Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 1 – Chapitre 8 – Partie 3

♥♥♥

Chapitre 8 : Le Duel

Partie 3

Une grosse caisse était descendue du ciel, puis sa vitesse avait ralenti avant de toucher le sol.

Une fois la partie à l’avant de la boîte ouverte, les parties latérales et supérieures s’ouvrirent également afin de révéler une armure.

Quand je l’utilisais avant aujourd’hui, ce n’était pas pour la bataille, mais pour un simple essai. Cependant, son apparence actuelle possédait le style et la dignité d’une arme à utiliser au combat. Il s’agissait de l’armure parfaite, ce qui m’avait fait de la peine quand je l’avais utilisée pour la première fois pour creuser des trous dans l’île flottante.

Cependant, j’étais préoccupé par le nom.

« ... Que signifie le mot Arroganz ? » demandai-je.

J’avais l’impression de l’avoir déjà entendu quelque part... un nom affreux, mais personnellement je l’aimais.

« C’est le mot parfait pour toi, » répliqua Luxon.

« Vraiment ? Je suppose que tu peux avoir du bon goût de temps en temps, » déclarai-je.

Contrairement à l’armure élégante couramment utilisée dans ce monde, l’armure gris foncé avait été construite pour être résistante et efficace. La partie principale du corps lui-même était bien plus grande que ce qu’on verrait dans l’armure régulière.

Il était adapté à la guerre, et donc, il n’avait pas la moindre fioriture et il ressemblait clairement à un robot rudimentaire, mais solide.

L’armure appartenant au prince et les autres étaient du type mince pour une grande mobilité, tandis que la mienne était du type lourd qui semblait lent et peu agile.

Il y avait beaucoup de spectateurs dans l’auditoire qui s’étaient mis à rire en voyant mon armure faisant son apparition dans l’arène.

Il s’agissait principalement des étudiants de troisième année qui s’étaient réunis.

Quoi qu’il en soit, avec un événement d’une telle ampleur —, j’avais pensé qu’il était tout à fait possible que des étudiants se rassemblent ici pour voir la figure vaillante de Julian et des autres.

Plusieurs milliers de personnes s’étaient rassemblées, mais le nombre de places assises était suffisant pour les accueillir puisque le nombre de personnes que la zone pouvait contenir se situait dans les dix mille.

Anjelica me regarda comme si elle doutait de moi.

« Prévoyez-vous de vous battre avec ça ? » demanda Anjelica. « Serait-ce une relique perdue ? Si c’est le cas, vous la jugez probablement forte, n’est-ce pas ? Bien que les reliques perdues soient impossibles à reproduire, ce n’est pas parce qu’elles en sont une qu’elles sont puissantes. »

Olivia appuya sa main contre sa joue et pencha la tête sur le côté.

« Bien que ce soit plutôt mignon, » déclara Olivia.

« Votre sens de la beauté est étrange. Non seulement cette armure n’est pas raffinée, mais elle n’est pas adaptée à la bataille actuelle, » répliqua Anjelica.

Alors que la tendance actuelle était de mettre l’accent sur l’offensive plutôt que sur la défense, il était donc courant d’avoir quelque chose qui bougeait rapidement pour tuer l’ennemi.

En d’autres termes, les armures lourdes semblaient obsolètes, en retard sur leurs temps, et totalement inutile face à un adversaire rapide et mobile.

Mais pour ma part, j’aimais l’équipement lourd.

« Si vous regardez, vous comprendrez, » déclarai-je.

J’étais alors monté sur ring présent dans l’arène.

Au moment où je m’étais approché de l’endroit où se trouvait mon armure, l’armure violette était descendue dans l’arène. Elle donnait l’impression d’être longue et effilé, et elle portait sur son dos un certain nombre d’armes ressemblant à des lances.

D’après sa couleur, il s’agissait de Brad.

La plaque pectorale de l’armure s’était alors ouvert, révélant le visage de Brad.

« Je te félicite d’être venu ici et de ne pas t’être enfui. Cependant, comptais-tu gagner contre mon armure avec cette vieille armure périmée que tu as ? La fabrication de l’armure que je porte faite par un artisan qualifié a nécessité à elle seule des pièces d’or blanc pour —, » déclara Brad.

Tout en ignorant ses vantardises, j’avais aussi fait ouvrir la plaque avant du torse de mon armure.

En me glissant à l’intérieur, j’avais placé mes bras dans les deux compartiments se trouvant devant moi. J’avais serré les manettes se trouvant à l’intérieur. C’était comme les manettes d’un jeu.

Au moment où je les avais saisies, la plaque pectorale se referma, obstruant mon champ de vision, mais — .

« Arroganz s’active, » déclara Luxon.

Arroganz avait alors commencé à démarrer en réponse aux paroles de Luxon. Devant moi, il y avait une image affichée qui me donnait l’impression d’être pratiquement à l’extérieur.

Les mécanismes intérieurs se déplaçaient et se rapprochèrent de mon corps. Cela protégeait la totalité de mon corps qui était maintenant placé à l’intérieur d’une masse de métal.

Maintenant que les préparatifs étaient terminés, j’avais regardé devant moi et j’avais découvert que Brad se vantait encore de son armure.

« Ce type se vante-t-il encore ? » demandai-je à voix haute à Luxon.

« D’après son histoire, les armes qui sont présentes sur son dos agissent comme des drones. Devrions-nous prendre des mesures contre eux ? » demanda Luxon.

« Ce n’est pas nécessaire pour cette personne. Après tout... ce violet est fondamentalement faible au combat, non ? » répondis-je.

Dans le jeu, il était vraiment pénible à gérer puisqu’il allait rapidement s’effondrer lorsque vous deviez l’utiliser au cours des événements.

Au moment où Arroganz avait fait un pas vers l’avant, Brad avait fait une grimace comme s’il avait perdu son sang froid. Il semblerait qu’il n’était pas content que j’ignore totalement son discours.

C’était correct ainsi... car je connaissais déjà les caractéristiques de son armure vu que Luxon l’avait écouté.

« ... Il semble s’être offusqué de ton attitude, » déclara Luxon.

Alors que Luxon disait cela, la plaque de poitrine se refermait et Brad s’était placé dans une position prête pour la bataille, alors j’avais de mon côté sorti mon arme.

« Voyons voir... nous irons avec la meilleure lame, » déclarai-je.

Face à ces mots, une pelle provenant de la boîte de rangement du sac à dos de cette armure était alors sortie. Bien que son utilisation principale soit pour creuser des trous, il s’agissait de la meilleure lame que je possédais pour le moment.

Puisqu’elle devait être utilisée alors que nous étions dans une armure, elle était vraiment immense, mais... une pelle restait toujours une pelle.

 

 

« Hein !? » m’exclamai-je lorsque j’avais vu ce qui était venu.

« N’avions nous pas entreposé cette pelle de premier rang après l’avoir utilisée la dernière fois ? » demanda Luxon.

« Sors-moi une vraie lame ! » m’écriai-je.

« C’est toi qui dès le départ, dois spécifier ce que tu veux exactement, maître, » déclara Luxon.

Cette chose a fait ça tout en sachant ce que je voulais une vraie arme.

Pendant que je récupérais la pelle, j’entendais les rires du public, mais Brad s’était mis en colère, pensant peut-être que je me moquais de lui.

« Toi, te moques-tu de moi en faisant ça !? » s’écria Brad.

J’avais alors entendu la voix d’un enseignant agissant comme arbitre dans l’arène.

« Vous deux, la première chose que vous devez faire maintenant est de prêter le serment du duel et —, » déclara-t-il.

Cependant, Brad, qui se dépêchait afin de prendre de l’avance, ne s’était pas arrêté face à ces paroles.

Brad tenait une lance dans ses deux mains, la pointant vers moi pour essayer de percer mon corps. Il avait visé directement mon torse. Il avait l’air de vouloir vraiment me tuer.

La pointe de la lance avait été engloutie par la lumière provoquée par un déchaînement de magie.

Luxon avait été impressionné. « Quelle magnifique accélération ! »

« Toi —, » déclarai-je.

Les autres personnes ne pouvaient pas entendre la conversation entre Luxon et moi. Ce serait vraiment gênant si quelqu’un apprenait l’existence de Luxon.

J’avais alors fait bouger mon armure, et je l’avais déplacée selon mes pensées. L’armure lourde s’était alors légèrement écartée sur le côté avec facilité, puis elle s’était immédiatement emparée du bras de Brad avant de le maintenir au sol.

« L-Lâche-moi ! » cria Brad.

« Très bien ! Mais calme-toi. Bon, nous devons d’abord faire le serment du duel. Si tu ne le fais pas, tu vas avoir beaucoup d’ennuis, alors, fais-le, » déclarai-je.

 

♥♥♥

 

Anjelica avait eu des sueurs froides en regardant les mouvements d’Arroganz.

À côté d’elle se trouvait Olivia, une amatrice qui ne connaissait rien à l’armure et qui l’encourageait.

« Anjelica, on dirait que Léon peut tenir le coup ! » déclara Olivia.

En voyant Olivia agir comme ça, Anjelica ne pouvait que hocher la tête lui disant. « B-Bien sûr. »

Cependant, à l’intérieur d’elle, elle pensait que ce qu’elle voyait était tout bonnement impossible.

Quels étaient ces mouvements tout à l’heure ? pensa-t-elle. Une armure aussi lourde peut-elle faire des mouvements aussi fluides et rapides ? Impossible. Qu’est-ce que c’est que cette armure ?

Plus l’armure possédait de masse, et plus le pilote était censé avoir à en supporter ce fardeau.

D’après toutes les théories sur les armures, le poids d’Arroganz devrait faire qu’il est tout bonnement impossible à manipuler.

Par ailleurs, non seulement ses mouvements fulgurants étaient étonnamment fluides, mais il avait aussi une puissance en eux. Il n’y avait aucune chance qu’il ait assez de force pour maintenir l’armure de Brad avec un seul bras.

Cette armure a été spécialement conçue pour l’héritier de la famille Field, pensa Anjelica. Ce n’est pas l’un des nombreux produits fabriqués en série. Il s’agit clairement d’une armure faite sur mesure. Est-ce vraiment quelque chose qu’on peut immobiliser d’une seule main tout en donnant l’impression que c’est quelque chose d’aisé pour lui ?

Les deux personnes se trouvant encore dans l’arène, les participants au duel, avaient ensuite prononcé le serment.

Il s’agissait d’un serment où aucune rancune ne devait être présente après ça, et cela même si la mort survenait.

Anjelica ne pouvait que garder les yeux fixés sur l’armure de Léon et elle ne faisait pas attention à ce que les autres lui disaient en ce moment.

Une voix venant de quelque part autour d’elle avait alors crié.

« Qu’est-ce qui se passe ? Dépêchez-vous et commencez. »

« J’ai parié tout ce que j’avais sur Son Altesse. N’était-ce pas censé être la situation où nous devenons riches rapidement ? »

« J’ai même emprunté de l’argent auprès de mes parents ! »

Beaucoup de spectateurs voulaient que Léon perde rapidement.

Certains étudiants étaient même allés jusqu’à obtenir un prêt pour parier sur la victoire de Julian et des autres. Il s’agissait de l’occasion parfaite pour les garçons comme pour les filles de gagner de l’argent.

Anjelica avait alors souri avant d’éclater de rire. « Ah, haha, ah, haha, haha ! »

Au moment où Anjelica avait eu ce fou rire, Olivia l’avait regardée comme si elle était effrayée.

« Q-Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Olivia.

« Je pense tout simplement que je ne peux m’empêcher de rire. Cet homme est vraiment un individu cruel, » déclara Anjelica.

Olivia avait alors répliqué, criant presque. « Il n’est pas cruel ! Léon est quelqu’un de gentil ! Oui, il est vraiment très gentil. »

« Je suppose que oui, » répondit Anjelica.

Tout en écartant avec indifférence les cris d’Olivia, Anjelica s’était mise à réfléchir.

Mais pourquoi s’est-il rangé de mon côté ? Se demanda-t-elle. Je comprends certainement qu’il a une chance de gagner, mais maintenant que j’y pense, être mon allié semble être un mauvais plan. Je ne pense pas que c’est parce qu’il est un idiot.

 

♥♥♥

 

Il était clair que Brad perdait patience.

À l’intérieur étroit de son armure, la condensation tiède de son souffle rebondissait sur lui.

« C’est quoi ce bordel, c’est quoi ce bordel ? » cria-t-il.

Quand il regardait son armure, il y avait des cavités en forme de doigts où son bras était maintenu en place. Son armure possédait une résistance similaire à celle du métal, et elle était protégée par la magie. Un bon nombre d’attaques ne lui auraient pas causé d’égratignure.

— Normalement, elle ne devrait pas être affectée par ce qu’il avait enduré lors de leur court échange.

Qui plus est —, il n’avait plus du tout été capable de bouger lorsque son adversaire l’avait saisit.

Il n’avait pas pu se déplacer afin de résister face à lui, et il ne semblait pas non plus que son adversaire s’épuisait à faire ça.

Après avoir repris position et avoir prêté serment, alors qu’il attendait le signal du début du duel, tout son sang-froid d’avant avait déjà disparu.

« Maintenant que nous en sommes arrivés là, je n’ai d’autre choix que de les utiliser, » déclara-t-il.

Sur son dos se trouvaient de longs et étroits cônes, des lances sans manches, qu’il pouvait utiliser comme une arme de jet à l’aide de sa magie.

Cependant, il voulait vraiment le tuer avec une lance pour montrer ses prouesses envers Marie. Brad s’inquiétait de son manque de compétences martiales alors qu’il réfléchissait tout en se retenant d’utiliser les lances derrière lui qui étaient destinées à être utilisées avec la magie.

Je vais perdre à ce rythme, pensa-t-il. Si ça arrive sous les yeux de Marie... ce sera grave ! 

Le talent en magie de Brad était son dernier recours.

Il maîtrisait parfaitement une certaine technique meurtrière qui pouvait créer un assaut massif des quatre lances afin de percer l’ennemi en venant de quatre directions différentes.

« Maintenant, tous les deux — commencez ! » cria l’arbitre.

Une fois le duel commencé, il avait libéré les points de lances se trouvant avant ça dans son dos. Il y en avait quatre exemplaires identiques.

« Peu importe l’armure, elle ne résistera pas à quatre attaques simultanées de —, » commença-t-il.

Alors que Brad parlait, le géant d’acier gris foncé s’approcha de lui à haute vitesse.

Et juste à ce moment-là, il avait pu le voir brandir majestueusement une pelle avec ses deux mains.

« — Hein ? »

 

♥♥♥

Le son violent du métal s’opposant au métal se faisait entendre dans toute l’arène.

Nous avions tous les deux effectué un assaut en même temps que le début du duel, mais lorsque mon adversaire avait été frappé avec ma pelle, il avait été projeté sur le mur de l’arène.

« Quelle puissance ! »

L’énorme différence dans les performances de nos machines avait fait que tout s’était terminé avant que mon adversaire n’ait pu avoir la moindre chance d’attaquer.

Même s’il ne s’agissait que d’un coup de pelle effectué après une charge en ligne droite, cela avait déjà atteint le point où il ne pouvait plus attaquer de son côté.

« Le plein potentiel n’est pas exploité, » déclara Luxon. « Je suis impressionné par l’utilisation de la magie pour déplacer une armure, mais c’est la seule chose digne de mention dans cette technique. Ce n’est pas malin pour lui d’avoir autant de décorations inutiles sur son armure. »

... Euh... Est-ce que ce bidule en veut aux autres, car les autres se sont moqués d’Arroganz ? Eh bien, Luxon est une création faite par la main de l’homme, alors peut-être qu’il s’en fait un peu trop quand ça touche ça.

Je m’étais approché souplement de l’armure violette qui avait été déformée après s’être cognée contre le mur.

Mon adversaire avait essayé de bouger, mais je l’avais quand même écrasé pour faire bonne mesure.

Des grincements s’étaient rapidement fait entendre, ainsi que d’autres bruits métalliques assez suspects.

« A-Arrête ! Ça fait mal — à l’aide ! » cria Brad.

Bien que l’armure de mon adversaire ait été bosselée, ma pelle n’avait pas subi la moindre égratignure, ou déformation. Il serait peut-être bon de continuer à se battre comme ça avec la pelle.

J’avais ignoré les appels à l’aide de Brad.

« Écoute-moi, je pourrais bien finir par t’aplatir telle une crêpe si cela continue. Alors, tu ferais mieux d’admettre ta défaite, et de faire le plus vite possible, » déclarai-je.

« Forcer quelqu’un à céder en utilisant une puissance écrasante... comme on l’attend venant de mon maître. Il n’y a pas beaucoup d’individus qui sont dans une telle harmonie avec le mot lâche autant que toi, mon maître, » déclara Luxon.

« ... Tu me détestes ou quoi ? » demandai-je.

« Ce n’est nullement le cas, mon cher maître, je ne fais que te complimenter, » répondit Luxon. « Après tout, le mot lâche est un compliment lors d’une compétition. On ne se bat pas à moins de croire en la victoire. J’aimerais bien être à ta place en ce moment. »

— C’est vrai, je me suis impliqué parce que je pouvais gagner, pensai-je.

Tout en tenant la pelle dans ma main droite, j’avais piétiné ce bâtard violet.

Je dois dire que c’était vrai quand j’avais dit que je voulais tabasser ces types. Je me souvenais clairement d’avoir dit dans ma vie antérieure que je ferais taire ces salauds ennuyeux, mais je ne me souvenais pas exactement de la raison. Je savais juste qu’ils m’avaient causé beaucoup de maux de tête.

Au fur et à mesure que je renforçais la puissance de mon piétinement, j’entendais un bruit étrange. Il était fort possible que cela provenant de la partie critique de l’armure de Brad, car la structure même de son armure semblait se tordre sous la violence des coups.

« Tu pourrais finir par mourir si tu ne te dépêches pas d’admettre ta défaite, » déclarai-je.

« Je l’admets ! J’admets ma défaite ! » J’avais arrêté mes coups quand Brad, au bord des larmes, avait crié qu’il reconnaissait sa défaite.

Puis, j’avais lentement levé le pied droit que j’utilisais pour piétiner Brad, et j’avais tourné la tête pour regarder l’arène. Les pointes de lances qu’il avait libérées avant ça étaient posées sur le sol de l’arène où elles s’étaient plantées lors de leur chute.

Le public dans l’arène s’était tu.

J’avais ensuite regardé dans la direction de l’arbitre.

« Arbitre, annoncez la défaite de Brad, » lui déclarai-je.

Après avoir entendu ma demande, l’arbitre, qui était avant ça en état de choc, avait alors crié mon nom complet. « Le-Le gagnant est Léon Fou Baltfault ! »

Dans l’arène spacieuse, on ne pouvait entendre que les applaudissements de quelques personnes.

« Il semblerait qu’il y ait quelques personnes qui applaudissent. »

Je comprendrais parfaitement s’il n’y avait qu’Anjelica et Olivia qui applaudissaient, mais il y en avait une autre qui applaudissait également le résultat de ce premier duel.

En regardant les spectateurs à travers la lentille de caméra se trouvant dans la tête de la machine, j’avais vu qu’un professeur, mon mentor, redressait fièrement son dos tout en m’applaudissant.

... Mon mentor est un gentleman, même dans ces moments-là, pensai-je.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.
    Et d'un plus que quatre... Un bon coup de pelle.

Laisser un commentaire