Maou No Hajimekata – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 2

***

Chapitre 2 : Attaquons le village du voisinage !

Partie 2

« Cela dit, nous sommes sur le point d’aller attaquer ce village voisin... Alors, cela ne peut-il pas déjà te remonter le moral ? » demanda Aur.

Pour Aur, cela faisait plusieurs mois qu’il s’était caché sous terre, et pour Lilu, cela faisait plusieurs décennies qu’elle n’avait pas été convoquée par un humain. Aur désignait un petit village que l’on pouvait voir au loin, tout en disant à Lilu de se calmer, car elle semblait toujours en colère.

« Hmph, je ne suis pas vraiment de mauvaise humeur, » déclara-t-elle.

Il était évident qu’elle était en colère, et Aur ne pouvait que pousser un soupir.

Comme on pouvait s’y attendre, même Aur avait remarqué que ses actes étaient à blâmer, mais même ainsi, il ne pouvait pas penser à quelque chose d’intelligent à dire qui ferait sourire Lilu. D’ailleurs, il ne pouvait pas vraiment remédier à ce qu’il avait fait puisqu’avec ce jeune corps, ses instincts s’étaient enflammés. De plus, il était ridicule de se soucier autant d’une crise de colère de filles, alors il décida de l’ignorer.

Même si son discours, ses actions et même son apparence ressemblaient à ceux d’une jeune femme attirante, elle était après tout une démone. Les démons n’étaient pas du genre à laisser la qualité du travail être contrôlée par leur humeur aigre.

« Encore une fois, permets-moi de clarifier les choses, » déclara Aur. « Je suis venu étudier divers sorts magiques jusqu’à un certain point, mais la majorité de mes connaissances réside dans la recherche du noyau de donjon. C’est la branche de la magie à laquelle j’ai consacré le plus de mon temps. Mais malgré ça, en matière de manipulation de la magie normale, je peux dire en toute sécurité que je suis l’un des meilleurs utilisateurs dans le monde. Cependant, mon expérience de combat est presque inexistante. Ce n’est pas comme si je perdais face à un villageois normal, cependant, si un épéiste habile apparaissait, ce serait un peu difficile pour moi de le vaincre. En d’autres termes, tu es la principale force de combat. Je me fie à toi ».

« ... C’est bien, je vais tous les anéantir ! »

Lilu grognait d’une voix grave avec un regard brutal. Tout en sympathisant avec les villageois qui étaient sur le point d’être utilisés pour libérer la colère de Lilu, Aur l’avait accompagné vers l’entrée du village.

Dans l’entrée du village, au lieu de l’amulette habituelle qui était accrochée au mur, il y avait une statue d’un monstre et, à proximité, une fille du village.

« Dans ce cas, c’est notre première cible... Kefuuu ! » déclara Lilu.

Aur s’agrippa soudainement la base du cou de Lilu, qui était sur le point de se déchaîner.

« Qu’est-ce que tu fais !? » La protestation de Lilu n’avait pas été prise en compte, et il avait parlé à la fille du village.

« Hé toi là bas, » dit-il. « Amène-moi quelqu’un d’important. Je suis le magicien maléfique Aur, venu demander un tribut à ce village. Si tu n’obéis pas à mes exigences, sache que seule la mort t’attend. »

« ... Hein ? » s’exclama la jeune fille.

En entendant soudain une déclaration aussi scandaleuse de la part d’Aur, la fille du village ne savait plus quoi faire. Elle avait une expression dubitative et elle le regardait comme si Aur était un fou. Aur récitait alors une courte incantation et une boule de flamme apparut au milieu de sa paume, avant d’être projetée dans une clôture à côté de la fille du village. Le bruit de l’explosion se répercuta et la clôture du chemin qui était fait de bois se dispersa en morceaux. Ainsi, le feu se propagea vers les autres clôtures en bois et de la fumée noire se répandit dans la zone.

« Je ne vais pas le dire deux fois. Si tu ne veux pas que tout ton village brûle dans mes flammes, dépêche-toi ! » déclara Aur.

Quand Aur avait baissé la voix et avait parlé d’une manière menaçante, la fille du village avait rapidement disparu et avait immédiatement couru vers l’intérieur de son village.

« Comme c’est gênant. Arrêtons d’essayer de converser avec eux, ne pouvons-nous pas tous les exterminer ? » Lilu s’était opposée à ses actions et avait déclaré un dangereux raisonnement.

« Nous n’allons pas les tuer pour le moment, ils pourraient nous être bien plus utiles, » répondit Aur. « Néanmoins, s’ils essaient de me désobéir, je n’aurais pas de pitié... Et il semblerait que ce village tentera de riposter... »

« Comment tu sais quelque chose comme ça ? » demanda la démone.

« Et bien, attendons de voir, » répondit-il.

Aur souriait d’une oreille à l’autre, et quand Lilu avait vu cette expression, elle avait une mauvaise prémonition qui avait fait surface. Peu de temps après, un homme dans la fleur de l’âge qui semblait être le chef du village était sorti avec une canne qu’il utilisait pour l’aider à marcher. Son âge ne pouvait pas dépasser 40 ans. Il avait les cheveux bruns clairs et une constitution formidable.

« Je suis désolé de vous avoir fait attendre, Seigneur Aur. S’il vous plaît, parlez de tous les hommages que vous désirez…, » déclara le chef du village.

« Ahh, c’est ainsi. Si tu n’acceptes pas mes demandes dès maintenant, ce village sera réduit en feu et se transformera tout en cendres, » déclara Aur.

« Mon Dieu, c’est extrêmement effrayant... Ne vous inquiétez pas, nous coopérerons bien sûr... mais je me demande si c’est bien d’UTILISER CETTE LAME ! » cria l’homme robuste.

Le chef du village avait dégainé une épée scintillante de sa canne et la dirigea vers Aur. C’était une canne-épée cachée. Le chef du village referma la distance qui les séparait en un instant et visa directement le cou d’Aur. C’était une attaque fatale qui pouvait complètement prendre l’ennemi par surprise.

Cependant, Aur avait évité le coup assez facilement.

« Tsk, tu l’as évitée..., » s’écria l’homme.

« Lilu, protège-moi ! » demanda Aur.

Sur la base du contrat qui la liait, Lilu était passée à l’action et s’était tenue devant Aur. À peu près à ce moment, de derrière le chef du village, plusieurs hommes avaient pris les armes et s’étaient dirigés vers eux.

« Tenez bon ! De quoi s’agit-il vraiment ? » demanda Lilu.

« Dès le début, il semblerait qu’ils n’avaient pas l’intention de se rendre, c’est tout ce que cela signifie, » répondit Aur. « Cela étant dit, son talent de comédien était vraiment mauvais. Quand un homme dans la force de l’âge qui ne peut même pas passer pour franchi les 50 ans marche avec un bâton de canne, c’est si facile de deviner ses intentions, ne le penses-tu pas ? »

La première moitié de son discours s’adressait à Lilu, la seconde moitié de sa déclaration s’adressait au chef du village.

« Merci pour le conseil. La prochaine fois, je serai plus prudent... après t’avoir tué ! » s’écria le chef du village.

Le chef du village avait brandi son épée et il avait attaqué Lilu. Lilu avait étendu ses ongles pour qu’ils deviennent longs comme une épée et elle était parvenue de peu à bloquer la frappe.

« Aur, ce type est fort... ! S’il n’y a que moi, je ne pense pas pouvoir le battre, échappons-nous ! » chuchota Lilu.

« Ce n’est pas permis, » répliqua Aur.

D’une manière ou d’une autre, Lilu échappait à peine à l’épée alors qu’elle chuchota d’une voix pour que seul Aur puisse l’entendre, mais tout ce qu’elle obtint en retour fut un refus sévère.

Bien qu’en ce moment, Lilu parvenait à peine à bloquer les attaques du chef de village, si les hommes de derrière arrivaient en renfort, Lilu ne pourrait pas durer beaucoup plus longtemps. En premier lieu, une succube n’était pas une race apte au combat direct. Néanmoins, ce genre de démon serait quand même capable de tenir tête aux épéistes moyens et de mener un bon combat. Cependant, ce chef de village n’était certainement pas dans la moyenne, et il était évidemment très compétent.

Kiin ! Un son clair résonna et un ongle de Lilu avait été coupé en deux.

« À plus tard, Mademoiselle la Diablesse. Si tu veux avoir de la rancune, blâme ton stupide maître. Ne t’inquiète pas, je vous enverrai tous les deux au même endroit bien assez tôt. »

Le chef du village avait brandi son épée.

« Fais-le maintenant, tue-le, » ordonna Aur.

À ce moment-là, un bras gris avait surgi à partir de la poitrine du chef du village.

« ... Eh ? » s’exclama Lilu.

Lilu avait été confuse par ce développement soudain et elle avait laissé échapper une voix surprise. Personne dans la scène ne pouvait comprendre ce qui s’était passé, et tout le monde était surpris d’une telle évolution et leurs mouvements s’étaient figés.

Le bras n’avait pas poussé de là. Le bras se tortillait dans le trou qui était la poitrine du chef du village, il avait clairement percé à travers lui.

Le chef du village ne pouvait que pousser un cri de mort avant de tomber au sol.

« Les autres sont une bande de paysans sans expérience du combat. Je vous les laisse, Lilu, Gargouille, » ordonna Aur.

Profitant de leur état étourdi, Aur quitta les lieux.

Par la suite, un massacre unilatéral avait commencé.

« Hey, depuis quand as-tu placé la gargouille par ici ? » Quelques minutes plus tard... Après qu’il n’y eut plus aucun mouvement des villageois... alors qu’il ne restait plus que le village démoli, Lilu posa cette question à Aur.

« J’avais d’abord pensé que tu avais déplacé la statue en utilisant la magie, mais c’était la vraie chose, une gargouille, n’est-ce pas ? J’ai vraiment été surprise, » déclara Lilu.

En un mot, la gargouille était l’une des espèces les plus célèbres parmi les démons. Évidemment, les caractéristiques principales étaient ses ailes et son visage menaçant et laid, mais ce qui le rendait spécial, c’était que lorsqu’elle ne bougeait pas, on ne pouvait pas le distinguer d’une statue de pierre.

Par conséquent, beaucoup de statues avaient été construites en essayant d’imiter une gargouille, et cela avait été utilisé comme une sorte de charme protecteur où elle pourrait potentiellement effrayer les voleurs et les bandits. « Et si c’était la vraie chose », ce genre de pensées avait créé un effet dissuasif. Cependant, ils n’auraient jamais pensé que le porte-bonheur qui était censé défendre leur village était en fait celui qui avait tué le chef du village.

« J’ai laissé cette gargouille ici il y a une trentaine d’années, » déclara Aur.

« Hein ? » Lors d’une réponse aussi inattendue, Lilu avait instinctivement ouvert la bouche.

« J’ai déjà remarqué il y a une cinquantaine d’années que la Veine du Dragon se trouvait à proximité de cette zone, alors je l’ai placée ici afin d’assurer une prise de position, » répondit-il. « Je l’ai vendue à un marchand à bas prix. “Quelle pièce élaborée d’art, et elle ressemble vraiment à une gargouille !” C’est ce que le marchand a dit en étant heureux de l’aubaine. Je suppose que c’était évident, parce que c’était après tout une vraie. Et en espionnant le village par l’intermédiaire de la gargouille, j’ai pu déterminer à l’avance les capacités et les traits de personnalité du chef du village. Ce type était un ancien aventurier, et j’ai entendu dire que son nom était bien connu à l’époque. Je savais déjà qu’il ne serait pas prêt à suivre mon ordre avec obéissance, c’est pourquoi je les ai rassemblés en un seul endroit pour faciliter leur extermination. »

« Je vois... En vérité, tu étais une personne si rusée et méprisable ! » s’exclama la démone.

« Je prendrai ça comme un compliment, » répliqua Aur.

Retournant un sourire, Aur termina sa préparation pour son sort magique. C’était un énorme symbole magique. En plus du symbole magique rond qui avait été tracé au centre du village, les cadavres des villageois étaient tous empilés les uns sur les autres.

« Alors, on commence ? Cette petite quantité de cadavres est gênante. Je les transformerai en ressources magiques, » déclara Aur.

Dès qu’il avait dit une telle chose, il avait pris Lilu dans ses bras et lui avait arraché un baiser. Lilu semblait légèrement mécontente, mais elle ne résista pas.

« ... Je dis cela en passant, mais si j’avais voulu récupérer la magie de toi, j’aurais pu le faire en te tenant la main, » déclara Aur.

« C’est... est-ce vraiment comme ça ? » elle lui avait répondu d’une manière nonchalante,

Vu qu’elle détourna son regard de lui, le baiser n’a pas dû être si mauvais. Son humeur allait-elle enfin s’améliorer ? Quelle chose troublante ! Aur pensait cela d’elle secrètement, mais de façon inattendue, ce n’était pas non plus quelque chose qu’il trouvait vraiment désagréable.

Aur avait également omis le fait qu’un baiser était le moyen le plus efficace pour obtenir la magie, néanmoins, Aur s’était dirigé vers le symbole magique, il s’était assis et avait commencé à chanter une longue incantation.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

Laisser un commentaire