Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 7 – Partie 1

***

Chapitre 7 : Acte 7

Partie 1

Avec un grondement écrasant, les eaux en furie avaient déferlé en aval de la rivière.

En raison des multiples jours de pluie, le volume massif d’eau avait éclipsé l’inondation précédente.

Ni une grande masse de soldats ni un guerrier hors pair ne pouvaient espérer résister à sa force destructrice. Tous périraient également dans ces eaux.

C’était, bien sûr, seulement dans le cas où ils étaient réellement pris dans ces événements.

« Haaaahhh... » Ginnar laissa échapper un soupir misérable en regardant depuis les rangs du Clan du Loup.

À l’origine, Ginnar était un marchand qui avait l’habitude de voyager à travers les nombreuses terres de ce royaume. Yuuto avait reconnu ses talents et son expertise, et l’avait fait entrer dans le Clan du Loup.

Cette fois, c’est Ginnar qui était chargé de la construction de la digue.

De son point d’observation, il pouvait voir les troupes du Clan de la Foudre de l’autre côté de la rivière, observant également les eaux à une distance sûre.

La dernière fois que ce piège avait été tendu, il avait frappé le patriarche du Clan de la Foudre Steinþórr et plusieurs milliers de ses hommes, les éliminant tous d’un seul coup. Mais cette fois, il n’avait pas réussi à blesser un seul soldat ennemi.

Bien sûr, cela n’avait de sens que si l’on considère que ceux qui avaient brisé le barrage et déclenché l’inondation soient le Clan de la Foudre lui-même.

« Tout l’argent que nous avons investi là-dedans, et maintenant tout ça pour rien… »

Le projet pour lequel il avait travaillé si dur venait de s’effondrer sans produire de résultats, ce qui signifiait que tous ses efforts avaient été vains. Il n’y avait rien dans cette vie qui sape les forces d’une personne et lui vide le cœur plus que cela.

Ginnar pouvait à peine se résoudre à accepter la réalité de tout cela. Il était resté là, à regarder les eaux boueuses, avec du regret dans les yeux.

« Ce n’était pas pour rien. » De derrière Ginnar était venue une voix basse et froide.

Ginnar se retourna timidement pour voir un homme debout qui ressemblait presque à un spectre de la Mort.

Les joues de l’homme étaient creuses, et sa peau était d’une pâleur maladive. Seuls ses yeux brillaient d’une lumière vive et d’une vitalité en désaccord avec le reste de son corps.

Franchement, son aspect sinistre rendait Ginnar mal à l’aise.

Cet homme s’appelait Skáviðr, et il était l’assistant du commandant en second du Clan du Loup, un homme de grande réputation et d’autorité. Skáviðr agissait à la place de Yuuto en tant que commandant de l’armée du Clan du Loup sur le terrain.

« Il leur a fallu une journée de recherche pour trouver le barrage en amont, et il faudra encore une journée pour que les eaux de crue se retirent. Cela fait deux jours que leur progression a été stoppée, » dit calmement Skáviðr. « Pour l’instant, si cela peut faire gagner un peu de temps au Clan du Loup, l’argent n’est pas un problème. »

« Jusqu’à ce que Yuuto puisse réussir à retourner à Yggdrasil, retenez le clan de la foudre par tous les moyens nécessaires. » Telle était la mission confiée à Skáviðr.

Il était certainement vrai que les choses se présentaient mal pour le Clan du Loup en ce moment. Malgré cela, Skáviðr croyait sans aucun doute que Yuuto serait capable de les sauver d’une manière ou d’une autre.

« Oui, mais la nouvelle lune était il y a quatre nuits, » dit Ginnar, les sourcils froncés. « Il nous reste encore douze jours avant qu’elle ne soit à nouveau pleine. »

Plus que douze jours. Un court moment, et pourtant si long.

Si quelqu’un d’autre que Steinþórr avait été le commandant de l’ennemi, cela aurait été un temps gérable.

Dans le pire des cas, le Clan du Loup aurait pu se barricader dans Gimlé et résister à un siège pendant au moins ce temps.

Cependant, avec le pouvoir de Mjǫlnir, le Briseur, à sa disposition, Steinþórr pouvait briser les épaisses portes de la ville avec facilité.

Les murs forts et solides construits en prenant tant de temps et d’énergie autour de la ville pourraient tout aussi bien ne pas avoir de sens du tout.

Son existence allait tellement à l’encontre du bon sens qu’elle était injuste, de part en part.

 

« Hé, le temps a l’air plutôt bon. » Steinþórr était assis sur son cheval, regardant le soleil du matin qui se levait derrière les lointaines montagnes Þrúðvangr. Ses lèvres s’étaient retroussées en un sourire. « Une journée parfaite pour une bataille. »

Hier, les eaux déchaînées de l’Élivágar avaient fini de se retirer et le fleuve avait enfin retrouvé son état normal.

Le vent était également assez fort, et soufflait d’ouest en est. Cela réduisait la vitesse et la puissance des flèches de l’ennemi.

C’était, en effet, le jour idéal pour attaquer.

« Héhé, on dirait que tout le monde est prêt à partir, » ajouta-t-il en jetant un coup d’œil derrière lui.

Ses soldats se tenaient en rangs ordonnés, entièrement armés et en armure, leurs armes étant prêtes à l’emploi.

Leurs visages semblaient également prêts pour la bataille : ils étaient remplis d’un esprit intense.

« Allez, les gars, on y va ! » Steinþórr cria. « Suivez-moi ! »

Il leva son grand marteau de fer et fit courir son cheval.

« RRRAAAAAAAAAAAGHHH ! !! »

Comme un énorme coup de tonnerre après un éclair, le cri de guerre des troupes du Clan de la Foudre résonnait dans la foule. Suivant l’exemple de Steinþórr, l’un après l’autre, ils se jetèrent dans la rivière Élivágar.

De l’autre côté, on entendait le son d’innombrables arcs tirés, et une tempête de flèches volait vers les troupes du Clan de la Foudre.

Les soldats avaient brandi leurs épais boucliers de bois et s’étaient recroquevillés derrière eux alors que les flèches pleuvaient.

Plusieurs âmes malheureuses avaient été incapables de se défendre complètement. Lorsque les flèches avaient transpercé leurs corps, ils s’étaient effondrés en avant dans l’eau avec un plouf.

Mais il s’agissait des combattants du Clan de la Foudre, connus pour leur esprit sans peur et leur audace. De plus, leur patriarche lui-même les menait de front. Un obstacle de ce niveau n’arrêterait pas leur progression.

L’eau s’écoulait autour de leurs jambes alors qu’ils plantaient chaque pas ferme dans le lit de la rivière. Pas à pas, sans faiblir, les troupes avaient traversé la rivière.

Enfin, le fidèle cheval de Steinþórr s’avança sur le rivage lointain. L’un après l’autre, les hommes des rangs de l’avant-garde le suivaient.

Le son des gongs de bronze avait résonné dans toute la formation du Clan du Loup.

Après ce signal, les unités d’archers sur les lignes de front du Clan du Loup se divisèrent en deux groupes, qui reculèrent rapidement vers chaque flanc.

De l’ouverture entre les archers en retraite s’avança une formation serrée de soldats, armés de lances deux fois plus longues que la taille d’un homme.

« Il y a cette unité de lance longue qu’ils utilisent toujours, » remarqua Steinþórr.

Ces lances étaient si longues qu’elles étaient difficiles à manier et pratiquement inutiles en combat singulier. Mais lorsqu’elles étaient utilisées ainsi dans une bataille en formation, la formation elle-même devenait une arme d’une puissance inégalée.

En serrant leurs soldats les uns contre les autres, ils allaient créer un « mur de lances » — ils attaquaient comme un seul homme, de sorte qu’il était difficile de les bloquer ou de les esquiver, et ils le faisaient en dehors de la portée de la lance d’un soldat normal. C’était un véritable problème.

Mais Steinþórr les avait déjà vaincus une fois auparavant. Même s’ils étaient pénibles à gérer, ils n’étaient pas de taille pour lui.

Cependant, il n’avait pas foncé sur eux tout de suite, mais avait plutôt étudié attentivement les mouvements de l’ennemi. C’était un geste assez rare pour l’homme qui se précipitait toujours avec insouciance.

« Hmph, » dit-il après un moment. « On ne dirait pas qu’ils essaient de me piéger dans des sables mouvants comme ils l’ont fait avec cette formation à Gashina. »

Au cours de cette bataille, il s’était frayé un chemin dans les rangs ennemis avec un avantage apparent, pour découvrir qu’ils avaient utilisé leur formation pour l’encercler et le piéger de tous les côtés. En plus d’avoir été englouti dans le piège de l’inondation un an plus tôt, ce genre d’expérience était devenu un peu traumatisant pour lui.

À cause de cela, il s’arrêtait désormais pour réfléchir un instant lorsqu’il était sur le point de foncer sur l’ennemi avec ses hommes.

Si l’on considère la façon dont il avait immédiatement pris en chasse le Clan du Loup quelques jours plus tôt, en les poursuivant seul, on pourrait d’abord penser que ses actions étaient le comble de la folie. Cependant, c’était parce qu’il était seul. Il pensait qu’il serait capable de se sortir de n’importe quelle situation, mais il ne voulait pas risquer de blesser ses troupes, et c’était la base de sa décision.

« Bon, alors pas de problème. » Steinþórr se lécha les lèvres par anticipation. « Je dois juste m’assurer de ne pas baisser ma garde. »

Dans une tournure ironique pour le Clan du Loup, la défaite de cet homme à deux reprises entre leurs mains l’avait changé. Il avait appris à réfléchir à ses actions au combat, ce qui lui avait permis de se développer remarquablement en tant que commandant.

 

« Bon sang. Ils auraient au moins pu un peu hésiter, » dit Skáviðr avec un soupir.

Les troupes du Clan de la Foudre chargeaient dans sa direction, laissant des nuages de poussière dans leur sillage, et il venait juste d’apercevoir le choc familier des cheveux roux à leur tête.

Skáviðr avait déjà entendu les détails de la bataille de Gashina par Kristina.

Cet homme avait été vaincu par les tactiques du Clan du Loup deux fois maintenant, et pourtant il persistait à foncer droit sur eux. Il supposait que c’était tout à fait approprié pour l’homme dont on disait qu’il avait le cœur d’un tigre.

Skáviðr, quant à lui, aurait été franchement satisfait que les deux parties se regardent depuis les rives opposées du fleuve jusqu’au jour de la prochaine pleine lune.

Même si cela n’était pas plausible, il avait espéré que le côté ennemi passerait au moins quelques jours à observer plus attentivement ses actions. Il n’avait pas prévu qu’ils fonceraient dans la rivière dès que les eaux se seraient retirées.

C’était, en fait, le plan d’action que Skáviðr avait le plus espéré qu’ils ne prendraient pas.

Bien sûr, ce qui est fait est fait. Se lamenter maintenant n’améliorerait en rien la situation.

Skáviðr dégaina la lame à sa taille et la plaça en l’air. « Nous allons contre-attaquer ! Escouades de phalange, en avant ! »

Lorsqu’il avait donné cet ordre, les cornes de guerre avaient retenti et l’armée du Clan du Loup s’était animée.

« RROOAAAAAGHH !! »

Leurs cris de guerre s’élevèrent en une explosion de sons, et le sol gronda tandis que l’unité d’infanterie lourdement blindée, la phalange, avançait.

Lorsque Skáviðr avait entendu parler pour la première fois de la formation « ox-yoke » que Yuuto avait utilisée pendant la bataille de Gashina, il avait été très impressionné par son seigneur. Cependant, pour cette bataille, il avait été obligé d’écarter cette option.

À Gashina, la topographie avait été un facteur important, les troupes du Clan de la Foudre chargeant à travers un étroit passage montagneux, rendant leurs mouvements prévisibles. Ajoutez à cela que l’armée du Clan du Loup était à l’époque bien plus importante que les forces du Clan de la Foudre qui les attaquaient.

Cette fois, le Clan du Loup avait moins de troupes sur le terrain que son ennemi. S’ils essayaient d’utiliser la même tactique, ils seraient tout simplement écrasés.

La tactique de la phalange avait également été vaincue par Steinþórr une fois auparavant, mais au moins, elle se vantait d’une grande capacité défensive, juste derrière la tactique du mur de wagons.

« RAAAAAAGHHH !! »

Les deux armées en marche avaient lancé un nouveau cri de guerre en se heurtant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire