Maou No Hajimekata – Tome 1 – Chapitre 8 – Histoire Parallèle 1 – Partie 2

***

Histoire Parallèle 1 : Ayons des rapports sexuels avec les subordonnées 2/2

« Ahh ! Ahh ! Ahhhhhhhhhhhhh ! »

C’était presque comme s’il s’agissait d’un cri de mort. Les vagins des elfes épuisés avaient été gonflés par de la semence. Quand Aur avait sorti son pénis de la dernière elfe, comme les quatre autres elfes, son utérus était rempli de liquide trouble qui s’écoulait de son entrejambe alors qu’elle s’appuyait contre le bord du bassin. Ces cinq femmes avaient déjà perdu leur force après un seul orgasme. Peut-être était-ce parce que les corps des elfes généraient un orgasme vraiment intense ?

Tout en pensant à de telles choses, Aur se retourna pour faire face à l’autre direction.

« Hiii ! » Mio avait sursauté quand elle vit apparaître le sexe d’Aur qui n’avait pas perdu sa vitalité et était encore dressée.

« ... As-tu commencé à te faire plaisir ? » demanda Aur.

Le fait de voir une telle scène devant elle avait dû l’exciter. Tout en enlaçant Marie avec son bras gauche, le bras droit de Mio avait été placé au niveau de son entrejambe. Mio avait paniqué et avait rapidement placé sa main derrière son dos comme pour masquer ses actions.

« Tu n’as pas besoin de le cacher. Bien que je n’avais pas l’intention de le faire avec toi... Je le ferais comme le prix à payer pour que tu prennes soin du bétail. Disons que c’est ta récompense si cela te va, » déclara Aur.

Comme si elle essayait de s’échapper à Aur qui s’avançait dans l’eau chaude pour aller vers elle, Mio reculait petit à petit, mais il n’y avait pas beaucoup de place pour se retirer, car elle était déjà assise près du bord du bain.

« Marie, tu devrais dès maintenant sortir du bain. Assure-toi de bien essuyer ton corps et de mettre tes vêtements. Penses-tu que tu peux faire ça ? » demanda Aur d’une voix douce.

« Oui, » répondit Marie.

Marie était rapidement partie dans le coin de la pièce où se trouvaient des vêtements propres et elle s’était habillée. Après ça, Aur s’était mis à saisir Mio de ses deux mains.

« Ah, excusez-moi, Monsieur Aur, mais je ne suis pas aussi belle que les elfes là-bas. C’est-à-dire... Je veux dire…, » balbutia Mio.

Alors qu’elle le disait elle-même, elle se sentait déprimée. Elle pensait que pour lui, c’était une simple question de vouloir essayer de le faire avec différents types de filles et parce qu’il était tellement habitué à manger un repas de si haute classe, elle pensait qu’à l’occasion, il devait se dire que ce serait plutôt bien s’il mangeait dans un restaurant bon marché. Voilà le genre de sentiment qu’elle avait.

« Ne te rabaisse pas toi-même. S’il est vrai qu’on ne peut pas te qualifier de fille magnifique, tu n’es pas non plus laide, » déclara Aur.

Parce qu’elle avait de telles pensées, les mots d’Aur avaient vraiment percé les recoins les plus profonds de son cœur. Aur attrapa le menton de Mio et il la regarda droit dans les yeux en se tenant qu’à quelques centimètres d’elle.

« Ton apparence n’est pas mal du tout. Si tu la polis, je suis sûr qu’elle brillera... Qu’en penses-tu, dois-je la polir pour toi ? » demanda Aur.

Les yeux bruns et profonds d’Aur regardaient Mio. Ces yeux étaient capables de voir la profondeur de l’âme d’une autre personne.

Je ne peux pas. Je ne dois pas hocher la tête. Dans l’esprit de Mio, le son des clochettes d’alarme sonnait comme si elle l’avertissait d’un danger. Si je hoche maintenant la tête, je ne pourrais pas revenir. Je ne pourrai plus jamais revoir ma famille, et je ne pourrai plus jamais redevenir la fille insouciante qui ne connaît rien du monde. Instinctivement, Mio l’avait réalisé.

Elle avait réalisé dans les profondeurs de son cœur que l’homme devant elle qui, hier encore, était « un seigneur magicien difficile à contenter, mais en même temps très amical » avait en vérité ce feu qui brûlait en lui, et qu’il était une existence encore plus malveillante que les démons eux-mêmes.

Cependant...

« O... ui, » murmura Mio.

Mais Mio hocha la tête en déglutissant. La proposition faite était si douce et séduisante, et elle n’était pas capable de lutter contre l’attraction. Cela ne voulait pas dire qu’elle voulait devenir belle et elle ne voulait pas non plus être louée.

C’était juste que l’homme devant elle avait attiré son attention, et il s’intéressait aussi à elle. C’était une chose simple et cela avait poussé Mio à aller à l’encontre des signaux d’avertissement que son cerveau envoyait. Cette situation lui avait fait bouger son corps en se basant uniquement sur son instinct.

« Nnn... »

Aur avait alors enlacé Mio qui hochait la tête avant de l’embrasser. Le baiser n’était ni tendre ni doux. C’est ainsi qu’il traitait ses « choses », impitoyablement et impudemment, Aur ravissait l’intérieur de sa bouche comme il l’entendait.

« Nnn, mu, mu, uuuu !! »

Mais avec cela seulement ça de fait, Mio avait déjà atteint un léger orgasme et son corps s’était mis à trembler.

Aur plaça ensuite ses mains sous les aisselles de la jeune femme, puis il la souleva du bain et la fit s’asseoir sur le bord de la source chaude. Et en saisissant ses deux jambes, il les avait écartées.

« Je vais maintenant m’enfoncer en toi, » déclara Aur.

Avant même que Mio puisse répondre, Aur avait déjà pris sa virginité. Sa zone si spéciale était clairement déjà mouillée avec un type de fluide différent de celui de l’eau de la source chaude parce qu’elle avait observé l’acte obscène entre Aur et les Elfes Noires tout en se caressant.

« Fuaaaaaaaaahhhhhhh !! »

Le sentiment d’avoir l’intérieur de son ventre inexpérimenté perforé lui avait apporté une douleur intense et en même temps un sentiment plus agréable que ce qu’elle n’avait jamais ressenti dans sa vie, ce qui avait fait qu’elle avait immédiatement joui une seconde fois. Le son de son orgasme et la libération de son plaisir résonnaient dans la pièce.

Son âme était déjà complètement tombée entre les mains d’Aur, et même s’il lui apportait de la douleur, cela lui apportait aussi de la joie. Si on lui ordonnait de tendre le cou, elle pousserait probablement sa gorge vers la lame sans poser de questions. Elle n’était qu’une fille de village ordinaire, et maintenant ce magicien malveillant et puissant la possédait complètement et définitivement.

« Fuaah, Fuu, Fuaaah, Ahhhh, Fuahhhhh ! »

Plus elle avait les parties les plus profondes de son corps touché par Aur, plus elle avait l’impression que la foudre parcourait tout son corps avec des vagues de plaisir et d’orgasme. À part crier d’une voix aiguë, il n’y avait rien d’autre que Mio puisse faire. Ses pensées s’étaient déjà volatilisées il y a longtemps. Plus Aur entrait et sortait de son vagin, plus ce qui était important pour elle auparavant disparaissait.

« Ça a l’air très amusant. Je me demande si vous me laisseriez participer, » demanda Ellen.

Finalement, Ellen et son groupe d’elfes semblaient avoir récupéré et avant que quelqu’un ne s’en aperçoive, elles frottaient déjà leur corps contre celui d’Aur.

« Bien que je n’aime pas les êtres humains, recevoir l’affection du Seigneur Aur, c’est une exception…, » murmura Ellen.

Ellen s’accrocha à Aur alors qu’elle suçait les lèvres d’Aur, tandis que l’autre elfe faisait ramper sa langue le long de la nuque d’Aur.

Les trois autres elfes avaient commencé à sucer les deux seins de Mio ainsi que ses lèvres.

« Nnnnn, Nnnnnnnnnn !! »

Ayant la bouche bloquée, elle ne pouvait même plus faire entendre sa voix, Mio avait trop d’orgasmes et son champ de vision devenait un bonheur d’un blanc pur. Elle sentait même que son esprit devenait vide. Les souvenirs de ses parents, les souvenirs du bétail, tous ses souvenirs étaient très lointains comme s’ils s’étaient envolés de là. La personne connue sous le nom de Mio se perdait totalement et même le plaisir n’atteignait plus son cerveau. Elle était tout simplement dans un état de conscience vague, flottant, qui n’existait que comme un morceau de chair à envahir.

« J’arrive... ! » murmura Aur.

Dans un vase si vide, Aur versa sa semence en elle. Soudain, l’image d’une étincelle riche et dense s’éparpilla en Mio et sa conscience fut ravivée. En même temps, un plaisir sans précédent et terrible avait attaqué son corps. Ce plaisir s’était répandu dans tous les coins de son corps et l’avait rempli à ras bord.

Son existence avait ainsi été perdue et à sa place, tout était rempli de l’existence connue sous le nom d’Aur.

Et enfin, une seule larme avait coulé des joues de Mio.

***

« Ce sont des chiens de l’enfer... ? », demanda Mio.

Aur avait ramené cinq chiens noirs et Mio les regardait avec émerveillement.

« Tout à fait, » répondit Aur. « Bien qu’il s’agisse peut-être d’un type de chiens démoniaques, la façon dont tu prends soin d’eux ne devrait pas être différente de celle d’un chien ordinaire. Bien qu’ils puissent avoir de gros corps, ils ne t’attaqueront pas, donc tu peux te sentir soulagée. »

« Je comprends. Je ferai de mon mieux pour m’occuper d’eux ! » déclara Mio.

Tout en caressant les énormes chiens qui étaient aussi gros qu’un taureau, Mio avait affiché un léger sourire comme avant. Cependant, il y avait ce nouveau type de sex-appeal dans son look qui n’existait pas auparavant, et elle était aussi pleine de confiance.

Son âme était tombée dans l’obscurité, et même le miasme toxique que les démons exsudaient ne l’affectait plus négativement. Au contraire, le miasme rendait sa condition physique encore meilleure.

« Alors je compterai sur toi, » déclara Aur.

« Oui. Tant que le Seigneur Aur m’instruira quant à la façon de faire quelque chose, je serai prête à faire n’importe quoi ! » déclara Mio sur un ton plus fort qu’avant.

Si Aur lui en donnait l’ordre, la Mio à l’heure actuelle enverrait volontiers ces chiens contre ses propres parents. Dans des circonstances normales, après avoir accueilli les filles sacrifiées et/ou utilisé leur sang pour la magie, il les ramenait au village. Mais en raison d’un caprice d’Aur, et parce qu’elle était si douée pour prendre soin du bétail, Aur avait décidé que Mio serait prisonnière de l’obscurité pour toute sa vie et le servirait.

Quel choix aurait-il rendu Mio plus heureuse ? C’est quelque chose que nous ne découvrirons jamais.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire