Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 3

♥♥♥

Chapitre 5 : Fausse Sainte

Partie 3

Une énorme paume s’approchait.

Marie s’était alors accroupie, lâchant sa canne.

Une fois que la main géante était entrée en collision avec un navire allié, le détruisant dans le processus, les prêtres et les chevaliers du temple voisins avaient crié.

« Sainte, le bouclier ! »

« S’il vous plaît, vainquez ce monstre avec votre pouvoir ! »

« Sainte, votre canne ! »

Devant les gens de l’entourage qui la harcelaient à propos de « Sainte ceci, Sainte cela », Marie se mit à crier.

« Comment suis-je supposée vaincre ça !? Je ne sais pas comment le faire. Je n’ai jamais entendu parler de “cette chose” ! Tout d’abord, je ne suis pas la vraie Sainte ! »

Alors que les individus autour d’elle étaient stupéfaits, un dirigeable avait été emporté par le vent au-dessus de Marie.

Le dirigeable avait été écrasé comme un jouet, jeté, puis s’était enflammé.

Elle ne comprenait pas ce qu’elle avait devant les yeux.

Alors qu’elle se sentait malade, les jambes de Marie n’avaient pas bougé à cause de l’horreur.

Elle leva les yeux vers les monstres et versa des larmes.

« Qu’est-ce que je suis censée faire ici ? Quelqu’un, à l’aide ! » cria Marie.

Le monstre s’approcha lentement, et l’artillerie des dirigeables résistants n’avait aucun effet.

Il détruisit les obstacles sur son chemin, se dirigeant lentement vers la capitale royale.

L’un des chevaliers du temple avait crié. « R-Retraite ! Repliez-vous immédiatement ! »

Alors que le dirigeable avait immédiatement fait demi-tour, un dirigeable allié avait été frappé.

Le dirigeable avait explosé en atteignant le sol, provoquant la propagation des flammes à travers le pays.

Il y avait eu plus de deux cents dirigeables, mais lorsqu’il fut temps de s’échapper, il n’en restait plus que dix.

Pendant tout ce temps, Marie était assise et elle pleurait en berçant ses genoux dans ses bras.

Elle avait pleuré de la même façon qu’elle l’avait fait pendant cette journée de sa vie antérieure.

 

♥♥♥

 

« C’est tout ce qu’il y a à faire, » Milaine avait terminé son rapport.

Le roi avait alors parlé. « C’est un scénario cauchemardesque. »

Vince semblait aussi inquiet. « Inutile d’essayer de rivaliser avec les chiffres. De plus, il y a la question de ce tremblement de terre. »

Vince but un peu de son verre et posa sa tasse sur la table.

Sur quoi, la coupe s’était lentement renversée.

Cela avait semblé faire une légère embardée.

De nombreux tremblements de terre s’étaient produits depuis l’apparition du monstre, ce monstre géant.

Il semblerait qu’il y ait une corrélation.

« Vicomte Baltfault, je vais vous le demander franchement. Pouvez-vous gagner ? Si vous affrontez ce monstre avec votre artefact disparu, pouvez-vous gagner ? »

Quand Bernard avait demandé ça, j’avais dégluti.

Si ce monstre avait les mêmes caractéristiques que le boss final, alors ce serait impossible.

Luxon ne pourrait pas l’abattre.

Il n’y aurait pas de perte. Mais nous ne gagnerions pas non plus.

— Après tout, c’est un adversaire qui ressuscitera tout seul, peu importe combien de fois on le tuait. Dans le jeu, ce serait une situation où le joueur abandonnerait et retournerait à un point de contrôle important pour recommencer. J’avais sincèrement pensé : Oh, c’est une impasse, quand je l’avais rencontrée.

« — Je ne sais pas, » répondis-je.

Tout d’abord, ce n’était que mes spéculations. Je ne connaissais pas l’adversaire, donc je ne pouvais pas donner de réponse.

Vince avait parlé en ramassant sa tasse. « Je suppose qu’aucun d’entre nous ne le saurait. Cependant, nous n’avons pas d’autre choix que de placer nos espoirs en vous. Si vous ne pouvez pas le vaincre avec l’artefact disparu que vous seul pouvez utiliser — nous devrons utiliser le navire royal. »

Milaine avait rétréci les yeux et fixa Vince du regard.

« Duc, pourquoi ramenez-vous ça ici ? » demanda Milaine.

Il semblerait y avoir un différend à ce sujet en ce moment, mais le vaisseau royal, que la protagoniste monta avec la cible de capture de son choix, était un dirigeable puissant qui apparaît dans la dernière moitié du jeu.

Cependant, ses performances étaient inférieures à celle de Luxon.

Il perdrait peut-être même contre Partenaire.

Malgré cela, le navire de la famille royale avait un pouvoir spécial.

« Si ce n’est pas maintenant, quand l’utiliserons-nous ? Cela ne fait plaisir à personne que vous restiez réticente dans cette situation, » déclara Vince.

« — ! »

Milaine allait dire quelque chose, mais le roi l’avait arrêtée. « Arrêtez ça. Vince, vous devez savoir que le vaisseau de la famille royale ne fonctionnera pas sans le personnel qualifié. Même Milaine et moi ne pouvions pas l’utiliser. »

C’est vrai, ce genre de décor de jeu existait.

Dans le jeu, la protagoniste et la cible de capture étaient ceux qui l’utilisaient.

Cependant, il y avait un problème ici.

Il n’y avait pas de lien d’amour entre Livia et les cinq cibles de capture.

Selon le décor du jeu, le vaisseau de la famille royale ne fonctionnera pas sans amour.

Cela étant, ce qu’il fallait pour surmonter cette situation, c’était le pouvoir de Marie.

Nous aurions besoin d’emprunter à Marie les liens de l’amour et le pouvoir de la Sainte.

« Votre Majesté, j’ai une requête. S’il vous plaît, laissez-moi utiliser le vaisseau royal. De plus, nous avons besoin du pouvoir de Marie et de ces cinq personnes, » déclarai-je.

Le roi avait montré des signes d’inconfort envers moi. « Comprenez-vous ce que cela signifie ? Il n’y a aucune chance que ça arrive. »

Milaine secoua la tête. « Malheureusement, c’est impossible. Léon, on ne peut pas prêter le vaisseau royal. En outre — le temple a annoncé que la Sainte Marie sera exécutée. »

 

♥♥♥

 

J’avais été amené dans une autre pièce.

Le roi et les autres étaient toujours en pleine réunion. On m’avait ordonné d’attendre que des dispositions soient prises pour que Partenaire et Arroganz reviennent.

J’étais toujours un chevalier du royaume.

Je suppose que je devais suivre un ordre d’attente. — Il y avait aussi des choses auxquelles j’aimerais bien réfléchir.

Alors que j’étais assis sur une chaise et que je réfléchissais en me serrant les mains devant ma bouche, Luxon vint à moi.

« Marie, celle qui se faisait passer pour la sainte, sera brûlée sur un bûcher ou peut-être crucifiée. Les descendants des nouveaux humains sont inesthétiques. Même en ce moment, ils font des choses insignifiantes, » déclara Luxon.

Bien que le Temple ait reconnu Marie, elle avait révélé qu’elle était une fausse et qu’elle serait exécutée.

Ce n’était même pas drôle. Ils utilisaient juste ce prétexte pour lui faire porter le chapeau.

Le Temple et la faction du marquis voulaient que quelqu’un en prenne la responsabilité.

« En tout cas, ces gens sont idiots de t’avoir ordonné d’être en attente. Ils pensent que tu es toujours loyal et que tu travailleras pour le royaume. Quelle attitude inacceptable ont-ils envers Partenaire et Arroganz ? Commençons-nous une rébellion ? » demanda Luxon.

J’avais secoué la tête.

« — Comme c’est malheureux, » déclara Luxon.

Juste pour être clair, ce royaume n’avait aucune valeur pour moi.

Le scénario du jeu se dirigeait également vers la mauvaise fin et j’avais failli être exécuté.

Nous avions réussi à résister, mais cela ne changeait rien au fait que nous étions coincés au pied du mur.

J’avais été chassé de la discussion.

J’avais pensé à faire ce que je voulais. Cependant, je n’arrivais pas à prendre une décision.

« Maître, à quoi penses-tu ? » demanda Luxon,

« Luxon, peux-tu gagner dans cette situation ? » avais-je demandé.

« Quelles sont les conditions pour gagner ? » demanda Luxon.

« Ne pas laisser la terre couler. Vaincre n’importe quel “géant” qui arrive à la capitale royale, » répondis-je.

Si cet énorme monstre, que j’en étais venu à appeler le géant, ressemblait un peu au dernier boss que je connaissais, alors il devrait approcher la capitale royale.

En fait, Luxon avait dit qu’il se dirigeait vers la capitale royale.

« Ce serait impossible. Comme tu l’as dit, même si je n’échoue pas et si je parviens à vaincre le monstre, il renaîtra, et je ne peux donc que le retenir. De plus, je sens deux réponses appartenant à un géant. Ils s’approchent de la capitale royale par le ciel et par la mer, comme s’ils voulaient prendre la terre flottante en sandwich, » déclara Luxon.

Peut-être que si un grand trou était fait dans le pays, Luxon pourrait en profiter et se battre.

Cependant, avec un tel trou massif, le continent serait confronté à un grave danger.

Luxon ne pouvait traiter qu’avec l’un ou l’autre.

« Il y en a donc deux ? Pire encore, » déclarai-je.

« Si tu veux gagner, tu dois être dans une position où toutes les forces du royaume te suivront, Maître. Le vaisseau royal est nécessaire, n’est-ce pas ? Cependant, en regardant l’état du royaume, si nous supposons qu’on te confie le vaisseau royal — ou, en d’autres termes, qu’on te confie la pleine autorité, tu devrais être le commandant suprême. Je crois que ce sera difficile pour toi, Maître, » déclara Luxon.

C’est vraiment le pire. Pour avoir accès au vaisseau royal, j’avais besoin d’une position appropriée.

Cependant, je n’avais pas le statut, la réputation ou les réalisations pour cela.

Je n’avais pas assez d’influence pour gagner.

« Je recommande de fuir ce continent, » déclara Luxon.

Je sais qu’il vaut mieux que je m’enfuie. Je n’ai aucun attachement à ce royaume.

Cependant —

« Oh, c’est ton mentor préféré, » déclara Luxon.

Au son d’un coup de poing, Luxon avait disparu.

En répondant, mon mentor était entré dans la pièce en poussant un chariot de service.

« Excusez l’intrusion, Monsieur Léon. »

« — Mentor. »

Mon mentor, qui avait commencé à préparer le thé, était aussi gentleman que d’habitude. Dans le palais royal, il semblait y avoir un sentiment de sérénité malgré les nobles et les chevaliers qui s’enfuyaient en apprenant que les troupes du royaume avaient perdu.

Je m’étais un peu calmé en buvant le thé noir qu’il m’avait donné.

« Monsieur Léon, vous semblez inquiet. »

« Hahahaha, est-ce à ça que ça ressemble ? » demandai-je.

Dois-je fuir ou me battre ? Je déteste mon indécision.

J’avais essayé de sourire et d’esquiver la question, mais je ne pouvais pas faire un bon sourire.

« La reine m’a parlé de la situation. On m’a dit que vous aviez dû partir après avoir mis Sa Majesté en colère, » déclara mon mentor.

Il semble que c’était une mauvaise idée de parler d’emprunter le navire royal.

Puisqu’il s’agit d’un dirigeable géré dans le plus grand secret, je pense que le timing et la façon dont j’en avais parlé auraient pu mieux se passer.

« La reine est inquiète. Vous êtes meilleur que moi pour convaincre une femme, Monsieur Léon. S’il vous plaît, apprenez-moi vos manières la prochaine fois, » déclara-t-il.

J’avais posé une question à mon mentor après qu’il ait fini sa blague.

« Mentor, n’allez-vous pas fuir le royaume ? » demandai-je.

« Malgré ce que cela peut paraître, je suis toujours un chevalier avec un grade de la cour. J’ai l’intention de faire ce que je peux. Mais ce que je peux faire est limité, » déclara mon mentor.

Bien qu’il plaisantait, il semble qu’il allait quand même se battre.

C’est le moment. C’est à tous les coups ça.

Certaines des personnes que je voulais aider resteront dans le royaume à cause de quelque chose qu’elles ne voulaient pas laissé derrière elles.

Que se passerait-il si j’essayais de faire sortir mon mentor du royaume contre son gré ?

« N’allez-vous pas vous enfuir ? » demandai-je.

« Monsieur Léon, je ne vous condamnerai pas si vous décidez de vous en fuir. Cependant, j’ai choisi de rester. C’est ma décision en tant que gentleman et chevalier, » déclara-t-il.

En tant que chevalier ? Quand j’avais jeté un regard de confusion, mon mentor avait fait un sourire.

« Récemment, les chevaliers ont été vus comme des gens qui ont un faible pour les femmes, mais mon code chevaleresque est de protéger ceux qui sont importants. Ce n’est pas une chose sur laquelle je ferai des compromis, » déclara mon mentor.

Ni un chevalier qui est une marionnette pour le royaume, ni un chevalier qui a des préjugés envers les femmes comme ce jeu vidéo otome l’a voulu.

C’était le code chevaleresque de mon mentor.

Il n’était pas apparu dans le jeu, faisant de lui un Mob comme moi, mais quelle personne soignée il est !

« Un code chevaleresque, vous dites ? » déclarai-je.

« Monsieur Léon, puis-je vous poser une question sur votre code chevaleresque ? » demanda mon mentor.

J’avais bu mon thé et je m’étais levé.

« Malgré mon apparence, j’aime votre position. Je suis un grand fan d’un code chevaleresque qui protège les citoyens, » déclarai-je.

Je détestais tout code chevaleresque qui faisait de la lèche aux écolières ou laissait les chevaliers devenir des outils pour le royaume.

« Merci pour le thé. Je m’en vais, » déclarai-je.

« Pour aller où ? » demanda-t-il.

« Pour surmonter cette situation, je pense que je vais devoir devenir un peu comme un commandant suprême. J’aimerais persuader Sa Majesté, » déclarai-je.

Les yeux de mon mentor s’étaient élargis en entendant cela, mais son expression habituelle était vite revenue.

Je pensais qu’il rirait ou se fâcherait, mais il avait fait une tête sérieuse.

« Dans ce cas, tournez-vous vers la reine. Monsieur Léon, même en tant que membre du palais royal, c’est une personne très accommodante. Elle sera sûrement d’une grande aide, » déclara mon mentor.

« Encore plus que Son Altesse ? » demandai-je.

« Oui, en effet. C’est tout ce que je peux faire pour vous aider. Si vous voulez devenir le commandant suprême, convainquez la reine avec vos propres mots, » déclara mon mentor.

Je l’avais remercié et j’avais quitté la pièce.

« Je vais le faire. Mentor — merci beaucoup, » déclarai-je.

 

♥♥♥

 

Luxon m’avait suivi alors que je marchais rapidement dans le couloir.

« Ne vas-tu pas t’enfuir ? » demanda Luxon,

« Plus maintenant. Je me bats contre la principauté, » déclarai-je.

« Ne voulais-tu pas éviter d’être promu ? Être le commandant suprême n’est pas une position que tu voudrais, Maître. Cela n’est pas conforme à ta politique, » déclara Luxon.

Je ne voulais pas être promu, mais c’était bien si le fait de devenir le commandant suprême contredit cela.

Cependant —

« C’est peut-être grossier de ma part de dire cela, mais n’importe quel garçon voudrait en faire l’expérience, ne serait-ce qu’une fois, » déclarai-je.

« Est-ce ta position ? Je ne comprends pas, » déclara Luxon.

Se battre pour le bien des citoyens ? Si je disais quelque chose comme ça, j’aurais l’impression de mentir.

Cependant, c’était la vérité.

C’était peut-être parce que j’étais un citoyen ordinaire dans ma vie antérieure.

La mort des citoyens du royaume, qui n’avaient à peu près rien à voir avec cet événement, me rendait malade. Supposons, par exemple, qu’il y ait une famille heureuse qui vit chaque jour régulièrement. Si la terre devait couler, beaucoup de ces gens mourraient.

Ils seraient les plus grosses victimes dans un monde qui s’était embrouillé à cause de Marie.

Les abandonner me laisserait un goût amer dans la bouche.

C’était une raison suffisante.

« Je n’ai aucun intérêt à voir des dizaines de millions de personnes mourir, » déclarai-je.

« Il n’y a pas de problème à s’enfuir. Ce n’est pas ton devoir, Maître. — Je ne peux pas déchiffrer ta décision, » déclara Luxon.

« Même moi, je ne me comprends pas. Même maintenant, je veux m’enfuir. Cependant, si je m’enfuis maintenant, ça restera pour toujours dans ma tête. Je détesterai absolument une vie où je réfléchirais à ma décision, et si j’avais fait le bon choix, chaque fois que j’irai au lit, » déclarai-je.

J’étais certain que cela viendrait me hanter. Je n’avais pas ce genre de vie ou ce genre de soucis.

D’abord, je suis un chevalier. Sans égard aux questions de rang, si je devais parler de ma vie antérieure, je serais comme un intervenant d’urgence.

Si quelqu’un avec cette position s’enfuyait à la première vue des ennuis, je lui en voudrais.

« Prévois-tu d’être promu ? Même si tu gagnais, tu serais mêlé à des affaires ennuyeuses, Maître, » déclara Luxon.

« Je m’inquiéterai de ces choses une fois qu’on aura gagné. Pour l’instant, c’est inutile de s’inquiéter des promotions, » déclarai-je.

Je n’avais toujours pas envie d’être promu. Si possible, j’aimerais vraiment avoir une vie paisible.

Cependant —

« Tout le monde est incompétent, alors je vais prendre les choses en main. Aide-moi, Luxon, » déclarai-je.

« — Je suppose que je n’ai pas d’autre choix, Maître, » déclara Luxon.

 

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

5 commentaires

  1. Mode badasse activé 😀
    Merci pour ce chapitre.

  2. Attention, la principauté va être effrayé à la fin xD

Laisser un commentaire