Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Chapitre 2 : Une visite de la princesse impériale

Partie 3

« Maître Levan. » Elle s’inclina profondément en s’adressant à lui.

Levan affichait une raideur à son égard qui était évidente au premier coup d’œil. Ses traits étaient sévères, l’ordre et la discipline étaient évidents dans sa démarche, et il donnait une impression d’acier forgé.

Mais ce qui était encore plus unique, c’était ses cheveux et ses yeux, qui étaient respectivement blancs et rouges. En d’autres termes, c’était un Flahm, tout comme Ninym.

« Nous pouvons marcher et discuter en même temps. As-tu une minute ? » avait-il demandé.

« Bien sûr. Cela pourrait-il concerner le mariage proposé ? » demanda Ninym.

« Naturellement, » répondit Levan.

Les deux individus avaient parlé en marchant côte à côte dans le couloir.

« Des nouvelles sont parvenues aux oreilles de Sa Majesté Royale. Il souhaite connaître les détails, » déclara Levan.

« Si c’est le cas, je serais venue volontiers si on me le demandait, » déclara Ninym.

Levan avait reniflé. « Héhé, je ne peux rien demander de déraisonnable au prochain chef de famille. »

Ninym avait ri avec ironie. « Dis le chef actuel, Maître Levan. »

Depuis les temps anciens, les Flahms avaient été persécutés sur tout le continent — en particulier en Occident. Ceux qui s’étaient installés dans le royaume de Natra après avoir erré sur de nombreuses terres n’étaient qu’un sous-groupe. Le roi de l’époque avait accepté les Flahms opprimés et avait accueilli leur profonde perspicacité d’une vie de voyage sur le continent. Parmi eux se trouvait le chef de leur peuple, un Flahm nommé Ralei, qui avait été en faveur du roi et lui avait servi d’assistant toute sa vie. Dès lors, une lignée successive de descendants Flahm talentueux avait été nommée aux nouvelles générations de rois.

Trois traditions étaient nées dans le processus.

Tout d’abord, les Flahms devaient être soigneusement sélectionnés par la famille royale pour leur servir d’aides.

Ensuite, ces Flahms recevraient le nom de famille de Ralei.

Et enfin, l’assistant de celui qui montait sur le trône deviendra le chef des Flahms.

Levan Ralei avait servi d’assistant au roi actuel, ce qui signifiait qu’il était l’actuel chef des Flahms vivant à Natra.

« En fait, comment se passe cette discussion ? » demanda Levan.

« Au vu des rapports de l’émissaire, l’offre semble légitime. La Princesse Impériale Lowellmina se rendra elle-même à Natra pour mettre en avant les discussions officielles, » répondit Ninym.

« Oh mon Dieu. Je suppose que ce n’est pas une blague, » déclara Levan.

« Mais Son Altesse croit qu’il se passe peut-être autre chose…, » déclara Ninym.

« Hmm… As-tu entendu des rapports sur la princesse Lowellmina de la part de subordonnés ? » demanda Levan.

Comme pour les autres pays, Natra avait un réseau d’espions. Mais ce pays avait la particularité d’avoir un second réseau réparti sur le continent via les Flahms. Levan avait déjà eu le contrôle dessus, mais ce devoir était maintenant laissé à Ninym.

« Rien de substantiel. La princesse s’enferme habituellement dans le palais, mais elle est apparue lors de cérémonies et de soirées à l’occasion. Mais aucune information ne s’est avérée particulièrement utile. » Elle avait secoué la tête. « Les combats politiques entre les trois princes impériaux ayant causé le chaos, les rapports disent que de plus amples recherches sur la princesse prendront du temps. »

« Je vois… Je dois me demander si quelqu’un a poussé cette fille protégée à se marier, » déclara Levan.

« Crois-tu que quelqu’un tire les ficelles derrière la princesse ? » demanda Ninym.

« C’est ce que je suis enclin à penser… Eh bien, ce sera peut-être différent si Son Altesse et la princesse se connaissent déjà. Est-ce le cas ? » demanda Levan.

Ninym avait secoué la tête. « Non. Ça aurait semblé être le cas d’après les rumeurs, mais en réalité… »

Wein et Ninym étaient essentiellement deux pois dans une cosse, se coordonnant constamment. Cela avait été vrai même lorsqu’il étudiait à l’étranger dans l’Empire. Bien sûr, il y avait des moments où ils travaillaient séparément — mais il était impossible de penser qu’il aurait pu rencontrer et se familiariser avec la princesse dans ces courts laps de temps. En plus, Wein lui-même avait dit qu’il ne la connaissait pas.

« Je vois… Et il n’a pas encore refusé l’offre, n’est-ce pas ? » demanda Levan.

« Oui, c’est exact. Il a l’intention d’aller jusqu’au bout, » déclara Ninym.

« Alors tout va bien. Ce serait un désastre s’il les mettait en colère parce qu’il n’en avait pas envie, » déclara Levan.

« … »

Comme elle s’y attendait, les autres personnes avaient l’impression que Wein ne pouvait pas refuser. Ils n’avaient rien vu d’étrange à ce sujet. Les mots de Wein sur Natra se faisant attirer par l’Empire lui avaient traversé l’esprit.

Je me demande s’il y a un autre motif que Wein soupçonne…

En considérant cela, Levan avait continué comme s’il livrait un soliloque.

« Mais je suis certain que Son Altesse comprend que ce serait une entreprise impossible — surtout étant donné qui il est. Même à un jeune âge, il contrôle ses propres émotions et excelle à voir l’ensemble du tableau… En regardant Sa Majesté Royale et Son Altesse, il est clair que notre famille royale est issue d’une lignée vraiment monstrueuse, » déclara Levan.

Ninym mit ses pensées en pause et fronça les sourcils. « Maître Levan, je ne pense pas que j’irais jusqu’à les appeler “monstres”. »

« — Je n’ai pas tort. » Le ton de Levan était étonnamment brusque. Il s’était arrêté sur place.

Un temps s’écoula avant que Ninym ne se retourne pour le regarder. Il affichait une expression lointaine.

« Cela fait environ deux cents ans depuis la fondation du Royaume de Natra. Sa Majesté Royale est le quatorzième roi, et il a été sage et grand depuis sa jeunesse, tout comme Wein… Mais il est impossible pour une famille royale de maintenir l’autorité nécessaire pour diriger une nation pendant autant de générations, » déclara Levan.

« C’est… »

C’était vrai. Même si quelqu’un revenait sur toute l’histoire du continent, il n’y avait pas beaucoup de pays qui avaient pu durer aussi longtemps que Natra. Ceux qui possédaient un iota de sagesse et une succession de rois qui étaient proactifs en ce qui concerne la gestion de la nation étaient encore moins nombreux. Dans la plupart des cas, les rois des longues dynasties ne s’intéressaient pas à la politique et risquaient de sombrer dans l’auto-indulgence hédoniste. Leur autorité et leur puissance politique s’affaibliraient et seraient enfin dévorés vivants par la bête appelée « ruine ».

« Le pouvoir corrompt les gens. La première génération qui construit le pays avec du sang et de la sueur peut résister à cette tentation. La première et la deuxième génération ont un sens de la discipline. Mais ensuite, ils vont rencontrer un chemin dégagé. Si la nation devient solide comme un roc, les difficultés passées deviennent l’histoire, et toute la sueur et le sang sont effacés. Ils deviennent une longue lignée de noblesse et de membre de la royauté qui n’ont aucune conscience de la douleur ou de l’angoisse. » Levan avait poussé un grand soupir.

« Ils n’ont aucune connaissance ou expérience de la lutte pour quelque chose. Tout leur a été remis sur un plateau d’argent depuis leur plus jeune âge. Et pendant leurs stades de développement, quand ils ne contrôlent pas encore leurs émotions et leur ego, ils entendent les autres leur dire : “Vous êtes spécial” et “Vous êtes de naissance noble”, telle une malédiction. »

« Dis-tu que c’est naturel pour les dirigeants de devenir tordus ? » demanda Ninym.

« C’est vrai. Pour être parfaitement honnête, même les membres de la royauté sont des humains. Il est logique qu’ils se déforment. C’est plus étrange d’avoir de l’autorité et de ne pas en abuser, » déclara Levan.

C’est ce qui avait rendu Wein et sa famille monstrueux.

Pour ne pas devenir tordu, extravagant ou laxiste. Levan faisait des commentaires sur la capacité de la longue lignée de rois qui avaient continué à remplir leurs fonctions honorablement comme si cela allait de soi.

« Considérant que même le roi fondateur Salema avait un passé peu orthodoxe… Oui, peut-être que cela a été transmis dans le sang. Notre ancêtre Ralei avait l’œil pour choisir Natra. En soutenant cette nation, je suis certain que notre souhait sera un jour —, » déclara Levan.

« Maître Levan. » Ninym avait interrompu la passion croissante dans les mots de Levan.

Il s’était ressaisi et avait émis une légère toux, reprenant son souffle. « En tout cas, je comprends maintenant la situation. J’ai pris beaucoup de ton temps. Je vais retourner auprès de Sa Majesté. »

Le roi actuel se remettait d’une maladie loin du palais, et ses soins avaient été confiés à Levan. De ce fait, tous deux avaient rarement fait des apparitions récemment.

« Je comprends qu’il est occupé, mais dis au Prince Wein de venir nous voir bientôt. Nous pouvons faire en sorte que la princesse Falanya lui rende visite presque tous les jours, mais Sa Majesté souhaite voir son fils à l’occasion, » déclara Levan.

« Je comprends, » répondit Ninym.

« Bonne journée. » Levan se retourna sur son talon et partit pour retourner auprès du roi.

En le regardant partir, Ninym poussa un seul soupir de tristesse.

« Avez-vous enfin fini de parler ? »

« AaaaAACK !? » Ninym avait physiquement sursauté en l’air en raison de la voix soudaine derrière elle.

Elle s’était retournée pour faire face au nouveau venu inattendu — un garçon d’environ son âge, peut-être un peu plus jeune. Il n’avait pas beaucoup de présence, mais il avait des cheveux blancs et des yeux rouges, ce qui indiquait qu’il était un autre Flahm.

« Tu es trop inattentive, Ninym. Et dire que tu es censée servir aussi de garde du corps pour Wein, » déclara Nanaki.

« … Je l’aurais remarqué si ce n’était pas toi. » Ninym avait stabilisé son souffle effréné. « Et, Nanaki, arrête de l’appeler “Wein” là où les autres peuvent l’entendre. »

« Nous sommes les seuls dans le coin, » déclara Nanaki.

« Ta fierté t’attirera des ennuis, » déclara Ninym.

« Bon sang, Ninym. Toujours aussi ennuyeuse, » déclara Nanaki.

« Tu… Peu importe, oublie ça, » déclara Ninym.

En réalisant que cela ne menait à rien, Ninym avait écrasé son vrai sentiment alors que ses joues se tortillaient légèrement.

« Eh bien, qu’est-ce que tu veux ? Quelque chose que tu ne peux pas dire devant Maître Levan ? » demanda Ninym.

« Non, je n’ai rien dit plus tôt parce que je n’aime pas avoir affaire à lui, » déclara Nanaki.

« … Eh bien, qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Ninym.

« Je veux que tu voies Falanya, » déclara Nanaki.

« La princesse Falanya ? » Ninym avait cligné des yeux.

Falanya Elk Arbalest. La princesse héritière du royaume de Natra. D’un tempérament joyeux et aimable, elle avait deux ans de moins que Wein et était aimée de tous dans le palais. Et ce garçon devant Ninym, Nanaki Ralei, était le Flahm choisi pour lui servir de garde.

« En y repensant, j’ai été si occupée que je n’ai pas pu la voir ces derniers temps… Elle t’a demandé de m’appeler ? » demanda Ninym.

« Non. » Nanaki avait secoué la tête. « Je ne sais pas pourquoi, mais elle est déprimée ces derniers temps. Holly a dit que ce serait bien pour elle de te voir. »

Holly était la chambellan qui s’occupait principalement de Falanya, et elle était excellente pour capter les états émotionnels des gens, contrairement à Nanaki. Ninym avait réfléchi une minute à la raison pour laquelle Holly pourrait l’appeler avant d’arriver à une conclusion.

« … Je vois, donc c’est ça. » Elle avait regardé Nanaki. « Où est la princesse Falanya maintenant ? »

« C’est à peu près à ce moment-là où elle étudie dans sa chambre, » déclara Nanaki.

« Allez. Allons-y, » déclara Ninym.

Ninym et Nanaki se rendirent à la chambre de la princesse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre. Ce monde n'est pas stable politiquement ci deux siècles est considéré comme une performance.... Et la durée moyenne d'un règne est courte, on meurt avant la quarantaine sur le trône ?

    • De rien.

      Quelques informations qui ne sont pas si dérangeant d'être connu.
      On va en apprendre bien plus dans ce tome sur l'Empire, et dans le prochain, sur l'autre coté du continent, et les deux cotés sont très différents, même si leur racisme est présente presque partout avant la fondation de l'Empire, et surtout du pays où se déroule l'histoire.
      On en apprendra aussi un peu dans le prochain tome, vu que cela touchera même la fondation même du pays.
      Pour le coté de l'Empire, on a quelques informations qui indiquent que c'est assez instable. Là, l'Empire a réuni une grande quantité de pays sous sa coupe, mais cela ne fait meme pas si longtemps que ça, et le moindre grain de sable peut tout détruire. De l'autre coté, c'est un peu différent, mais je n'en dirais pas plus, mais le coté instable pourrait être clairement présent, quand aux lignées principales dirigeantes.

      Pour ce qui concerne la durée de vie, alors là, on a assez peu d'informations, mais par exemple, le roi actuel est alité depuis très longtemps, et on ne sait rien de sa femme, mais on peut clairement supposé qu'elle est morte, et que la durée de vie est relativement courte, comme au moyen age.
      Après tout, la magie ne "semble" pas exister, et le niveau de technologie est inconnue, mais on peut le supposer ne pas être si haut que ça.

      Peut-être qu'on en saura plus à l'avenir.

Laisser un commentaire