Ma maison est un point de concentration de magie – Tome 2 – Chapitre 56

Bannière de Ma maison est un point de concentration de magie ***

Chapitre 56 : La maison des marchandes lapines

Un bon moment près avoir rangé les golems, les lapines s’étaient réveillées.

« Hmm… » (Lapine)

« Oh, tu es réveillée ? » (Daichi)

« Qu — … ce lieu est… !? » (Lapine)

J’avais parlé à celle qui semblait la personne la plus importante du groupe… En disant ça, je veux dire qu’elle portait une couronne.

« Je vais avoir besoin de te parler un peu ok ? » (Daichi)

« Eh… ? » (Lapine)

Puis au moment où elle avait vu mon visage,

« Hiiii...!! » (Lapine)

J’avais reçu une réaction que je n’avais pas vue depuis longtemps.

Sssss le son indubitable de quelqu’un urinant était venu d’entre ses jambes.

Les autres lapines avaient également commencé à trembler de peur.

Ahh ! Comme c’est nostalgique.

« H-hé, qu’est-ce que c’est que ce regard !? »

D’une certaine manière, j’avais oublié. Il y avait des gens autour de moi qui s’étaient habitués à ma présence… comme des dragons et des gens forts alors j’avais complètement oublié.

J’avais baissé ma garde et voilà le résultat.

« On dirait que… je devrais me souvenir de retenir ma magie quand je rencontre quelqu’un pour la première fois. » (Daichi)

Si cela arrivait chaque fois que je rencontrais quelqu’un, je ne serais pas en mesure de le supporter.

Demandons à Hesty de m’apprendre cela.

Mais pas maintenant, maintenant je dois,

« Je voudrais te parler, penses-tu que tu peux y arriver ? » (Daichi)

« Salut, euh… oui… » (Lapine)

Celle semblant être la chef acquiesça.

Ça devrait être ça. La chef doit être plus forte.

« Pourquoi m’as-tu attaqué avec les monstres ? » (Daichi)

« N-nous ne sommes pas venus pour vous attaquer ! ...... Eh b-bien, nous sommes venus pour attaquer dans un sens différent de la définition habituelle, mais nous n’avions pas l’intention de vous faire du mal ! Nous ne pourrions jamais faire une telle chose à un homme avec une magie de si haute qualité ! » (Lapine)

« Vraiment ? » (Daichi)

« Ou-oui ! Alors s’il vous plaît, à part moi, je vous en supplie ! Veuillez pardonner aux filles derrière moi ! » (Lapine)

Ses oreilles de lapin étaient debout et elle me suppliait désespérément. Il semble qu’elle ne mentait pas.

Cela étant le cas, il semblerait intéressant de leur parler, mais,

« Salut… » (Daichi)

Les filles tremblaient de peur quand je bougeais.

Si c’est comme ça, alors nous ne pourrions pas nous calmer et parler.

« … Calmez-vous. Je ne vous tuerai pas. » (Daichi)

« V-V-Vraiment ? » (Lapine)

« Ouais. » (Daichi)

Les choses qui vivaient dans la forêt avaient surtout une vision de la vie ou de la mort… mais j’étais différent. J’avais essayé de les calmer avant de reprendre notre discussion.

« Nn… Ak alors. Dites-moi, pourquoi avez-vous essayé de m’attaquer dans le sens différent du mot ? L’autre sens est-ce vrai ? C’est sexuellement, n’est-ce pas ? » (Daichi)

« Ou-oui. Si nous devions consommer une partie de votre “vigueur”, notre famine disparaîtrait… du moins, je le pensais. » (Lapine)

« Famine ? » (Daichi)

Ces lapines étaient-elles affamées ? Elles avaient des corps voluptueux donc je ne pouvais pas les voir affamés.

« Ce n’est pas pour la nourriture. Nous mourons de faim de “vigueur” et de dépravation magique. Nous étions bien jusqu’à présent. Les hommes de Prusse sont venus et nous y sommes allés parfois, mais récemment ils ont presque cessé de venir… c’est devenu insuffisant. » (Lapine)

Je vois. C’est ainsi qu’elles avaient toutes commencé à mourir de faim et s’étaient approchées de chez moi qui étais à proximité.

« Plus précisément, c’était un endroit proche de vous qui a une magie forte et abondante. Si vous en avez autant, même si nous en absorbions toutes, il n’y aurait pas de problèmes… » (Lapine)

La chef lapine avait regardé mon corps et avait dit ça en rougissant légèrement.

Rien ne sortira même si tu me regardes comme ça.

« Quoi qu’il en soit, Dianeia. Ce genre de chose est-il interdit dans la capitale ? » (Daichi)

« Je ne pense pas ? Même si la forêt est dangereuse, les aventuriers y vont de toute façon… Je me demande quelle en est la cause. » (Dianeia)

Après avoir entendu les paroles de Dianeia, la chef Lapine l’avait pointée du doigt.

« La maison du marchand à l’entrée de notre ville a été écrasée par des rochers tombant du ciel. Nous avons perdu les données de tous nos visiteurs… » (Lapine)

« Des rochers tombant du ciel ? » (Daichi)

Cela fait un moment que je ne suis pas venu ici, mais… est-ce qu’il pleut des rochers ici dans ce monde ?

Eh bien… c’est un monde avec de la magie, alors peut-être que quelqu’un les a envoyés voler.

« Alors, parce que ton magasin était écrasé, tu ne pouvais pas faire des affaires, et tu as fini comme ça ? » (Daichi)

« Oui… Si nous ne pouvons pas déplacer cet énorme rocher, alors nous ne pouvons pas ouvrir une autre boutique… » (Lapine)

Toutes les lapines semblaient découragées.

« C’est une question de vie ou de mort. Si nous ne pouvons pas récupérer les données de nos clients, nous ne pouvons pas reprendre nos activités de nuit. Ensuite, nous n’aurons ni terre ni fonds pour reconstruire… . » (Lapine)

On dirait qu’elle était à mi-chemin des larmes.

Umu, je me demande ce qui devrait être fait ?

La principale raison pour laquelle elles étaient venues ici était leur magasin écrasé.

Même si elles avaient contracté un prêt et construit une nouvelle boutique, les gens ne se rendront pas si elle n’était plus facilement accessible.

… Oh, attends.

« Nous avons juste la bonne personne ici, n’est-ce pas ? » (Daichi)

Je me tournai pour regarder Dianeia.

« Hm ? » (Dianeia)

Mais elle avait simplement incliné la tête vers moi.

Il semble qu’elle n’ait pas compris.

« Tu es la dirigeante de Prusse, non ? Alors, tu peux les laisser utiliser une partie des terres de la ville et y gérer un magasin, non ? » (Daichi)

« Ahh… maintenant que tu le dis, c’est vrai… ! » (Dianeia)

L’as-tu vraiment oublié jusqu’à maintenant ?

« N-non, c’est juste que quand je te rencontre, je suis généralement en mode Archimage… donc j’ai un peu oublié… c’est vrai, il y a des terres dans la ville que vous pouvez utiliser. » (Dianeia)

« V-vraiment !? » (Lapine)

Les yeux des lapines avaient commencé à briller.

« C’est vrai. Ma ville n’a pas assez de divertissement. Je pense qu’un établissement qui permet aux gens de se défouler serait parfait. Cela devrait aussi aider à ce que les aventuriers soient un peu moins turbulents… mais… » (Dianeia)

« Y a-t-il un problème ? » (Lapine)

« Hmm. Ce n’est pas une entreprise publique. Je ne peux pas financer cela moi-même, elles devront obtenir un financement quelque part, avez-vous des idées ? » (Dianeia)

Elle l’avait dit, et les lapines avaient toutes baissé la tête tristement.

Eh bien, si elles avaient quelque chose comme ça, elles auraient déjà pu commencer la reconstruction. Mais… hmm… c’est vrai.

« Je pourrais construire la maison et la prêter… » (Daichi)

« Eh !? » (Lapine)

« Daichi-dono le ferait ? Est-ce d’accord ? » (Lapine)

« Eh bien, tant que j’utilise certains des arbres de la forêt, ça devrait être assez facile. » (Daichi)

Mon paiement serait… un peu de divertissement en utilisant les compétences que j’avais apprises pour le plaisir.

Les matériaux proviennent tous de la forêt, donc je ne perds rien.

De plus, si je laisse ces lapines dans le froid, elles pourraient à nouveau attaquer.

Ce n’est pas vraiment une menace, mais plus une gêne.

C’est pourquoi leur faire une boutique une fois et les laisser y travailler est plus facile. Aussi… j’ai un peu d’intérêt à y aller.

« D’accord, je vais vous prêter un terrain et une boutique. Pourrez-vous gérer avec ça ? » (Daichi)

« Ou-oui !! » (Lapines)

Toutes les lapines acquiescèrent vigoureusement.

« N-nous n’oublierons jamais cette faveur pour le reste de nos vies ! Merci beaucoup ! » (Lapine)

Avait-elle ajouté avant que les lapines se précipitent pour m’embrasser.

Elles étaient vraiment douces et moelleuses.

D’une certaine manière, juste en les touchant… J’ai l’impression que les lapines sont super.

Un… Je peux comprendre comment les aventuriers se sont fait prendre par ça.

« N... en quelque sorte, on dirait qu’il y a un pouvoir magique noir, venant du dernier étage, de ta maison. » (Hesty)

Hesty avait dit… mais j’avais décidé de ne pas y faire attention.

— À l’avenir.

La périphérie de la Prusse accueillera un « Bar Lapin ».

C’était un endroit que de nombreux hommes musclés fréquentaient… mais c’est une autre histoire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. La, c'est vraiment ''nippon'' 😰

Laisser un commentaire