Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 5 – Prologue

♥♥♥

Prologue

♥♥♥

Prologue

Partie 1

C’est à peu près au moment où le mois d’août allait arriver.

Moi, Léon Fou Baltfault qui étudiait à l’étranger la République d’Alzer, je m’étirais en m’asseyant sur une chaise dans la classe de l’académie.

« C’est enfin terminé ~! » déclarai-je.

C’était devenu le soir. Le paysage à l’extérieur de la fenêtre était magnifique avec la couleur orange du coucher de soleil.

Le fait d’avoir été libéré des leçons supplémentaires avait également affecté mon esprit pour rendre le paysage aujourd’hui beaucoup plus beau.

À l’intérieur de la classe, il y avait aussi, outre moi, les membres du royaume de Hohlfahrt qui étaient venus ici pour étudier à l’étranger.

« Haa ~, nous pouvons aussi enfin avoir des vacances d’été. »

Marie Fou Lafan s’était effondrée sans avoir du tout l’air heureuse.

Je pensais que sa tension allait monter parce qu’elle était revenue pour devenir étudiante et qu’elle pouvait à nouveau vivre les vacances d’été, et pourtant elle était comme ça.

Celle qui avait consolé Marie qui se trouvait dans cet état était Cara Fou Wein.

Contrairement à la petite Marie, elle avait une stature moyenne et des cheveux longs et raides de couleur bleu marine.

« Lady Marie, n’es-tu pas contente vu qu’on peut enfin profiter des vacances d’été ? » demanda Cara.

Marie avait tourné son regard vers le groupe de cinq personnes qui discutaient joyeusement à l’intérieur de la classe en réponse à la question de Cara.

Là-bas, il y avait les cinq idiots — alias nos camarades étudiants étrangers du royaume.

« Des vacances sans aucun plan préalable, c’est vraiment une nouvelle expérience. »

Celui qui avait dit cela était Julian Rafua Hohlfahrt.

Le prince aux cheveux courts et bleus parlait des vacances d’été avec un sourire.

« Il y a eu beaucoup de choses pendant les vacances d’été précédentes. Votre Altesse a-t-elle peut-être un plan ? »

Celui qui avait demandé à Julian c’était Jilk Fia Marmoreal.

Il était le frère adoptif de Julian — quelqu’un qui avait été élevé avec lui depuis qu’ils étaient petits pour être un maître et un serviteur spécial.

« Qu’allons-nous faire pour passer le mois à venir ? » Greg Fou Seberg s’inquiétait de la façon de passer les vacances d’été.

Ces types étaient d’anciens jeunes nobles.

Au départ, même pendant les vacances d’été, leur emploi du temps était chargé en raison de leur position.

Mais, à l’heure actuelle, leurs familles les avaient abandonnés et ils avaient du temps libre.

Ils semblaient en être heureux et ils attendaient avec impatience les vacances d’été.

Même Chris Fia Arclight qui ne parlait normalement pas beaucoup et était calme s’excitait en parlant des vacances d’été avec Greg.

« Je suis intéressé par les armes de la République, donc je veux faire un petit voyage pour chercher des armes. Ce serait bien qu’il y ait un musée ou quelque chose comme ça ici, » déclara Chris.

Visiter un musée pendant les vacances d’été, quelle façon raffinée de passer des vacances.

Si c’était moi dans ma vie précédente — avant de me réincarner dans ce monde de ce Jeu Vidéo Otome, je passerais sûrement les vacances en ne faisant rien.

Le dernier d’entre eux, Brad Fou Field avait fait une suggestion aux quatre autres.

« N’avez-vous toujours pas de plan ? Alors, pourquoi ne pas louer un dirigeable et faire une croisière dans la République ? » proposa Brad.

Comme on pouvait s’y attendre, ces gars étaient vraiment riches vu que même le mot « croisière » faisait son apparition.

L’invitation à partir en croisière était faite de façon si désinvolte comme un roturier qui disait Allons pique-niquer !

Les yeux de Julian s’illuminèrent.

« C’est une bonne idée. Nous étudions déjà à l’étranger dans la République d’Alzer, alors ce n’est pas une mauvaise idée de faire du tourisme. Si nous disposons d’un mois, nous pourrons visiter tout le pays, et même, on sera un peu pressé, » déclara Julian.

Ce type, avait-il l’intention d’utiliser tout le mois juste pour faire du tourisme ?

C’était une façon très élégante de profiter des vacances d’été.

— Mais c’était inutile.

Lorsque mon regard était revenu sur Marie, ses yeux étaient froids, contrairement à ces cinq-là, en raison de sa connaissance de la réalité.

Cara était agitée devant le regard froid de Marie.

« Quelque chose ne va pas Lady Marie ? » demanda Cara.

« Cara, penses-tu que nous pourrons profiter des vacances dans notre position de gardien de ces cinq-là ? Jusqu’à présent, il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour le déjeuner parce que nous avons école, mais nous allons devoir nous occuper de ces cinq-là du matin au soir à partir de demain, » déclara Marie.

L’expression de Marie était vraiment effrayante.

Seuls les enfants seraient heureux pendant les vacances d’été, mais les parents avec enfants auraient les mains bien occupées.

Même s’ils avaient du temps où leurs enfants n’étaient pas à la maison jusqu’à présent, mais en vacances, les enfants étaient à la maison du matin au soir tous les jours.

Toute mère, qu’elle soit femme au foyer à plein temps ou mère avec un emploi, aurait les mains occupées — Marie avait ce genre d’expression.

Il semblerait qu’à l’heure actuelle, pour Marie, ces cinq enfants devaient être pris en charge.

Marie avait fait un rire sec.

« Ufufufu — il faudra aussi préparer le déjeuner dès demain. Et maintenant, le coût de la nourriture va s’accumuler, » déclara Marie.

C’était le destin de la femme qui s’était réincarnée dans le monde de ce Jeu Vidéo Otome et qui avait visé le harem inversé.

En voyant comment Marie, qui était ma petite sœur dans la vie précédente, avait fini comme ça, je m’étais demandé comment elle avait pu être aussi triste.

Je ne pensais pas que Marie pouvait être prise en pitié parce qu’elle l’avait provoqué elle-même.

Je ne l’avais pas fait, mais, en voyant ma petite sœur qui visait un harem inversé — et qui avait fini par devoir soutenir cinq hommes gênants, c’était un fait que j’avais eu un peu de pitié pour elle.

Mais, c’était un peu drôle.

Dans sa situation actuelle, c’était comme si elle avait cinq enfants.

N’était-ce pas en fait une punition appropriée pour ma stupide petite sœur qui visait un harem inversé ?

Quelqu’un m’avait pincé la joue alors que je regardais Marie avec un sourire.

« C-Cela fait mal! » m’écriai-je.

Celle qui m’avait fait mal, celle à qui j’avais dit cela, était une fille dont les cheveux longs étaient attachés en une queue de cheval sur le côté.

Ses cheveux étaient blonds à la racine avec un dégradé de couleur qui devenait de plus en plus rose à mesure qu’elle se rapprochait de la pointe.

Elle avait un air de garçon manqué et une apparence qui ressemblait un peu à une fille.

Mais, la personne elle-même était une fille amicale et gentille.

Elle avait aussi un côté familial. Il y avait un grand écart avec cette fille.

« Pourquoi ce sourire ? » demanda-t-elle.

Celle qui me parlait avec un visage souriant, Noëlle Beltre — son vrai nom était Noëlle Zel Lespinasse

— Ce Jeu Vidéo Otome avait eu une suite. Noëlle était le personnage principal de ce deuxième jeu.

Je m’étais éloigné de la main de Noëlle et je m’étais frotté la joue en répondant.

« C’est parce que la situation de Marie est devenue très drôle. Ne trouves-tu pas ça amusant ? Il s’agit d’un précieux échantillon de données qui a montré comment le fait de viser le harem inversé ne se traduit pas toujours par le bonheur, » répondis-je.

Noëlle était exaspérée de me voir rire.

« C’est trop d’appeler la vie des autres comme un échantillon de données, » s’écria Noëlle.

« Désolé. Mais, c’est quand même drôle, » déclarai-je.

J’aurais aimé pouvoir au moins rire, vu le nombre de fois où Marie m’avait causé des problèmes.

Je soutenais aussi financièrement son gagne-pain.

Je devrais être pardonné.

« La personnalité de Léon est tordue, » déclara Noëlle.

Noëlle avait montré une expression exaspérée, mais son sourire était vite revenu.

Et puis elle avait rapproché son visage du mien.

Dans cette distance, nos nez s’étaient presque touchés.

 

 

« Et surtout, accompagne-moi dans mes courses quand nous rentrons à la maison, » déclara Noëlle.

« Faire du shopping ? » demandai-je.

« J’ai été une gêne dans la maison de Marie-chan comme ça, donc je dois aussi contribuer parfois, » déclara Noëlle.

« Je pense que tu n’as pas vraiment besoin de t’en préoccuper, » déclarai-je.

Marie-chan, ah!

Noëlle et Marie étaient devenues très proches l’une de l’autre.

On n’y pouvait rien.

Noëlle vivait dans notre — non, le manoir de Marie depuis l’affaire avec Pierre.

Même maintenant, je vivais dans la maison de Marie.

La raison en était — c’était quelque chose de vraiment troublant qui se trouvait au dos de ma main droite.

En ce moment, je prétendais qu’elle était blessée et que je gardais la main bandée, mais sous le bandage se trouvait un symbole appelé « le symbole du gardien » qui était une preuve de reconnaissance par l’arbre sacré.

J’avais été reconnu par le jeune arbre sacré que j’avais obtenu lors de l’incident de Pierre.

À l’origine, l’arbre sacré choisissait une prêtresse.

J’avais entendu dire que ce serait la prêtresse qui choisirait le gardien, alors j’avais baissé ma garde.

Je m’étais retourné pour regarder le siège derrière moi.

Assis là, il y avait un garçon nommé Jean, un étudiant que j’avais connu dans la République.

Nous recevions des cours supplémentaires ici parce que nous n’étions pas à l’académie lors de l’incident que Pierre avait provoqué.

Jusqu’à présent, nous recevions des leçons supplémentaires pour compenser cela.

« Vas-tu aussi rentrer chez toi après ça, Jean ? Et si tu faisais du shopping avec nous ? » demandai-je.

J’avais observé Noëlle tout en invitant Jean.

Elle avait l’air de bouder un peu — était-ce juste mon imagination ?

« J’ai quelque chose à faire après cela. J’ai l’intention de me rendre chez des parents qui se sont occupés de moi. Il semblait que je les aie inquiétés. Ils m’ont envoyé une lettre me demandant de venir en visite, » Jean avait refusé mon invitation avec un sourire.

« En plus, je me sentirais mal si je me mettais en travers de votre chemin à tous les deux. » Jean avait dit cela et avait tourné son regard vers Noëlle.

Noëlle avait l’air un peu gênée.

— Il y a peu de temps encore, je pensais que celui que Noëlle aimait était Jean.

Cet étudiant appelé Jean n’était pas une cible de capture, c’était juste un Mob.

Si Noëlle aimait bien Jean, je pensais qu’on ne pouvait rien y faire, mais — il me semblait que c’était juste un malentendu.

C’était troublant.

Si Noëlle était le personnage principal de ce second jeu, elle devait épouser l’une des cibles de conquête.

Le monde serait en danger si elle ne faisait pas cela.

Le monde pourrait être détruit à cause de la romance de certains jeunes.

Quel monde désagréable!

Et pourtant, la situation actuelle n’était pas vraiment bonne.

Les cibles de conquête du deuxième jeu — les candidats amoureux de Noëlle avaient en fait peu de points communs avec elle à l’heure actuelle.

Le premier candidat, Loïc Leta Barriere était la principale cible de conquête, mais — ce type était devenu le harceleur de Noëlle.

J’avais entendu dire que même dans le jeu, son désir monopolisateur était un peu fort, mais il était encore plus dangereux que je ne l’imaginais.

Pour cette raison, Noëlle le détestait et il avait été retiré de la liste des candidats amants.

Le deuxième candidat était Narcisse Calse Granze.

Cette personne était un professeur de l’académie. C’était un noble passionné d’archéologie qui, en raison de son hobby, allait souvent sur le terrain.

Il était un peu trop enthousiaste avec son hobby, mais ce n’était pas une mauvaise personne.

Malgré cela, il n’avait pour l’instant aucun point de contact avec Noëlle.

Il ne s’agissait pas de savoir si Noëlle était consciente ou non à son égard, c’était au niveau de « Narcisse-sensei ? Aa, maintenant que vous le mentionnez, il y a aussi un professeur qui porte ce nom. »

Dans le jeu, si vous ne preniez pas la classe spéciale de Narcisse comme matière principale jusqu’à ce que vous avanciez en deuxième année, il n’y aurait pas de possibilité avec lui et il serait automatiquement retiré de la liste des candidats.

En parlant d’éloignement automatique, il y avait aussi une autre personne qui avait disparu.

Il s’agit de Hughes Toara Druille.

Si Noëlle n’avait pas hissé le drapeau de ce type la première année, il aurait été automatiquement retiré lorsqu’elle serait passée à la deuxième année — à partir de là, les deux étudiants n’auraient plus de relation entre eux.

Noëlle n’avait pas non plus pris contact avec ce troisième candidat et il lui était devenu impossible de devenir candidat amant.

Ensuite, la quatrième personne était Émile Laz Pleven, mais ce type était un candidat amant si facile à capturer qu’on l’avait appelé « tuile facile ».

Cependant, une réincarnée — Lelia Beltre qui s’était réincarnée pour être la petite sœur jumelle de Noëlle était devenue son amante.

Cette stupide Lelia avait volé Émile.

C’était une situation où quatre des candidats amoureux étaient complètement impossibles à réunir avec Noëlle de cette manière. Quant au dernier, Serge Sara Rault, il n’avait en premier lieu pas fréquenté l’académie.

En plus de n’avoir eu aucune rencontre, la famille de ce type avait une relation compliquée avec Noëlle.

Après tout, le père adoptif de ce type, Albergue Sara Rault — était le dernier boss.

Sa demi-sœur aînée, Louise Sara Rault — avait été la méchante du deuxième jeu.

Et puis, la Maison Rault était la maison qui avait détruit la maison Lespinasse.

Je serais obligé de répondre que c’était difficile si on me demandait si les deux pouvaient se réunir après cela.

— Les garçons qui étaient la cible de conquête avaient été exterminés de la liste.

De plus, même si je n’étais même pas l’amant de Noëlle, le jeune arbre sacré avait eu le culot de me choisir comme gardien.

Peu importe comment je le vois, c’est un échec et mat.

Pendant que je réfléchissais, Noëlle avait pincé ma chemise et m’avait fait me lever.

« Allez, vite, » déclara Noëlle.

« J’ai compris, alors ne tire pas sur mes vêtements, » déclarai-je.

Nous avions quitté la salle de classe tous les deux.

Noëlle avait appelé Marie juste avant notre départ.

« Marie-chan, nous allons acheter les assaisonnements qui vont s’épuiser, » déclara Noëlle.

Marie avait fait une expression un peu compliquée quand elle avait entendu cela.

« Merci. Plus important encore, grand — Léon. J’ai quelque chose à te dire à ton retour, » déclara Marie.

Elle avait failli m’appeler « Grand frère » avant de se corriger en vitesse. Mais quand même, quelque chose à me dire ?

Elle ne pouvait pas en parler dans cet endroit, ce qui voulait dire qu’il devait s’agir de notre plan à partir d’ici.

« Oui, j’ai compris. Je reviendrai rapidement, » répondis-je.

Puis Marie avait envoyé son regard brièvement vers Noëlle avant que son regard ne revienne vers moi.

« — la préparation du dîner sera pénible, vous deux, vous devez aller manger tout seul. Nous pouvons discuter ce soir, » déclara Marie.

« Vraiment ? » demandai-je.

Quelque chose était étrange dans le comportement de Marie.

Récemment, elle avait souvent agi de la sorte.

Mais ensuite, j’étais allé faire du shopping avec Noëlle sans rien dire de plus.

♥♥♥

Partie 2

La nuit.

Noëlle et moi étions en train de dîner sur la terrasse ouverte d’un restaurant après avoir terminé nos courses.

Il y avait trois grandes assiettes sur une table ronde sur laquelle était placée une bougie.

Près de nos mains, il y avait de petites assiettes sur lesquelles on posait un petit pain.

Nous avions placé sur la chaise vide le sac en papier brun rempli des objets que nous avions achetés.

Je me battais avec acharnement contre le plat de homard bouilli pendant que je mangeais.

« C’est difficile à manger! » déclarai-je.

Il y avait peu de temps, j’avais reçu beaucoup d’argent de la République en réparation pour le cas de Pierre, alors j’avais décidé de faire un peu d’extravagance et j’avais acheté un repas très cher. Mais c’était le résultat.

C’était pénible de manger quelque chose auquel je n’étais pas habitué.

« Je ne peux pas supporter de regarder ça. Laisse-moi essayer, » déclara-t-elle.

Noëlle qui regardait m’avait enlevé le crustacé qui ressemblait à un homard.

Puis elle l’avait démonté facilement, contrairement à moi.

Après que Noëlle ait sorti la viande, elle l’avait placée dans une petite assiette et me l’avait donnée.

Noëlle avait utilisé une serviette de table qu’elle avait posée sur la table et s’était essuyé les mains en me regardant fièrement en disant « Voilà comment on le fait. »

« C’est incroyable. Il peut donc être démantelé aussi proprement, » répondis-je.

« Démanteler — eh bien, ce n’est pas faux de l’appeler ainsi. Et alors ? Maintenant, il est plus facile de manger comme ça, n’est-ce pas ? » demanda Noëlle.

Quand j’avais essayé de le manger, la viande était tendre et délicieuse.

Je pouvais entendre les voix des autres clients qui s’amusaient à l’intérieur du restaurant.

J’entendais aussi les voix des serveurs qui lisaient la commande des clients.

Il y avait aussi la lumière de l’intérieur du restaurant et le lampadaire. Le dessus de la table était un peu sombre, mais nous pouvions toujours voir assez clairement.

Cela avait plutôt créé une atmosphère assez agréable qui était bonne à sa manière.

« C’est délicieux. Essaie-le aussi, Noëlle, » déclarai-je.

« Cela me met mal à l’aise de te voir tout me payer chaque fois. Léon, ne gaspilles-tu pas trop d’argent ces derniers temps ? » demanda Noëlle.

L’incident avec Pierre avait été réglé et maintenant j’appréciais beaucoup la vie dans la République.

Il restait encore beaucoup de problèmes, mais c’était pour plus tard.

« La plupart de ce que j’ai acheté étaient des souvenirs. Ma famille au pays est devenue ennuyante avec ce genre de choses, » déclarai-je.

Quand je parlais de ma famille — ma grande sœur Jena et ma petite sœur Finley — qui m’avaient ennuyé avec leur demande de souvenirs.

Elles m’avaient harcelé pour que je leur fasse de beaux cadeaux en guise de souvenirs.

Je devais aussi faire des cadeaux pour les gens à qui je devais de l’argent, alors j’avais fait des folies.

Mais, toutes ces dépenses étaient justifiées, donc il n’y avait pas de problème.

Le regard de Noëlle était devenu empli de doute quand j’avais affirmé que mes dépenses ne pouvaient pas être empêchées.

« Mais, ces nouveaux services à thé sont inutiles, n’est-ce pas ? Combien coûtent ces services à thé avec le sachet dédié ? » demanda Noëlle.

« Hahaha — Noëlle, veux-tu aussi essayer celle-là ? C’est délicieux, » lui demandai-je.

Il y avait de très beaux services à thé dans la République.

Avec autant d’argent en poche en ce moment, je ne pouvais pas m’empêcher de vouloir les obtenir.

Mais, les seules choses que je m’étais achetées étaient ce service à thé.

Les autres choses étaient pour la plupart des nécessités quotidiennes.

« Léon ? » demanda Noëlle.

Noëlle ne m’avait pas laissé changer de sujet, alors je l’avais avoué honnêtement.

« — Cela a monté jusqu’à un total de cent mille, » répondis-je.

Cent mille — bien sûr, ce n’était pas en yens.

Si elle était convertie en yen japonais, le coût total serait d’environ dix millions.

Noëlle avait l’air choquée. Il semble que le prix dépassait de loin son imagination.

« Avant cela, tu achetais aussi des choses comme des feuilles de thé ou des sucreries très chères, n’est-ce pas ? » demanda Noëlle.

« Je voulais faire un goûter avec les nouveaux services à thé ! C’est mon hobby ! Noëlle, toi-même, tu as aussi bu le thé et mangé les sucreries ! » répondis-je.

Pour commencer, c’était Noëlle que j’avais spécialement invitée à la fête du thé.

« N-Non, c’était, tu sais — ils étaient délicieux, » répondit Noëlle.

Dans cet autre monde, il y avait peu de divertissements.

Pour une personne moderne comme moi, il devrait être bon d’avoir au moins un passe-temps comme celui-ci.

« C’est l’un de mes rares passe-temps, » déclarai-je.

Quand j’avais agi de la sorte, Noëlle avait semblé se sentir coupable et s’était excusée. « Désolée J’en. ai trop dit. Malgré cela, je ne m’attendais pas à ce que ton hobby, Léon, soit quelque chose comme le thé. »

Eh bien, même moi, j’avais été ainsi « Thé ? Aa ~, oui, oui, le thé, hm, » jusqu’à il y a quelque temps.

Cependant, mon sens des valeurs avait changé après ma rencontre avec le mentor.

« Noëlle, toi aussi tu aurais sûrement pensé comme moi si tu avais participé à la fête du thé du Mentor, » déclarai-je.

Noëlle avait repris son repas lorsqu’elle m’avait vu louer mon Mentor avec joie.

« J’ai entendu cela à maintes reprises, » déclara Noëlle.

Je suppose que c’est le cas. Après tout, j’avais beaucoup parlé de cela.

J’avais également repris mon repas. Puis un serveur s’était approché de nous.

« Cher client, souhaitez-vous commander davantage ? » demanda le serveur.

Noëlle ne commandait plus, mais moi oui.

« Veuillez apporter le jus le plus cher ici, » répondis-je.

J’avais essayé de commander quelque chose de cher pour me comporter comme une personne riche.

Le serveur avait fait un sourire troublé.

« Je suis désolé, il n’y a pas de jus dont le prix est aussi élevé, » répondit le serveur.

Je le savais parce que j’avais déjà vu le menu.

« Je plaisante. Donnez-nous deux autres boissons. Les mêmes choses qu’avant, c’est très bien, » déclarai-je.

J’avais commandé les mêmes boissons que lors de notre première commande.

Noëlle était aussi très bien avec cela.

Quand le serveur était parti, Noëlle m’avait demandé.

« Hein ? Ne bois pas d’alcool, Léon, même si Marie-chan et les autres boivent. N’est-il pas rare, même au royaume, que quelqu’un ne boive pas ? » demanda Noëlle.

Dans ce monde, vous seriez autorisé à boire de l’alcool à l’âge de 17 ans.

Vous seriez traité comme un adulte à 15 ans, donc le fait de boire ou non de l’alcool serait de leur propre responsabilité après cela.

Mais je n’étais pas si intéressé par l’alcool.

« J’ai décidé de boire de l’alcool quand j’aurai vingt ans, » déclarai-je.

« Pourquoi ? » demanda Noëlle.

« C’est ma règle personnelle, » répondis-je.

Ce n’est pas comme si j’étais si obsédé par cette règle, mais — cela me rendait un peu mal à l’aise de boire en ce moment, alors j’avais décidé de ne pas boire avant mes vingt ans. Au départ, je ne voulais pas non plus boire d’alcool.

Noëlle sourit.

Et puis son sourire était devenu un peu triste.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » Quand je le lui avais demandé, Noëlle avait secoué la tête.

Sa queue de cheval latérale battait.

« C’était mon rêve d’avoir un repas comme celui-ci, » déclara Noëlle.

Ces mots m’avaient fait penser au visage de la petite sœur de Noëlle.

« Et Lelia ? » demandai-je.

L’expression de Noëlle était devenue un peu insatisfaisante.

L’expression de cette fille avait souvent changé rapidement.

« Léon, tu ne peux vraiment pas lire l’atmosphère, tu es stupide. Ce n’est pas comme si ce côté-là me dérangeait. — On dit que les sœurs se séparent un jour, mais Lelia ne veut pas faire ce genre de chose, » déclara Noëlle.

« Elle ~ eh! »

Quelque chose est-il arrivé entre ces sœurs ?

Si c’était cette Lelia, il ne serait pas étrange qu’il se passe quelque chose.

Après tout, la situation actuelle était en partie due à la faute de cette fille.

« C’est bien si tu t’amuses, » déclarai-je.

Noëlle avait regardé mon visage quand j’avais dit cela.

« Quoi ? » demandai-je.

Noëlle m’avait montré un sourire. Son visage était très beau.

« Je pense juste que tu as l’air d’apprécier la nourriture. Plus important encore, à propos d’après, » déclara Noëlle.

Noëlle voulait s’informer du plan après cela, mais des pas s’étaient approchés de notre table.

Ce n’était pas le serveur, mais quelqu’un qui était notre connaissance.

J’avais regardé le visage de cette personne. Elle faisait clairement une tête mécontente.

— Lelia plissa ses sourcils avec sa main sur la taille. Elle n’avait même pas essayé de cacher son mécontentement.

« Il n’est pas nécessaire d’avoir l’air si mécontent. »

Noëlle fronça les sourcils et détourna son visage de Lelia. « Lelia, as-tu besoin de quelque chose ? »

Une tension gênante avait dérivé entre les deux sœurs. Les clients des alentours regardaient également avec intérêt.

J’avais soupiré.

« Tu arrives juste au moment où nous parlions de toi. Eh bien, assieds-toi. Veux-tu boire quelque chose ? » demandai-je.

Lelia avait détourné son visage de moi lorsque je lui avais parlé.

« Pas besoin de se donner la peine ! —, Je viens aussi ici avec de la compagnie, » déclara Lelia.

Quand j’avais regardé derrière Lelia, il y avait Émile avec ses cheveux bleus soyeux qui se tenaient légèrement derrière elle.

Il portait un costume très cher.

J’avais souri quand je l’avais vu.

« Avez-vous tous les deux un rendez-vous galant ? » demandai-je.

« Tais-toi ! Oublie ça, aujourd’hui je vais venir chez toi, » déclara Lelia.

L’expression de Noëlle était devenue grave quand elle avait entendu cela.

« Lelia, je t’ai déjà dit de ne pas être une nuisance, » déclara Noëlle.

« C’est quelque chose d’important, alors tais-toi, grande sœur, » déclara Lelia.

Lelia n’avait dit que ce qu’elle voulait dire avant de quitter notre table.

Émile avait fait une grimace d’excuse et s’était légèrement incliné devant nous avant de courir après Lelia.

L’environnement était devenu un peu bruyant. C’est alors que le serveur qui observait la scène à l’instant était venu apporter le jus que nous avions commandé.

« Merci d’avoir attendu, » déclara le serveur.

J’avais mis de l’argent sur le plateau du serveur pour compenser le désagrément.

Le serveur était parti en voyant cela.

Noëlle regardait en bas.

Lelia — cette fille était une réincarnée tout comme Marie et moi.

Elle connaissait également la suite de ce jeu.

« — aujourd’hui, retournons après avoir fini de manger, » déclara Noëlle.

« OK, » déclarai-je.

Noëlle avait l’air déprimée, alors nous étions rentrés aujourd’hui. chez nous tout de suite après ça.

♥♥♥

Partie 3

Après mon retour au manoir, j’avais parlé avec Marie dans la salle à manger du plan pour la suite.

L’horloge placée à l’intérieur de la pièce indiquait que l’heure avait passé 23 heures.

« — Cette Lelia, elle est en retard, » déclarai-je.

Mon irritation ne cessait de croître parce qu’elle n’était pas encore arrivée. Mon doigt tapait sur la table. Puis Marie avait bâillé.

« Elle était dans un rendez-vous, n’est-ce pas ? Peut-être qu’elle s’amuse. Ou peut-être que l’ambiance est devenue bonne et qu’elle ne pourra pas venir aujourd’hui, » déclara Marie.

Marie, l’air endormi, se frottait les yeux et disait qu’on ne pouvait rien y faire même si Lelia ne venait pas.

« Faire attendre les autres comme ça, est-ce de la drague ? » demandai-je.

« Je te le dis, ils iront tous les deux jusqu’au bout s’ils se sont amusés dans leur rendez-vous, n’est-ce pas ? Ah, je vois. Une mauviette comme Grand Frère ne comprendra pas quelque chose comme ça, » déclara Marie.

J’étais irrité qu’elle me traite de mauviette.

« Que veux-tu dire par là ? » demandai-je.

« Peu importe comment je vois les choses, l’attitude du grand frère envers Noëlle n’est-elle pas celle d’une mauviette ? Pour commencer, c’était aussi horrible quand les fiancées que le Grand Frère a quittées chez toi te l’ont avoué, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

Anjie et Livia avaient manqué de patience envers moi qui ne voulait pas donner de réponse, peu importe le temps qu’elles attendaient, et c’était donc elles deux qui s’étaient confessées à moi.

C-Certainement, je pourrais être une mauviette à ce moment-là.

Mais, c’était différent avec Noëlle.

« Pourquoi traites-tu mon attitude envers Noëlle de mauviette ? » demandai-je.

Quand je m’étais défendu, Marie avait fait une grimace qui m’avait vraiment déplu.

« Le grand frère est vraiment le pire, » déclara Marie.

« — Me traites-tu de pire sans même en expliquer la raison ? Dis-moi, qui est la personne dont le gagne-pain est soutenu par un tel homme ? » demandai-je.

Quand j’avais attaqué le point faible de Marie, elle avait protesté en étant en larmes.

« Cette attitude est aussi la pire ! » s’écria Marie.

Luxon était venu dans la salle à manger pendant que nous nous disputions bruyamment.

Il avait l’apparence d’un corps sphérique métallique et un seul œil rouge.

Aujourd’hui aussi, il me prévenait avec une façon de parler qui ne convenait vraiment pas pour parler avec son maître.

« Je ne peux pas non plus nier que le maître est une mauviette, » déclara Luxon.

« Oh !? » m’écriai-je.

« Plus important encore, un invité est arrivé, » déclara Luxon.

Quand j’avais regardé par la fenêtre de la salle à manger, l’extérieur était lumineux.

C’était la lumière qui venait d’une voiture.

« Est-ce Lelia ? » demandai-je.

« On dirait qu’Émile l’escorte jusqu’ici, » déclara Luxon.

Émile avait été très gentil.

Marie s’était dirigée vers l’entrée, puis après un certain temps, elle était revenue avec Lelia derrière elle.

La voiture d’Émile quitta le manoir.

Après que Lelia se soit assise, Marie lui avait versé un verre venant du pot qui avait été préparé.

Lelia l’avait accepté et était soudainement entrée dans le vif du sujet. « Et, qu’allons-nous faire à partir de maintenant ? »

Marie et moi nous étions regardés, puis nous nous étions moqués et avions haussé les épaules.

Lelia avait froncé les sourcils en voyant notre geste et s’était fâchée. « Qu’est-ce que c’est que cette attitude ! »

Marie avait répondu de façon hautaine.

« Tu es arrivée si tard et tu as soudain demandé ce que nous allions faire ? Mais n’est-ce pas à toi qu’il incombe en premier lieu que la situation devienne aussi troublante ? » déclara Marie.

Lelia, qui avait été accusée d’être responsable de cette situation, s’était levée et avait protesté.

« Jusqu’à présent, les choses se passaient bien à ma façon ! Si vous n’aviez pas tout gâché, la situation entre ma grande sœur et Loïc, ce serait peut-être si difficile, » déclara Lelia.

Même Lelia avait été secouée.

L’actuel Loïc, pour ne pas dire plus, était un harceleur.

Pour être honnête, c’était déjà un criminel.

Ah, je suppose qu’il n’y avait pas de différence entre les deux.

Et puis Noëlle nourrissait à son égard un dégoût du niveau de « C’est physiologiquement impossible ».

La difficulté serait trop grande pour qu’ils deviennent amants dans cette situation, il était donc plus sage d’abandonner ici.

J’avais préparé un gâteau à thé pour Lelia.

« J’ai enquêté sur la situation des types qui peuvent devenir les candidats amoureux de Noëlle, mais, toutes possibilités ont déjà été anéanties, » déclarai-je.

Quand j’avais regardé Luxon, il avait continué ce que j’avais dit et avait expliqué la situation à Lelia.

« À propos de Narcisse, il n’a aucun élève pour cette année scolaire et il est très probable qu’il quitte l’académie. Et puis, en ce qui concerne Hughes, on parle de son engagement en ce moment même. Émile est déjà en relation amoureuse avec toi, il est donc hors de question qu’il le fasse. Dans ce cas, le candidat restant est Serge. Actuellement, on ne sait pas où il se trouve, donc les informations manquent, » déclara Luxon.

Ce n’était pas parce que Luxon n’avait pas pu enquêter, c’était plutôt un problème de ressources.

Il serait en mesure de retrouver Serge s’il enquêtait sérieusement sur ses déplacements. Mais le problème était survenu après que nous l’ayons trouvé.

Noëlle évitait le sujet de Serge. Plutôt qu’à cause de Serge personnellement, elle évitait complètement le sujet de la Maison Rault. La possibilité qu’il devienne l’amant de Noëlle était faible.

Lelia avait fait une voix troublée.

« Serge huh — »

« Sais-tu quelque chose ? » demandai-je.

Lelia semblait évasive pour une raison quelconque lorsque je lui avais demandé des explications sur Serge.

« Serge aspire à être un aventurier, c’est pourquoi il a souvent séché l’école, » déclara Lelia.

« J’en ai déjà entendu parler, » déclarai-je.

Auparavant, lorsque j’avais été invité à la Maison Rault, j’avais entendu l’histoire de Serge qui aspirait à la profession d’aventurier.

« Eh bien, même moi, je pensais qu’il fallait une pièce de rechange au cas où ça échouerait avec Loïc, alors j’ai aussi contacté Serge, » déclara Lelia.

Marie avait incliné la tête.

« Alors pourquoi as-tu fait une fixation sur Loïc ? Ne me dis pas que tu as aussi échoué avec Serge !? » s’écria Marie.

« N’appelle pas cela un échec ! Ce n’est pas comme ce que tu dis. Non, c’est différent, » déclara Lelia.

Cette fille n’était vraiment pas claire.

Était-ce un échec ou non, lequel est-ce ?

« C’est quoi le problème avec ce Serge-kun ? » demandai-je.

Lelia avait abandonné et avait parlé de Serge.

« — Cela s’est bien passé jusqu’à ce que je fasse connaissance avec Serge. Mais la grande sœur ne l’accepte pas parce qu’il est de la Maison Rault, et Serge lui-même — il n’est pas intéressé par la grande sœur, » déclara Lelia.

Noëlle et Serge n’étaient pas intéressés l’un par l’autre.

Je ne pensais pas qu’il y avait un problème si c’était tout.

Cependant, Lelia avait continué.

« Ce type, il m’a dit “Je t’aime bien”, » déclara Lelia.

Lelia avait dit cela avec un visage rouge. En voyant que Marie fit un visage extrêmement irrité et claqua sa langue.

Qu’est-ce que c’est ? J’avais eu peur et je n’avais pas pu interrompre la conversation.

« Toi, même si tu me disais “Je ne peux pas croire que tu visais quelque chose comme un harem inversé !” en étant si problématique que ça. Toi, faisais-tu toi-même des avances à deux hommes ? Je ne peux pas faire confiance à une femme comme toi, » s’écria Marie.

Lelia avait également répondu. « Je suis toujours mieux que toi qui maintiens ces cinq petits amis ! »

En comparant cinq personnes avec deux personnes, Lelia était certainement meilleure même si la différence était minime, n’est-ce pas ?

Mais, si c’était le cas, c’était vraiment une impasse.

« C’est échec et mat, hein, » déclarai-je.

Mes paroles avaient fait que Lelia m’avait pointé du doigt et avait protesté.

Elle commençait à crier. « Ne dis pas cela ! Mon plan a été abandonné parce que tu es devenu le gardien ! »

J’avais souhaité qu’elle arrête avec la fausse accusation.

C’était cette femme qui avait provoqué la situation d’échec et mat avant même que je ne devienne le gardien.

« Ce n’est pas ma faute. Même si c’est vraiment ma faute, c’est avant tout ta faute pour avoir créé ce genre de situation, » déclarai-je.

Lelia s’était mise en colère quand j’avais parlé franchement comme ça.

Elle devrait s’en prendre à elle-même si c’était elle qui avait tort.

« Dis-tu que c’est de ma faute ? » demanda Lelia.

« Évidemment. Dans la société, c’est la faute du gars s’il a été mis en échec et mat. En premier lieu, la situation ne deviendrait pas comme ça si seulement tu accordais plus d’importance à l’opinion de Noëlle. De plus, si tu lui avais donné la possibilité de rencontrer Hughes ou Narcisse, nous aurions encore des options pour le moment, » déclarai-je.

Lelia ne pouvait rien répondre et avait l’air frustrée.

Il était également naturel qu’elle veuille se plaindre à nous après que nous ayons fait échouer son plan.

Malgré cela, elle était responsable de la création de cette situation.

« Et puis, qu’en est-il de toi ? Tu t’es assuré d’être proche du personnage le plus facile, Émile. Même si, en y réfléchissant bien, tu aurais dû l’éviter, » déclarai-je.

Derrière moi, Marie acclamait « Dis-lui ! Dis-lui-en plus grand frère ! Bats l’adversaire avec tes prédications jusqu’à ce qu’il ne puisse plus tenir debout comme d’habitude ! ».

Quel genre de personne penses-tu que je suis ?

« Tu aurais dû laisser le chemin sûr afin qu’il soit au moins possible de le récupérer, quelle que soit la situation. As-tu conscience que c’est toi qui as créé cette situation ? » demandai-je.

« Normalement, quelqu’un va-t-il vraiment parler aussi loin à une autre personne ? » demanda Lelia.

« Si c’est moi, alors je vais le dire. Ne pense pas que tous les hommes seront inconditionnellement bons envers les femmes. Sache que je n’ai plus rien à craindre ! » déclarai-je.

Oui — je n’avais plus rien à craindre.

Parce que, j’avais deux fiancées belles et gentilles.

Je n’avais plus peur de rien maintenant.

Lelia avait baissé les yeux.

Elle s’était excusée d’une petite voix.

« Je, je pense que c’est ma faute. Même moi, je n’ai jamais imaginé que Loïc deviendrait aussi horrible. La première année, je pensais que tout irait bien et je me suis sentie soulagée, » déclara Lelia.

Elle avait donc baissé sa garde et avait échoué.

À cause de cela, le danger pour le monde se rapprochait.

Mais rien ne serait résolu même si nous continuions à en parler.

« Maintenant, parlons à nouveau de stratégie à partir de maintenant, » déclarai-je.

J’avais regardé vers Luxon. Il allait expliquer plusieurs stratégies pour la suite. « Eh bien, à propos du plan à partir de maintenant — Maître, quelque chose d’important se présente. »

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demandai-je.

Luxon avait arrêté son explication et m’avait fait part d’une information scandaleuse.

« Un dirigeable qui transporte Anjelica et Olivia s’approche rapidement du royaume vers ici. Creare est également à bord. Il semble que ce soit une urgence, » annonça Luxon.

« Une urgence ? » demandai-je.

S’est-il passé quelque chose au royaume ?

Pour que ces deux-là viennent à la République avec autant de précipitation, un incident majeur s’est-il produit ?

Bon sang.

Le corps principal de Luxon, le vaisseau spatial, était actuellement près de moi — il flottait près de la République. À cause de cela, je ne pouvais pas recevoir de nouvelles du royaume en temps réel.

« Quand vont-elles arriver ? » demandai-je.

« Elles arriveront au port demain matin, » répondit Luxon.

« Est-ce que quelque chose s’est passé ? » demandai-je.

« Je ne sais pas encore. Il n’y a pas eu de rapport du tout de Creare, » répondit Luxon.

Que s’est-il passé au royaume avant ça ?

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire