Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 8 – Partie 3

***

Chapitre 8 : Acte 8

Partie 3

Était-ce Skáviðr qui discutait avec quelqu’un d’autre ? Mais non, Sigrun n’avait pas entendu de voix.

Les deux autres personnes gardaient le silence. Alors, étaient-ils des voleurs ? Mais non, elle ne pouvait pas sentir la moindre trace d’intention meurtrière.

Sigrun posa toujours une main sur la poignée de l’épée à sa taille, juste au cas où, et elle se dirigea lentement vers l’extrémité de la pièce.

L’obscurité devenait légèrement plus claire, et elle pouvait vaguement commencer à distinguer les contours des personnes présentes.

L’un d’eux était assis sur le trône légèrement surélevé au fond de la pièce, penché en arrière, les jambes croisées. La deuxième personne se tenait juste à côté de la première.

Aucun des deux n’était Skáviðr. Ces silhouettes ne correspondaient pas.

Cependant, il s’agissait de deux individus qu’elle connaissait très, très bien.

« Comment… ce n’est pas possible… suis-je encore endormie, en train de rêver ? »

Sigrun tremblait. Sa tête semblait encore pulser, et les muscles de ses bras, de ses épaules et de son dos lui faisaient terriblement mal.

« J’avais entendu dire qu’on ne pouvait pas ressentir la douleur dans un rêve, mais peut-être que c’était un mensonge. »

« Non, cela signifie simplement que tu ne rêves pas, » avait répondu la personne sur la chaise. C’était une voix si nostalgique et familière pour elle.

La dernière fois qu’elle avait entendu sa voix, c’était il y a une dizaine de jours, grâce à son étrange appareil, mais elle avait été étouffée, et quelque peu distante. Ce n’était rien comparé à la vraie voix qu’elle entendait maintenant.

« Mais… ça ne peut pas être vrai, » protesta Sigrun, même si son discours devenait plus poli. « Il devrait encore rester de nombreux jours avant la prochaine pleine lune. »

« Pour cela, tu devras remercier Mitsuki et Rífa… et aussi Félicia ici présente. » Le jeune homme sur le trône avait jeté un regard à la femme aux cheveux d’or à ses côtés. « Toutes les trois ont combiné leur pouvoir et ont forcé un miracle à se produire. »

Cela semblait assez plausible, mais Sigrun avait encore du mal à y croire.

« Alors comment avez-vous pu venir jusqu’ici, ici même dans cette pièce, sans qu’une seule personne s’en rende compte ? » avait-elle demandé.

C’était le centre de commandement de la forteresse, au cœur même de Gimlé. Sigrun avait croisé un certain nombre de gardes en patrouille sur son chemin. Si quelqu’un avait vu ce jeune homme, il y aurait sûrement eu une grande agitation.

Mais malgré la sécurité renforcée à l’intérieur des murs de la forteresse, c’était toujours calme.

Et ce n’était pas tout. Il y avait l’armée du Clan de la Foudre, qui devait avancer vers la ville. Non, peut-être qu’ils étaient déjà en formation devant la ville à l’heure actuelle.

Comment aurait-il pu aussi leur échapper, avant même de passer les portes de la ville, solidement verrouillées ?

En fin de compte, Sigrun ne pouvait pas croire que le jeune homme en face d’elle était le vrai.

« Tu vois, le truc avec les dirigeants, c’est… qu’il s’avère que la plupart d’entre eux ne pensent qu’à se sauver eux-mêmes. » Le jeune homme s’était levé et était descendu du trône.

Félicia avait semblé comprendre où il voulait en venir. Elle avait déplacé la chaise sur le côté, avait enlevé le tapis qui recouvrait le sol en dessous et avait tiré sur l’une des pierres du sol.

La pierre s’était retirée pour révéler un trou juste de la bonne taille pour qu’une personne seule puisse y descendre, avec une échelle de corde intégrée.

« Linéa m’a parlé de ce passage secret, car son clan régnait sur cette région, » expliqua le jeune homme. « Si vous passez par ici, cela vous mènera à un endroit en dehors de la ville. »

Il est vrai que si quelqu’un utilisait ce passage, il ne serait pas étrange qu’il puisse arriver dans cette pièce sans qu’aucun des gardes ne le remarque.

Malgré tout, Sigrun ne pouvait pas se laisser convaincre.

C’était trop pratique, trop beau pour être vrai.

Elle ne pouvait y voir autre chose qu’une illusion, un produit de ses désirs les plus profonds.

« Tu… tu as bien fait de tenir le coup jusqu’à ce que je puisse revenir. » Le jeune homme avait posé une main sur la tête de Sigrun et avait commencé à lui caresser doucement la tête.

Cette sensation, le sentiment de bonté qui la sous-tendait, le corps de Sigrun s’en souvenait parfaitement.

Il n’y avait aucun moyen pour elle de l’oublier.

Après tout, pour elle, c’était la plus grande récompense qu’elle pouvait demander.

Elle avait senti des larmes chaudes couler de ses yeux.

Elle ne se souciait plus de savoir si c’était un rêve ou une illusion.

« P-Père… ! » N’en pouvant plus, Sigrun avait bondi dans les bras de Yuuto, s’accrochant à lui.

Elle le frappa avec assez d’élan pour les faire tomber au sol, mais elle n’en avait plus rien à faire. Elle avait enfoui son visage contre sa poitrine, se souciant uniquement d’utiliser ses sens pour confirmer que c’était bien lui.

« Père ! Père ! Père ! Je… J’avais tellement, tellement envie de te voir… waaahhhhh ! » Sigrun ne pouvait plus rien dire, car elle avait éclaté en sanglots incontrôlables.

« W-Wow, quoi ! ? Run, qu’est-ce que tu as ? F-Félicia, fais quelque chose ! »

« Je ne sais pas exactement ce que je dois faire, » dit Félicia. « Après tout, c’est aussi la première fois que je vois Run comme ça… »

Yuuto et Félicia avaient échangé des remarques inquiètes tandis que Sigrun avait laissé couler ses larmes.

« Que s’est-il passé ? Qu… M-M-Maître Yuuto !? » La porte au fond de la pièce s’était ouverte avec fracas et la voix choquée de Skáviðr avait résonné dans la pièce sombre. Il avait dû entendre l’agitation depuis ses quartiers et il avait dû se précipiter pour enquêter.

 

 

D’autres voix et des bruits de pas se firent entendre à l’entrée de la salle.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

« C’est quoi tout ça ? »

Ce n’était pas une ou deux personnes, mais au moins cinq ou dix.

Sigrun ne pouvait pas se permettre d’être vue en train de pleurer comme une simple fille civile devant une telle foule. Ce serait une tache sur son honneur de guerrière.

Elle essaya de s’efforcer d’arrêter de pleurer, mais les sentiments qu’elle avait retenus continuaient de jaillir du plus profond de son cœur, et les larmes aussi.

Cependant, aucune des personnes arrivées sur les lieux n’avait prêté attention à son apparence.

« Pa… Pa-Pa-Patriarche Yuuto ! ? »

« Je… est-ce que c’est un rêve ! ? Est-ce que je rêve en ce moment ! ? »

Ils avaient tous fixé intensément le visage du jeune homme qui tenait Sigrun, puis chacun d’entre eux avait fait exactement la même chose.

Ils avaient chacun mis une main sur leur joue et l’avaient pincée, fort.

C’était le seul moyen pour eux d’être sûrs que c’était la réalité.

« Bienvenue ! » avait enfin crié l’un d’entre eux.

« Nous sommes si heureux que vous soyez de retour ! »

« Nous pouvons gagner ! Nous pouvons maintenant gagner ! »

Les autres avaient entouré Yuuto, chacun criant de joie, ou pleurant, ou applaudissant.

Finalement, l’un d’entre eux avait crié à tue-tête : « Patriarche, victoire ! »

Il y eut un bref moment de silence.

Mais tout le monde s’était ensuite rendu compte que ces mots étaient ceux qui traduisaient le mieux le sentiment qui se trouvait dans le cœur de toutes les personnes présentes.

Tout le monde avait échangé des regards, puis ils avaient tous applaudi comme un seul homme :

« Patriarche, victoire ! Patriarche, victoire !! » criaient-ils à pleins poumons.

Leurs cris de joie s’étaient propagés aux personnes qui les avaient entendus à l’extérieur de la salle d’audience, et de personne en personne, jusqu’à ce que non seulement tout le monde dans la forteresse, mais tout le monde dans la ville entière applaudisse ensemble dans un grand chœur spontané.

C’était le hurlement d’exultation triomphant du Clan du Loup, annonçant au monde que, après deux longs mois, leur maître était enfin rentré chez lui.

Le son massif de leurs cris n’avait pas seulement fait trembler l’air, il avait semblé faire trembler les bâtiments mêmes de la ville.

 

« Hm ? Qu’est-ce qui se passe !? » Steinþórr était en train de manger son petit déjeuner de viande séchée quand il avait soudainement entendu une agitation, des voix d’encouragement résonnant en direction de la ville. Mâchant toujours un peu de viande, il quitta sa tente pour enquêter.

Lorsqu’il ouvrit le volet de la tente, la première chose qui entra dans sa vision fut la haute et imposante muraille de la ville, solidement construite à partir de couches successives de briques cuites.

C’était Gimlé, l’une des villes les plus importantes du Clan du Loup, à part leur capitale, Iárnviðr.

Après avoir battu le Clan du Loup à la rivière Élivágar, l’armée du Clan de la Foudre avait continué à poursuivre son ennemi vaincu, et son avancée l’avait mené jusqu’à cette ville.

Lorsqu’ils étaient arrivés à l’extérieur des murs de la ville, le soleil était déjà presque couché. Ils avaient établi un périmètre autour de la ville pour empêcher l’ennemi de s’échapper, puis avaient commencé à faire reposer les troupes. Aujourd’hui était le jour où ils devaient commencer à attaquer la ville pour de bon.

« Patriarche, victoire ! Patriarche, victoire !! »

Les acclamations provenant de la ville étaient si volumineuses et fortes que les vibrations faisaient trembler la poitrine de Steinþórr.

Il avait installé son camp à une certaine distance des murs afin d’éviter les attaques des archers, mais même à cette distance, les cris étaient aussi forts que s’il se trouvait au beau milieu d’une bataille féroce.

Et ce qui était le plus surprenant, c’est qu’ils étaient de plus en plus bruyants.

« “Patriarche, victoire” ? » Steinþórr fronça les sourcils et inclina la tête, perplexe.

S’ils parlaient du patriarche du Clan du Loup, alors bien sûr, ce devait être Suoh-Yuuto. Mais il était censé avoir été tué à la bataille de Gashina.

« C’est sûrement du bluff, » déclara Þjálfi, s’avançant par-derrière pour se placer à côté de Steinþórr. « Ils veulent faire croire à leurs propres soldats que Suoh-Yuuto est encore en vie pour remonter leur moral, et nous faire croire la même chose pour nous effrayer. »

Þjálfi avait dû entendre l’agitation de l’intérieur de sa propre tente et être tout aussi curieux.

« Oui, au début, c’est ce que je pensais aussi, mais, tu ne crois pas que c’est un peu trop pour un simple bluff ? » demanda Steinþórr.

« Hm, tu as raison, maintenant que tu le dis… » Þjálfi s’était interrompu dans ses pensées.

Les acclamations n’avaient toujours pas cessé, et elles semblaient gronder dans l’atmosphère autour d’eux tel le tonnerre.

Ils s’étaient interrogés sur le problème. Combien de crieurs faudrait-il pour créer autant de bruit ? Telle était la question.

On peut dire sans se tromper qu’une simple dizaine ou vingtaine de milliers ne suffirait pas.

La possibilité que chaque citoyen de la ville ait commencé à acclamer spontanément était trop absurde pour être envisagée. Même Steinþórr, l’homme dont la force défiait le sens commun, et Þjálfi, l’homme habitué aux manières de défier le sens commun de son patriarche, ne l’auraient jamais envisagé.

Ils se demandaient donc plutôt où le Clan du Loup avait pu rassembler suffisamment de soldats pour faire ce bruit. Mais le Clan du Loup n’avait jamais eu autant de soldats auparavant, alors, comment avaient-ils pu faire surgir une telle quantité de nouveaux soldats dans la ville sans aucun avertissement ou preuve préalable ?

Rassembler une grande armée et déplacer les troupes signifiait être vue et entendue. Il aurait été impossible de déplacer un grand nombre de troupes ici sans que le Clan de la Foudre remarque quoi que ce soit.

La seule personne capable de réaliser ce genre de tour de magie était…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire