Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 7

***

Chapitre 7 : Acte 7

***

Chapitre 7 : Acte 7

Partie 1

Avec un grondement écrasant, les eaux en furie avaient déferlé en aval de la rivière.

En raison des multiples jours de pluie, le volume massif d’eau avait éclipsé l’inondation précédente.

Ni une grande masse de soldats ni un guerrier hors pair ne pouvaient espérer résister à sa force destructrice. Tous périraient également dans ces eaux.

C’était, bien sûr, seulement dans le cas où ils étaient réellement pris dans ces événements.

« Haaaahhh... » Ginnar laissa échapper un soupir misérable en regardant depuis les rangs du Clan du Loup.

À l’origine, Ginnar était un marchand qui avait l’habitude de voyager à travers les nombreuses terres de ce royaume. Yuuto avait reconnu ses talents et son expertise, et l’avait fait entrer dans le Clan du Loup.

Cette fois, c’est Ginnar qui était chargé de la construction de la digue.

De son point d’observation, il pouvait voir les troupes du Clan de la Foudre de l’autre côté de la rivière, observant également les eaux à une distance sûre.

La dernière fois que ce piège avait été tendu, il avait frappé le patriarche du Clan de la Foudre Steinþórr et plusieurs milliers de ses hommes, les éliminant tous d’un seul coup. Mais cette fois, il n’avait pas réussi à blesser un seul soldat ennemi.

Bien sûr, cela n’avait de sens que si l’on considère que ceux qui avaient brisé le barrage et déclenché l’inondation soient le Clan de la Foudre lui-même.

« Tout l’argent que nous avons investi là-dedans, et maintenant tout ça pour rien… »

Le projet pour lequel il avait travaillé si dur venait de s’effondrer sans produire de résultats, ce qui signifiait que tous ses efforts avaient été vains. Il n’y avait rien dans cette vie qui sape les forces d’une personne et lui vide le cœur plus que cela.

Ginnar pouvait à peine se résoudre à accepter la réalité de tout cela. Il était resté là, à regarder les eaux boueuses, avec du regret dans les yeux.

« Ce n’était pas pour rien. » De derrière Ginnar était venue une voix basse et froide.

Ginnar se retourna timidement pour voir un homme debout qui ressemblait presque à un spectre de la Mort.

Les joues de l’homme étaient creuses, et sa peau était d’une pâleur maladive. Seuls ses yeux brillaient d’une lumière vive et d’une vitalité en désaccord avec le reste de son corps.

Franchement, son aspect sinistre rendait Ginnar mal à l’aise.

Cet homme s’appelait Skáviðr, et il était l’assistant du commandant en second du Clan du Loup, un homme de grande réputation et d’autorité. Skáviðr agissait à la place de Yuuto en tant que commandant de l’armée du Clan du Loup sur le terrain.

« Il leur a fallu une journée de recherche pour trouver le barrage en amont, et il faudra encore une journée pour que les eaux de crue se retirent. Cela fait deux jours que leur progression a été stoppée, » dit calmement Skáviðr. « Pour l’instant, si cela peut faire gagner un peu de temps au Clan du Loup, l’argent n’est pas un problème. »

« Jusqu’à ce que Yuuto puisse réussir à retourner à Yggdrasil, retenez le clan de la foudre par tous les moyens nécessaires. » Telle était la mission confiée à Skáviðr.

Il était certainement vrai que les choses se présentaient mal pour le Clan du Loup en ce moment. Malgré cela, Skáviðr croyait sans aucun doute que Yuuto serait capable de les sauver d’une manière ou d’une autre.

« Oui, mais la nouvelle lune était il y a quatre nuits, » dit Ginnar, les sourcils froncés. « Il nous reste encore douze jours avant qu’elle ne soit à nouveau pleine. »

Plus que douze jours. Un court moment, et pourtant si long.

Si quelqu’un d’autre que Steinþórr avait été le commandant de l’ennemi, cela aurait été un temps gérable.

Dans le pire des cas, le Clan du Loup aurait pu se barricader dans Gimlé et résister à un siège pendant au moins ce temps.

Cependant, avec le pouvoir de Mjǫlnir, le Briseur, à sa disposition, Steinþórr pouvait briser les épaisses portes de la ville avec facilité.

Les murs forts et solides construits en prenant tant de temps et d’énergie autour de la ville pourraient tout aussi bien ne pas avoir de sens du tout.

Son existence allait tellement à l’encontre du bon sens qu’elle était injuste, de part en part.

 

« Hé, le temps a l’air plutôt bon. » Steinþórr était assis sur son cheval, regardant le soleil du matin qui se levait derrière les lointaines montagnes Þrúðvangr. Ses lèvres s’étaient retroussées en un sourire. « Une journée parfaite pour une bataille. »

Hier, les eaux déchaînées de l’Élivágar avaient fini de se retirer et le fleuve avait enfin retrouvé son état normal.

Le vent était également assez fort, et soufflait d’ouest en est. Cela réduisait la vitesse et la puissance des flèches de l’ennemi.

C’était, en effet, le jour idéal pour attaquer.

« Héhé, on dirait que tout le monde est prêt à partir, » ajouta-t-il en jetant un coup d’œil derrière lui.

Ses soldats se tenaient en rangs ordonnés, entièrement armés et en armure, leurs armes étant prêtes à l’emploi.

Leurs visages semblaient également prêts pour la bataille : ils étaient remplis d’un esprit intense.

« Allez, les gars, on y va ! » Steinþórr cria. « Suivez-moi ! »

Il leva son grand marteau de fer et fit courir son cheval.

« RRRAAAAAAAAAAAGHHH ! !! »

Comme un énorme coup de tonnerre après un éclair, le cri de guerre des troupes du Clan de la Foudre résonnait dans la foule. Suivant l’exemple de Steinþórr, l’un après l’autre, ils se jetèrent dans la rivière Élivágar.

De l’autre côté, on entendait le son d’innombrables arcs tirés, et une tempête de flèches volait vers les troupes du Clan de la Foudre.

Les soldats avaient brandi leurs épais boucliers de bois et s’étaient recroquevillés derrière eux alors que les flèches pleuvaient.

Plusieurs âmes malheureuses avaient été incapables de se défendre complètement. Lorsque les flèches avaient transpercé leurs corps, ils s’étaient effondrés en avant dans l’eau avec un plouf.

Mais il s’agissait des combattants du Clan de la Foudre, connus pour leur esprit sans peur et leur audace. De plus, leur patriarche lui-même les menait de front. Un obstacle de ce niveau n’arrêterait pas leur progression.

L’eau s’écoulait autour de leurs jambes alors qu’ils plantaient chaque pas ferme dans le lit de la rivière. Pas à pas, sans faiblir, les troupes avaient traversé la rivière.

Enfin, le fidèle cheval de Steinþórr s’avança sur le rivage lointain. L’un après l’autre, les hommes des rangs de l’avant-garde le suivaient.

Le son des gongs de bronze avait résonné dans toute la formation du Clan du Loup.

Après ce signal, les unités d’archers sur les lignes de front du Clan du Loup se divisèrent en deux groupes, qui reculèrent rapidement vers chaque flanc.

De l’ouverture entre les archers en retraite s’avança une formation serrée de soldats, armés de lances deux fois plus longues que la taille d’un homme.

« Il y a cette unité de lance longue qu’ils utilisent toujours, » remarqua Steinþórr.

Ces lances étaient si longues qu’elles étaient difficiles à manier et pratiquement inutiles en combat singulier. Mais lorsqu’elles étaient utilisées ainsi dans une bataille en formation, la formation elle-même devenait une arme d’une puissance inégalée.

En serrant leurs soldats les uns contre les autres, ils allaient créer un « mur de lances » — ils attaquaient comme un seul homme, de sorte qu’il était difficile de les bloquer ou de les esquiver, et ils le faisaient en dehors de la portée de la lance d’un soldat normal. C’était un véritable problème.

Mais Steinþórr les avait déjà vaincus une fois auparavant. Même s’ils étaient pénibles à gérer, ils n’étaient pas de taille pour lui.

Cependant, il n’avait pas foncé sur eux tout de suite, mais avait plutôt étudié attentivement les mouvements de l’ennemi. C’était un geste assez rare pour l’homme qui se précipitait toujours avec insouciance.

« Hmph, » dit-il après un moment. « On ne dirait pas qu’ils essaient de me piéger dans des sables mouvants comme ils l’ont fait avec cette formation à Gashina. »

Au cours de cette bataille, il s’était frayé un chemin dans les rangs ennemis avec un avantage apparent, pour découvrir qu’ils avaient utilisé leur formation pour l’encercler et le piéger de tous les côtés. En plus d’avoir été englouti dans le piège de l’inondation un an plus tôt, ce genre d’expérience était devenu un peu traumatisant pour lui.

À cause de cela, il s’arrêtait désormais pour réfléchir un instant lorsqu’il était sur le point de foncer sur l’ennemi avec ses hommes.

Si l’on considère la façon dont il avait immédiatement pris en chasse le Clan du Loup quelques jours plus tôt, en les poursuivant seul, on pourrait d’abord penser que ses actions étaient le comble de la folie. Cependant, c’était parce qu’il était seul. Il pensait qu’il serait capable de se sortir de n’importe quelle situation, mais il ne voulait pas risquer de blesser ses troupes, et c’était la base de sa décision.

« Bon, alors pas de problème. » Steinþórr se lécha les lèvres par anticipation. « Je dois juste m’assurer de ne pas baisser ma garde. »

Dans une tournure ironique pour le Clan du Loup, la défaite de cet homme à deux reprises entre leurs mains l’avait changé. Il avait appris à réfléchir à ses actions au combat, ce qui lui avait permis de se développer remarquablement en tant que commandant.

 

« Bon sang. Ils auraient au moins pu un peu hésiter, » dit Skáviðr avec un soupir.

Les troupes du Clan de la Foudre chargeaient dans sa direction, laissant des nuages de poussière dans leur sillage, et il venait juste d’apercevoir le choc familier des cheveux roux à leur tête.

Skáviðr avait déjà entendu les détails de la bataille de Gashina par Kristina.

Cet homme avait été vaincu par les tactiques du Clan du Loup deux fois maintenant, et pourtant il persistait à foncer droit sur eux. Il supposait que c’était tout à fait approprié pour l’homme dont on disait qu’il avait le cœur d’un tigre.

Skáviðr, quant à lui, aurait été franchement satisfait que les deux parties se regardent depuis les rives opposées du fleuve jusqu’au jour de la prochaine pleine lune.

Même si cela n’était pas plausible, il avait espéré que le côté ennemi passerait au moins quelques jours à observer plus attentivement ses actions. Il n’avait pas prévu qu’ils fonceraient dans la rivière dès que les eaux se seraient retirées.

C’était, en fait, le plan d’action que Skáviðr avait le plus espéré qu’ils ne prendraient pas.

Bien sûr, ce qui est fait est fait. Se lamenter maintenant n’améliorerait en rien la situation.

Skáviðr dégaina la lame à sa taille et la plaça en l’air. « Nous allons contre-attaquer ! Escouades de phalange, en avant ! »

Lorsqu’il avait donné cet ordre, les cornes de guerre avaient retenti et l’armée du Clan du Loup s’était animée.

« RROOAAAAAGHH !! »

Leurs cris de guerre s’élevèrent en une explosion de sons, et le sol gronda tandis que l’unité d’infanterie lourdement blindée, la phalange, avançait.

Lorsque Skáviðr avait entendu parler pour la première fois de la formation « ox-yoke » que Yuuto avait utilisée pendant la bataille de Gashina, il avait été très impressionné par son seigneur. Cependant, pour cette bataille, il avait été obligé d’écarter cette option.

À Gashina, la topographie avait été un facteur important, les troupes du Clan de la Foudre chargeant à travers un étroit passage montagneux, rendant leurs mouvements prévisibles. Ajoutez à cela que l’armée du Clan du Loup était à l’époque bien plus importante que les forces du Clan de la Foudre qui les attaquaient.

Cette fois, le Clan du Loup avait moins de troupes sur le terrain que son ennemi. S’ils essayaient d’utiliser la même tactique, ils seraient tout simplement écrasés.

La tactique de la phalange avait également été vaincue par Steinþórr une fois auparavant, mais au moins, elle se vantait d’une grande capacité défensive, juste derrière la tactique du mur de wagons.

« RAAAAAAGHHH !! »

Les deux armées en marche avaient lancé un nouveau cri de guerre en se heurtant.

***

Partie 2

Les premiers instants de l’affrontement avaient tourné en faveur du Clan du Loup. C’était un résultat naturel. La force du Clan de la Foudre était concentrée sur un seul point, Steinþórr, tandis que le Clan du Loup visait une ligne de force dirigée contre les rangs du Clan de la Foudre.

Cependant…

« Haaah ! » Steinþórr poussa un grand cri qui atteignit même les oreilles de Skáviðr dans la formation de commandement à l’arrière de son armée. D’un puissant coup de marteau, il lança un coup de balai horizontal depuis la droite.

Les longues lances du Clan du Loup qui se trouvaient dans la trajectoire du marteau avaient été brisées en deux sans cérémonie.

Il avait suivi avec une autre attaque de la gauche.

Un trou s’était ouvert dans le mur de lances, et les soldats du Clan de la Foudre avaient rapidement commencé à affluer dans cet espace. Le point de force du Clan de la Foudre était devenu visible.

Le déchaînement de Steinþórr ne s’était pas arrêté là. À chaque coup de marteau, un nouveau trou s’ouvrait dans les rangs de la phalange.

Cette démonstration de puissance écrasante avait enflammé la ferveur des combattants du Clan de la Foudre, et ils avaient perdu toute crainte, se transformant en berserkers assoiffés de sang.

À ce stade, ils devenaient trop forts pour être contrôlé.

La balance avait penché en faveur du Clan de la Foudre, comme si l’élan du Clan du Loup au départ n’avait jamais existé.

« Un seul homme, renversant le cours de la bataille… ta force est toujours aussi ridicule, » Skáviðr sourit. « Mais le fait que tu ne sois qu’un seul homme est aussi la faiblesse du Clan de la Foudre. »

Cela lui rappelait le conseil que Skáviðr avait reçu de Yuuto avant de partir au combat, et il réfléchissait à nouveau à sa grande sagesse.

Steinþórr était un guerrier d’une force inégalable, sans égal dans le monde. Et c’était là le problème. Il n’y en avait qu’un seul comme lui.

En d’autres termes, peu importe la puissance inhumaine du monstre qu’il était, il ne pouvait pas se battre à deux endroits à la fois.

« Envoyez les signaux de fumée maintenant ! » ordonna Skáviðr. « Dites aux forces spéciales de commencer l’attaque ! »

 

L’unité des forces spéciales de Sigrun était située sur le flanc ouest de l’armée du Clan du Loup, attendant le signal d’attaque avec impatience.

Elle était composée principalement d’hommes plus jeunes, mais au cours des deux années qui avaient suivi l’accession de Yuuto au rang de patriarche, les forces spéciales étaient devenues l’un des atouts du Clan du Loup. Ils avaient participé à de nombreuses batailles et avaient accumulé de l’expérience et des accomplissements, devenant ainsi une force de combattants d’élite.

Bien qu’il soit clair que le corps principal de l’armée était déjà entré en combat, tout le monde ici avait gardé son calme, sans être nerveux ou énervé.

Ce sang-froid suffisait à les faire passer pour des vétérans chevronnés.

« Le voilà ! » Sigrun confirma le signal de fumée et elle fit immédiatement signe à ses hommes d’un coup de menton. « Très bien ! Forces spéciales Múspell, en avant ! » Elle s’était mise en mouvement.

Les membres de son unité étaient passés de leur état détendu à celui de guerriers féroces en un instant, courant derrière Sigrun en formation ordonnée.

L’unité des forces spéciales était composée uniquement de cavaliers, et son excellente mobilité en faisait une force de combat supérieure dans Yggdrasil, où les chars étaient encore l’unité la plus puissante du champ de bataille pour la plupart des armées.

La seule force qui pouvait leur être comparée en termes de mobilité était le clan nomade de la panthère, dont les combattants étaient formés dès l’enfance à l’équitation et au tir à l’arc à cheval, et qui possédaient désormais des étriers, tout comme le Clan du Loup.

En un rien de temps, les forces spéciales avaient quitté leur position et ils avaient contourné le flanc du Clan de la Foudre, les attaquant par le côté.

C’était la tactique du marteau et de l’enclume, un mouvement fondamental du Clan du Loup qui leur avait apporté la victoire de nombreuses fois maintenant.

La solide formation de phalanges avait déjà été vaincue par le Clan de la Foudre une fois. Cependant, c’était seulement parce que le monstre connu sous le nom de Steinþórr était assez fort pour les repousser avec sa force brute.

Steinþórr dirigeait maintenant les troupes du Clan de la Foudre depuis le front. Et donc, il n’y avait personne ici sur leur flanc capable de repousser les forces spéciales du Clan du Loup quand elles attaquaient.

Si Steinþórr n’avait pas été au front pour une raison inconnue, les troupes de la phalange auraient pu alors pousser en avant et écraser les lignes de front du Clan de la Foudre.

Steinþórr n’aurait probablement pas supporté cela, se déplaçant immédiatement vers le front, et les forces spéciales auraient alors pu commencer à attaquer le flanc dans cette ouverture, au moment où il s’éloignait d’elles.

Et dans ce cas, où Steinþórr était au front, alors la puissance défensive de la phalange signifiait qu’ils pouvaient le ralentir pendant qu’il s’occupait d’eux, tandis que les forces spéciales perçaient le flanc de son armée.

Après avoir pris à cœur les conseils de Yuuto et consulté Sigrun, c’était la principale stratégie que Skáviðr avait élaborée pour cette bataille.

« L’ennemi est désorienté ! En avant ! » Sigrun cria en faisant glisser sa lance sur le côté, sa lame arrachant la tête d’un soldat du Clan de la Foudre. Elle avait immédiatement suivi en chargeant en avant et en utilisant son cheval pour faire tomber deux autres soldats.

Les combattants des forces spéciales sous son commandement se battaient tous bien, tuant l’ennemi sans problème.

Le combat progressait complètement en leur faveur, haut la main.

Ils étaient comme une meute de loups descendant sur une masse d’herbivores confus et paniqués.

Ils avaient commencé à déchirer les rangs du Clan de la Foudre.

 

« Hein, quoi ? » Steinþórr avait senti que quelque chose n’allait pas derrière lui, et avait arrêté son cheval, se retournant pour regarder.

En tendant l’oreille, il pouvait entendre plus clairement le mélange de cris de douleur et de cris de colère. Cela devait signifier qu’un combat avait éclaté quelque part à l’arrière de sa formation.

« Ont-ils tendu une sorte d’embuscade… ? Non, c’est probablement ce groupe de combattants à cheval. » Il fit claquer sa langue en arrivant à la réponse. « Tch, c’est vrai, ils ont utilisé ces types contre nous avant. »

Steinþórr avait repoussé facilement leur unité de cavalerie la dernière fois, il n’avait donc pas prévu que son ennemi les utiliserait à nouveau.

Sur le champ de bataille, une armée est orientée avec sa force dirigée vers l’avant pour frapper l’ennemi, laissant les côtés et l’arrière vulnérables aux attaques. Il ne fait donc aucun doute que le flanc arrière de son armée devait passer un mauvais quart d’heure en ce moment.

« Devrais-je laisser l’avant aux autres et retourner là-bas ? » se demanda-t-il à voix haute.

Mais il y avait un problème avec cette idée : la seule raison pour laquelle ses hommes s’en sortaient si bien contre les longes ennemies était que Steinþórr était au front.

S’il devait quitter la ligne de front, le Clan du Loup reprendrait sûrement pied et commencerait à repousser son armée.

Mais s’il ne repartait pas, son armée serait déchirée par l’arrière.

Comme le dit le proverbe, « Ce qui aide l’un peut nuire à l’autre, on ne peut pas être à deux endroits à la fois. »

« Hmph, je suppose que je dois le reconnaître, les gars, » avait-il marmonné.

Il souhaitait vraiment qu’il y ait plus que lui seul maintenant.

Mais naturellement, la réalité n’avait pas voulu. Il n’y avait qu’un seul Steinþórr. Et il n’avait pas le temps d’hésiter dans sa décision.

C’était un moment de crise, et pourtant les lèvres de Steinþórr s’étaient tordues en un rictus sauvage, bestial.

« Alors je suis damné si je retourne en arrière, et damné si je vais de l’avant, hein ? Eh bien, il n’y a qu’un seul choix à faire pour moi ! »

 

« Il devrait déjà être bien conscient du désastre qui se produit dans son dos, et pourtant il refuse de bouger de la ligne de front, non ? » grogna Skáviðr avec amertume.

Au loin, il aperçoit certains de ses propres soldats projetés en l’air.

On pourrait chercher dans tout Yggdrasil et ne trouver qu’une seule personne capable de lancer des hommes adultes aussi haut dans les airs en combat : Steinþórr le Dólgþrasir, le tigre avide de combats de Vanaheimr.

En d’autres termes, cela prouvait que Steinþórr se battait toujours là, à la tête de sa formation.

« Cet homme ne semble jamais vouloir bouger comme je le veux, » grommela Skáviðr.

Si le patriarche roux s’était précipité sur le flanc arrière pour y protéger ses forces, Skáviðr aurait immédiatement envoyé des signaux de fumée pour dire aux forces spéciales de se retirer, tout en ordonnant à ses lignes de front de se regrouper et d’avancer.

Puis, alors que le Clan du Loup prenait l’avantage et que Steinþórr revenait en première ligne pour inverser leur élan, Skáviðr aurait pu rapidement envoyer un autre ordre pour que les forces spéciales reprennent leur attaque.

Steinþórr aurait été obligé de faire des allers-retours, concentré sur la protection de ses hommes à son emplacement actuel, tandis que le Clan du Loup ralliait l’attaque du côté où il était absent.

Le calcul de Skáviðr était que cela rendrait la bataille plus équitable.

C’était son intention, de toute façon, mais son ennemi s’avérait être un homme qui ne faisait qu’avancer.

« Il est ironique que, normalement, ce soit la meilleure occasion que l’on puisse demander, » dit Skáviðr avec un soupir.

Si Steinþórr se maintenait en première ligne, il était naturel que les forces spéciales fassent des ravages dans sa formation depuis le flanc.

En peu de temps, ils avaient réussi à diviser les forces du Clan de la Foudre en deux.

Une fois cela accompli, les moitiés séparées ne seraient plus fortes que de quatre mille hommes chacune, et cela aurait pour conséquence que la force du Clan du Loup de six mille hommes serait suffisante pour les vaincre, l’équilibre des forces des armées étant inversé.

Skáviðr avait été instruit par Yuuto sur un passage écrit par l’homme connu sous le nom de Sun Tzu :

« Nous nous rassemblons en un seul tandis que l’ennemi est fracturé en dix, et il doit donc attaquer avec dix fragments contre l’un. Ainsi, nous serons nombreux face au petit nombre de l’ennemi. »

Le passage était apparemment écrit dans un style plus ancien de la langue de Yuuto, aussi Skáviðr avait-il demandé une explication.

Yuuto avait expliqué que cela résumait la stratégie consistant à garder ses propres troupes unies en un seul corps tout en trouvant des moyens de forcer l’ennemi à diviser les siennes. Dans l’exemple cité, en divisant l’ennemi en dix parties, on pouvait utiliser l’ensemble de ses troupes pour attaquer des forces ennemies qui n’étaient plus qu’un dixième de leur force initiale. De cette façon, on cherchait à créer un avantage numérique.

C’est quelque chose de tout à fait évident lorsqu’on le souligne de cette façon, mais c’est aussi ce qui en fait une vérité si précieuse.

Et donc, Skáviðr suivait ce principe de stratégie et divisait les forces du Clan de la Foudre. Une fois qu’elles seraient divisées, il n’avait qu’à demander à ses troupes d’attaquer quelques zones spécifiques, et cela mènerait son camp à la victoire. Mais…

« Les séparer une fois n’était pas suffisant. » Skáviðr avait secoué la tête.

Steinþórr n’allait pas être arrêté par une force ennemie à peine une fois et demie plus grande que la sienne. Si Skáviðr espérait arrêter l’homme de front, il lui faudrait être cinq ou dix fois plus nombreux que lui.

Pourtant, peut-être affectés par les attaques qui se déroulaient derrière eux, les soldats du Clan de la Foudre avaient perdu leur état d’esprit de berserker. La férocité apparemment écrasante de leur attaque avait diminué.

***

Partie 3

Mais après avoir ainsi divisé leurs forces, ils refusaient toujours de céder à la peur et à la panique, et gardaient le moral. C’était en soi une surprise.

« Dans ce cas, nous n’avons qu’à les séparer encore une fois ! » déclara Skáviðr.

L’unité des forces spéciales s’était frayée un chemin à travers les rangs du Clan de la Foudre et était sortie du côté opposé, elle faisait maintenant demi-tour et commençait un deuxième assaut.

Cela serait sûrement suffisant. Même si cela ne faisait rien pour arrêter Steinþórr lui-même, cela paniquerait complètement ses hommes, et son armée perdrait sa capacité à fonctionner.

Skáviðr avait juste besoin que son équipe tienne le coup assez longtemps pour que cela se produise, et il avait donc continué désespérément à donner des ordres.

Il criait à ses hommes et les encourageait, il en motivait d’autres par la peur, les menaçant de la punition de la loi stricte du Clan du Loup, et il en séduisait d’autres encore par la tentation de grandes récompenses.

Il avait rassemblé les troupes du Clan du Loup dans une formation plus serrée et plus centralisée et avait fait de son mieux pour la maintenir.

Chaque action habile était une preuve de sa grande expérience en tant que général.

Mais finalement, les lignes défensives ne pouvaient plus tenir, et elles commençaient à se briser.

« Pas encore ! ? Khh… à ce rythme, nous allons être envahis ! »

Une fois que les lignes s'étaient brisées pour la première fois, elles étaient devenues bien trop fragiles.

« Pardonnez-moi, Maître. » Skáviðr leva brièvement les yeux vers le ciel et les ferma, les sourcils froncés. Puis il les ouvrit et donna l’ordre : « … Retraite ! »

Pour un commandant de campagne, la capacité à déterminer et à lire le cours de la bataille était vitale.

S’il se permettait de réfléchir un peu plus, un peu plus longtemps, en s’accrochant à des espoirs irréalistes, il se tromperait sur le moment opportun pour se retirer. Cela ne ferait que provoquer des pertes beaucoup plus importantes de son côté.

La victoire et la défaite étaient normales dans la guerre. Une fois qu’il était devenu clair qu’une défaite était certaine, l’important était de rejeter le désir de victoire qui subsistait et d’ordonner une retraite rapide.

Dans l’histoire du Japon, on pouvait voir que cela avait été démontré même par le tristement célèbre seigneur de guerre qui s’était lui-même nommé le « Roi-Démon » : Oda Nobunaga.

Lors de la bataille de Kanegasaki en 1570, dès le début de la bataille, Nobunaga s’était battu avec un net avantage sur ses adversaires, le clan Asakura.

Mais dès qu’il avait appris que son allié Azai Nagamasa avait rompu avec lui pour se ranger du côté des Asakura, Nobunaga avait rapidement changé de tactique et ordonné la retraite.

La rapidité de cette décision n’avait laissé aucune ouverture aux forces d’Asakura pour attaquer, et cela avait permis de limiter au maximum les pertes de Nobunaga pendant le retrait. Le grand succès de la « Retraite à Kanegasaki » avait été loué dans les générations à venir.

Le cours de cette bataille avec le Clan de la Foudre avait déjà été déterminé, et inverser ce cours était presque impossible. Même si les forces spéciales réussissaient à diviser l’ennemi à nouveau maintenant, les lignes dispersées du Clan du Loup ne pourraient plus être restaurées.

Il faudrait que quelqu’un avec un charisme d’un dieu prenne le commandement, quelqu’un comme Yuuto, ou Steinþórr.

Skáviðr était certainement digne d’être appelé un grand commandant, mais il ne possédait rien de comparable.

Les cornes de guerre du Clan du Loup avaient sonné trois notes d’affilée pour signaler la retraite. De tous les rangs s’élevaient les voix des officiers de l’unité, aboyant des ordres aux soldats.

« Retirez-vous ! Retirez-vous ! »

« On s’en va d’ici, les gars ! »

« Dépêchez-vous, maintenant ! »

Un frisson avait parcouru l’armée du Clan du Loup.

Toute armée normale à ce stade aurait complètement perdu sa chaîne de commandement, les combattants mettant leur propre vie en avant et s’enfuyant, jusqu’à ce que tout le monde tombe dans un état de confusion et de peur.

Mais c’était l’armée du Clan du Loup, régie par une loi stricte et intransigeante. Et leur commandant suprême était un homme qui avait combattu et mené l’arrière-garde à de nombreuses reprises au cours de sa carrière, gagnant une réputation de maître du combat en retrait.

« Ne rompez pas les rangs ! Avancez rapidement, mais avec précision, ne vous précipitez pas et ne paniquez pas ! » Skáviðr avait crié avec force de sa position bien visible à cheval, en agitant le bras pour indiquer la direction de la retraite.

Dans une bataille de campagne, normalement le commandant était le premier à s’échapper en cas de repli. Et c’était généralement le bon choix.

Toutefois, si le chef restait visible sur les lignes de front, cela pouvait rassurer les troupes, leur donner l’impression que tout allait encore bien.

Bien que l’on ne puisse pas dire que cela fonctionne complètement, cela semblait avoir un effet — les soldats en pleine retraite avaient maintenu un certain niveau d’ordre, et le chaos avait été maintenu au minimum.

« Prends ça, et ça, et ça ! » Avec des coups puissants, Steinþórr envoya les troupes du Clan du Loup en fuite à gauche et à droite, ouvrant un chemin et plongeant toujours en avant.

Enfin, le monstre roux avait atteint Skáviðr.

« Oh ! Je t’ai trouvé, loup teigneux ! x Steinþórr sourit et passa sa langue sur ses lèvres quand il aperçut Skáviðr.

« Alors tu es déjà arrivé jusqu’ici, Dólgþrasir, » dit froidement Skáviðr.

« Ha ha ha, hé, qu’est-ce que le commandant de l’armée fait à traîner par ici ? Je pensais que tu serais parti depuis longtemps maintenant. La fuite n’était-elle pas censée être ta spécialité ? » Steinþórr tapait nonchalamment son marteau de fer contre son épaule en se moquant de Skáviðr.

Trois fois maintenant, ils s’étaient affrontés, et les trois fois, Skáviðr avait fui.

Steinþórr essayait de l’insulter pour cela, probablement dans l’espoir de l’empêcher de s’échapper à nouveau.

« Il se trouve que je suis ici pour protéger ce qu’on m’a confié, » répondit Skáviðr en préparant sa lance.

Du point de vue de Skáviðr, cette armée ne lui avait été confiée que temporairement par son patriarche, Yuuto.

Même si Yuuto était un chef incroyable qui n’avait jamais été vaincu lorsqu’il était aux commandes, cela ne signifiait pas grand-chose s’il n’avait plus de soldats à commander.

Skáviðr devait préserver autant de soldats du Clan du Loup que possible et les rendre à Yuuto, et il était prêt à mettre sa propre vie en jeu pour y parvenir.

« Je vais te donner un conseil, en tant que personne qui a vécu plus longtemps que toi : tu vis ta vie dans une précipitation insouciante, Dólgþrasir. Cet endroit est parfait pour que tu te reposes un peu. »

« Ha ! Alors c’est ce que je vais faire, » cria Steinþórr, « après t’avoir tué ! »

Avec un cri, il éperonna son cheval vers l’avant, et déplaça son marteau de guerre à porter dans une frappe en diagonale, un swing vers le bas.

Skáviðr avait réagi à l’attaque avec une compréhension parfaite, plutôt que d’essayer de bloquer directement, il avait balancé un contre de côté, pour faire dévier le marteau de sa trajectoire.

Mais, juste avant que les deux armes ne se rencontrent, le marteau de guerre s’était soudainement figé dans sa course.

Clang ! La lame de la lance de Skáviðr avait frappé le marteau de guerre, mais celui-ci n’avait pas bougé d’un pouce.

« Ne te l’ai-je pas déjà dit ? » Steinþórr déclara avec désinvolture. « J’ai compris tes mouvements. »

« Ngh... ! » Skáviðr s’était empressé de remettre sa lance en position.

« Trop lent ! » Steinþórr avait balancé son marteau dans la même direction, comme s’il l’avait prévu depuis le début.

Avec la force supplémentaire inattendue ajoutée à la lance de Skáviðr, elle avait été projetée de façon incontrôlable vers le haut.

« Qu’est-ce que c’est ? » Skáviðr était presque toujours l’image du calme parfait, mais son visage était maintenant en état de choc.

Sa réaction était compréhensible. Steinþórr avait utilisé la force et la puissance de Skáviðr contre lui pour le déséquilibrer. C’était la « technique du saule », la technique personnelle de Skáviðr.

Après l’avoir vu seulement quelques fois, Steinþórr n’avait pas seulement appris à le lire, il avait été capable de le recréer.

Steinþórr était capable de bien plus que de s’appuyer sur l’application singulière de son incroyable force. Il était également un expert en matière de technique de combat, ce qui faisait de lui un ennemi si terrifiant.

« Maintenant, meurs ! » Sur ces mots brefs, Steinþórr balança rapidement son marteau de guerre dans un coup de balayage.

« … ! » Skáviðr s’est empressé d’écarter le haut de son corps pour tenter d’esquiver le coup.

Une mèche de ses cheveux avait volé dans l’air. Si sa réaction avait été plus lente d’un instant, sa tête aurait été projetée.

Les attaques de Steinþórr ne s’étaient pas arrêtées là. Il ramena rapidement le marteau pour déclencher une frappe vers le bas.

À ce stade, Skáviðr avait déjà lâché sa lance et avait une main sur l’épée à sa ceinture. Il comprenait parfaitement maintenant qu’il ne pouvait espérer égaler la vitesse des attaques de Steinþórr avec sa longue et lourde lance.

Il dégaina sa lame de son fourreau et l’approcha à temps pour recevoir l’attaque de Steinþórr.

Cependant, il ne pouvait rien faire face à l’immense fossé de puissance qui les séparait. À ce rythme, il serait submergé.

Il avait réussi à bouger son corps sur le côté à la dernière seconde, mais n’avait pas pu esquiver complètement l’attaque. Le coup de marteau avait effleuré la tête et l’épaule de Skáviðr.

Il n’avait été que légèrement touché, sa vie n’était pas en danger immédiat. Cependant, l’impact du coup était encore intense, sa vision vacilla et se brouilla, et il perdit son sens de l’équilibre.

Ce seul coup avait dû lui donner une commotion cérébrale.

« Ghh… » Skáviðr était un guerrier, et son instinct l’avait soutenu, sa lame se remettant en position d’attente. Mais ses yeux étaient encore flous.

« Ça y est ! » Steinþórr cria. Il avait vu une ouverture, et il n’était pas prêt à la laisser passer. Il fit tourner son marteau une fois de plus.

« Je ne vous laisserai pas faire ! » cria une autre voix.

Au dernier moment, l’attaque de Steinþórr fut interrompue lorsque Sigrun s’élança dans l’espace entre les deux hommes, la pointe de la lance en premier.

« Tch. Encore, » Steinþórr fit claquer sa langue en signe d’irritation alors qu’il esquivait habilement le coup de lance. « Cela arrive toujours juste quand je l’ai presque. »

Il était certain que cette fois, il allait enfin prendre la tête de son ennemi, le « loup teigneux ». Cet échec l’avait rendu encore plus agité.

« Je vais prendre en charge l’arrière-garde. Assistant en Second, partez d’ici ! » En disant cela, Sigrun jeta sa lance et dégaina son propre nihontou.

« Non, attends, tu ne peux pas te battre seul contre… ngh ! » Les mots de Skáviðr s’interrompirent dans un souffle de douleur, il grimaça et porta une main à sa tempe.

« Et que pouvez-vous espérer faire dans cet état ? » Répliqua-telle. « Vous êtes sur le chemin. Partez d’ici. Maintenant. »

« Mais… ! »

« Le devoir du Mánagarmr est de protéger les soldats du clan en combattant toujours en première ligne. N’est-ce pas vrai ? Vous étiez le précédent Mánagarmr. Et je… suis l’actuel. »

Sigrun n’avait pas regardé derrière elle pendant qu’elle parlait. Elle avait gardé les yeux fixés sur Steinþórr tout le temps, ne montrant que son dos à Skáviðr.

Pour Skáviðr, elle semblait être beaucoup plus grande que son propre corps mince. Il pouvait voir l’esprit du guerrier qui l’habitait.

Il se sentait ému d’une manière difficile à décrire. Quand est-elle allée si loin… ? se demandait-il.

Avec sa blessure actuelle, Skáviðr ne serait plus en mesure de se battre correctement. Il n’avait pas d’autre choix que de parier sur elle.

« … Très bien. Alors je te laisse le reste. » Skáviðr fit faire demi-tour à son cheval et le mit au pas.

« Ne crois pas que je vais te laisser t’échapper ! » cria Steinþórr.

« C’est ma phrase ! » Sigrun avait répondu en hurlant.

Clang !

Derrière lui, Skáviðr entendit le son de la réponse de Sigrun, ponctué par le choc aigu du métal contre le métal.

***

Partie 4

« Haaaah ! »

« Tyaaah ! »

Kshiing ! Claaang !

L’air autour des deux guerriers résonnait de cris de bête et du fracas percutant de leurs armes.

« Prends ça, et ça, et ça ! » Steinþórr criait avec excitation en repoussant Sigrun. À la surprise de tous, le Tigre Assoiffé de Combats avait l’avantage.

L’arme de Sigrun était un chef-d’œuvre que même la rune destructrice Mjǫlnir de Steinþórr ne pouvait pas mettre en pièces, mais c’était justement ce qu’il voulait.

Le fait que ses ennemis ne puissent jamais résister à une attaque de sa part signifiait qu’il ne ressentait aucun défi ni aucune satisfaction à les détruire. Au moins, cela signifiait que tous les deux pouvaient avoir un vrai combat.

Mais après un moment, il avait commencé à en douter.

« Allez, allez, qu’est-ce qui ne va pas ! ? Tu te lances sérieusement pour mener l’arrière-garde alors que tu es si faible ? Tu ne vas pas du tout gagner du temps pour que tes amis puissent s’échapper ! »

« Ngh... ! Hah ! Toh ! » Sigrun parvenait à égaler les coups de Steinþórr avec les siens, mais à chaque attaque, Steinþórr l’acculait lentement mais sûrement.

Ce n’était qu’une question de temps maintenant avant que son marteau de guerre ne frappe vraiment contre cette fille aux cheveux argentés — ou c’est ce que Steinþórr pensait.

« Dans ce cas… ! » Les yeux de Sigrun s’étaient rétrécis, puis ses attaques s’étaient soudainement dirigées vers Steinþórr avec beaucoup plus de vitesse et de puissance qu’auparavant.

« Wôw ! » Steinþórr n’en croyait pas ses yeux. Il siffla, impressionné. « Hé, on dirait que tu en as dans le ventre après tout. Pourquoi n’as-tu pas commencé par — w-whoa !? »

L’imperturbable raillerie désinvolte de Steinþórr avait été interrompue par une ruée d’attaques encore plus fortes de Sigrun qui s’était abattue sur lui comme un tourbillon.

« Toh ! Hah ! Haah ! » Sigrun ne déclara rien à Steinþórr, en fait, elle ne semblait même pas entendre ses paroles. Elle était totalement et complètement concentrée sur le fait de frapper avec sa lame.

Son visage avait l’air différent, comme si elle avait été possédée par un dieu guerrier, et ses attaques semblaient l’être aussi. À chaque attaque, ses coups semblaient devenir encore plus rapides, plus habilement placés.

Enfin, le rythme du combat avait changé, et c’est maintenant Steinþórr qui était forcé de se mettre sur la défensive.

« Wôw, whoa, sérieusement ? » Steinþórr était décontenancé.

Il était vrai qu’il était fatigué, puisqu’il avait combattu sans relâche depuis le matin, et il était également vrai que son sens du combat n’était pas poussé à son maximum, comme lorsqu’il avait été entouré de plusieurs Einherjars ennemis en même temps.

Mais malgré cela, Steinþórr n’avait pas du tout été tendre avec son adversaire.

C’était une première expérience pour lui.

Même en comptant le loup teigneux de tout à l’heure, personne qu’il avait rencontré dans sa vie n’avait jamais réussi à se battre à un niveau égal au sien.

Qu’est-ce qui se passe avec la vitesse de réaction ridicule de cette fille ?

Les capacités physiques de son ennemi avaient soudainement augmenté de façon spectaculaire, mais malgré cela, Steinþórr était toujours capable de balancer son arme plus rapidement, et avec beaucoup plus de puissance derrière chaque coup.

Et pourtant, c’était comme si elle avait la capacité de voir dans le futur. Elle semblait prédire le moindre de ses mouvements, se déplaçant pour arrêter ses mouvements d’attaque avant qu’il ne puisse à peine les commencer.

Ce n’était pas qu’elle avait découvert les schémas de ses attaques et qu’elle agissait en fonction de cela. Steinþórr était un talent inégalé et naturel au combat. Pour commencer, il ne se battait pas avec une sorte de « forme » fixe.

Elle voyait simplement et purement ses mouvements d’attaque à l’instant où ils commençaient, et réagissait à cela avec une vitesse absolument anormale.

Steinþórr n’avait aucun moyen de le savoir, mais c’était la capacité que Sigrun avait libérée en elle au point culminant de son combat à mort contre le féroce garmr, une capacité qu’elle en était venue à appeler « le royaume de la vitesse divine ».

On dit que parfois, lorsqu’une personne était poussée à ses limites dans un moment de vie ou de mort, le temps et tout ce qui l’entoure semblait ralentir de son point de vue. C’est l’essence même de la capacité de Sigrun.

Ironiquement, Steinþórr lui-même avait servi de catalyseur en cette occasion : il était incontestablement un ennemi bien au-delà de son pouvoir, et perdre contre lui signifiait une mort certaine. Il avait forcé sa conscience au-delà de ses limites normales et dans le domaine de ses capacités.

Enfin, la lame de Sigrun avait réussi à effleurer la joue de Steinþórr, et il haleta.

« Ah… ! »

Ce n’était rien de plus qu’une égratignure, mais c’était encore une autre première. Jamais dans la vie de Steinþórr un ennemi n’avait réussi à le toucher avec son arme.

« Keh heh heh, ah hah hah hah ! C’est tellement amusant ! » Steinþórr lécha le sang qui dégoulinait de la coupure sur sa joue, et grimaça de plaisir. Il ne se souciait pas du tout d’être sur la défensive.

Pour Steinþórr, la plus grande joie de la vie était de trouver et de combattre des adversaires forts.

L’assaut furieux de Sigrun avait continué pendant quelques instants. Mais après une dizaine d’affrontements supplémentaires, soudain, la vitesse de ses mouvements commença à diminuer considérablement.

Clang !

Leurs deux armes s’entrechoquèrent, mais la réaction de Sigrun était clairement la plus lente qu’elle ait été jusqu’à présent.

L’attaque de Steinþórr avait plus que suffisamment de force derrière elle cette fois, et elle avait repoussé la lame de son épée vers le haut.

Il fit tourner son poignet et s’apprêta à frapper avec le manche du marteau, et ce faisant, il vit que le visage de Sigrun était affreusement pâle, presque bleu, et que la sueur coulait sur son visage.

Bien qu’ils se soient battus furieusement, cela n’avait duré que quelques instants en termes de temps écoulé. Pourtant, on aurait dit qu’elle avait couru à toute allure pendant une heure entière.

Avec le seul soutien de sa rune, elle avait combattu l’Einherjar aux runes jumelles Steinþórr sur un pied d’égalité, et pendant un bref instant, elle l’avait même surpassé.

Il semble qu’un tel exploit l’ait mise à rude épreuve.

« Tch. J’étais content de voir que tu avais l’air de t’être vraiment amélioré, mais c’est encore tout ce dont tu es capable, hein ? » Steinþórr fit une pause, la regardant avec déception. Les choses avaient finalement semblé être sur le point de devenir intéressantes pour lui, et une fois de plus, il avait été déçu.

Il poussa un long soupir et baissa son arme, puis fit un geste du menton sur le côté. « Allez. Je te laisse partir, cette fois. »

« Haah... haah... Qu… qu’est-ce que tu… essaies de faire ? » Sigrun respirait si fortement qu’elle pouvait à peine parler, mais elle le fixait tout de même durement, avec de la suspicion dans ses yeux.

Steinþórr lui adressa un sourire amusé, et tapa son marteau de guerre contre son épaule.

« Je me suis souvenu de ce que ce loup teigneux m’avait dit de toi. Il disait que dans deux ans, tu le surpasserais. Cela fait moins d’un an qu’il a dit ça. Il reste encore une année, alors. Je te donne une dernière chance de vivre et de faire en sorte que ça arrive. C’est ta récompense pour avoir réussi à me couper. »

Avec la disparition de son vrai rival Suoh-Yuuto, Steinþórr avait perdu la meilleure source d’amusement de sa vie.

Dans tout le monde d’Yggdrasil, il n’y avait que deux personnes, si ce n’est plus, contre lesquelles il pouvait sérieusement se battre avec toute sa force.

Cette fille avait un vrai potentiel. Ça n’avait duré qu’un instant, mais elle s’était battue à égalité avec lui.

Ce serait un sport amusant de la laisser aller, et de voir jusqu’où elle pourrait aller.

« Haah… haah… tu vas… regretter ce choix, » s’essouffla Sigrun.

« Alors, fais-le-moi regretter. »

 

 

Steinþórr avait fait un geste de sa main libre, comme pour faire fuir un chien.

Sigrun jeta un dernier regard dur à Steinþórr, puis, sans rien dire, fit tourner son cheval et s’éloigna de lui au galop.

Et ainsi, la deuxième bataille de la rivière Élivágar s’était terminée, avec la victoire du Clan de la Foudre.

Le Clan de la Foudre avait continué son avancée, et avait commencé à marcher sur Gimlé.

Et l’armée du Clan du Loup n’avait plus le pouvoir de les arrêter.

 

Pendant ce temps, à peu près au même moment, la section détachée de l’armée du Clan de la Panthère dirigée par Hveðrungr, forte de trois mille hommes, encerclait la capitale du Clan de la Corne, Fólkvangr.

La région autour de la ville n’avait pas de forêts ou de bosquets d’arbres, il n’y avait donc aucun endroit approprié pour assembler la puissante arme de siège du Clan de la Panthère, le trébuchet.

De plus, Fólkvangr était l’une des rares très grandes villes de la région d’Álfheimr. Il faudrait probablement beaucoup de temps pour prendre la ville avec une force de seulement trois mille hommes.

En fait, l’objectif de Hveðrungr n’était pas de capturer Fólkvangr.

C’était simplement une partie de sa stratégie pour surmonter la défense du « mur de wagons » de l’armée du Clan de la Corne.

Pour l’armée du Clan de la Panthère, composée uniquement de combattants à cheval, le haut mur de wagons renforcés était comme leur ennemi naturel.

En fait, il était peut-être plus approprié de changer de perspective, et de les considérer comme s’il s’agissait réellement de murs de forteresse.

En d’autres termes, bien que les ennemis de Hveðrungr soient sur le terrain dégagé, ils s’enferment dans une sorte de forteresse.

Ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait surmonter par la force pure.

Alors dans ce cas, comment pourrait-il faire tomber leur forteresse ?

La réponse était simple. Il existait des méthodes éprouvées pour vaincre un ennemi retranché dans un château ou une forteresse. Un élément clé était de priver l’ennemi de ses provisions.

Et c’est là que Hveðrungr avait trouvé sa stratégie. Il allait encercler Fólkvangr, la source de ressources de l’armée dans cette région, et ainsi couper le ravitaillement des troupes du Clan de la Corne derrière leurs murs de chariots.

Quant aux sources d’approvisionnement du Clan de la Panthère, le corps principal de l’armée recevait beaucoup de leur ancienne base du Fort de Gashina. Et l’escadron détaché obtenait ce dont il avait besoin en attaquant et en pillant les villages voisins.

Étant si proche de la capitale du clan, tout ce qui était à portée de vue était des terres agricoles cultivées, s’étendant à l’horizon dans toutes les directions. Il n’y avait aucune difficulté à trouver de la nourriture.

Quant aux soldats qui se protégeaient à l’intérieur des murs du wagon, il est probable qu’ils se déplaceront bientôt, soit pour s’approvisionner, soit pour attaquer le Clan de la Panthère en représailles de leurs actions.

Et bien sûr, c’était exactement ce que voulait le Hveðrungr.

Si cela se produisait, cela donnerait aux sept mille combattants de la formation principale de l’armée du Clan de la Panthère toute l’ouverture dont ils avaient besoin pour traverser la rivière et atteindre le côté du Clan de la Corne en restant indemne.

L’ennemi devait se déplacer à la vitesse de ces lourds wagons. Il n’y avait rien qu’ils puissent faire pour éviter la lenteur et la léthargie que cela leur donnait. En revanche, le Clan de la Panthère était l’armée la plus rapide d’Yggdrasil, et avait trois fois plus de troupes.

Le Clan de la Panthère pouvait se déplacer librement autour et devant leurs ennemis, détruisant les sources d’approvisionnement vers lesquelles ils se dirigeaient. Ils poursuivaient ce processus aussi longtemps qu’il le fallait, et étranglaient lentement leur ennemi.

Comme l’armée avait été approvisionnée par Fólkvangr, ils n’avaient probablement pas grand-chose en main.

« Je leur donne au mieux une dizaine de jours, » avait estimé Hveðrungr à haute voix.

Et il s’est avéré que sa prédiction n’était pas loin.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire