Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 8 – Partie 4

***

Chapitre 8 : Acte 8

Partie 4

« Hm !? Hé, Þjálfi ! Regarde, regarde là ! » Steinþórr avait crié.

« Quoi ? Des cheveux noirs ! ? Est-ce que ça pourrait être… ? »

« Hahahaaaa ! HAHAHAHAHA ! !! » Steinþórr éclata d’un rire joyeux. « Alors tu es après tout vivant, Suoh-Yuuto !! »

Juste à droite des portes principales de la ville se trouvait l’une des tours de guet du mur, et debout sur le bord de cette tour se trouvait une silhouette humaine. À cette distance, une personne normale ne serait pas capable de dire qui c’était, mais Steinþórr avait les yeux d’un faucon, et il pouvait distinguer le visage du jeune homme aux cheveux noirs qui se tenait là.

Même à cette distance, Steinþórr ne se tromperait jamais sur le visage de celui qu’il reconnaissait comme son véritable ennemi et rival.

Peu importe comment vous le regardez, c’était le patriarche du Clan du Loup, Suoh-Yuuto.

Yuuto leva sa main droite.

Alors qu’il le faisait, il y eut un grondement fort et lourd, alors que les portes de Gimlé, solidement verrouillées, s’étaient ouvertes.

Steinþórr se crispa. Est-ce que ce nombre massif de soldats qui applaudissaient va se déverser hors des portes pour nous attaquer ? pensa-t-il, et il se prépara. Mais non, cela ne semblait pas se produire.

Après un moment à se demander ce qui se passait, il leva les yeux vers Yuuto. Yuuto regardait de nouveau en direction de Steinþórr, et d’une main, il fit un geste hautain d’invitation.

« Il me nargue pour que j’entre ! » Steinþórr sentit un étrange frisson parcourir son dos.

Si c’était le Steinþórr d’avant la bataille de Gashina, il aurait accepté le défi et aurait chargé sans aucune hésitation.

Mais maintenant, il était différent : avant chaque charge en avant, il s’arrêtait une fois pour réfléchir.

Lors de la première bataille de la rivière Élivágar, il avait été ivre de sa victoire dans les premiers instants de la bataille, et avait lancé des attaques de poursuite contre l’ennemi en retraite qui l’avaient conduit dans un piège. Les eaux en furie l’avaient englouti, et il avait perdu plusieurs milliers de ses hommes.

Ensuite, lors de la bataille de Gashina, il s’était imaginé qu’il était en train de couper en deux la formation de son ennemi, pour se rendre compte qu’ils l’avaient encerclé de tous les côtés. En outre, il avait laissé le fort de Gashina lui-même sans défense et il avait été repris par-derrière.

Chaque fois qu’il s’était laissé emporter par une victoire précoce et avait foncé sans faire attention, il était tombé dans le piège de son ennemi et en avait souffert.

C’est ce que les combats contre Suoh-Yuuto lui avaient appris.

Cette situation semblait suivre le même schéma.

Il venait de vaincre le Clan du Loup lors de la deuxième bataille de la rivière Élivágar, effaçant ainsi sa honte pour la défaite subie lors de la précédente bataille. Et maintenant, il était venu marcher sur Gimlé, de bonne humeur, ivre de sa récente victoire. Et voilà Yuuto qui lui ouvre les portes et l’invite joyeusement à entrer.

Les acclamations rauques de tout à l’heure l’avaient également déstabilisé.

Qu’est-ce que c’est si ce n’est pas un piège ? s’écria la voix dans son esprit. C’est aussi clair que le jour ! Il compte utiliser ma nature contre moi, me narguer et compter sur moi pour être l’homme qui fonce sans réfléchir chaque fois, quoi qu’il arrive !

Bien sûr, Steinþórr ressentait aussi le désir de relever le défi de toute façon, de foncer et d’utiliser sa force pure pour déchirer le piège qui l’attendait là-dedans. Et s’il était seul, ce serait une chose, mais il avait huit mille de ses enfants ici avec lui.

Ses hommes avaient souffert aux mains de ces pièges plusieurs fois maintenant, donc Steinþórr ne pouvait pas leur dire avec confiance qu’ils seraient absolument capables de passer à travers le prochain.

Steinþórr poussa un long et profond soupir, et il tourna le dos à Gimlé.

« Nous nous retirons. »

« Se retirer ! ? » s’écria Þjálfi, étonné. Il se retourna et cria à la suite de Steinþórr : « Après que nous ayons fait tout ce chemin ! ? »

 

 

Steinþórr ne s’était pas retourné. Il avait affaissé ses épaules et avait dit : « C’est parce que nous sommes arrivés jusqu’ici. Nous avons récupéré notre honneur à la rivière Élivágar, et nous avons reconquis le territoire qu’ils nous ont pris lors de la dernière guerre. Si nous nous arrêtons maintenant, c’est encore notre victoire. Chaque fois que nous sommes trop gourmands avec Suoh-Yuuto, ça ne tourne jamais bien. Je ne vais pas tomber dans un piège aussi évident et gâcher notre victoire. Ce serait stupide. C’est le bon moment pour se retirer. »

 

« L’armée du Clan de la Foudre se retire ! » Un guetteur du Clan du Loup pointa vers le bas et cria d’une voix stridente et excitée. Il n’arrivait pas à en croire ses propres yeux.

Même le gouverneur de Gimlé, Skáviðr, était stupéfait en regardant cette scène, et il se demandait s’il ne s’agissait pas d’une ruse.

« Haaugh, urgh, je suis vraiment fatigué. Mais monter un cheval toute la nuit, ça fait ça. » Yuuto avait laissé échapper un énorme bâillement. Il était peut-être la seule personne ici capable de bâiller aussi facilement.

« C’est donc le trente-deuxième des trente-six stratagèmes, la “Forteresse vide”… » murmura Skáviðr.

Il avait déjà entendu les détails de la stratégie de Yuuto une fois auparavant.

L’astuce consistait à ouvrir délibérément les portes de sa forteresse et à inviter l’ennemi à entrer, ce qui l’amenait à se méfier énormément d’un piège monstrueux et à se retirer.

Lorsqu’il l’avait entendu, il avait été stupéfait de voir à quel point cela semblait absurde. Mais ici, il le voyait en action, fonctionnant exactement comme prévu. Il n’arrivait toujours pas à y croire.

Trop de choses irréalistes se passaient aujourd’hui, et rien ne semblait réel.

« Au Japon, cette astuce est super célèbre, donc personne ne se laisserait berner par elle, mais ici, c’est une stratégie qui vient encore de mille cinq cents ans dans le futur, » dit Yuuto. « Bien sûr, vous pourriez penser que c’est un piège, tant que vous ne savez pas que c’est un tour. »

« Tu as tout à fait raison…, » murmura Skáviðr. « Si j’étais à la place du commandant du Clan de la Foudre, je trouverais moi aussi cela tellement suspect que cela me ferait hésiter à aller de l’avant. »

« Je suppose que ça veut dire après tout que cet idiot (Steinþórr) n’est pas vraiment un idiot complet. Je suppose que c’est logique, c’est humain de commencer à se méfier de quelqu’un après qu’il vous ait fait marcher deux fois. » Yuuto gloussa à lui-même avec malice.

Tu donnes l’impression que c’est si simple, pensa Skáviðr, et il eut un petit rire ironique.

S’il s’était fait par quelqu’un comme lui ou Sigrun, lorsqu’ils auraient ouvert les portes, même en sachant que c’était un piège, l’armée du Clan de la Foudre se serait sûrement précipitée comme un tigre affamé, et aurait mis la ville en pièces.

C’est parce que ce n’était pas du Clan du Loup que Steinþórr se méfiait, c’était de Yuuto.

« Il n’y a pas à s’y tromper… tu es vraiment l’incarnation d’un dieu de la guerre ! » Skáviðr avait senti un frisson le parcourir quand il avait dit cela.

L’ancien et l’actuel Mánagarmr, les plus forts guerriers du Clan du Loup avaient travaillé ensemble pour combattre Steinþórr, risquant leurs vies et utilisant chaque once de leur force et de leur intelligence dans cette tentative, et ils ne pouvaient toujours pas l’arrêter. Et pourtant, ce jeune homme s’était simplement montré et avait fait un geste, et cela avait été suffisant pour non seulement arrêter l’avancée du Tigre Affamés de Batailles, mais aussi pour le faire reculer.

Yuuto était à un niveau complètement différent.

« Hé, ce n’était rien de plus qu’un simple mensonge, » dit Yuuto. « Ce n’est même pas de la triche. »

« Dire que c’est “simple”, c’est être bien trop humble. Pour le moins, j’aurais trop peur de mettre ce plan à exécution. Après tout, s’ils avaient choisi d’attaquer, n’aurait-on pas assisté à la fin de tout ? »

La stratégie avait été si brillante et satisfaisante uniquement parce qu’elle avait fonctionné. Si elle avait mal tourné, ils auraient fait entrer leur ennemi dans leur ville. C’était un bluff incroyablement dangereux.

Après tout, leur ennemi était le Dólgþrasir, le Tigre Affamés de Batailles. Si Steinþórr n’avait tiré aucune leçon de ses deux défaites, et s’il avait à nouveau chargé sans réfléchir, les forces du Clan du Loup auraient pu être anéanties.

« Si les choses en étaient arrivées là, j’aurais juste utilisé ça. » Yuuto avait fouillé dans le sac en cuir qui pendait à sa hanche droite, et en avait sorti un certain objet.

« Qu’est-ce que c’est, exactement ? »

« Oh, ça ? Eh bien…, » Yuuto avait commencé à expliquer à Skáviðr l’utilisation et les effets de cet objet particulier.

Il était si petit, si léger, et apparemment peu fiable comme outil.

Il n’avait certainement pas l’air aussi effrayant que Yuuto l’avait décrit, mais Skáviðr n’avait d’autre choix que de le croire. Yuuto n’était pas du genre à mentir sur ces choses, et il avait créé tant de miracles jusqu’à présent.

En vérité, il venait juste de finir d’en créer un il y a un instant. Skáviðr devait lui faire confiance.

« … Je vois, » dit Skáviðr. « Ainsi donc, il semble que le tigre soit en fait celui dont la vie a été sauvée lorsqu’il a choisi de ne pas attaquer. »

« C’est vrai. Mais il est un peu un problème pour nous, alors je suppose que ça n’aurait pas été si mal de le tuer ici et de mettre fin à nos souffrances. S’il n’y avait pas ce qui se passe à Fólkvangr, c’est ce que j’aurais fait. » Yuuto avait dit cela de manière factuelle, et il y avait une pointe de froideur dans son ton.

« … !? » En entendant ces mots, Skáviðr avait ressenti une tension soudaine, une sensation comme si on tenait une lame sur sa gorge. Cela déclencha une peur instinctive qui lui glaça le sang.

Skáviðr était un célèbre vétéran, il avait survécu et géré à de nombreuses batailles où il avait dû battre en retraite. Il avait donc survécu à des situations véritablement infernales. Et en ce moment, ce jeune homme deux fois plus jeune que lui le terrifiait.

Il y avait le fait qu’il avait rejeté ce monstre inhumainement fort comme étant simplement « un peu » un problème, mais plus que cela, il y avait le fait qu’il avait parlé de tuer Steinþórr sans émotion inutile, ou hésitation. Ce niveau de froideur et de sérénité était quelque chose que l’ancien Yuuto ne possédait pas.

Skáviðr n’avait pas vu Yuuto depuis environ six mois, depuis qu’il avait été envoyé à son poste à Myrkviðr, et il semblerait que pendant cette période, ou peut-être même pendant ces deux derniers mois dans sa patrie au-delà des cieux, quelque chose de significatif avait changé en lui.

Skáviðr trouvait maintenant que Yuuto semblait beaucoup plus mature et adulte qu’auparavant.

La partie naïve de sa mentalité était maintenant cachée, et à la place, ce qui était visible était quelque chose de plus fort, une sorte de résolution ferme.

Il y avait eu de nombreuses fois avant maintenant où Yuuto avait montré l’esprit d’un vrai conquérant, mais cela avait toujours été limité et temporaire, quand il était rempli d’émotions intenses.

Mais maintenant, l’air autour de lui était calme, et pourtant, il avait toujours l’aura du lion fier et puissant.

Skáviðr, habituellement calme, prit la parole, la voix tremblante d’émotions. « Tu es vraiment revenu parmi nous comme un grand garçon ! »

C’est ce qu’on ressent quand on est un parent fier de voir son enfant grandir.

Il ne l’avait jamais dit ouvertement, et n’en avait jamais eu l’intention, mais après avoir perdu son jeune enfant, Skáviðr en était venu à considérer Yuuto comme son propre fils.

« Hein ? J’ai grandi ou quoi ? » demanda Yuuto. « Oh, c’est vrai, je ne t’ai pas vu depuis environ huit mois maintenant. Je suppose que je serais plus grand. »

« Oui, tu as aussi grandi en taille. Mais je faisais référence à ta croissance en tant que personne. »

« Uhh, hein ? Je ne suis moi-même pas sûr de savoir de quoi tu parles… Eh bien, je suppose qu’il est temps que je me reprenne et que j’essaie de devenir un adulte, hein ? » Yuuto avait regardé au loin.

Skáviðr avait regardé dans la même direction.

Bien qu’ils se trouvent au même endroit et qu’ils regardent la même scène, ils voyaient certainement des choses très différentes.

Ce jeune homme regardait de bien plus haut et voyait bien plus loin que lui.

C’est ce que Skáviðr croyait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire