Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 7 – Partie 2

***

Chapitre 7 : Acte 7

Partie 2

Les premiers instants de l’affrontement avaient tourné en faveur du Clan du Loup. C’était un résultat naturel. La force du Clan de la Foudre était concentrée sur un seul point, Steinþórr, tandis que le Clan du Loup visait une ligne de force dirigée contre les rangs du Clan de la Foudre.

Cependant…

« Haaah ! » Steinþórr poussa un grand cri qui atteignit même les oreilles de Skáviðr dans la formation de commandement à l’arrière de son armée. D’un puissant coup de marteau, il lança un coup de balai horizontal depuis la droite.

Les longues lances du Clan du Loup qui se trouvaient dans la trajectoire du marteau avaient été brisées en deux sans cérémonie.

Il avait suivi avec une autre attaque de la gauche.

Un trou s’était ouvert dans le mur de lances, et les soldats du Clan de la Foudre avaient rapidement commencé à affluer dans cet espace. Le point de force du Clan de la Foudre était devenu visible.

Le déchaînement de Steinþórr ne s’était pas arrêté là. À chaque coup de marteau, un nouveau trou s’ouvrait dans les rangs de la phalange.

Cette démonstration de puissance écrasante avait enflammé la ferveur des combattants du Clan de la Foudre, et ils avaient perdu toute crainte, se transformant en berserkers assoiffés de sang.

À ce stade, ils devenaient trop forts pour être contrôlé.

La balance avait penché en faveur du Clan de la Foudre, comme si l’élan du Clan du Loup au départ n’avait jamais existé.

« Un seul homme, renversant le cours de la bataille… ta force est toujours aussi ridicule, » Skáviðr sourit. « Mais le fait que tu ne sois qu’un seul homme est aussi la faiblesse du Clan de la Foudre. »

Cela lui rappelait le conseil que Skáviðr avait reçu de Yuuto avant de partir au combat, et il réfléchissait à nouveau à sa grande sagesse.

Steinþórr était un guerrier d’une force inégalable, sans égal dans le monde. Et c’était là le problème. Il n’y en avait qu’un seul comme lui.

En d’autres termes, peu importe la puissance inhumaine du monstre qu’il était, il ne pouvait pas se battre à deux endroits à la fois.

« Envoyez les signaux de fumée maintenant ! » ordonna Skáviðr. « Dites aux forces spéciales de commencer l’attaque ! »

 

L’unité des forces spéciales de Sigrun était située sur le flanc ouest de l’armée du Clan du Loup, attendant le signal d’attaque avec impatience.

Elle était composée principalement d’hommes plus jeunes, mais au cours des deux années qui avaient suivi l’accession de Yuuto au rang de patriarche, les forces spéciales étaient devenues l’un des atouts du Clan du Loup. Ils avaient participé à de nombreuses batailles et avaient accumulé de l’expérience et des accomplissements, devenant ainsi une force de combattants d’élite.

Bien qu’il soit clair que le corps principal de l’armée était déjà entré en combat, tout le monde ici avait gardé son calme, sans être nerveux ou énervé.

Ce sang-froid suffisait à les faire passer pour des vétérans chevronnés.

« Le voilà ! » Sigrun confirma le signal de fumée et elle fit immédiatement signe à ses hommes d’un coup de menton. « Très bien ! Forces spéciales Múspell, en avant ! » Elle s’était mise en mouvement.

Les membres de son unité étaient passés de leur état détendu à celui de guerriers féroces en un instant, courant derrière Sigrun en formation ordonnée.

L’unité des forces spéciales était composée uniquement de cavaliers, et son excellente mobilité en faisait une force de combat supérieure dans Yggdrasil, où les chars étaient encore l’unité la plus puissante du champ de bataille pour la plupart des armées.

La seule force qui pouvait leur être comparée en termes de mobilité était le clan nomade de la panthère, dont les combattants étaient formés dès l’enfance à l’équitation et au tir à l’arc à cheval, et qui possédaient désormais des étriers, tout comme le Clan du Loup.

En un rien de temps, les forces spéciales avaient quitté leur position et ils avaient contourné le flanc du Clan de la Foudre, les attaquant par le côté.

C’était la tactique du marteau et de l’enclume, un mouvement fondamental du Clan du Loup qui leur avait apporté la victoire de nombreuses fois maintenant.

La solide formation de phalanges avait déjà été vaincue par le Clan de la Foudre une fois. Cependant, c’était seulement parce que le monstre connu sous le nom de Steinþórr était assez fort pour les repousser avec sa force brute.

Steinþórr dirigeait maintenant les troupes du Clan de la Foudre depuis le front. Et donc, il n’y avait personne ici sur leur flanc capable de repousser les forces spéciales du Clan du Loup quand elles attaquaient.

Si Steinþórr n’avait pas été au front pour une raison inconnue, les troupes de la phalange auraient pu alors pousser en avant et écraser les lignes de front du Clan de la Foudre.

Steinþórr n’aurait probablement pas supporté cela, se déplaçant immédiatement vers le front, et les forces spéciales auraient alors pu commencer à attaquer le flanc dans cette ouverture, au moment où il s’éloignait d’elles.

Et dans ce cas, où Steinþórr était au front, alors la puissance défensive de la phalange signifiait qu’ils pouvaient le ralentir pendant qu’il s’occupait d’eux, tandis que les forces spéciales perçaient le flanc de son armée.

Après avoir pris à cœur les conseils de Yuuto et consulté Sigrun, c’était la principale stratégie que Skáviðr avait élaborée pour cette bataille.

« L’ennemi est désorienté ! En avant ! » Sigrun cria en faisant glisser sa lance sur le côté, sa lame arrachant la tête d’un soldat du Clan de la Foudre. Elle avait immédiatement suivi en chargeant en avant et en utilisant son cheval pour faire tomber deux autres soldats.

Les combattants des forces spéciales sous son commandement se battaient tous bien, tuant l’ennemi sans problème.

Le combat progressait complètement en leur faveur, haut la main.

Ils étaient comme une meute de loups descendant sur une masse d’herbivores confus et paniqués.

Ils avaient commencé à déchirer les rangs du Clan de la Foudre.

 

« Hein, quoi ? » Steinþórr avait senti que quelque chose n’allait pas derrière lui, et avait arrêté son cheval, se retournant pour regarder.

En tendant l’oreille, il pouvait entendre plus clairement le mélange de cris de douleur et de cris de colère. Cela devait signifier qu’un combat avait éclaté quelque part à l’arrière de sa formation.

« Ont-ils tendu une sorte d’embuscade… ? Non, c’est probablement ce groupe de combattants à cheval. » Il fit claquer sa langue en arrivant à la réponse. « Tch, c’est vrai, ils ont utilisé ces types contre nous avant. »

Steinþórr avait repoussé facilement leur unité de cavalerie la dernière fois, il n’avait donc pas prévu que son ennemi les utiliserait à nouveau.

Sur le champ de bataille, une armée est orientée avec sa force dirigée vers l’avant pour frapper l’ennemi, laissant les côtés et l’arrière vulnérables aux attaques. Il ne fait donc aucun doute que le flanc arrière de son armée devait passer un mauvais quart d’heure en ce moment.

« Devrais-je laisser l’avant aux autres et retourner là-bas ? » se demanda-t-il à voix haute.

Mais il y avait un problème avec cette idée : la seule raison pour laquelle ses hommes s’en sortaient si bien contre les longes ennemies était que Steinþórr était au front.

S’il devait quitter la ligne de front, le Clan du Loup reprendrait sûrement pied et commencerait à repousser son armée.

Mais s’il ne repartait pas, son armée serait déchirée par l’arrière.

Comme le dit le proverbe, « Ce qui aide l’un peut nuire à l’autre, on ne peut pas être à deux endroits à la fois. »

« Hmph, je suppose que je dois le reconnaître, les gars, » avait-il marmonné.

Il souhaitait vraiment qu’il y ait plus que lui seul maintenant.

Mais naturellement, la réalité n’avait pas voulu. Il n’y avait qu’un seul Steinþórr. Et il n’avait pas le temps d’hésiter dans sa décision.

C’était un moment de crise, et pourtant les lèvres de Steinþórr s’étaient tordues en un rictus sauvage, bestial.

« Alors je suis damné si je retourne en arrière, et damné si je vais de l’avant, hein ? Eh bien, il n’y a qu’un seul choix à faire pour moi ! »

 

« Il devrait déjà être bien conscient du désastre qui se produit dans son dos, et pourtant il refuse de bouger de la ligne de front, non ? » grogna Skáviðr avec amertume.

Au loin, il aperçoit certains de ses propres soldats projetés en l’air.

On pourrait chercher dans tout Yggdrasil et ne trouver qu’une seule personne capable de lancer des hommes adultes aussi haut dans les airs en combat : Steinþórr le Dólgþrasir, le tigre avide de combats de Vanaheimr.

En d’autres termes, cela prouvait que Steinþórr se battait toujours là, à la tête de sa formation.

« Cet homme ne semble jamais vouloir bouger comme je le veux, » grommela Skáviðr.

Si le patriarche roux s’était précipité sur le flanc arrière pour y protéger ses forces, Skáviðr aurait immédiatement envoyé des signaux de fumée pour dire aux forces spéciales de se retirer, tout en ordonnant à ses lignes de front de se regrouper et d’avancer.

Puis, alors que le Clan du Loup prenait l’avantage et que Steinþórr revenait en première ligne pour inverser leur élan, Skáviðr aurait pu rapidement envoyer un autre ordre pour que les forces spéciales reprennent leur attaque.

Steinþórr aurait été obligé de faire des allers-retours, concentré sur la protection de ses hommes à son emplacement actuel, tandis que le Clan du Loup ralliait l’attaque du côté où il était absent.

Le calcul de Skáviðr était que cela rendrait la bataille plus équitable.

C’était son intention, de toute façon, mais son ennemi s’avérait être un homme qui ne faisait qu’avancer.

« Il est ironique que, normalement, ce soit la meilleure occasion que l’on puisse demander, » dit Skáviðr avec un soupir.

Si Steinþórr se maintenait en première ligne, il était naturel que les forces spéciales fassent des ravages dans sa formation depuis le flanc.

En peu de temps, ils avaient réussi à diviser les forces du Clan de la Foudre en deux.

Une fois cela accompli, les moitiés séparées ne seraient plus fortes que de quatre mille hommes chacune, et cela aurait pour conséquence que la force du Clan du Loup de six mille hommes serait suffisante pour les vaincre, l’équilibre des forces des armées étant inversé.

Skáviðr avait été instruit par Yuuto sur un passage écrit par l’homme connu sous le nom de Sun Tzu :

« Nous nous rassemblons en un seul tandis que l’ennemi est fracturé en dix, et il doit donc attaquer avec dix fragments contre l’un. Ainsi, nous serons nombreux face au petit nombre de l’ennemi. »

Le passage était apparemment écrit dans un style plus ancien de la langue de Yuuto, aussi Skáviðr avait-il demandé une explication.

Yuuto avait expliqué que cela résumait la stratégie consistant à garder ses propres troupes unies en un seul corps tout en trouvant des moyens de forcer l’ennemi à diviser les siennes. Dans l’exemple cité, en divisant l’ennemi en dix parties, on pouvait utiliser l’ensemble de ses troupes pour attaquer des forces ennemies qui n’étaient plus qu’un dixième de leur force initiale. De cette façon, on cherchait à créer un avantage numérique.

C’est quelque chose de tout à fait évident lorsqu’on le souligne de cette façon, mais c’est aussi ce qui en fait une vérité si précieuse.

Et donc, Skáviðr suivait ce principe de stratégie et divisait les forces du Clan de la Foudre. Une fois qu’elles seraient divisées, il n’avait qu’à demander à ses troupes d’attaquer quelques zones spécifiques, et cela mènerait son camp à la victoire. Mais…

« Les séparer une fois n’était pas suffisant. » Skáviðr avait secoué la tête.

Steinþórr n’allait pas être arrêté par une force ennemie à peine une fois et demie plus grande que la sienne. Si Skáviðr espérait arrêter l’homme de front, il lui faudrait être cinq ou dix fois plus nombreux que lui.

Pourtant, peut-être affectés par les attaques qui se déroulaient derrière eux, les soldats du Clan de la Foudre avaient perdu leur état d’esprit de berserker. La férocité apparemment écrasante de leur attaque avait diminué.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire