qu’elle semblait déprimée. Sa peau était déjà si blanche qu’elle était presque transparente, mais maintenant son visage était blanc comme un linge.

« … Peux-tu expliquer ce qui s’est passé ? » demanda Lily.

Il y avait de la retenue dans sa voix. Je ne pouvais pas dire ce qu’elle pensait juste en regardant son visage ou en l’écoutant. Je n’avais même pas les facultés de sentir ce qu’elle ressentait à travers notre cheminement mental.

« Nous… »

Gerbera avait commencé à raconter honnêtement tout ce qui s’était passé. Sur la façon dont nous avions exploré la forêt ensemble et sur mes intentions pour le faire. De ce qui s’était passé entre nous. De la façon dont je voulais trouver d’autres moyens de chercher des monstres, vu que nous n’avions pas trouvé de serviteurs. Comment nous avions réalisé que le lac voisin serait un bon endroit. De la façon dont nous avions commencé à nous occuper des meutes et du désastre qui avait suivi quand nous pensions que tout allait bien… Son résumé était le même que celui de ma mémoire. Il y avait juste une différence définitive.

« … Tout est… de ma faute. » Gerbera avait mis ses mains sur sa tête et elle s’était accroupie. « Je n’ai vraiment pas changé. Ma nature innée est la même qu’avant. Je ne suis rien de plus qu’une calamité pour notre seigneur. »

Gerbera se sentait redevable envers nous. Elle ne pouvait pas effacer le passé qui nous avait fait du mal auparavant. Cela la tourmentait encore maintenant comme une sorte de traumatisme.

« Quelle bêtise ! Je le savais déjà. Tant que je reste à proximité, j’étais sûre de vous blesser à nouveau… ! »

J’avais formulé de nombreux projets pour le compte de Gerbera. De plus, il aurait été impossible de s’attaquer à des monstres sans elle. En ce sens, on pourrait interpréter cela comme étant sa faute. Cependant, ce n’était pas ma vision des choses. C’était ma faute si cela s’était terminé ainsi, pas la sienne.

Gerbera avait bien fait. Le fait que je respire encore était le résultat de ses grands efforts. Elle n’avait pas une seule raison de se sentir responsable. Elle ne savait pas qu’elle était responsable de cette situation. Je pouvais le déclarer clairement. Cependant, Gerbera ne pensait pas la même chose.

« Je n’aurais jamais dû… rester à vos côtés… »

Gerbera s’était écrasée par terre… et tous mes plans s’étaient effondrés. Je voulais que Gerbera accomplisse quelque chose de grand pour renverser la malheureuse première impression qu’elle nous avait donnée afin que Rose l’accepte. Et pourtant, loin de la renverser, nous nous étions retrouvés dans l’état actuel des choses.

Quelles que soient les circonstances, il était vrai que Gerbera n’avait pas été en mesure de me protéger totalement. Toutes les erreurs lui étaient tombées dessus à cause de moi. Même si je voulais l’appeler maintenant, je ne pourrais pas parler avec mon corps affaibli. Je ne pouvais même pas lui trouver d’excuses. Tout ce que je pouvais faire, c’était de regarder comme j’étais sur le point de perdre quelque chose de précieux pour moi.

Bon sang… Pourquoi est-ce que ça a fini comme ça ?

Ce n’était pas comme si j’agissais sur un coup de tête. Je n’étais pas optimiste et je ne m’amusais pas. Je réfléchissais à fond à ce qu’il fallait faire, je m’inquiétais des possibilités et je choisissais une ligne de conduite qui était censée être sûre.

Cependant, j’avais été trop négligé. Tous mes efforts m’avaient été rejetés au visage, ce qui avait entraîné un grand désastre dont je voulais détourner les yeux. J’avais vécu une expérience horrible et je risquais maintenant de mourir à tout moment. Pour couronner le tout, j’allais perdre quelque chose de précieux pour moi.

Pourquoi en est-il ainsi ? Tout ce que je voulais, c’était que nous nous entendions tous bien…

« Gerbera. »

Juste à ce moment, une voix calme avait appelé le nom de Gerbera. Au début, je n’avais même pas réalisé que c’était Lily. C’est juste que sa voix était très calme. La fille qui s’était effondrée avec mon corps blessé avant ça n’était nulle part. Elle mordait légèrement ses charmantes lèvres, mais elle gardait son calme.

Ce n’était peut-être qu’une fausse façade. C’était peut-être même du mimétisme. C’était sa façon d’être dès le départ, spécialisée dans le fait de montrer aux autres ce qu’elle n’était pas. Cependant, même si c’était le cas, elle gardait certainement son calme. C’était quelque chose qu’elle ne pouvait pas faire auparavant.

« As-tu dit que c’est de ta faute si notre maître a été blessé ? » La voix de Lily était plus grave que d’habitude. « Est-ce pour ça que tu ne peux pas rester à ses côtés ? »

Les émotions refoulées de Lily s’échappaient quelque peu par son inflexion. C’était de la colère. Lily était silencieusement en colère. Cependant, cela ne visait pas le fait que j’étais blessé.

« Penses-tu vraiment que notre maître le souhaite ? Pourquoi penses-tu qu’il se donne tant de mal ? Prévois-tu de gaspiller ses sentiments ? »

Lily était complètement furieuse contre Gerbera, qui se blâmait continuellement.

« Mais… je… »

« Je ne veux pas entendre de mais ni de comment. Tu ne comprends pas. Tu ne comprends vraiment pas du tout. Pas les sentiments de notre maître. Pas même nos sentiments… ! »

Lily avait secoué la tête et avait jeté sur Gerbera un regard qui aurait fait reculer n’importe qui.

« Hé, Gerbera. Avant que tu ne deviennes notre compagnon… j’ai appris une seule chose de l’arachne blanche. »

« … Par moi ? »

« Oui. Que je n’avais pas assez de puissance... Mon cœur et mon corps étaient tous deux immatures. Je ne pouvais pas protéger mon maître tout seul. On me l’a fait comprendre bien plus que je ne le voulais. Au point que je détestais ça, » dit Lily avec amertume.

Il était en fait plus correct de dire que la vérité lui était présentée plutôt qu’elle l’avait appris normalement, mais Lily n’avait pas détourné ses yeux de ces souvenirs désagréables.

« Mais en même temps, j’ai appris combien il était important de combiner nos forces. Ce n’est que ma propre théorie, mais je pense que nous, les serviteurs, manquons tous à notre manière. C’est pourquoi si nous ne nous compensons pas, si nous, les sœurs, ne combinons pas nos forces, nous ne serions pas bonnes. »

Lily s’était concentrée sur le cœur du problème. C’était probablement un problème auquel elle avait déjà trouvé la réponse.

« Je suis le premier serviteur de notre maître. En d’autres termes, je suis la sœur aînée. J’ai décidé que je deviendrais digne de ce titre. » Elle se gonfla la poitrine avec fierté. Elle avait l’air encore plus grande que d’habitude pour moi. « Je suis peut-être une grande sœur peu fiable, mais je ne rejetterai ni n’abandonnerai mes petites sœurs. »

« Lily… »

« Cela ne change pas, peu importe ce que tu penses de toi-même. »

En fait, Lily avait accepté Gerbera dès le début, même après m’avoir fait du mal. Je m’étais toujours demandé pourquoi, mais c’était apparemment la raison.

« Je voudrais que tu soutiennes notre maître avec nous. Je te l’ai déjà dit, n’est-ce pas ? »

« Mais… » Gerbera avait commencé à objecter, puis elle s’était souvenue de ce que Lily avait dit. « Que puis-je faire en soutenant notre seigneur avec lui dans un tel état ? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire