Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 8 – Acte 6 – Partie 1

***

Chapitre 6 : Acte 6

Partie 1

« Huaaaah… » Mitsuki s’était assise dans son lit, bâillant et s’étirant.

Elle se relevait d’un bon et long repos, mais elle sentait encore le poids de la fatigue qui ne l’avait pas totalement quittée.

Comparés au monde moderne, les lits de cette époque n’étaient pas aussi bons pour dormir… mais ce n’était pas la raison. Elle s’y était déjà habituée depuis un moment.

Non, le vrai problème qui l’avait fait se réveiller fatiguée était…

« Même quand je dors, je m’entraîne tout le temps avec Lady Rífa. Je n’ai pas l’impression d’avoir le moindre dormie…, » Mitsuki se frotta ses yeux fatigués et soupira profondément.

Il ne restait que deux semaines avant la nuit de la prochaine pleine lune. Il ne restait plus beaucoup de temps. Elle devait se pousser, même si c’était un peu imprudent pour sa santé.

« Mitsuki ᛋᛃᛋᚦᛖᛉ, ᚷᛟᛞ ᛗᛟᛉᚷᛟᛜ. » La voix de Félicia était venue de l’extérieur de la porte de la chambre, qui s’était rapidement ouverte.

Un sourire s’était dessiné sur le visage de Mitsuki dès qu’elle l’avait vue. C’était la preuve que toutes les deux s’étaient vraiment ouvertes l’une à l’autre au cours de la semaine passée.

« Oh, juste une seconde, s’il te plaît. » Mitsuki ferma les yeux, et prit une longue et profonde inspiration. Elle concentra son esprit sur le pouvoir qui était en elle.

Quand elle rouvrit les yeux, la paire de symboles dorés brillait à l’intérieur.

« ♪ ~~ ! » Elle injecta le pouvoir magique dans sa voix et traça une certaine mélodie. « Voilà. Bonjour, Félicia. »

« … Bonjour. Il semble que tu maîtrisais parfaitement le galdr “Connexions”, et cela en l’espace d’une semaine seulement. Honnêtement, je crains de perdre confiance en mes propres capacités. »

Félicia posa une main sur sa joue et soupira. Elle le suivit rapidement d’un autre sourire, bien qu’il soit facile de voir qu’elle ne faisait que plaisanter.

« C’est parce que j’ai un bon professeur ! » Mitsuki sourit. « Et tu es après tout prête à travailler avec moi du matin au soir. »

Mitsuki avait en effet passé presque tous ses moments de veille (et de sommeil) la semaine dernière à s’entraîner à contrôler son pouvoir.

Elle avait travaillé avec Félicia pendant ses heures de veille et avec Rífa dans ses rêves, recevant des instructions approfondies de la part de ces deux personnes.

Grâce à cela, Mitsuki pouvait maintenant invoquer librement les runes jumelles dans ses yeux, et elle avait atteint le point où elle était aussi capable de gérer des sorts simples de Galdr.

« Tu progresses encore à un rythme stupéfiant, » dit Félicia. « À ce rythme, nous pourrions très bien réussir. »

« Mais la complaisance est le plus grand ennemi ! Nous ne pouvons pas échouer la prochaine fois, quoi qu’il arrive. » Mitsuki avait serré les poings devant elle, pour se préparer.

Lorsque Mitsuki avait dit aux autres qu’elle avait rencontré Rífa dans ses rêves et qu’elle avait obtenu sa coopération pour invoquer Yuuto, ils avaient tous douté d’elle.

Bien sûr, le fait qu’ils l’aient aussi à moitié crue était quelque chose dont on pouvait être reconnaissant.

S’il s’était agi du monde moderne, avec sa culture de la science pure, une histoire aussi fantaisiste aurait été tout simplement passée sous silence.

C’est un domaine où le fait qu’Yggdrasil soit un monde avec des Einherjars, des galdrs, des seiðrs, et divers autres phénomènes mystérieux, faisait vraiment la différence.

Finalement, lorsque Mitsuki avait commencé à contrôler son pouvoir, les personnes qui avaient douté d’elle au début avaient commencé à lui faire confiance et à placer leurs attentes en elle. C’était d’autant plus vrai qu’elle ressemblait beaucoup à Rífa.

Et donc maintenant, Mitsuki passait ses journées à faire de son mieux pour gérer la lourde pression des attentes de l’ensemble du Clan du Loup.

« Heehee, tu as tout à fait raison, » dit Félicia. « Dans ce cas, pourquoi ne pas passer directement à ton entraînement une fois le petit-déjeuner terminé ? »

« Oui ! Merci beaucoup ! » répondit Mitsuki.

 

« Phewww ! Je suis si fatiguée… ! » En poussant un gémissement, Mitsuki s’était effondrée sur la table où elle était assise.

Elle était sur une terrasse qui donnait sur la cour intérieure du palais. Elle était bien éclairée par le soleil et c’était devenu l’un des endroits préférés de Mitsuki.

Dans le monde des jeux vidéo fantastiques, le trope veut que les utilisateurs de magie soient physiquement faibles, mais les magies Seiðr d’Yggdrasil demandent en fait beaucoup d’endurance physique. Après tout, tout n’était que danse et chant.

Son entraînement physique commençait par au moins une heure de course, suivie d’exercices musculaires comme des pompes et des abdominaux, puis des exercices d’assouplissement et des entraînements de la voix. Tout cela ressemblait beaucoup à l’entraînement des acteurs de théâtre professionnels.

Mitsuki avait été dans le club de jardinage au collège, et les seuls vrais sports qu’elle avait faits étaient les cours de gym normaux, donc tout cela était assez dur pour elle. Elle s’était finalement habituée à tout cela maintenant, mais au début, elle avait souffert de terribles douleurs musculaires.

« Merci pour votre travail acharné aujourd’hui encore, Dame Mitsuki, » déclara une jeune fille. « Voici votre lait et votre jus de datte. »

« Oh, merci, Éphy ! ♥ » Mitsuki avait accepté le verre d’Éphelia et l’avait aussitôt bu.

Le jus du fruit utilisant le palmier dattier était incroyablement sucré en soi, Mitsuki préférait donc le boire mélangé à du lait pour en adoucir la saveur.

C’était une boisson qui se digérait rapidement et qui était riche en nutriments, donc parfaite pour un corps fatigué.

« Le déjeuner d’aujourd’hui est une soupe de légumes et du saumon grillé, » ajouta Éphelia.

« Wôw, ça a l’air si savoureux ! » Mitsuki avait rapidement placé ses mains ensemble et avait dit le traditionnel itadakimasu, avant de manger la nourriture à un rythme rapide.

« Quand on est à Rome, on fait comme les Romains. », mais pour Mitsuki, deux repas par jour n’étaient pas suffisants. Elle venait tout juste d’arriver d’un monde avec un mode de vie à trois repas, et travaillait dur toute la journée, donc son corps ne pourrait pas tenir le coup avec seulement un repas le matin et le soir.

« Heehee, Grande Sœur Mitsuki, il semblerait après tout, que ton estomac tienne le coup, » déclara Félicia, en s’asseyant nonchalamment sur une chaise à côté d’elle. « C’était ma plus grande inquiétude pour toi, et je suis si heureuse de voir que ce n’était pas nécessaire. »

« Ohhh, oui, maintenant que tu le dis… »

Apparemment, quand Yuuto était arrivé à Yggdrasil, pendant un bon moment, la nourriture n’était pas compatible avec son estomac, et il avait été très malade. Mais Mitsuki n’avait pas eu de problèmes d’estomac jusqu’à présent, donc il semblait qu’elle n’avait rien à craindre à cet égard.

Peut-être qu’elle avait un estomac plus solide que Yuuto, ou peut-être que cela avait quelque chose à voir avec le pouvoir mystérieux qui résidait dans les runes de ses yeux.

Quoi qu’il en soit, c’était suffisamment bon pour elle pour qu’elle n’ait pas besoin d’utiliser les médicaments pour l’estomac contenu dans le sac à dos qu’elle avait apporté.

Ses journées et ses nuits étaient remplies de multiples sessions d’entraînement et d’étude, et les repas étaient l’une de ses seules occasions de se détendre et de se relaxer. Si elle avait dû s’inquiéter des problèmes de santé provoqués par les repas ici, le stress l’aurait probablement poussée à bout.

La soupe était délicieuse, avec une saveur dont elle sentait qu’elle pouvait vraiment devenir accro. Le bouillon ne goûtait pas tellement salé, mais les légumes étaient bien plus doux et leurs saveurs uniques étaient plus fortes que celles du monde moderne.

Mitsuki avait lu sur Internet que, en raison de tous les produits chimiques utilisés dans l’agriculture moderne, les légumes possédaient moins de saveur et de valeur nutritive qu’il y a longtemps. Ces repas étaient le type d’expérience qui lui faisait croire que cela devait être vrai.

Le saumon présentait un goût qui aurait pu être un peu plus salé, mais c’était un poisson pêché le matin même, bien plus frais que celui qu’elle aurait pu acheter au supermarché de sa ville natale.

Le lait mélangé au jus de dattes qu’elle venait de boire était lui aussi fraîchement trait.

Son déjeuner pouvait sembler simple à première vue, mais pour quelqu’un du Japon moderne, c’est un repas de luxe.

Mitsuki, en tout cas, avait appris à apprécier la nourriture et la cuisine d’Yggdrasil.

« Hm ! Mais vous savez, j’ai vraiment envie de riz blanc…, » avait-elle murmuré.

« Haha ! Yuuto dit toujours la même chose, » ajouta Ingrid depuis son siège de l’autre côté de la table. « Ce riz est-il vraiment si bon que ça ? » ajouta-t-elle, visiblement intéressée.

Si elle avait entendu Yuuto en parler autant de fois, il n’était pas surprenant qu’elle soit curieuse de savoir si c’était bon.

« Hm… Eh bien, ce n’est pas comme si le riz lui-même était super délicieux en soi, c’est plus comme si… le fait de l’avoir avec votre repas rend les autres aliments meilleurs. »

« Hein, vraiment ? En l’entendant décrit comme ça, j’ai vraiment envie de l’essayer. »

« Oh, eh bien, j’en ai apporté une petite quantité quand je suis venue ici. Donc, une fois que les choses se seront un peu calmées, je vous en offrirai à tous. »

Après une courte pause silencieuse, Ingrid afficha un sourire éclatant. « … Je suis impatiente de voir ça. »

En parlant avec elle comme ça, Mitsuki avait l’impression que la personnalité d’Ingrid, facile à aborder, lui rappelait un peu Ruri. Mais elle possédait toujours un air digne d’un officier de sixième rang du Clan du Loup.

Compte tenu de la gravité de la situation dans laquelle se trouvait le Clan du Loup en ce moment, il était probablement difficile pour elle d’être joyeuse et optimiste.

« Ces charmantes réunions entre filles sont devenues beaucoup plus solitaires. » Mitsuki regarda les chaises vides à la table. « Je veux que nous soyons toutes capables de faire les choses aussi joyeusement qu’avant — non, pas seulement nous, je veux aussi inclure Linéa. »

Sigrun et les jumelles du Clan de la Griffe avaient quitté Iárnviðr cinq jours plus tôt pour agir contre les forces envahissantes du Clan de la Foudre.

Il était possible qu’elles soient déjà engagées dans une bataille contre le Clan de la Foudre. Cette pensée avait rempli Mitsuki d’inquiétude pour elles.

C’était un sentiment auquel elle avait été confrontée tant de fois avec Yuuto, mais elle ne s’y était jamais vraiment habituée.

On s’attendait à ce que les batailles soient particulièrement féroces cette fois-ci, et tout ce qu’elle pouvait faire était de prier avec ferveur pour qu’elles rentrent chez elles en un seul morceau.

 

Après le déjeuner, Mitsuki avait repris son entraînement spécial avec Félicia.

L’entraînement du matin était axé sur les principes fondamentaux et l’amélioration de l’endurance physique, tandis que la séance de l’après-midi était consacrée à la pratique de techniques réelles.

Elles avaient fait ces cours dans le hörgr au sommet de la tour Hliðskjálf elle-même, ayant conclu qu’il serait préférable de s’entraîner à l’endroit même où ils accompliraient le rite réel.

L’atmosphère religieuse à l’intérieur de la salle du sanctuaire avait augmenté l’énergie et la concentration de Mitsuki.

« Fa, Fagra, himn, fibulr… » Mitsuki bégayait les mots. Son énergie et sa concentration n’étaient pas suffisantes pour plier la réalité à sa volonté.

« Incorrect. Pas “fibulr”, mais ᚠᛁᛞᛒᚢᛚ. »

« Bien ! »

Les incantations pour un rituel de seiðr devaient toutes être récitées dans la langue d’Yggdrasil.

Et comme il fallait les faire en exécutant une danse, il était hors de question d’utiliser une antisèche pour s’aider. La mémorisation automatique était la seule option.

Mais, pour une jeune fille japonaise comme Mitsuki, les mots ne ressemblaient à rien de plus qu’à des lignes de syllabes sans signification. Il était donc difficile pour elle de s’en souvenir.

Elle avait aussi des problèmes avec la prononciation.

Et ces incantations s’allongeaient jusqu’à durer trois minutes entières. Le simple fait de se souvenir de tout cela était une tâche vraiment épuisante.

Elle avait répété les incantations, jusqu’au coucher du soleil.

« Je pense que nous devrions en rester là pour aujourd’hui, » annonça enfin Félicia. « Tu as fait des merveilles. »

« Merci beaucoup. » Mitsuki avait à peine réussi à terminer un remerciement correct avant de s’effondrer sur le sol. Tout son corps lui semblait lourd et léthargique.

C’est donc pour ça que les gens du club de théâtre s’appellent eux-mêmes un club d’athlétisme, pensa-t-elle, fatiguée.

« Bon… Je vais aller de l’avant et appeler Yuu-kun. » Mitsuki avait sorti son smartphone et, d’un pas chancelant, s’était dirigée vers un coin de la pièce.

Il s’agissait techniquement d’un appel avec son petit ami, elle serait donc gênée qu’une autre personne l’écoute.

Elle se retourna une dernière fois pour confirmer qu’elle était suffisamment éloignée de Félicia avant d’appeler le numéro de Yuuto.

« Bonjour ? » demanda Yuuto.

« C’est Mitsuki. Bonsoir, Yuu-kun ! »

« Salut, bonsoir. Comment vas-tu ? »

« Argh, je suis tellement fatiguée ! Mais je suppose qu’on peut dire que les choses se passent bien ? Félicia et Lady Rífa ont dit qu’à ce rythme, ça pourrait marcher. »

« Je vois… c’est génial. Tout se passe si vite, cependant, comme… ça ne semble toujours pas réel. Qui aurait cru que tu étais une Einherjar aux runes jumelles, hein ? »

« Haha ! Je pense que je suis toujours celle qui a le plus de mal à y croire. Avant de venir à Yggdrasil, je n’étais rien de plus qu’une lycéenne ordinaire et moyenne… »

« Attends, » objecta Yuuto. « Te traiter de “moyenne et ordinaire” ? C’est une insulte à toutes les lycéennes normales qui existent. »

« Hé, qu’est-ce que ça veut dire !? »

« Je plaisante, je plaisante. Enfin, à moitié. »

« Donc, tu es à moitié sérieux. » La voix de Mitsuki était devenue froide et rude.

Bien sûr, le ton de sa voix était aussi une blague. En partie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire