Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : La résolution de Falanya

Partie 1

« — Nous devons parler de la rencontre entre les enfants impériaux. »

Rembobinons un peu la scène jusqu’à une salle de réunion du palais de Natra où ne se trouvent que les vassaux les plus importants. Ils ne regardaient qu’une seule chose : le prince héritier Wein assis en bout de table.

« Je pense que vous en avez déjà entendu parler, mais les enfants de la famille impériale se réuniront dans la ville de Mealtars, située au centre du continent. Sur le papier, notre invitation concerne une autre cérémonie organisée dans la ville au même moment pour divertir les acteurs les plus influents de toute cette région, y compris Natra. »

Wein ne s’était même pas arrêté une seconde. « Ne vous méprenez pas. Cette réunion est incroyablement importante. Il serait plus approprié que ce soit moi qui y assiste. Mais malheureusement, nous sommes en train de nous remettre de la guerre. C’est pourquoi je vous en parle. Laissez-moi entendre votre avis sur l’opportunité de ma présence. »

Wein jeta un coup d’œil à ses vassaux, demandant à chacun d’eux son avis.

Ils avaient alors commencé à donner leur avis.

« Comme vous l’avez dit, Prince Wein, nous sommes au milieu d’une période de transition en tant que nation. Nous devons faire preuve de prudence. Les choses pourraient prendre une mauvaise tournure si vous quittiez maintenant le royaume, Votre Altesse. »

« S’il vous plaît. Il n’y a pas que les enfants impériaux qui seront présents. Les plus grands esprits de chaque nation seront également présents. Si le prochain empereur est choisi lors de cette réunion, cela se reflétera sur nous en tant que royaume allié si nous n’envoyons pas un représentant approprié. »

« Comment savoir s’ils vont réellement mettre quelqu’un sur le trône ? Cela vaut-il la peine de négliger son pays pour une simple hypothèse ? »

« Alors nous pouvons soutenir la nation en l’absence de Son Altesse. Ou bien n’y a-t-il rien d’utile dans votre crâne ? »

« Qu’est-ce que c’est que ça ? »

« Silence, s’il vous plaît. Vous vous tenez devant la famille royale. »

La salle de réunion s’était remplie d’opinions diverses qui volaient à gauche et à droite. Wein écouta dans leurs paroles combatives comme si c’était une pépite de sagesse.

On dirait que c’est du Cinquante-Cinquante.

Si cela s’était produit un an auparavant, ils auraient très probablement insisté pour qu’il y assiste. Cependant, en peu de temps, l’Empire avait perdu du pouvoir et Natra avait gagné du territoire. Les choses s’amélioraient. Cela avait rendu les vassaux un peu trop confiants.

— À ce rythme, ils vont décider que je dois m’abstenir ! pensa Wein avec jubilation.

Il n’avait jamais eu l’intention d’y aller. Il y avait plusieurs raisons à cela, notamment qu’il était tout simplement trop occupé, surtout depuis que la guerre contre Cavarin avait conduit à l’expansion du territoire du royaume. Rien de tel ne s’était jamais produit de mémoire d’homme, ce qui signifiait qu’ils n’avaient actuellement aucun système en place pour y faire face.

C’est pourquoi il y avait des rapports de confusion et de désordre dans le territoire nouvellement gagné. C’était comme assembler des engrenages qui n’allaient pas ensemble. Wein était vraiment occupé.

Une autre raison était Lowellmina. Toutes les nations environnantes pensaient que Natra était du côté de sa faction, parce qu’il avait participé à la répression de l’insurrection civile en Earthworld.

Naturellement, Wein n’avait pas l’intention de rejoindre son camp. Cependant, s’il acceptait l’invitation, il savait pertinemment que Lowellmina utiliserait toutes les méthodes à sa disposition pour l’amener à servir sa cause.

Et il n’y a absolument aucune chance que je laisse cela se produire ! La soutenir serait plus de problèmes que ça n’en vaut la peine !

Cela dit, une chance de rencontrer les princes impériaux serait énorme. Wein voulait leur parler s’il le pouvait. Mais s’il acceptait l’invitation, il devrait se ranger du côté de Lowellmina, ce qui signifierait se faire instantanément des ennemis des trois princes. Et ce ne serait pas bon du tout.

Ce n’est pas comme s’ils allaient de toute façon décider de l’empereur.

Le sommet était l’occasion de discuter de qui serait le prochain empereur. Mais Wein pouvait dire que cet événement était surtout un spectacle.

Les luttes intestines avaient nui à la réputation de l’Empire, et le peuple s’inquiétait de l’absence d’un nouvel empereur. Cette réunion était censée les apaiser, faire savoir au peuple que la famille impériale voulait décider qui hériterait du trône avec des mots plutôt que par la violence. Elle devait également montrer que l’Empire avait encore le pouvoir de rassembler toutes les grandes puissances en un seul endroit.

Si le trône impérial devait rester vide, Wein pourrait s’en vouloir plus tard d’avoir décliné l’invitation en utilisant des stratégies diplomatiques. Pour toutes ces raisons, Wein avait finalement décidé de décliner la demande.

Heh. Je peux pratiquement voir la tête de Lowa quand elle apprendra que je ne viens pas.

Alors que Wein continuait à penser aux choses les plus futiles, il s’était soudain rendu compte qu’une paire d’yeux était braquée sur lui. Ils appartenaient à une jeune fille qui était assise à une courte distance de lui — sa jeune sœur, Falanya.

Wein n’était pas le seul membre de la famille royale à être présent, puisqu’il avait été rejoint par la princesse héritière.

Hmm ? Qu’est-ce qu’il y a ?

Elle le fixait comme si elle voulait dire quelque chose, mais avait du mal à exprimer son idée. Wein envisagea toutes les possibilités avant que l’idée ne lui vienne.

Oh, je parie qu’elle pense que j’aurai le temps de jouer avec elle si je refuse cette invitation.

Maintenant qu’il y pensait, il réalisait que Falanya avait récemment trouvé une raison de suivre Wein. Elle devait se sentir seule, car elle n’avait pas attiré son attention. Bien qu’il ait été occupé, Wein était déçu en tant que grand frère de ne pas s’en être rendu compte plus tôt.

Repose-toi bien, Falanya. Je trouverai un moyen de trouver du temps pour toi.

Ils pourraient peut-être s’adonner ensemble à une danse ou à la poésie. Ils pourraient aussi faire une longue promenade à cheval.

Wein s’était tourné vers sa jeune sœur et avait souri.

 

+++

Ces derniers jours, Falanya Elk Arbalest n’avait qu’une crainte : ne rien pouvoir faire pour l’aider.

La source de ses inquiétudes était Wein, qui était franchement surmené.

Depuis qu’il avait assumé le rôle de prince régent, il avait été chargé d’un grand nombre de tâches. Il ne s’agissait pas seulement du travail habituel nécessaire au fonctionnement de la nation. Il devait s’occuper de la diplomatie étrangère, orchestrer des guerres et accomplir tout un tas d’autres tâches diverses.

Dans l’espoir d’alléger son fardeau, Falanya s’était appliquée à étudier la politique et à assister à sa place aux réunions. Ces tâches lui avaient donné une modeste confiance en elle.

Mais même cela avait été écrasé lorsque leurs frontières s’étaient agrandies et que la charge de travail de Wein avait augmenté de façon exponentielle.

Je ne peux même pas gérer 10 % de son travail… Je dois trouver quelque chose que je peux faire… !

Avec son sens aigu du devoir, Falanya avait choisi de suivre Wein. Elle se tenait à l’écart de son chemin, cherchant quelque chose qu’elle pourrait faire à sa place.

Je me demande si je peux assister au sommet à la place de Wein…

Elle était la princesse héritière de Natra. Cela lui donnait le droit d’y assister. Cela permettrait également à Wein de se concentrer sur la politique interne du royaume tandis qu’elle s’occuperait des affaires extérieures. Cet arrangement serait mutuellement bénéfique.

Mais…

C’était une théorie de salon. En plus de ne jamais avoir parlé à d’importants officiels étrangers, Falanya n’avait jamais quitté Natra. Peut-on lui faire confiance en tant que diplomate ?

Que pense Wein… ?

Falanya jeta un coup d’œil sur lui. C’était son grand frère. Il devait savoir ce qu’elle pensait. Tout ce qu’elle voulait, c’était qu’il dise qu’elle devait y aller à sa place. Alors elle pourrait acquiescer sans hésiter.

Wein avait dû remarquer son regard, car ses yeux s’étaient dirigés vers les siens.

— gh ! Falanya avait été stupéfaite.

Les yeux de son frère, habituellement gentils et doux, s’étaient rétrécis alors qu’il l’évaluait. C’était comme un parent qui attendait que son enfant se lève pour la première fois. C’était à la fois affectueux et solennel.

Je suis si faible, Falanya s’était grondée intérieurement.

En souhaitant qu’il soutienne sa décision, elle avait pratiquement fait porter la responsabilité du choix à Wein. Cela ne se ferait jamais dans des réunions avec des dignitaires étrangers.

L’esprit de Falanya s’emballa. Wein attend… que je pense et agisse par moi-même !

 

Wein étouffa un bâillement. Merde, j’ai failli m’endormir.

Ninym se tenait consciencieusement derrière lui. Je pense qu’il y a eu un grave malentendu…

Alors que les seigneurs continuaient à se crier dessus, Falanya s’était levée avec résolution.

« — Je participerai au sommet à la place de Wein. »

Sa déclaration avait pris les vassaux par surprise. Les globes oculaires de Wein s’étaient pratiquement ratatinés et étaient presque sortis de son crâne. Ninym fixait le plafond.

Ce moment avait cimenté les débuts de Falanya sur la scène diplomatique.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. L'inconnu Nantais

    Trop mimi la gamine 100% les prince vont l'adoré.

Laisser un commentaire