Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 1 – Épilogue

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Épilogue : Le bonheur du maître

Le lendemain, après la longue pause de l’aube, je m’étais réveillé vers midi. J’avais soudain poussé un profond gémissement, ressentant une douleur sourde dans tout mon corps. Les blessures que j’avais subies la nuit précédente avaient été guéries par la magie, mais il semblait que mon corps humain faible était fortement influencé par le choc provoqué par la blessure.

Je m’étais levé d’un pas instable et j’avais caressé Lily, qui avait repris sa forme de slime pour me servir de lit. Puis j’avais marché prudemment dans le nid de l’arachne, une partie du plancher était manquante à cause de la bataille de la nuit précédente. Je me dirigeais vers une marionnette qui sculptait du bois dans sa main.

Rose s’était inclinée devant moi. « Bonjour, Maître. »

Elle fabriquait de nouvelles pièces pour son corps afin de remplacer celles qui étaient endommagées. Les fissures qui couraient le long de sa poitrine et de sa taille semblaient douloureuses. Elle présentait également une usure mineure sur toute la surface, si bien que pratiquement tout devait être remplacé. Tout le matériel que nous avions réussi à accumuler était également devenu inutile, alors elle allait probablement travailler à le reconstituer pendant un certain temps.

Katou dormait non loin de l’endroit où Rose travaillait. Le soleil était haut dans le ciel, mais elle ne montrait aucun signe de réveil. La journée d’hier avait été très éprouvante, elle était donc sûrement épuisée. Si elle n’était pas enveloppée dans ses draps habituels, c’est parce qu’elles avaient laissé une grande partie de nos bagages derrière elles lorsqu’elles étaient venues me sauver. Nous devions aller les récupérer plus tard.

Alors que je m’asseyais, ces pensées dans mon esprit, quelqu’un m’avait pris dans ses bras par-derrière. Je pouvais dire qui c’était sans avoir à me retourner.

« Peux-tu te lever ? Ne devrais-tu pas te reposer davantage ? »

Les blessures de Lily étaient suffisamment profondes pour ne pas pouvoir être complètement guéries par la magie, alors elle avait dû défaire son mimétisme et relâcher sa conscience pour se concentrer sur son rétablissement.

« Ce n’est pas bien, mais juste un peu… » Lily avait dit cela de sa voix habituelle de femme gâtée en se déplaçant à l’endroit désigné à mes côtés.

Elle m’avait serré le bras et avait entrelacé ses doigts fins avec les miens. Il semblait qu’elle était juste là pour remonter son humeur. C’était tout à fait raisonnable. La journée d’hier avait été dure pour elle, alors elle voulait être ensemble et sentir mon contact. Je ressentais la même chose, après tout.

« … »

La crise à laquelle nous avions été confrontés hier avait été vraiment dure. C’est en fait un miracle que nous ayons réussi à la surmonter. Cependant, tant que nous nous trouverons dans ce monde, de telles difficultés ne manqueront pas de nous assaillir. J’étais rempli d’innombrables soucis allant de monstres déchaînés à des étudiants aux pouvoirs absurdes.

C’est précisément pour cela que je voulais sentir la sécurité de ceux qui me sont chers avec ma propre peau, partager le même air qu’eux. J’avais apprécié la sensation de chaleur et de douceur de Lily pendant un certain temps en regardant distraitement le travail de Rose.

J’avais soudain senti un regard sur moi et je m’étais tourné vers la source. Une paire d’yeux rouges nous observait depuis une petite distance. J’avais souri sans faire exprès.

« Qu’est-ce que tu fais là-bas ? » Alors que je l’appelais, la fille en blanc trembla et ses jambes s’agitèrent. « Et si tu venais par ici ? On va parler. Oh oui, je dois décider de ton nom. »

Il fallait que je prenne une décision, mais mon petit stock de noms de fleurs était déjà épuisé. Alors, que devais-je faire ? Je ne pouvais pas l’appeler simplement Tulipe ou autre chose. C’était un peu un problème…

L’arachne blanche se dirigea timidement vers nous et attendit.

Pouvoir être avec ceux qui me sont chers tout en me préoccupant de problèmes stupides m’avait naturellement fait sourire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour les chapitres et bon courage pour la suite !

Laisser un commentaire