Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : Hé, que diriez-vous d’un mariage politique ?

Partie 3

« La mine de Jilaat est l’un des principaux gisements d’or de tout le continent, mais ses rendements n’ont été jusqu’à présent principalement diffusés qu’en Occident. Je suis certain que vous êtes au courant, Votre Altesse, » Teord avait plongé sur le sujet dès le début de la réunion.

« Je n’aurais jamais imaginé qu’un allié puisse être actuellement en possession de la mine. Cela ne peut être qu’un acte d’aide divine. La demande d’or est extrêmement élevée dans notre Empire. Je vous conseille vivement de nous vendre votre stock, » continua-t-il avec force.

C’était comme si son discours était l’incarnation de l’enthousiasme et de la ferveur.

Et cette observation était correcte. Pour Teord Talum, l’ambassadeur impérial actuellement en poste à Natra, cette rencontre avec le prince héritier était de la plus haute importance. Il avait servi comme diplomate étranger pour l’Empire pendant plus de quinze ans et, pour être franc, un diplomate peu remarquable en plus.

Après tout, il était né roturier, et même Teord lui-même ne pouvait pas exactement prétendre qu’il était particulièrement compétent. C’est pourquoi il avait remplacé les ambassades nationales en manque de personnel, en effectuant des tâches de routine et en accompagnant l’ambassadeur régional dans tel ou tel voyage. Et quand Teord avait fini ses tâches, il était transféré dans une autre ambassade et répétait le processus encore une fois.

Pendant tout ce temps, il y avait des dizaines de personnes à la fois plus jeunes et plus intelligentes que lui qui avaient été promues dans les rangs de l’Empire, qui était fier de sa méritocratie. Teord en avait eu honte plus d’une ou deux fois.

Mais une chance inattendue s’était présentée à lui. Après que son prédécesseur ait perdu son poste, il avait été choisi pour remplacer l’ambassadrice Fyshe Blundell.

Bien sûr, la principale raison de son déploiement était que l’Empire pouvait difficilement se permettre de perdre ses travailleurs les plus compétents pour des postes à l’étranger, compte tenu de l’instabilité de leur situation actuelle. Ses supérieurs lui avaient ordonné de ne rien dire de plus que ce qui était strictement nécessaire.

— Mais je ne peux pas juste suivre leurs instructions cette fois !

Une fois la tempête des conflits internes passée dans l’Empire, Teord devrait être démis de ses fonctions, et un autre devrait le remplacer. S’il ne pouvait pas laisser sa marque, il serait ramené à sa position fixe en tant que remplaçant.

Teord était déjà dans la quarantaine, et il atteignait l’âge où il commençait à être plus difficile de voyager constamment à travers le monde. En plus, il avait une famille dans son pays d’origine. Il avait de la chance s’il pouvait les voir une fois par an.

Je dois leur montrer ce que je peux faire et assurer une position au pays. Pour ma famille… !

Teord avait été poussé par ses circonstances personnelles alors qu’il se rendait au palais royal du royaume de Natra pour rencontrer Wein. Il n’y a rien de mal à être motivé, quelle qu’en soit la raison.

Cependant, le problème était que son travail relevait de la diplomatie internationale.

Et maintenant. Ne t’agite pas.

Wein ne pouvait que trop bien lire les pensées de son adversaire — non pas que cela lui demandait beaucoup d’efforts, puisque cela se voyait dans les yeux de Teord.

Je me demande si tu peux te permettre de montrer ta main aussi rapidement.

La diplomatie internationale consistait à marchander pour le profit de son pays. Et si l’on considérait comment les effets d’un succès ou d’un échec pouvaient se répercuter sur des milliers — ou des dizaines de milliers de personnes — même les informations les plus insignifiantes devaient être traitées avec le plus grand soin.

Mais Teord avait déjà révélé ses exigences. Ce qui signifiait que l’autre partie pouvait creuser les circonstances et le contexte qui avaient orienté ces demandes, ainsi que les actions futures à suivre. En gros, cela avait donné à Wein plus qu’assez d’informations pour élaborer une stratégie.

Et l’Empire n’avait pas besoin de faire des demandes sur les affaires concernant la mine s’il tenait compte de la situation à Natra. Natra avait des relations médiocres avec l’Occident, et ils partageaient leur frontière orientale avec l’Empire. Tant que l’Empire ne les faisait pas tomber, Natra allait finir par les approcher pour conclure un accord.

Mais il veut que je me dépêche de conclure l’affaire. J’ai entendu des rumeurs selon lesquelles il veut retourner dans son pays. Il semble qu’il ait besoin de faire sa marque. Et rapidement, Wein analysa calmement.

« J’apprécie votre proposition, ambassadeur. L’or peut nous captiver par ses paillettes et son éclat, mais il ne suffit pas à illuminer nos sombres hivers ou à nous offrir un répit. Je préfère de loin en faire quelque chose qui peut aider mon peuple directement, » déclara Wein.

« Dans ce cas —, » déclara l’autre.

« Cependant, » Teord semblait prêt à mordre, mais Wein l’avait arrêté. « Je crois que vous avez entendu parler de notre difficile bataille contre Marden. En ce qui concerne les dommages, nous avons subi bien plus que quelques pertes. La vérité est que, puisque la mine de Jilaat était notre principal champ de bataille, elle a perdu la plupart de ses fonctionnalités. »

Ce n’était pas un mensonge. Ils avaient vraiment fait s’effondrer un certain nombre de tunnels pour gagner. Les routes de transport et les maisons des mineurs avaient également été détruites, et la restauration était toujours en cours.

« À cause de cela, les conditions d’exploitation minière sont loin d’être idéales et toutes les opérations sont arrêtées… Il est difficile de dire combien nous allons creuser une fois que tout sera en place. Ce qui veut dire que c’est difficile pour moi de faire un marché maintenant. »

« N-nghhh… »

OK, cela pouvait contenir un mensonge blanc. Ils avaient redémarré les opérations minières en même temps que les réparations. Et ils avaient déjà estimé la production et les revenus attendus de la mine, ce qui signifiait que Wein avait plus qu’assez d’informations pour élaborer les premières ébauches d’un accord, même s’il ne pouvait pas le conclure tout de suite.

Si c’était le cas, pourquoi avait-il menti ? Wein savait qu’obtenir ce marché serait considéré comme une énorme victoire pour l’ambassadeur. Il était important de tenir bon pour une personne ayant le potentiel d’établir une connexion favorable et à long terme avec Natra à la place.

Un ambassadeur nommé agissait comme un canal direct vers les autres nations. De plus, rien ne garantissait qu’il y aurait un jour une aussi grande occasion de renforcer leurs liens avec l’Empire dans l’avenir. Cela avait fait hésiter Wein à accepter un accord avec un ambassadeur sans valeur qui pourrait être licencié à tout moment.

Si l’ambassadeur Blundell était là, j’aurais parlé de le remettre — avec quelques bonus en échange pour nous, bien sûr — mais je ne suis pas si sûr de ce type.

Teord aurait explosé de rage s’il avait pu entendre les pensées de Wein. Mais à la table des négociations, les années considérables que Teord avait passées par rapport à Wein n’avaient pas permis d’égaliser les chances. Tout se résumait au talent.

« Eh bien, Votre Altesse. Quand aurez-vous une meilleure idée de la date de reprise des opérations à la mine ? » demanda l’ambassadeur.

« C’est difficile à dire. C’est un atout essentiel pour notre pays, et nous prévoyons de construire un système sans faille, ce qui prend du temps, » déclara Wein.

« Mais c’est… »

« Hey, pas besoin de s’inquiéter. Je sais qu’il est important pour nous de maintenir des liens. Une fois que la mine sera en service, je prévois de remettre notre accord sur le tapis tout de suite, » déclara Wein.

Wein avait esquivé la tentative de Teord d’aller plus loin avec force et lui avait offert un petit sourire.

La réunion s’était poursuivie, l’ambassadeur essayant de trouver une « perspective favorable » et Wein restant évasif tout en ne promettant rien. Enfin, Teord avait abaissé ses épaules avec une allure déprimée.

… Il ne semble pas avoir beaucoup d’autres choses à offrir. Je vais juste laisser cette conversation s’éteindre.

La dernière main avait marqué la fin du jeu. Il n’y avait plus rien ici pour aucun d’eux, même si la conversation s’éternisait.

« Se pourrait-il que vous ne vous sentiez pas bien ? Je sais que c’est plus tôt que prévu, mais on peut conclure… ? » demanda Wein.

« N-non, je vais parfaitement bien ! » Teord ajusta sa posture, réalisant que son découragement se manifestait. « C’est juste que… Je suis impressionné par votre perspicacité, surtout si l’on considère votre jeune âge. »

Wein avait gloussé. « Je suis gêné d’entendre ça venant d’un talentueux fonctionnaire de l’Empire. Je suis encore en train d’apprendre les ficelles du métier, mais j’essaie de faire preuve d’audace. »

« “Apprendre les ficelles”, hein… J’ai rencontré beaucoup de membres de familles royales tout au long de ma carrière, mais je sens en vous une clarté qui n’est pas moins que celle du dirigeant de n’importe quelle autre nation. »

« N’est-ce pas un grand éloge de dire ça à un jeune célibataire, ambassadeur Talum ? » Wein répondit avec désinvolture, lui montrant un sourire ironique.

Les yeux de Teord s’étaient soudainement élargis. « En y réfléchissant, êtes-vous fiancé, Votre Altesse… ? »

« Hmm ? Ah, et bien… Les vassaux sont apparemment à la recherche de candidates, mais je n’ai pas encore de bague réservée à quelqu’un. » Wein avait haussé les épaules. « Si je tombais amoureux d’une roturière, cela serait différent, mais quand je ferme les yeux, je ne vois que des montagnes de paperasse. »

« … Je vois. » Teord fit un signe de tête et afficha un petit sourire, son visage marqué par la délibération. « Le mariage est une belle chose, Votre Altesse. Ça rend la vie d’autant plus riche. »

« Mais on dit qu’il ne peut y avoir de fortune sans malheur, n’est-ce pas ? » déclara Wein.

« Une conjointe restera avec vous, même dans les moments difficiles, » déclara l’ambassadeur.

« … Je vois. Quand vous le dites comme ça, ça n’a pas l’air mal du tout, » déclara Wein.

Wein et Teord avaient parlé un peu plus longtemps jusqu’à ce que leur première rencontre se termine. Aucun nouveau lien n’avait été créé entre les deux nations. Ce n’était rien de plus que le jeune prince héritier et le nouvel ambassadeur se présentant l’un à l’autre. D’après le résultat, c’était tout ce que l’on pouvait supposer qu’il s’était passé.

Mais quelque chose d’inattendu s’était produit. Malgré ce résultat indésirable, le visage de Teord n’avait pas été marqué par la déception, mais plutôt éclairé par une brillante lueur d’espoir.

… La mine d’or n’a peut-être pas fonctionné, mais il y a du potentiel ici.

Alors qu’il formulait un plan dans son esprit, l’ambassadeur sortit brusquement du palais.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire