Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 7 – Partie 4

***

Chapitre 7 : Acte 7

Partie 4

« Haaaah ! »

« Tyaaah ! »

Kshiing ! Claaang !

L’air autour des deux guerriers résonnait de cris de bête et du fracas percutant de leurs armes.

« Prends ça, et ça, et ça ! » Steinþórr criait avec excitation en repoussant Sigrun. À la surprise de tous, le Tigre Assoiffé de Combats avait l’avantage.

L’arme de Sigrun était un chef-d’œuvre que même la rune destructrice Mjǫlnir de Steinþórr ne pouvait pas mettre en pièces, mais c’était justement ce qu’il voulait.

Le fait que ses ennemis ne puissent jamais résister à une attaque de sa part signifiait qu’il ne ressentait aucun défi ni aucune satisfaction à les détruire. Au moins, cela signifiait que tous les deux pouvaient avoir un vrai combat.

Mais après un moment, il avait commencé à en douter.

« Allez, allez, qu’est-ce qui ne va pas ! ? Tu te lances sérieusement pour mener l’arrière-garde alors que tu es si faible ? Tu ne vas pas du tout gagner du temps pour que tes amis puissent s’échapper ! »

« Ngh... ! Hah ! Toh ! » Sigrun parvenait à égaler les coups de Steinþórr avec les siens, mais à chaque attaque, Steinþórr l’acculait lentement mais sûrement.

Ce n’était qu’une question de temps maintenant avant que son marteau de guerre ne frappe vraiment contre cette fille aux cheveux argentés — ou c’est ce que Steinþórr pensait.

« Dans ce cas… ! » Les yeux de Sigrun s’étaient rétrécis, puis ses attaques s’étaient soudainement dirigées vers Steinþórr avec beaucoup plus de vitesse et de puissance qu’auparavant.

« Wôw ! » Steinþórr n’en croyait pas ses yeux. Il siffla, impressionné. « Hé, on dirait que tu en as dans le ventre après tout. Pourquoi n’as-tu pas commencé par — w-whoa !? »

L’imperturbable raillerie désinvolte de Steinþórr avait été interrompue par une ruée d’attaques encore plus fortes de Sigrun qui s’était abattue sur lui comme un tourbillon.

« Toh ! Hah ! Haah ! » Sigrun ne déclara rien à Steinþórr, en fait, elle ne semblait même pas entendre ses paroles. Elle était totalement et complètement concentrée sur le fait de frapper avec sa lame.

Son visage avait l’air différent, comme si elle avait été possédée par un dieu guerrier, et ses attaques semblaient l’être aussi. À chaque attaque, ses coups semblaient devenir encore plus rapides, plus habilement placés.

Enfin, le rythme du combat avait changé, et c’est maintenant Steinþórr qui était forcé de se mettre sur la défensive.

« Wôw, whoa, sérieusement ? » Steinþórr était décontenancé.

Il était vrai qu’il était fatigué, puisqu’il avait combattu sans relâche depuis le matin, et il était également vrai que son sens du combat n’était pas poussé à son maximum, comme lorsqu’il avait été entouré de plusieurs Einherjars ennemis en même temps.

Mais malgré cela, Steinþórr n’avait pas du tout été tendre avec son adversaire.

C’était une première expérience pour lui.

Même en comptant le loup teigneux de tout à l’heure, personne qu’il avait rencontré dans sa vie n’avait jamais réussi à se battre à un niveau égal au sien.

Qu’est-ce qui se passe avec la vitesse de réaction ridicule de cette fille ?

Les capacités physiques de son ennemi avaient soudainement augmenté de façon spectaculaire, mais malgré cela, Steinþórr était toujours capable de balancer son arme plus rapidement, et avec beaucoup plus de puissance derrière chaque coup.

Et pourtant, c’était comme si elle avait la capacité de voir dans le futur. Elle semblait prédire le moindre de ses mouvements, se déplaçant pour arrêter ses mouvements d’attaque avant qu’il ne puisse à peine les commencer.

Ce n’était pas qu’elle avait découvert les schémas de ses attaques et qu’elle agissait en fonction de cela. Steinþórr était un talent inégalé et naturel au combat. Pour commencer, il ne se battait pas avec une sorte de « forme » fixe.

Elle voyait simplement et purement ses mouvements d’attaque à l’instant où ils commençaient, et réagissait à cela avec une vitesse absolument anormale.

Steinþórr n’avait aucun moyen de le savoir, mais c’était la capacité que Sigrun avait libérée en elle au point culminant de son combat à mort contre le féroce garmr, une capacité qu’elle en était venue à appeler « le royaume de la vitesse divine ».

On dit que parfois, lorsqu’une personne était poussée à ses limites dans un moment de vie ou de mort, le temps et tout ce qui l’entoure semblait ralentir de son point de vue. C’est l’essence même de la capacité de Sigrun.

Ironiquement, Steinþórr lui-même avait servi de catalyseur en cette occasion : il était incontestablement un ennemi bien au-delà de son pouvoir, et perdre contre lui signifiait une mort certaine. Il avait forcé sa conscience au-delà de ses limites normales et dans le domaine de ses capacités.

Enfin, la lame de Sigrun avait réussi à effleurer la joue de Steinþórr, et il haleta.

« Ah… ! »

Ce n’était rien de plus qu’une égratignure, mais c’était encore une autre première. Jamais dans la vie de Steinþórr un ennemi n’avait réussi à le toucher avec son arme.

« Keh heh heh, ah hah hah hah ! C’est tellement amusant ! » Steinþórr lécha le sang qui dégoulinait de la coupure sur sa joue, et grimaça de plaisir. Il ne se souciait pas du tout d’être sur la défensive.

Pour Steinþórr, la plus grande joie de la vie était de trouver et de combattre des adversaires forts.

L’assaut furieux de Sigrun avait continué pendant quelques instants. Mais après une dizaine d’affrontements supplémentaires, soudain, la vitesse de ses mouvements commença à diminuer considérablement.

Clang !

Leurs deux armes s’entrechoquèrent, mais la réaction de Sigrun était clairement la plus lente qu’elle ait été jusqu’à présent.

L’attaque de Steinþórr avait plus que suffisamment de force derrière elle cette fois, et elle avait repoussé la lame de son épée vers le haut.

Il fit tourner son poignet et s’apprêta à frapper avec le manche du marteau, et ce faisant, il vit que le visage de Sigrun était affreusement pâle, presque bleu, et que la sueur coulait sur son visage.

Bien qu’ils se soient battus furieusement, cela n’avait duré que quelques instants en termes de temps écoulé. Pourtant, on aurait dit qu’elle avait couru à toute allure pendant une heure entière.

Avec le seul soutien de sa rune, elle avait combattu l’Einherjar aux runes jumelles Steinþórr sur un pied d’égalité, et pendant un bref instant, elle l’avait même surpassé.

Il semble qu’un tel exploit l’ait mise à rude épreuve.

« Tch. J’étais content de voir que tu avais l’air de t’être vraiment amélioré, mais c’est encore tout ce dont tu es capable, hein ? » Steinþórr fit une pause, la regardant avec déception. Les choses avaient finalement semblé être sur le point de devenir intéressantes pour lui, et une fois de plus, il avait été déçu.

Il poussa un long soupir et baissa son arme, puis fit un geste du menton sur le côté. « Allez. Je te laisse partir, cette fois. »

« Haah... haah... Qu… qu’est-ce que tu… essaies de faire ? » Sigrun respirait si fortement qu’elle pouvait à peine parler, mais elle le fixait tout de même durement, avec de la suspicion dans ses yeux.

Steinþórr lui adressa un sourire amusé, et tapa son marteau de guerre contre son épaule.

« Je me suis souvenu de ce que ce loup teigneux m’avait dit de toi. Il disait que dans deux ans, tu le surpasserais. Cela fait moins d’un an qu’il a dit ça. Il reste encore une année, alors. Je te donne une dernière chance de vivre et de faire en sorte que ça arrive. C’est ta récompense pour avoir réussi à me couper. »

Avec la disparition de son vrai rival Suoh-Yuuto, Steinþórr avait perdu la meilleure source d’amusement de sa vie.

Dans tout le monde d’Yggdrasil, il n’y avait que deux personnes, si ce n’est plus, contre lesquelles il pouvait sérieusement se battre avec toute sa force.

Cette fille avait un vrai potentiel. Ça n’avait duré qu’un instant, mais elle s’était battue à égalité avec lui.

Ce serait un sport amusant de la laisser aller, et de voir jusqu’où elle pourrait aller.

« Haah… haah… tu vas… regretter ce choix, » s’essouffla Sigrun.

« Alors, fais-le-moi regretter. »

 

 

Steinþórr avait fait un geste de sa main libre, comme pour faire fuir un chien.

Sigrun jeta un dernier regard dur à Steinþórr, puis, sans rien dire, fit tourner son cheval et s’éloigna de lui au galop.

Et ainsi, la deuxième bataille de la rivière Élivágar s’était terminée, avec la victoire du Clan de la Foudre.

Le Clan de la Foudre avait continué son avancée, et avait commencé à marcher sur Gimlé.

Et l’armée du Clan du Loup n’avait plus le pouvoir de les arrêter.

 

Pendant ce temps, à peu près au même moment, la section détachée de l’armée du Clan de la Panthère dirigée par Hveðrungr, forte de trois mille hommes, encerclait la capitale du Clan de la Corne, Fólkvangr.

La région autour de la ville n’avait pas de forêts ou de bosquets d’arbres, il n’y avait donc aucun endroit approprié pour assembler la puissante arme de siège du Clan de la Panthère, le trébuchet.

De plus, Fólkvangr était l’une des rares très grandes villes de la région d’Álfheimr. Il faudrait probablement beaucoup de temps pour prendre la ville avec une force de seulement trois mille hommes.

En fait, l’objectif de Hveðrungr n’était pas de capturer Fólkvangr.

C’était simplement une partie de sa stratégie pour surmonter la défense du « mur de wagons » de l’armée du Clan de la Corne.

Pour l’armée du Clan de la Panthère, composée uniquement de combattants à cheval, le haut mur de wagons renforcés était comme leur ennemi naturel.

En fait, il était peut-être plus approprié de changer de perspective, et de les considérer comme s’il s’agissait réellement de murs de forteresse.

En d’autres termes, bien que les ennemis de Hveðrungr soient sur le terrain dégagé, ils s’enferment dans une sorte de forteresse.

Ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait surmonter par la force pure.

Alors dans ce cas, comment pourrait-il faire tomber leur forteresse ?

La réponse était simple. Il existait des méthodes éprouvées pour vaincre un ennemi retranché dans un château ou une forteresse. Un élément clé était de priver l’ennemi de ses provisions.

Et c’est là que Hveðrungr avait trouvé sa stratégie. Il allait encercler Fólkvangr, la source de ressources de l’armée dans cette région, et ainsi couper le ravitaillement des troupes du Clan de la Corne derrière leurs murs de chariots.

Quant aux sources d’approvisionnement du Clan de la Panthère, le corps principal de l’armée recevait beaucoup de leur ancienne base du Fort de Gashina. Et l’escadron détaché obtenait ce dont il avait besoin en attaquant et en pillant les villages voisins.

Étant si proche de la capitale du clan, tout ce qui était à portée de vue était des terres agricoles cultivées, s’étendant à l’horizon dans toutes les directions. Il n’y avait aucune difficulté à trouver de la nourriture.

Quant aux soldats qui se protégeaient à l’intérieur des murs du wagon, il est probable qu’ils se déplaceront bientôt, soit pour s’approvisionner, soit pour attaquer le Clan de la Panthère en représailles de leurs actions.

Et bien sûr, c’était exactement ce que voulait le Hveðrungr.

Si cela se produisait, cela donnerait aux sept mille combattants de la formation principale de l’armée du Clan de la Panthère toute l’ouverture dont ils avaient besoin pour traverser la rivière et atteindre le côté du Clan de la Corne en restant indemne.

L’ennemi devait se déplacer à la vitesse de ces lourds wagons. Il n’y avait rien qu’ils puissent faire pour éviter la lenteur et la léthargie que cela leur donnait. En revanche, le Clan de la Panthère était l’armée la plus rapide d’Yggdrasil, et avait trois fois plus de troupes.

Le Clan de la Panthère pouvait se déplacer librement autour et devant leurs ennemis, détruisant les sources d’approvisionnement vers lesquelles ils se dirigeaient. Ils poursuivaient ce processus aussi longtemps qu’il le fallait, et étranglaient lentement leur ennemi.

Comme l’armée avait été approvisionnée par Fólkvangr, ils n’avaient probablement pas grand-chose en main.

« Je leur donne au mieux une dizaine de jours, » avait estimé Hveðrungr à haute voix.

Et il s’est avéré que sa prédiction n’était pas loin.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire