Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 1 – Chapitre 11 – Partie 1

♥♥♥

Chapitre 11 : L’Insensé

Partie 1

Dans quel genre de monde y a-t-il des hommes dont la vie a été détruite par les femmes ?

Dans un monde de jeu vidéo Otome où il y avait un prince héritier et d’autres garçons.

Normalement, ils étaient censés aimer la protagoniste, qui était une sainte. Ils avaient passé du temps à apprendre à se connaître et avaient eu un mariage heureux.

Il semble que ces imbéciles aient négligé quelque chose d’important lorsqu’ils s’étaient précipités dans toutes ces choses.

La protagoniste, Olivia, devait être liée au prince héritier.

C’était futile d’essayer de l’imiter. Et sans aucun doute, il aurait mieux valu ne pas l’imiter.

J’avais réfléchi un peu sur l’environnement conçu de ce monde de jeu vidéo Otome.

« Et bien, je comprends les circonstances. Donc, vous dites que je devrais nettoyer après vous, n’est-ce pas ? »

Je devais mettre fin à mes tentatives d’évasion de la réalité.

J’avais passé une partie de mes vacances d’été dans la maison d’Anjelica —, dans la maison des Redgrave.

L’actuel chef de famille, Vince Rafua Redgrave, était un homme digne aux cheveux gris qui avait été peigné vers l’arrière. Il possédait un corps grand et bien entretenu, et il avait une lueur vive dans les yeux.

À côté de lui se trouvaient le fils de Vince, le frère aîné d’Anjelica, Gilbert Rafua Redgrave. Il avait les cheveux blonds et les yeux bleus, mais ressemblait beaucoup à Vince.

Il avait une vingtaine d’années.

Tous les deux m’avaient regardé fixement.

Je m’étais redressé et j’avais fait une demande. « Je n’ai aucun moyen de contacter le Palais-Royal sans aide. Je ne peux rien faire à ce rythme. J’ai préparé des pièces d’or blanc. »

Le tas de pièces d’or blanc était ce que j’avais gagné du pari. C’était une somme inimaginable qui résultait de l’argent emprunté et des dépenses personnelles d’enfants nobles et stupides.

Je les avais empilées et je les avais présentées à Vince.

En gros, je prenais de l’argent et je demandais qu’ils me protègent.

Était-ce honteux ? Si je pouvais sauver ma vie avec de l’argent, je le ferais !

Gilbert allait dire quelque chose, mais Vince l’avait retenu avec sa main.

« Vous avez rassemblé beaucoup de choses pour un baron qui a soudainement surgi. En effet, les besoins lorsqu’on interagit à la cour royale coûtent en effet de l’argent. Il y a aussi le fait que vous avez assumé le rôle de représentant de ma fille lors du duel. On s’occupera de vous. Cependant, il serait troublant que vous nous demandiez de protéger ceci et cela. Vous n’êtes pas sous notre tutelle et vous n’êtes pas un membre de notre faction. Vous avez donné suite à la courte colère de ma fille, mais pour le dire en d’autres termes, cela signifie aussi que vous avez mis le nez dans nos affaires, » déclara Vince.

Normalement, je n’aurais pas dû être impliqué. Du moins, j’en avais envie, mais...

Dans mon esprit, j’avais fait une pose triomphante.

J’avais utilisé mon statut d’étudiant au maximum de mon potentiel et j’avais obtenu que cette situation désastreuse se déroule comme je le voulais. Ma vie commence à partir de maintenant !

« Je le sais. Je comprends. Je veux m’assurer que mon existence soit préservée et que ma famille ne soit pas tenue pour responsable, » déclarai-je.

Vince avait posé ses mains sur un bureau.

« ... Votre honneur est déjà tombé à l’eau. Maintenant, allez-vous perdre votre position ? » demanda Vince.

Même si c’était agréable de frapper ces cinq-là, aller jusqu’à leur briser le cœur avait été mal perçu. Le duel était loin d’être honorable.

« Je renonce à mon rang et à mon titre de chevalier. Je ne l’ai toujours pas reçu, mais je n’ai pas les qualifications pour le recevoir maintenant, » déclarai-je.

Il s’agissait d’une somme d’argent élevée, d’un rang élevé et du titre de chevalier. Je les avais obtenues et les avais utilisées pour demander leur bienveillance.

C’était bon marché quand on savait que j’avais fait un duel contre le prince héritier.

Je pourrais aussi m’en servir pour échapper à la recherche d’une conjointe.

Gilbert m’avait posé une question. « Je voudrais vous demander une chose. Quel est votre véritable objectif ? Avec tout ce pouvoir que vous avez, il devrait être possible de surmonter votre situation et de trouver le succès dans la vie. Il vous sera même possible de monter jusqu’à un ménage jusqu’au rang de vicomte. Je suis intéressé de savoir pourquoi vous agissez donc ainsi en foutant tout en l’air. »

Je m’étais irrité, je voulais frapper les personnages cibles de conquête, et en profitant de l’occasion, je voulais échapper à l’enfer du mariage et à la recherche de partenaire.

J’avais de nombreuses raisons, mais j’avais parlé sans en dire une seule.

« Je ne pouvais pas laisser Son Altesse tranquille après l’avoir vu être trompé par cette femme. Je pense que c’est pour le bien de la nation. Je pensais juste que quelqu’un devait faire quelque chose, » répondis-je.

Vince s’était mis à rire comme s’il s’amusait. « Si ce sont là vos vrais sentiments, alors vous êtes admirable. Cependant, je serais assez troublé si vous disiez que c’était pour vous amuser. La cour royale et les nobles prestigieux sont très occupés à cause de vous. La famille Redgrave a également officiellement dissous les fiançailles entre Son Altesse et ma fille. Il ne convient pas à ma fille. Ne le pensez-vous pas ? »

J’avais l’impression d’être mis à l’épreuve.

Je ne pensais pas qu’il cherchait quelque chose en particulier. J’allais bien tant que ma vie était épargnée et que je n’avais pas à trouver une partenaire de mariage de rang noble.

J’avais battu ces cinq-là pour me distraire et peut-être même pour ne plus être un noble, échapper à l’enfer de la recherche du mariage. Aah, j’atteignais certainement le résultat désiré.

« Je n’ai pas grand-chose à dire sur leur relation à tous deux. Personnellement, je veux juste qu’il étudie correctement à l’académie à partir de maintenant. J’espère qu’il deviendra un bon roi, » déclarai-je.

« ... Je vois. Je change peut-être de sujet de conversation, mais j’ai une requête, » déclara Vince.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« C’est à propos de ma fille. Il semble que cette affaire lui ait fait payer un lourd tribut. En tant que père, je ne peux pas la regarder être épuisée et manquer de vitalité. Je voulais qu’elle se repose dans la campagne plus tranquille, mais avec les circonstances de notre ménage, ce sera difficile à organiser puisque nous sommes un peu occupés, » déclara Vince.

Peut-être s’agissait-il de régler des affaires avec des personnes sous leur tutelle ou des personnes appartenant à la même faction qu’eux. En tant que famille ducale, ils ne gardaient pas le silence sur la trahison d’Anjelica par ses partisans.

Jour après jour, les parents et les frères et sœurs des élèves venaient s’excuser, et les choses avaient été très occupées.

C’était un très gros problème quand les enfants et les hommes de familles envoyés comme partisans trahissent la fille aînée.

Il y avait beaucoup de personnes qui venaient s’excuser auprès d’Anjelica, et il semblait qu’elle voulait se reposer quelque part hors de portée de tout ça.

« Votre ménage répond aux exigences de ce que nous recherchons. Laissez-la venir avec vous quand vous rentrerez chez vous. Plusieurs préposés la suivront, » déclara-t-il.

« Euh, euh... bien sûr ! » balbutiai-je.

Il confiait sa fille à un homme. Qu’est-ce que cela signifiait ? J’y pensais, mais il était déraisonnable de faire quoi que ce soit à la fille d’une famille ducale. Ainsi, rien que d’y penser, cela m’avait donné la chair de poule. J’avais donc décidé de la traiter comme si elle partait en voyage, et que j’étais responsable.

« Je vous remercie. Maintenant, vous pouvez partir, » déclara-t-il.

« Excusez-moi, » déclarai-je.

Une fois que j’avais quitté la pièce, je m’étais senti soulagé. Avec ça, ma vie à l’académie s’achèvera, mais je me sentais mieux.

Si j’avais des regrets, ce serait que je ne pourrais plus apprendre le thé avec mon mentor. Il s’était fâché contre moi parce que j’avais été désagréable pendant le duel, mais il m’avait offert un délicieux thé à boire.

« Je me demande si c’est vraiment mon seul regret, » murmurai-je.

Daniel et Raymond étaient aussi dans ma tête. Je me demande comment allait Rukul, en troisième année. J’avais aussi regretté de ne pas avoir pu essayer tous les desserts populaires à la cafétéria de l’école.

... J’avais eu l’impression de m’amuser à l’académie avant de m’en rendre compte.

 

♥♥♥

 

Léon avait quitté le bureau.

Gilbert avait regardé Vince.

« Père, qu’en penses-tu ? » demanda Gilbert.

Vince avait ri. « C’est comme tu l’as dit. Si c’était un enfant bien élevé qui ne pensait qu’à lui-même, alors il serait resté silencieux tout en regardant à ce moment-là. Il n’y a pas beaucoup d’enfants comme lui, tu ne crois pas ? »

Les deux regardèrent la pile d’or blanc que Léon avait préparée.

« ... Il a préparé une grosse somme d’argent, n’est-ce pas ? » déclara Gilbert.

« Il a rejeté son statut et son honneur afin de pouvoir critiquer Son Altesse. Il était très résolu. De plus, il a su acquérir la haine du frère adoptif. Normalement, ce qu’il a fait serait la chose à critiquer. Tout bien considéré, l’académie a beaucoup de problèmes aujourd’hui, comme par le passé. Il y a trop d’enfants qui ignorent les bonnes manières du monde, » déclara Vince.

L’académie était un environnement un peu particulier.

Comme c’était un endroit pour éduquer la prochaine génération de nobles, tout le monde devait être traité sur un pied d’égalité. De telles choses étaient cependant impossibles.

Cet environnement particulier n’était pas sous les feux de la rampe. Comme les gens étaient obsédés par la valeur de leur groupe, il y avait eu des incidents à certains moments.

C’était un jardin miniature où les ignorants se réunissaient. C’est là que le problème s’était posé.

Ce qui s’était passé en ce moment s’était avéré être un problème qui avait fait beaucoup de bruit. Après ça, les étudiants qui retournaient chez eux pendant les vacances d’été y découvriraient la réalité.

En effet, les partisans d’Anjelica en viendraient probablement à connaître le sens d’un conflit avec une famille de ducs.

« Mais je pense qu’il y avait plein d’autres façons de le faire, » déclara Gilbert.

« Est-ce que c’est le cas ? Ne s’amusait-il pas ? Je pense que ma sœur était peu perspicace d’avoir proposé un duel, mais il est intervenu dans une situation où tout le monde était son ennemi et où elle ne pouvait être sauvée... N’est-ce pas une histoire touchante ? Il était comme un chevalier. Mais seulement à l’extérieur, » déclara Vince.

Gilbert avait demandé quelles étaient les véritables intentions de Vince. « Qu’est-ce que tu vas faire ? »

Vince grimaça. « Il peut être un bienfaiteur de ma fille. Il peut la protéger. Voilà ce que c’est. Il vaudrait mieux pour toi aussi que tu aies un foyer fiable, comme celui de chevalier. Ne crois-tu pas que la famille Redgrave sera en paix après l’avoir accueilli ? Après tout, cette affaire a montré clairement qu’il y a plusieurs familles peu fiables. »

Les deux individus avaient regardé par la fenêtre.

Un dirigeable de plus de 700 mètres de long flottait. Ils avaient l’impression que c’était quelque chose qu’ils n’avaient jamais vu faire auparavant, mais ils avaient l’impression que c’était un artefact perdu découvert dans un donjon.

Le Royaume d’Holfault appréciait les aventuriers.

Les réalisations de Léon étaient quelque chose que les hommes désiraient ardemment.

« Il y a un grand prix à payer pour le pouvoir de battre si facilement les garçons de familles prestigieuses. Mais jusqu’où es-tu prêt à l’emmener ? Vas-tu préparer le personnel de notre foyer pour ta fille, qui arrive à l’âge adulte ? » demanda Gilbert.

Vince avait posé sa main sur son menton. « Ce serait bien, mais c’est une mauvaise idée. Si les individus aux oreilles vives et à l’esprit vif s’en emparent, ils l’utiliseront pour leur désir. Cependant, la première chose à faire est de nettoyer ce gâchis. J’irai à la cour royale. Je te confie le territoire. »

Vince se leva et se mit sérieusement en route pour agir à la cour royale.

 

♥♥♥

 

J’étais sur un dirigeable qui imitait l’extérieur de Luxon. Son nom était « Partenaire ».

Des robots à mains dirigeaient le dirigeable sur des piliers flottants en l’air. Ils étaient en ruines quand j’avais obtenu Luxon, mais il avait ramassé ces machines cassées, les avait réparés et les avait remises en route.

Il y avait également des gardiens blindés, sans jambes, mais avec leur armure sphérique, qui étaient responsables de la sécurité.

Le vent était agréable alors que j’étais allé sur le pont.

Luxon, avec son corps sphérique, flottait à côté de moi.

« Tu ne vas pas aller où sont ces deux-là ? » me demanda-t-il.

Les deux dont il parlait étaient Olivia et une Anjelica au cœur brisé, qui m’avaient suivi pendant les vacances d’été.

Les autres personnes à bord étaient des domestiques qui s’occupaient d’Anjelica.

« Qu’est-ce que tu racontes ? Tu vas me troubler si tu attends de moi que je leur dise quelque chose de sage, » déclarai-je.

« Personne n’attend rien de toi, » répliqua-t-il.

« Tu me détestes ou quoi ? » lui demandai-je.

« Je ne te déteste pas, mais je ne t’aime pas non plus, » répondit Luxon.

... S’il n’y avait pas tant de choses utiles qu’il pouvait faire pour moi, j’aurais saisi son corps sphérique et je l’aurais jeté dans le ciel.

« ... *Soupir* en fait, je ne sais pas quoi leur dire. Les fiançailles ont officiellement été rompues. Pour empirer les choses, les discussions ont échoué, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Anjelica avait parlé avec le prince, mais à la fin, les choses ne s’étaient pas bien passées.

Conformément au duel, la relation amoureuse du prince avec Marie avait cessé.

On disait que l’amour mourrait quand il y avait des obstacles, mais le prince avait continué à l’aimer même quand leur relation avait pris fin, et il priait pour son bonheur.

Il avait aussi dit des choses étranges sur la protection de sa chasteté.

Il semble qu’il s’inquiétait d’avoir un corps pur. Je ne me souciais pas vraiment de ces choses-là. La chasteté d’un abruti n’avait pas eu d’importance pour moi. Attendez une minute, ce n’était pas bon en fait.

Malgré ce qu’il faisait, il était le prince-héritier. Il y aurait des problèmes s’il n’y avait pas un héritier au trône dans ce pays, et dans le jeu, Julian était le seul prince qui apparaissait... c’était un problème qui devenait dangereux quant au nouveau successeur !

« Je ne veux pas m’impliquer, car même si je disais quelque chose, ça ne résoudrait rien, » déclarai-je.

« Tu es un cas tellement désespéré que c’est sans précédent, » répliqua Luxon.

 

♥♥♥

 

Elles étaient à bord d’un vaisseau.

Olivia et Anjelica s’étaient assises sur un lit dans un endroit qui semblait être une chambre d’amis.

Olivia s’inquiétait pour Anjelica, qui avait maigri en raison de la fatigue et de l’anxiété.

Après le duel, sa conversation avec Julian ne s’était pas bien déroulée.

Il s’agissait des vacances d’été, et Olivia accompagnait Anjelica.

Elle écoutait l’histoire d’Anjelica.

« C’est finalement une histoire drôle. Pas un seul de mes sentiments ne pouvait l’atteindre. Il semble que j’ai été assez bête pour perdre contre une femme qui est tellement en retrait par rapport à moi. J’ai été complètement vaincue par cette fille, » déclara Anjelica.

Julian avait rejeté Anjelica.

Même après les avoir séparés, il avait dit qu’il ne perdrait jamais son amour pour Marie.

« Tu n’as pas tort, Anjelica, » déclara Olivia.

« Je suppose que oui. J’étais juste submergée par une femme qui m’a volé mon fiancé. Vas-y, rigole. Je suppose qu’on peut dire que j’ai gagné la bataille, mais que j’ai perdu la guerre, » déclara Anjelica.

Elle avait pu remporter le duel grâce à Léon, mais Anjelica avait quand même perdu contre Marie en termes de résultat.

« En fin de compte, cela ne servait à rien. J’ai en plus impliqué Léon et toi dans mon égoïsme, » déclara Anjelica.

Olivia baissa ses yeux vers le bas. « Ce n’est pas vrai. Je n’étais là que pour exprimer mon soutien... mais à la fin, c’est Léon qui a fait de son mieux. Léon m’a dit quelque chose. Dès le début, il n’avait pas l’intention d’abandonner et il s’attendait à se faire virer de l’Académie. »

Anjelica avait versé des larmes. « Je suis allée là où se tenait Son Altesse sans même lui dire un mot de remerciement. J’aurais dû le remercier à ce moment-là. Je suis vraiment une femme horrible. Je ne pensais pas qu’il était si résolu... »

Olivia frotta tendrement le dos d’une Anjelica en pleurs.

 

♥♥♥

 

— J’avais entendu la conversation des deux filles de l’extérieur de leur chambre.

« Comme c’est déchirant. Je ne sais même pas si j’ai un cœur, mais n’as-tu pas de pensées après les avoir entendues ? » déclara Luxon.

Les paroles de Luxon m’avaient frappé à la poitrine.

« ... Je me sens vraiment mal de leur avoir donné de fausses idées, » déclarai-je.

Je m’étais en effet engagé dans le duel avec la volonté d’abandonner l’académie, mais la vraie raison était de fuir la recherche d’une partenaire conjugale.

J’aurais préféré qu’elles n’y réfléchissent pas aussi profondément.

Je me demandais aussi si c’était le bon moment de se déchaîner à l’époque, mais c’était une pensée qui ne servait à rien... Je n’y ai pas trop réfléchi à ce moment-là.

« Que comptes-tu faire maintenant ? » demanda Luxon.

« Je vais tout laisser tomber à la capitale et je vais m’occuper de mon père. Je serai aussi indépendant et vivrai paisiblement sur cette île que j’ai trouvée, » répondis-je.

« ... Est-ce que ça se passera bien ? » me demanda-t-il.

« Eh bien, je vais essayer, » répondis-je. « Je me suis battu contre le prince héritier. J’aurais besoin de m’excuser avec beaucoup d’argent pour qu’ils se débarrassent de toute cette rancune envers moi. Je ne pense pas que je serais tué. Hein ? Je ne serai pas tué, n’est-ce pas ? Alors pourquoi est-ce que je me sens si mal à l’aise ? Je devrais peut-être m’enfuir dès que possible ? »

« Non, ça ne sert à rien, » déclara Luxon.

C’était le monde issu d’un jeu vidéo Otome.

Maintenant que tous les moments bruyants de l’histoire étaient terminés, je me sentais un peu seul.

Eh bien, mes plans avaient beaucoup changé, mais ça devrait aller tant que je continuerai à faire de mon mieux.

J’avais travaillé dur.

C’est pour ça que j’avais fait tout ça jusqu’à maintenant. J’allais laisser le reste à Olivia, Anjelica et les cinq autres individus.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire