Maou Gakuen no Hangyakusha – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 6

***

Chapitre 3 : La silhouette en bloomer des héroïnes

Partie 6

Gigara semblait ne pas bouger à mes yeux.

Face à ça, mon poing qui était durci jusqu’à la dureté maximale avait foncé dans son estomac complètement sans défense.

Mon bras s’était enfoncé dans le corps de Gigara qui était renforcé par le sang de fer.

Le corps de Gigara qui pouvait tout repousser se fissura.

Sa peau se déchira, ses vaisseaux sanguins furent sectionnés, et ses fibres musculaires furent brisées.

Mais, Gigara n’avait même pas eu le temps de remarquer ces faits.

Le corps de Gigara avait volé droit à trente centimètres au-dessus de la cour de l’école. L’obus de canon fait de chair avait traversé la cour de récréation et s’était écrasé sur le bâtiment de l’école.

« … Ga »

Mais, il n’avait toujours pas réalisé ce qui lui était arrivé, même maintenant.

Les yeux de Gigara s’étaient retournés et il avait perdu toute conscience. Il était collé au mur comme s’il était crucifié.

Il réalisera qu’il avait perdu quand il se réveillera à l’hôpital.

Et puis, le candidat au titre de Roi-Démon qui devrait être le maître de ce Gigara —,

« Ooo, fantastique !! C’est vraiment génial ! Oui, wahoo, c’était super !!! Merci beaucoup d’avoir montré des trucs aussi intéressants !!! Oh mec ! Ça valait le coup de faire de ce type un sacrifice. »

Ce bâtard ! Combien de fois il va rire de moi !

« Ibiza ! »

« Oups, effrayant, effrayant. Ne nous disputons pas, ouais. En ce moment, c’est une répétition pour le festival d’athlétisme. En tant que candidat au titre de Roi-Démon des Amoureux, tu dois réfléchir au moment et au lieu appropriés pour faire la guerre du Roi-Démon. Pas vrai ? »

Ibiza avait souri avec délectation puis il avait regardé alternativement Lizel-senpai et moi.

« De toute façon, je n’ai pas prévu de faire autre chose tant que le festival d’athlétisme n’est pas terminé ! Non, sérieusement ! Tout à fait sérieusement. »

Lizel-senpai avait lancé un regard d’avertissement à Ibiza.

« Puis-je considérer cela comme un pacte officiel entre deux candidats au titre de Roi-Démon ? »

« C’est bon, c’est bon, bon alors ! À plus ! »

Il avait placé sa main autour des épaules de Rebecca et était parti.

« Ce salaud… »

Merde, cette colère n’est toujours pas retombée. En plus…,

J’avais regardé fixement le sol où Maki avait disparu. Il n’y avait aucune tache noire ni aucune trace de Maki.

« Il semble qu’Ibiza soit venu enquêter sur les cartes que nous avons dans notre manche. »

Lizel-senpai avait croisé les bras et avait fixé le dos d’Ibiza.

« Oui… mais, nous avons nous-mêmes obtenu quelques indices. »

Juste avant que Maki ne disparaisse. Elle avait l’air perplexe, comme si elle s’était réveillée d’un rêve. C’était probablement le moment où elle avait été libérée de la magie unique d’Ibiza.

Pourquoi Ibiza l’avait-elle libérée à ce moment-là ?

Et en même temps, Gigara avait juré sa loyauté à Ibiza. Comme Maki avant son retour à la raison.

« Peut-être y a-t-il une limite au nombre de personnes qu’il peut contrôler… »

« Cette possibilité est élevée. »

J’avais regardé une fois de plus le sol dans lequel Maki avait disparu.

« Bon sang… si seulement elle n’avait pas été entraînée dans le monde des démons, nous pourrions lui demander plus de détails… »

« Nous pourrions être en mesure d’entendre quelque chose de cela. »

Lizel-senpai avait pointé du doigt Gigara qui était enterré dans le mur.

« Mais… c’est seulement s’il se réveille à nouveau. »

… Ah.

Je n’avais pas pensé à ça avant ça !

« … Je suis désolé. J’en ai trop fait. »

« C’est bon. Plus important encore. Miyabi, est-ce que tu vas bien ? »

Lizel-senpai avait posé sa main sur le soldat de Miyabi avec gentillesse.

« Oui. Je vais bien. Yuuto… désolée. À cause de moi… »

Miyabi avait continué à regarder vers le bas et avait marmonné avec une voix qui ressemblait au bourdonnement d’une mouche.

« Tu n’as pas du tout besoin de t’excuser. »

Pendant que je réfléchissais à quoi dire pour la consoler,

« Heee, vous faites toujours ce genre de choses ? »

Stella nous avait alors interrompus, alors qu’elle avait l’air immensément curieuse. Ses yeux brillaient comme des étoiles.

« Eh, non… tout à l’heure, c’est parce que c’est l’autre côté qui a commencé — . »

« Pas ça, je parle de l’acte érotique. Quand tu as soudainement massé la poitrine de Lizel. »

« … »

Aah !?

En y réfléchissant, presque tous les étudiants étaient réunis ici !

Lizel-senpai et moi étions gênés, mais il était déjà trop tard. Nous avions terminé le reste de la répétition en rougissant tout le temps.

+++

Le lendemain, j’avais fini par être appelé au bureau du directeur.

La seule raison pour laquelle j’avais été convoqué, c’est que j’avais envoyé Gigara voler lors de l’entraînement du festival d’athlétisme hier…

Après cela, Gigara avait été hospitalisé. Il avait été transporté à l’hôpital réservé aux diables du monde humain. Il semblerait que sa vie ne soit pas en danger, mais apparemment il ne pourrait recevoir aucun visiteur pour le moment.

Nous n’avions donc pas pu lui demander d’informations sur la magie unique d’Ibiza.

« Yoo, merci d’être venu. »

Le directeur avait l’air négligé, comme d’habitude, avec sa façon de s’asseoir sur son fauteuil inclinable.

« Je m’en fiche parce que c’est votre phrase toute faite à ce stade, mais celui qui m’a appelé ici, c’est bel et bien le directeur Gandou. »

« Haha ! Eh bien, exactement. Pourquoi je vous appelle ici… vous savez pourquoi, n’est-ce pas ? »

Il s’était levé de manière détendue, avait fait le tour du bureau et s’était placé devant moi.

Un regard acéré. De plus, la pression de sa présence était incroyable. Comme prévu, il était vraiment le Roi-Démon actuel. J’avais tremblé malgré moi.

« Comme je le pensais, c’est à propos d’hier — . »

« Quelle est la meilleure recommandation pour l’anime de cette saison ? »

« Est-ce la raison !? »

─ Et donc,

Nous avions tenu un débat animé sur les nouveaux animes de cette saison pendant un moment.

« — C’est pourquoi, finalement, la qualité d’un anime dépend du nombre d’individus compétents qui lui est affecté, et de la quantité de travail qu’ils peuvent laisser aux bons animateurs, » avais-je dit.

« Je vois. Donc ça ne veut pas dire que tout va bien tant que le studio est bon. »

« Oui… selon l’équipe, la qualité peut être totalement différente même dans le même studio. »

« C’est vrai. Il y a des animes terribles même si le studio devrait faire quelque chose d’incroyable. »

C’était bien trop mystérieux quant à la raison pour laquelle je faisais ce genre de discours dans le bureau du directeur. Même si la plupart de mes connaissances ne faisaient que répéter ce que j’avais entendu de papa et maman.

« Ah, il y a aussi une autre chose que je veux demander. »

« Oui, si c’est quelque chose à laquelle je peux répondre. »

« Peux-tu assassiner Ibiza ? »

« — »

Je n’avais pas pu répondre à cette question soudaine.

Le directeur avait continué comme pour se moquer de moi qui étais stupéfait comme ça.

« Ibiza est… certainement un gars qui est approprié pour posséder l’Arcana du Diable. Après tout, ce type est égoïste jusqu’à la moelle. »

« Égoïste… n’est-ce pas ? »

« Tu vois, les diables sont plus honnêtes avec leur désir que les humains. Si c’est un humain, ils ont diverses autres émotions qui leur servent de frein. Mais les diables sont différents. Une fois qu’ils ont décidé d’une chose, ils sacrifient tout le reste. Peu importe s’ils deviennent une gêne pour les autres. Accomplir leur propre désir et élargir leurs gains autant que possible sont des vertus pour eux. »

« Même nous, les humains, avons beaucoup de personnes égoïstes parmi nous. »

« Alors ces gars-là sont presque les mêmes que les diables. »

… Était-ce comme ça ?

À l’inverse, même les diables n’étaient pas entièrement composés de personnes égoïstes.

Parce que, Lizel-senpai était différente. Miyabi et Reina étaient aussi comme ça.

« — Et, ce type est totalement motivé pour te faire la peau, tu sais ? Quelles sont tes chances contre lui ? »

« Je n’ai toujours… pas trouvé le moyen de le vaincre. »

Gandou-sensei avait soupiré « Haaa » en signe d’exaspération.

« Une façon eh… bien, dans tous les cas. Tu sais au moins quel genre de magie unique Ibiza possède, non ? »

Chaque mot qui sortait de sa bouche avait ce ton qui donnait l’impression qu’il faisait n’importe quoi. C’était comme s’il me criait des insultes.

« Le plus probable, c’est une sorte d’attaque mentale… Je pense que c’est comme un lavage de cerveau, ou de l’hypnotisme, pour que les autres personnes suivent l’ordre d’Ibiza sans tenir compte de leur propre volonté. »

Le directeur avait alors gémi « Ah » et il avait pris une expression amère.

« Oh, ressaisis-toi, humain. Te considères-tu vraiment comme le candidat au titre de Roi-Démon des Amoureux ? »

« … Je me trompe ? »

« C’est proche. Mais c’est fondamentalement différent. »

« Mais, tu ne vas pas me donner la réponse, n’est-ce pas ? »

Le directeur Gandou avait souri et s’était un peu réjoui.

« Je suis après tout dans une position neutre. Je ne peux pas soutenir un candidat en particulier. Mais… »

Et puis, l’actuel Roi-Démon — Gandou Barbatos avait fermé un de ses yeux.

« Pourquoi ce type fait-il une fixation sur la magie de la lignée de sang de Yuugaoze ? Sa force et sa faiblesse se trouvent là. »

Miyabi est… ?

« De plus, les Amoureux est un Arcana qui est un peu délicat, ou peut-être devrais-je dire pâlot. Il n’y a jamais eu personne qui puisse l’utiliser de façon magistrale jusqu’à présent. »

« Certainement… J’ai entendu dire que l’Arcana des Amoureux n’avait jamais laissé derrière lui un résultat décent. Pour parler franchement, ils disent que c’est le plus faible qui existe. »

Le directeur croisa les bras et hocha la tête.

« Dans un sens, c’est vrai. C’est pour ça qu’on pense normalement que cette fois c’est sans espoir pour lui. C’est ce que tout le monde pense. Mais tu vois, il y a un facteur complètement différent qui n’a jamais existé jusqu’à présent. »

« Et c’est… »

« Il n’y a aucun précédent de candidat humain au titre de Roi-Démon jusqu’à présent. C’est pourquoi il y a une possibilité que quelque chose qui n’a jamais été imaginé auparavant puisse se produire. N’est-ce pas ? »

« … Oui ! »

« Eh bien, quand le plus faible des Amoureux est combiné avec le plus faible des humains, cela pourrait devenir quelque chose de totalement désespéré, le pire et le plus faible des candidats de l’histoire !!! »

« La chute est horrible après que tu m’aies fait garder espoir comme ça ! »

Le directeur de l’école s’était mis à rire « wahahahaha » de bon cœur.

« De toute façon, tu ne pourras pas surmonter la Guerre du Roi-Démon tout seul. La bataille ne sera pas décidée par les candidats eux-mêmes. Dans le cas extrême, même si le candidat roi-démon est inutile, si les cartes sont excellentes, il pourra gagner jusqu’au bout. »

Cela semblait un peu pathétique, mais cela me ressemblait aussi en réalité.

« Oui… toutes mes cartes sont aussi particulièrement fiables. »

« Les amoureux sont un peu différents des autres Arcanas, et toi-même tu n’es pas un diable, mais un humain. C’est pourquoi il est normal que tu fasses les choses d’une manière différente des autres. »

« Une autre voie… c’est ça ? »

« Le candidat roi-démon et ses cartes sont liés par une simple relation d’intérêts. Mais, tu as autre chose, n’est-ce pas ? »

« Autre chose… »

Quelque chose qui s’appliquait uniquement aux Amoureux et aussi aux humains… qu’est-ce que ça pourrait être ?

« Si tu établis une relation autre que de simples intérêts, tu pourras peut-être obtenir quelque chose de différent. Si tu fais cela… alors sûrement, tes cartes te présenteront la capacité latente qu’elles ont. »

… Je n’ai pas vraiment compris le sens des paroles du directeur Gandou.

Le directeur avait vu mon expression et avait haussé les épaules.

« Mais bon, il ne faut pas trop y penser. Le fait est que tu as juste besoin de battre ton adversaire. »

Par réflexe, j’avais souri avec amertume.

« Ben oui, mais, je suis un humain alors que l’adversaire est le plus fort des diables — . »

« Ce n’est pas beau à voir ! »

Le directeur s’était approché de moi avec un sourire rempli de joie et d’intention meurtrière.

« Ça a l’air sympa, non ? Je suis jaloux de toi, salaud ! L’adversaire est le plus fort ? Il n’y a aucune chance que tu puisses l’égaler ? C’est merveilleux ! »

Puis il avait soudainement attrapé mon col. Ses yeux qui me fixaient férocement s’étaient approchés de moi.

« Frappe-le plus fort en l’air ! Frappe-le plus fort vers le bas ! Frappe-le plus fort sur le côté ! »

La force intense du directeur qui s’enflammait pour ses propres mots m’avait fait trembler dans mes bottes.

Juste après, il m’avait chassé du bureau du directeur, comme pour dire que la discussion était terminée.

Je marchais seul dans le couloir tout en continuant à penser à ce que le directeur avait dit.

─ La raison pour laquelle il était fixé sur la magie de la lignée de Yuugaoze… hein.

Cependant, je n’avais pas trouvé de réponse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire