Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 2

♥♥♥

Chapitre 4 : La maison Barrière des Six Grands Nobles

Partie 2

Dans le manoir de la maison Barriere.

Loïc qui avait été ramené ici s’était assis sur le canapé en souriant.

Bellange, qui était assis sur le canapé du côté opposé, se mettait de plus en plus en colère devant Loïc.

« Aurais-je dû te rappeler qu’aujourd’hui est un jour important ? » demanda Bellange.

« Oui, je sais. Il y aura une annonce sur les fiançailles entre la Maison Rault et la Maison Druille, n’est-ce pas ? » demanda Loïc.

Bellange gronda Loïc. « À quoi penses-tu en ce jour important ? Tu devrais savoir quel genre d’outil ce collier que tu as sorti ! Cela deviendra un gros problème si tu causes du désordre ! »

Le collier qui avait été placé sur la table était un objet spécial.

Une chaîne était attachée au collier pour que la personne qui le portait ne puisse pas s’enfuir.

Il y avait un bracelet au bout de la chaîne. C’était à son propriétaire de la porter.

« Père, voici la bague de fiançailles pour Noëlle et moi, » déclara Loïc.

« Ce collier ressemble-t-il à une bague ? Es-tu stupide ? Une partie de l’arbre sacré y est intégrée. Une fois qu’il est porté, le porteur ne pourra plus l’enlever. Oublie ça, dis-moi plutôt, sais-tu ce que cette fille a vécu ? » demanda Bellange.

Bellange avait ignoré les absurdités de Loïc concernant la bague de fiançailles et tout le reste et avait parlé de Noëlle.

« Son parcours ? » demanda Loïc.

« Ne le savais-tu pas ? Cette fille, c’est une survivante de la maison Lespinasse. Tu ne l’as jamais rencontrée à l’époque, mais, tu dois savoir qu’il y avait des sœurs jumelles dans la maison Lespinasse, n’est-ce pas ? » demanda Bellange.

Loïc se souvient avoir entendu cela de quelque part.

« Je ne pensais pas que la Maison Rault les laisserait s’échapper, mais c’est comme ça. C’est pourquoi…, » déclara Bellange.

Bellange était irrité.

« Tu es un fils stupide. Si tu avais une relation amoureuse avec l’une d’elles, je pourrais l’inviter paisiblement ici et faire revivre la maison Lespinasse. Et pourtant, tu lui fais plutôt peur — que diable fais-tu ! » cria Bellange.

Si c’était le cas, Bellange prévoyait de mettre en sécurité Noëlle même s’il devait être légèrement violent.

Loïc qui était calme en ce moment après avoir réfléchi à l’écusson de Noëlle. Je suppose que la fierté de mon père ne peut pas accepter que Sire Albergue reste à la présidence par intérim.

Bellange devait envisager de faire usage de Noëlle et d’obtenir le siège de président intérimaire.

Il pourrait peut-être placer Noëlle en tant que prêtresse et devenir son mécène afin d’utiliser son influence.

Bellange déclara. « Cela peut être utile pour faire tomber Albergue. Je l’amène immédiatement ici, mais n’ose pas poser la main sur elle. »

Loïc était juste un peu curieux du choix des mots de Bellange. Le père ne va-t-il pas l’élever en tant que prêtresse ? Mais, pour l’instant, cela n’a pas d’importance.

Cela n’avait aucun rapport avec ce qu’il allait dire après cela.

Après tout, il y avait un écusson de prêtresse sur la main de Noëlle.

« Père, je serai troublé si tu fais cela. Noëlle et moi devrions nous marier, » déclara Loïc.

« — Ne me déçois pas plus que cela. Toi et cette fille, vous ne vous marierez jamais, » déclara Bellange.

Bellange avait dit qu’il ne le permettrait absolument pas, mais ensuite Loïc lui avait parlé de l’écusson.

« C’est pour le bien de notre maison. Après tout, l’écusson de la prêtresse s’est manifesté sur Noëlle, » déclara Loïc.

Bellange s’était mis debout quand il avait entendu cela. « Impossible ! »

Son visage ne croyait pas à ce qu’il venait d’entendre.

Loïc s’amusait dans son cœur. Noëlle, tu ne pourras pas me fuir.

 

***

Dans un lieu de fête.

Des personnes liées aux six grands nobles s’y réunissaient.

Lelia, vêtue d’une robe, y participait avec Émile.

« Il est étrange que les six grands nobles soient tous présents ici alors qu’il s’agit d’une annonce de fiançailles. Ce sont des rivaux politiques, n’est-ce pas ? » demanda Lelia.

Émile avait souri ironiquement à l’impression de Lelia. « Oui. Mais, ennemi et allié peuvent changer d’un seul coup de chapeau selon les époques. De plus, nous sommes tous des familles reconnues par l’arbre sacré, donc nous devons nous entendre quand nous pouvons nous entendre. »

« Hm ~ m » Lelia n’était pas vraiment intéressée.

Elle était plus curieuse au sujet de l’une des cibles de conquête. J’ai échoué. Loïc est un jaloux, il est revenu à l’assaut et il a empêché la grande sœur de se rapprocher des autres cibles de conquête.

Loïc était très jaloux dans ce jeu vidéo otome.

C’est pourquoi il se mettait en colère si le personnage principal se comportait de manière trop affable envers tout le monde et provoquait une mauvaise fin.

C’est pourquoi Noëlle n’avait pas pu hisser un drapeau avec le brocon Hughes.

Dans le lieu de fête, Louise était habillée avec Hughes qui se tenait à côté d’elle avec un regard légèrement ébouriffé.

Il était blond comme son frère Fernand, mais ses cheveux étaient plus longs.

C’était un beau garçon aux yeux verts et à l’air endormi.

Il ressemblait un peu à un délinquant, mais cela lui donnait un charme bien à lui.

C’est un brocon, mais je devrais peut-être essayer plus sérieusement avec lui plutôt qu’avec Loïc. — Mais il est trop tard maintenant.

Hughes allait se fiancer avec Louise si son drapeau n’avait pas été hissé dès le début.

Si cela arrivait, sa capture devenait impossible. Pas seulement dans le jeu, ici en réalité il semblait également impossible de le capturer à ce stade.

Émile avait essayé de trouver un sujet de conversation et avait expliqué diverses choses à Lelia, désespérément.

« E-err, les liens entre la maison Rault et la maison Druille vont se renforcer avec cela. Les relations entre le président Albergue et le chef de la Maison Druze Fernand étaient bonnes auparavant, mais maintenant elles sont également fortes sur le plan politique. »

« Est-ce lié à ce mariage politique ? » demanda Lelia.

« Oui, oui. C’est vrai, mais — ce serait bien si Hughes pouvait aussi devenir un peu plus calme avec ça, » déclara Émile.

Hughes était un personnage qui aimait les femmes.

C’était la même chose en réalité. Il semblait qu’il continuait à jouer avec les femmes même après la discussion sur le mariage avec Louise.

— La maison Rault va perdre son statut et Louise ne sera plus noble de toute façon. Malgré cela, la méchante est étonnante, hein. Sait-elle que je suis une fausse ?

La méchante, Louise n’avait jamais rien tenté contre Lelia pour une raison inconnue.

Elle ne visait que Noëlle.

Pour Lelia, qui ressemblait à Louise, Noëlle était instinctivement la vraie.

Ils se dirigeraient tous les deux vers Émile pour le saluer.

Lelia avait reculé afin de se placer en diagonale derrière Émile.

Hughes avait pris la parole. « Yo Émile. Je n’ai jamais pensé que tu allais venir avec une petite amie. »

Il avait une attitude amicale impensable venant d’un noble.

Émile avait l’air troublé. « Hughes, vos vêtements sont ébouriffés. »

« Peu importe, de toute façon, seuls les membres de la famille viennent à cet événement. Ici, il n’y a que de vieilles connaissances autour de nous, » répondit Hughes.

Il y avait beaucoup de gens qu’ils connaissaient depuis longtemps dans le lieu de l’annonce des fiançailles.

Il semblait que Hughes était détendu à cause de cela.

À côté de Hughes, Louise avait regardé Lelia.

« — votre grande sœur se porte-t-elle bien ? » demanda Louise.

Selon Lelia, cela ressemblait à du sarcasme. « Je suppose qu’elle se porte bien. »

En fait, elle était déprimée après avoir subi un cœur brisé, mais il n’était pas nécessaire de donner les détails à l’ennemie.

Louise souriait. « Je vois. — Émile, protège bien ton amoureuse importante, d’accord ? »

Émile s’était redressé quand Louise lui avait dit cela. « Oui. »

Lelia avait soupiré après que les deux nobles se soient rendus ailleurs pour saluer d’autres personnes.

« Elle est vraiment sarcastique. Elle veut juste me dire que je ne suis pas digne d’être ici, » déclara Lelia.

Mais la réaction d’Émile avait été différente de celle de Lelia. « Le penses-tu vraiment ? Mais il me semblait qu’elle parlait sérieusement. En outre, Louise est le genre de personne aimable depuis longtemps. »

« Que veux-tu dire par “genre” ? Émile, sais-tu aussi qu’elle se dispute avec ma grande sœur presque tous les jours, n’est-ce pas ? » demanda Lelia.

« Oui, oui. Mais, je connais aussi Louise depuis longtemps, alors, » répondit Émile.

Lelia était irritée par l’attitude d’Émile. Émile est-il du genre à donner la priorité à sa propre famille même après s’être marié et à prendre sa propre femme à la légère ?

Elle s’était inquiétée de son avenir.

Mais, Émile fixait avec un regard un peu triste Louise qui s’amusait à parler avec d’autres personnes.

« Louise semblait vraiment souffrir lorsque son petit frère est mort. Elle s’est remise sur pied en ce moment, mais, à l’époque, je ne pouvais pas supporter de la voir, » déclara Émile.

« Petit frère ? Hein ? » demanda Lelia.

Lelia était désorientée.

D’après la façon dont il l’a dit, avait-elle un petit frère autre que Serge ?

Loïc était arrivé en retard sur le lieu de la fête.

Loïc se dirigea vers l’endroit où se trouvaient Louise et Hughes.

Lelia avait secrètement conduit Émile à une position où ils pourraient écouter leur conversation.

« Hughes, félicitations pour tes fiançailles, » déclara Loïc.

Hughes avait jeté un regard perplexe sur Loïc qui souriait.

« C’est juste des fiançailles, il n’y a donc pas besoin de félicitations. Je connais aussi Louise depuis longtemps, et quelque chose comme ça n’est qu’un mariage politique, » répondit Hughes.

Ils n’avaient pas d’amour l’un pour l’autre.

Mais, Louise avait fait un visage un peu triste.

Lelia pensait. C’est ce que vaut ta méchanceté.

Elle s’en prenait souvent à Noëlle.

Pour Lelia, on aurait dit qu’elle était punie pour cela.

Louise avait vu que Loïc et Hughes s’amusaient à parler, alors elle avait essayé de partir de là.

Elle avait dit qu’elle devait faire une pause et elle était partie.

Puis le ton de Loïc était devenu sérieux. « Hughes, j’ai quelque chose d’important à te dire. Je veux aussi en discuter avec Sire Fernand. »

« — Avec Nii-san ? Oy, tu comprends, n’est-ce pas ? Ma maison et ta maison Barriere sont des ennemis politiques en ce moment, » déclara Hughes.

« Quelque chose comme ça ne dépend que de la situation, n’est-ce pas ? En outre, ce ne sera pas un mauvais discussion, » déclara Loïc.

Loïc avait alors envoyé un regard perçant sur Lelia qui écoutait aux portes.

Lelia s’était empressée de quitter le lieu.

« Émile, je vais faire une pause, » déclara Lelia.

« Hein ? D-D’accord, » répondit Émile.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.
    Loïc est vraiment dégoutant !

Laisser un commentaire