Maou Gakuen no Hangyakusha – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 5

***

Chapitre 3 : La silhouette en bloomer des héroïnes

Partie 5

« Maintenant, Gigara ! Essaie de tordre le cou de ce candidat aux Amoureux ! Montre-moi ta force ! Montre à cette Yuugaoze Miyabi avec ça qu’elle n’est pas de taille contre toi avec une attaque physique !! »

« Ce type… — »

Les dents de Miyabi grincèrent.

Elle était sur le point de se précipiter, mais j’avais retenu son épaule.

« Miyabi, c’est moi qui ai été défié. »

« Mais… »

« Miyabi, retiens-toi. »

Lizel-senpai avait réprimandé Miyabi. Ses épaules étaient tombées en signe de découragement.

« Ne t’inquiète pas, Miyabi. Je vais montrer notre force à Ibiza. »

« Oh ! Joli ! C’est génial ! J’ai vraiment envie de voir ça, la force sérieuse d’un humain ! »

Ibiza avait interrompu ce qui lui plaisait. Je l’avais montré du doigt.

« Ibiza ! Je ne sais pas quel genre de magie unique tu as, mais ta méthode qui consiste à ignorer la volonté des autres et à les contrôler est impardonnable ! Je te vaincrai à coup sûr un jour ! »

« Oups, c’est reparti ! Ce n’est pas du tout ça, non. »

« Quoi ? »

« Je ne les ai jamais forcés, même une seule fois, à faire quoi que ce soit. Qu’il s’agisse de Maki ou de Rebecca, et même de ce Gigara, chacun travaille pour moi en fonction de ses propres désirs. Pourquoi penses-tu que c’est le cas ? »

Leur propre souhait… a-t-il dit ?

Stupide. C’était impossible que ce soit vrai. Ne te laisse pas t’égarer.

« Si tu ne comprends pas, je vais te le dire. La raison pour laquelle ils le font… c’est l’amour. »

« … L’amour ? »

« Ouaip ! C’est l’amour ! Ce monde fonctionne avec de l’amour ! Merveilleux ! »

« Dis… tu ça sérieusement ? »

« Évidemment ! Parce que tout le monde m’aime totalement, c’est pourquoi ils vont jusqu’à se dévouer entièrement pour moi. C’est pourquoi j’aime aussi tout le monde ! Attends, assez parlé. Montre-le-moi vite ! La force sérieuse de l’humain ! »

Pendant combien de temps a-t-il l’intention de me dire ces conneries… ?

C’était irritant. Cependant, ce n’était pas lui mon adversaire en ce moment.

J’avais fait un pas en avant et m’étais tenu devant Gigara.

En le regardant de si près, il semblait encore plus grand. Comment dire, la taille de son corps qui occupait l’espace était absurde. Je pensais que même un ours ne serait pas aussi grand.

J’avais parlé à l’Arcana accroché à mon cou.

« Ce type est fort jusqu’à quel point ? »

{Analyse… niveau de menace 5. Une prudence adéquate est nécessaire.}

Je vois. Donc il était plus fort que Haïda, mais il était encore bien plus faible comparé à Aspite.

{Conseil. Hypothèse selon laquelle son attaque physique et sa défense sont extrêmement élevées. Recommande l’attaque magique à distance.}

« Roger. Merci beaucoup, les amoureux. »

« Qu’est-ce que tu chuchotes à toi-même ! Meurs avec une seule de mes attaques ! »

Gigara avait attaqué avec son poing semblable à un rocher.

« Barricade ! »

J’avais déployé une magie défensive et bloqué le poing de Gigara. Cependant — .

« Uoh !? »

Soudain, j’avais été frappé par un impact qui m’avait fait voler. Mon corps avait flotté dans l’air et j’avais été poussé jusqu’à plusieurs mètres en arrière.

 

 

J’avais atterri en faisant toujours face à l’avant et j’avais réussi à me maintenir debout. J’avais regardé vers Gigara.

Une force de bras incroyable… J’avais été envoyé voler malgré ma Barricade !

« Fuhahahahah ! Combien de temps peux-tu tenir avec ce genre de bouclier !? »

Gigara s’était avancé lentement vers moi avec un sourire audacieux.

C’était exactement comme la recommandation de l’Arcana, je devrais me concentrer sur l’attaque à longue portée avec la magie contre ce type.

J’avais construit une formule magique et j’avais déplacé ma main droite vers Gigara.

Gigara s’était arrêté de marcher et avait souri en voyant le cercle magique flottant.

« Magique, hein, vas-y ! Je vais les frapper en retour ! Sang de fer ! »

Il croisa ses bras devant sa poitrine et fit circuler le mana dans tous les muscles de son corps. C’était un art martial légèrement différent du mien et de celui de Miyabi.

Je vois.

Le corps même de ce type était son arme.

Il était impossible de produire une telle puissance d’attaque avec sa seule force musculaire pure. Cette puissance venait de la magie.

La formule magique était gravée sur son corps. Il y avait fait circuler du mana et avait généré cette force massive.

« Fizard ! »

Une flamme avait traversé mon cercle magique.

Cette flamme était plus puissante que lorsque j’avais combattu Aspite. Elle avait frappé Gigara de plein fouet.

Cependant, Gigara avait encaissé cette flamme brûlante de la magie intermédiaire sans déployer de magie défensive au préalable.

« Fuhahahahahaha ! Tu vois maintenant la formule magique transmise par mon ancêtre et qui est gravée sur mon corps !!! »

« Merde ! Alors que dis-tu de ça !? »

Cette fois, j’avais utilisé une magie de glace intermédiaire.

« Blizzaia !!! »

L’air froid qui avait surgi avait gelé le corps de Gigara.

La glace s’était rapidement répandue et avait emprisonné Gigara dans un épais mur de glace.

« Bon ! Je l’ai fait — . »

« NUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!! »

La glace avait été brisée en morceaux.

« Quoi ? »

De la vapeur s’élevait du corps de Gigara comme s’il était fait de lave. Il souriait en ce moment.

Il avait brisé la glace tout en laissant sortir un cri démontrant sa combativité… quelle puissance étonnante !

Gigara avait fièrement balayé la glace collée sur son corps.

« Hmph, au final, c’est le mieux que tu puisses faire. Ton groupe d’amoureux n’a que Himekami Lizel au mieux s’il y a quelqu’un qui vaut la peine d’être combattu ! »

« Quoi !? Certes, Lizel-senpai est incroyable ! Mais, Miyabi et Reina sont aussi incroyables ! Tout le monde est une excellente carte ! »

Gigara avait littéralement ri en se tenant le ventre.

« Es-tu aveugle ? Je ne connais personne qui s’appelle Reina ! Mais cette Miyabi est cette Yuugaoze là-bas, n’est-ce pas ? J’ai entendu dire que ses notes sont au dernier rang et que sa capacité de traitement de la magie est également faible. »

Miyabi avait également eu le sang qui lui montait à la tête et avait répliqué par réflexe.

« Tu n’as pas le droit de me dire une chose pareille ! »

« J’ai entendu dire que ton seul point fort était le combat à mains nues. Alors, veux-tu essayer de te mesurer à moi ? »

« Uu… »

« Il n’y a aucune chance que tu puisses le faire. Mon corps a été construit génération après génération pour le combat à mains nues. Avec ce corps sans pouvoir, la différence entre nos forces est comme le ciel et la terre même si tu utilises la même magie que moi. »

Ce type, il pensait qu’il allait gagner à coup sûr et il avait ouvert sa gueule comme bon lui semblait !

« Ou peut-être vas-tu utiliser ton atout : la magie de la lignée de sang de la Maison Yuugaoze ? Alors, essayons de la comparer avec mon Sang de Fer, lequel est le plus fort. Essaie. »

« C’est… »

Miyabi n’avait toujours pas appris cette magie. Elle ne pouvait pas le montrer même si elle le voulait.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Ne me dis pas que tu ne peux pas le montrer !? Tu devrais pouvoir le faire si tu as hérité du sang ! Tu as dépassé le stade de l’incompétence si tu ne peux même pas le faire ! Es-tu vraiment la fille d’un noble !? »

Miyabi n’avait pas trouvé d’exutoire pour évacuer sa frustration et avait serré les dents. Des larmes se formaient dans ses yeux.

— Miyabi.

Miyabi avait baissé les yeux. Une seule goutte de larme était tombée sur le sol en dessous d’elle.

« … Pourquoi dois-je écouter ce genre de type, qui me dit toutes ces choses… ? »

Miyabi pleurait, ses épaules tremblaient.

« Merde… si seulement j’étais plus intelligente, et plus forte… »

Gigara avait ri encore plus fort, de bonne humeur, en voyant cela.

« Fuhahahahaha ! Tu pleures ? Quel spectacle honteux ! Hahahahahaha !!! »

Ce bâtard !

« Yuuto. »

« Senpai… »

Quand je m’étais retourné, j’avais trouvé Lizel-senpai en train de me fixer. Elle n’avait pas d’expression, mais la fureur brûlait clairement dans ses yeux.

Mais, ce n’était que pour un moment.

Quand j’avais cligné des yeux, son expression s’était transformée en un sourire calme. Elle avait l’air terriblement calme.

« Tu peux y aller à fond. »

« … Compris. »

J’avais également laissé échapper un soupir et souri calmement tout en gardant la même flamme de fureur.

« Mais avant cela. »

Je m’étais approché de Lizel-senpai et j’avais touché sa poitrine avec désinvolture.

« C’est peut-être inutile, mais, au cas où, je veux d’abord me réapprovisionner. »

Le mana noble et de haute qualité de Lizel-senpai avait coulé dans ma paume.

Senpai avait eu l’air un peu surprise, mais elle avait immédiatement souri.

« Tu es fort au moment crucial, n’est-ce pas ? Même si tu as eu beaucoup de mal à l’entraînement. »

« Senpai est celle qui m’a appris à l’instant à me calmer et à penser avec quiétude. Et aussi — . »

« À maintenir ta tension et ta concentration. »

Lizel-senpai avait dit ça avant de sauter en arrière. Je m’étais également jeté loin et j’avais roulé sur le côté.

Le poing de Gigara s’était enfoncé à l’endroit où je me tenais jusqu’à présent.

« T-Toi bâtarddd ! Hi-Himekami Lizel, s-seins… toi !? Tu touches —, comme si c’était à toi —, TU AS DES NEFS POUR FAIRE ÇA !! »

Gigara avait grincé des dents, son visage devenant profondément rouge.

« Impardonnable ! Je vais te tuer et les frotter moi-même ! »

« C’est impossible pour toi. »

J’avais fixé le visage en larmes de Miyabi.

« Je vais t’envoyer voler avec la technique que Miyabi m’a enseignée ! »

« Yuuto… ? »

J’avais activé Blindage, Maximiser, et Chevaucher en parallèle.

Gigara avait semblé sentir ma magie et il avait incliné la tête.

« Hein ? Ce sont pourtant des magies de base… alors qu’est-ce que tu vas faire avec ça ? »

« C’est la technique de Miyabi. Je vais te vaincre avec. »

Gigara s’était raidi. Et puis,

« BUWAAHAHAHAHAHAHHHAHAHAHAHA !!! Tu appelles ça une technique !? C’est juste la base de la base ! Es-tu heureux avec quelque chose comme ça !? Comme je le pensais, tu es incroyable, toi, des amoureux !!! WAHAHAHAHAHA !! »

Mes sentiments pour Miyabi avaient surgi à l’intérieur de moi.

L’inquiétude qu’elle avait.

Son cœur blessé.

Le dur destin qu’elle portait.

Nous y voilà, Arcana des amoureux.

 

— Amoureux infinis !!!

 

Mes sentiments pour Miyabi avaient été convertis en mana.

Cette quantité de mana dépassait de loin ma capacité de mana normal. Cet immense mana coula dans les formules magiques de base.

« Qu… quoi ? Ce mana… »

Le visage de Gigara s’était convulsé et il eut des sueurs froides.

« Espèce de salaud — . »

Il n’y avait pas besoin de mentionner ce qui s’était passé après ça.

Le sol où mes pieds avaient été posés avant ça avait explosé et mon corps avait volé devant Gigara en un instant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire